10 faits sur Tardigrade qui vous étonneront

Les tardigrades sont peut-être les animaux les plus résistants de la planète. Ils ont évolué pour vivre presque partout et survivre à presque tout. Certains retardigrades peuvent ignorer les conditions qui détruiraient la plupart des êtres vivants, y compris des conditions extrêmes bien au-delà de tout ce que l’on trouve sur Terre.

Ils sont aussi minuscules, ronds et étrangement attachants, avec des surnoms comme « ours d’eau » et « porcelet de mousse ».

Comme nous sommes entourés de ces petits jongleurs, et qu’il semble peu probable qu’ils aillent quelque part de sitôt, autant les connaître un peu mieux. Dans l’espoir de faire la lumière sur ce monde caché qui nous entoure, voici quelques éléments intéressants que vous ne connaissez peut-être pas sur les tardigrades.

1. Ils sont microscopiques, mais à peine

Les tardigrades sont à la limite de la visibilité pour la plupart des yeux humains. Un tardigrade typique mesure environ 0,5 mm de long, et même les plus grands mesurent moins de 2 mm de long. Certains tardigrades plus grands peuvent être visibles à l’œil nu, mais comme ils sont également transparents, il est peu probable que nous obtenions une bonne vue sans au moins un microscope de faible puissance.

2. Ils sont leur propre phylum

Les tardigrades comprennent un phylum de vie entier, qui est un rang taxonomique en dessous du royaume. Les autres embranchements du règne animal comprennent des groupes aussi larges que les arthropodes (qui comprennent tous les insectes, arachnides et crustacés) et les vertébrés (tous les animaux ayant une colonne vertébrale).

Les Tardigrades existent depuis au moins 500 millions d’années, partageant peut-être un ancêtre commun avec les arthropodes. Plus de 1 000 espèces sont connues aujourd’hui, y compris des tardigrades marins, d’eau douce et terrestres.

3. Leurs corps sont comme des têtes qui marchent

À un certain moment au début de leur lignée, les tardigrades ont perdu plusieurs gènes impliqués dans la production de la forme corporelle de la tête à la queue des animaux au cours de leur développement. Ils ont également perdu une grande région intermédiaire de l’axe du corps, dépourvue de segments qui, chez les insectes, correspondent à l’ensemble du thorax et de l’abdomen. Selon une étude de 2016 publiée dans la revue Cell Biology, le corps du tardigrade semble maintenant être principalement constitué de segments de tête, ce qui rend l’ensemble de son corps « homologue à la seule région de la tête des arthropodes ».

4. Ils peuvent passer des décennies sans nourriture ni eau

La chose la plus célèbre à propos des tardigrades est peut-être leur étonnante durabilité. Ils ne sont pas immortels, et leur invulnérabilité varie, mais certains tardigrades peuvent tolérer toute une série de scénarios apparemment insurmontables.

L’une des façons dont les retardigrades supportent le stress environnemental est de suspendre leur métabolisme par un processus appelé cryptobiose. Lorsque les conditions sont trop dangereuses, ils se recroquevillent et entrent dans un état de mort appelé « tun ». Leur métabolisme ralentit à 0,01% de la normale, et leur teneur en eau tombe à moins de 1%. Ils survivent dans cet état en remplaçant l’eau de leurs cellules par un sucre protecteur appelé tréhalose, qui préserve toute la machinerie cellulaire jusqu’à ce que l’eau soit à nouveau disponible.

Les Tardigrades ont différents types d’états de cuve pour différentes difficultés. L’anhydrobiose les aide à survivre à la dessiccation, par exemple, tandis que la cryobiose les protège contre le gel. Les Tardigrades peuvent survivre de longues périodes sans nourriture ni eau dans une cuve, puis revenir à la normale une fois réhydratés. Certains ont été réanimés à partir d’une cuve après être restés dormants pendant 30 ans.

5. Ils sont performants sous la pression

Certains retardigrades dans une cuve peuvent supporter une pression allant jusqu’à 600 mégapascals (MPa). Cela représente près de 6 000 atmosphères, soit 6 000 fois la pression de l’atmosphère terrestre au niveau de la mer, et c’est environ six fois plus élevé que la pression que l’on trouve dans les fosses océaniques les plus profondes de la planète. Même une pression deux fois moins élevée, 300 MPa, tuerait la plupart des bactéries et des organismes multicellulaires.

6. Ils sont le premier animal connu à survivre dans l’espace

Deux espèces de tardigrades ont volé en orbite basse terrestre lors de la mission FOTON-M3 en 2007, devenant ainsi les premiers animaux connus à survivre à une exposition directe à l’espace. La mission de 12 jours comprenait des tardigrades actifs et desséchés, exposant une partie de chaque groupe soit au vide spatial, soit aux radiations, soit aux deux. L’exposition au vide n’a posé de problème à aucune des deux espèces, et l’absence de gravité n’a eu que peu d’effet non plus. Certains tardigrades ont même pondu des œufs pendant la mission. Ils n’étaient pas imperméables, cependant, et les effets combinés du vide et des rayons UV ont fait des ravages.

Tardigrades a également visité la Station spatiale internationale en 2011, avec des résultats similaires qui montrent une tolérance incroyable de l’environnement spatial. En 2019, lorsque la sonde Beresheet s’est écrasée sur la lune, une capsule contenant des Tardigrades à l’état de tun pourrait avoir survécu à l’impact, ont annoncé les scientifiques. Le sort des tardigrades reste incertain, mais même s’ils sont toujours là-haut, ils ne peuvent pas se réanimer sans eau liquide.

7. Ils sont résistants aux radiations

Des recherches ont montré que les retardigrades peuvent survivre à environ 1 000 fois plus de radiations qu’un humain. Ils résistent souvent aux dommages causés par l’exposition aux rayonnements à la fois dans l’état actif (hydraté) et dans l’état tun (desséché), ce qui, selon les chercheurs, est un peu surprenant puisque les effets indirects des rayonnements ionisants devraient être beaucoup plus importants en présence d’eau. Le fait d’être dans une cuve semble toutefois conférer une meilleure protection.

Les Tardigrades n’ont pas seulement survécu à une irradiation massive, ils ont également produit une progéniture saine après avoir été exposés aux radiations. Les chercheurs pensent que cela est dû à la capacité des Tardigrades à la fois d’éviter l’accumulation de dommages à l’ADN et de réparer efficacement les dommages qui ont été faits. Cependant, comme l’ont montré certaines expériences spatiales, même les retardigrades ont une limite quant à la quantité d’irradiation qu’ils peuvent supporter.

8. Ils ne sont pas pointilleux sur la température

Les retardigrades polaires ont survécu à un refroidissement jusqu’à moins 196 degrés Celsius (moins 320 Fahrenheit), et les recherches suggèrent que certains pourraient être capables de supporter des températures jusqu’à moins 272 C (moins 458 F), ou juste un degré au-dessus du zéro absolu. Les espèces plus tolérantes à la chaleur, en revanche, peuvent survivre à des températures allant jusqu’à 151 °C.

9. Vous pouvez les trouver vous-même

Les Tardigrades peuvent vivre dans presque tous les types d’environnement sur Terre. On les a trouvés dans des sources chaudes, sur les sommets de l’Himalaya, sous des couches de glace solide, dans des forêts tropicales humides, dans des volcans de boue, et au fond des lacs et des océans. On les trouve également en abondance dans des endroits moins exotiques, tels que les ruisseaux, les prairies, les mousses, les feuilles mortes, les murs de pierre, les tuiles et même les parkings.

Si vous avez accès à un microscope, vous pouvez essayer de trouver des tardigrades près de chez vous. Le conseil général aux chasseurs amateurs de tardigrades est de ramasser une petite touffe de mousse ou de lichen, puis de la placer dans un plat peu profond pour la faire tremper dans l’eau pendant la nuit. Retirez l’excédent d’eau, puis secouez légèrement ou pressez l’eau de la motte trempée dans une boîte de Pétri ou un récipient transparent similaire. Vous pouvez ensuite étudier l’eau avec un stéréomicroscope à faible grossissement – 15x à 30x devraient suffire pour voir les tardigrades.

10. Ils nous survivront probablement

Les tardigrades datent d’au moins un demi-milliard d’années, et ils ont déjà survécu à au moins cinq extinctions massives. Si l’on ajoute à cela ce que nous savons de leur tolérance aux températures extrêmes, à la pression, aux radiations, à la déshydratation et à la famine, ils semblent mieux équipés que nous pour survivre à toute catastrophe mondiale à venir.

Les scientifiques sont également arrivés à cette conclusion. Dans une étude publiée dans Scientific Reports en 2017, les chercheurs ont examiné le risque que divers événements cataclysmiques puissent anéantir toute vie sur Terre, en se concentrant sur les choses qui ont pu déclencher des extinctions massives par le passé : les impacts d’astéroïdes, les supernovae et les explosions de rayons gamma. « Étonnamment, nous constatons que bien que la vie humaine soit quelque peu fragile face à des événements proches, la résilience d’Ecdysozoaires tels que [tardigrades] rend la stérilisation mondiale peu probable », ont écrit les chercheurs.

Bouton retour en haut de la page