12 faits incroyables sur les lémuriens

Les lémuriens sont faciles à aimer. Ils sont mignons, charismatiques et étrangement humains, ce qui n’est pas une coïncidence. Les lémuriens sont des primates comme nous, et même s’ils ne sont pas aussi proches des humains que les chimpanzés et autres singes, ils sont quand même de la même famille.

Pourtant, malgré leur grande popularité, les lémuriens constituent le groupe de mammifères le plus menacé de la planète, selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Environ 94 % de toutes les espèces de lémuriens ont un statut menacé sur la liste rouge de l’UICN, dont 49 figurent sur la liste des espèces en danger et 24 sur celle des espèces en danger critique d’extinction.

Les lémuriens sont confrontés à une multitude de dangers à travers Madagascar, le seul endroit où ils existent à l’état sauvage. Certaines personnes les chassent, ou même collectionnent les bébés pour le commerce des animaux de compagnie – un exemple de la raison pour laquelle la mignonnerie peut être une épée à double tranchant. Mais la plus grande menace qui pèse sur les lémuriens est la même que celle qui est à l’origine de la plupart des déclins de la faune sauvage dans le monde : la perte d’habitat, due à des facteurs aussi divers que l’exploitation forestière, l’agriculture et le changement climatique.

Compte tenu de l’avenir précaire des lémuriens, voici un aperçu de ces animaux étonnants – et des habitats sur lesquels repose leur survie :

1. Les lémuriens modernes mesurent entre 2,5 pouces et 2,5 pieds

Le plus petit lémurien vivant est le lémurien souris pygmée, qui mesure moins de 6 centimètres de la tête aux pieds – bien que sa queue ajoute encore 5 pouces. Le plus grand lémurien vivant est l’indri, qui peut atteindre 0,75 mètre à l’âge adulte.

2. Un lémurien qui ressemblait à Alf Went Extinct il y a 500 ans

Pour rappeler l’enjeu pour les lémuriens modernes, certains des membres les plus insolites du groupe se sont déjà éteints au cours des derniers siècles. Au moins 17 espèces de lémuriens géants ont disparu depuis que l’homme a atteint Madagascar, selon le Duke Lemur Center, leur poids variant de 10 à 160 kilos (22 à 353 livres).

Un exemple notable est celui de Megaladapis edwardsi, un lémurien géant qui pesait jusqu’à 200 livres « et avait la taille d’un petit humain adulte », selon le Musée américain d’histoire naturelle. L’un de ses traits les plus distinctifs était son museau robuste, qui « soutenait manifestement un grand nez charnu ». Cela a pu créer une apparence de type Alf-, du moins telle qu’interprétée dans l’illustration ci-dessus.

Les fossiles suggèrent que le lémurien d’Alf était toujours présent lorsque les Européens ont atteint Madagascar en 1504, et ils ressemblent à la légende malgache du trétretre, qui a été décrite en 1661 par l’explorateur français Etienne Flacourt :

« Le trétretretre est un grand animal, comme un veau de deux ans, avec une tête ronde et le visage d’un homme. Les pieds antérieurs sont comme ceux d’un singe, tout comme les pieds postérieurs. Il a les cheveux bouclés, une queue courte et des oreilles dignes d’un homme… C’est un animal très solitaire ; les gens du pays le tiennent dans une grande crainte et le fuient, comme il le fait pour eux ».

3. La société des lémuriens est dirigée par des femmes

La dominance des femelles sur les mâles est rare chez les mammifères, y compris les primates. Mais c’est la norme chez les lémuriens, comme l’ont noté les chercheurs dans une étude de 2008, « dans toutes les familles de lémuriens, quel que soit le système d’accouplement ». Et cette dynamique est souvent comiquement apparente, comme l’a écrit Robin Ann Smith, biologiste à l’Université de Duke, en 2015.

« Il n’est pas rare que les lémuriens femelles mordent leurs compagnons, leur arrachent un fruit des mains, leur donnent un coup de poing sur la tête ou les poussent hors des endroits les plus propices au sommeil », écrit-elle. « Les femelles marquent leur territoire avec des odeurs distinctives tout aussi souvent que les mâles. Les mâles ne prennent souvent leur part de repas qu’une fois que les femelles sont rassasiées ».

4. Plus un lémurien est intelligent, plus il est populaire

Alors qu’on sait depuis des années que les primates peuvent apprendre de nouvelles compétences plus rapidement en étudiant leurs congénères, une étude de 2018 publiée dans Current Biology révèle que les lémuriens le font en fait à l’envers. Plus un lémurien effectue une nouvelle compétence, plus il devient populaire.

L’étude portait sur 20 lémuriens qui devaient essayer de récupérer un raisin dans une boîte en plexiglas en ouvrant un tiroir. Si un lémurien réussissait à obtenir le raisin, il recevait plus d’attention de la part des autres lémuriens. « Nous avons découvert que les lémuriens qui étaient fréquemment observés par les autres lorsqu’ils essayaient de récupérer la nourriture avaient des comportements plus affiliatifs qu’ils ne l’avaient appris auparavant », explique Ipek Kulahci, co-auteur de l’étude.

Le comportement d’affiliation est la façon dont les primates montrent leur affection les uns envers les autres, par exemple en se toilettant, en se touchant et en s’asseyant à proximité.

« J’ai été assez impressionné par le fait que les lémuriens fréquemment observés ont reçu des comportements plus affiliés, comme le toilettage, sans ajuster leur propre comportement social », dit Kulahci. « Chez la plupart des espèces de primates, le toilettage a tendance à être mutuel ; il repose sur la réciprocité entre le toiletteur et l’individu toiletté. … Il est donc assez frappant de constater que les lémuriens fréquemment observés ont reçu beaucoup de toilettage sans en fournir davantage aux autres ».

5. Les lémuriens d’Indri chantent en groupe … Principalement

Peu de primates chantent, à part les humains, et les indris sont les seuls lémuriens connus pour le faire. Vivant en petits groupes à travers les forêts tropicales de l’est de Madagascar, ils émettent des chants qui jouent un rôle clé dans la formation des groupes ainsi que dans la défense. Les hommes et les femmes chantent, et des recherches ont montré que les membres du groupe coordonnent soigneusement leur chœur en copiant les rythmes des autres et en synchronisant les notes.

Voici une vidéo d’un indri qui chante au parc national d’Andasibe-Mantadia :

Selon une étude de 2016, certains indris plus jeunes et de rang inférieur montrent une « forte préférence » pour le chant en antiphonie – ou désynchronisé – avec le reste de leur groupe. Les auteurs de l’étude suggèrent que cela pourrait être adaptatif, en laissant les indris moins prestigieux attirer davantage l’attention sur leurs talents individuels.

« Le chant synchronisé ne permet pas à un chanteur de faire valoir son individualité, il est donc logique que les jeunes indris de bas rang chantent en antiphonie », explique la co-auteure Giovanna Bonadonn dans une déclaration. « Cela leur permet de faire connaître leur capacité de combat aux membres d’autres groupes et de signaler leur individualité à leurs partenaires sexuels potentiels ».

6. Les lémuriens à queue en anneau règlent leurs différends par des « batailles puantes ».

Les lémuriens à queue en anneau doivent se faire concurrence pour des ressources limitées comme la nourriture, le territoire et les compagnons, et la concurrence devient particulièrement féroce entre les mâles pendant la saison de reproduction. Elle conduit parfois à des bagarres physiques, mais celles-ci sont dangereuses pour les animaux dotés de griffes et de dents aussi acérées. Et, heureusement pour les lémuriens à queue rousse, ils ont mis au point un moyen plus sûr de régler leurs différends : les « bagarres puantes ».

Les lémuriens mâles à queue rousse possèdent des glandes odorantes aux poignets et aux épaules, et grâce à leur longue queue, ils diffusent des odeurs dans l’air pour intimider. Leurs poignets produisent une odeur volatile et de courte durée, selon le Duke Lemur Center, tandis que leurs épaules offrent une « substance brune ressemblant à du dentifrice » avec une odeur plus durable. Lorsqu’un combat de puanteur commence, deux mâles rivaux tirent la queue à travers ces glandes afin que la fourrure absorbe l’odeur. (Ils mélangent également les odeurs pour en faire des parfums plus riches et plus persistants.) Puis ils s’agitent la queue l’un l’autre, se lançant des coups de poing piquants au lieu de coups de pied.

Les combats puants sont résolus lorsqu’un lémurien recule, et bien que beaucoup se terminent rapidement, on sait qu’ils durent une heure. Ils ont lieu à n’importe quel moment de l’année, pas seulement pendant la saison de reproduction, et ne se limitent pas nécessairement aux lémuriens. L’odorat humain n’est pas assez fort pour détecter les odeurs, mais les lémuriens à queue rousse ne le savent pas, alors ils essaient parfois de se battre contre les gardiens de zoo ou d’autres personnes qui les irritent.

Le langage corporel seul peut être difficile à comprendre sans l’odeur. Dans la vidéo ci-dessous, un homme en queue d’aronde au Duke Lemur Center se bat subtilement avec une caméra :

Il n’est pas surprenant que l’odeur joue également un rôle particulier pendant la saison de reproduction, lorsque les mâles pratiquent le « flirt puant ». Le mécanisme est le même – la queue – mais la concoction est spécifique. Dans Current Biology, les chercheurs décrivent un trio de produits chimiques qui dégagent une odeur fruitée et florale et qui sont séduisants pour les femelles, mais seulement pendant la saison des amours.

7. Le mot « lémur » est le latin pour « esprit maléfique des morts ».

Le mot « Lemur » a été inventé en 1795 par Carl Linnaeus, le fondateur de la taxonomie moderne, qui l’a repris du latin. Les lémuriens étaient des « mauvais esprits des morts » dans la mythologie romaine, selon le dictionnaire d’étymologie en ligne, et bien que l’origine soit floue avant cela, elle pourrait remonter à un ancien mot non indo-européen pour désigner les esprits malveillants.

La référence n’est pas difficile à comprendre : Les lémuriens ont un corps étrangement humanoïde, se déplacent avec une grâce fantomatique et ont tendance à être actifs la nuit. Pourtant, la partie « maléfique » est un peu injuste. Linné ne l’a peut-être pas voulu littéralement, mais certains lémuriens – notamment le aye-aye en voie de disparition – sont toujours hantés par des gens qui le font.

8. Pour certaines personnes, le lémurien Aye-Aye est un monstre

Les Aye-ayes inspirent une profonde superstition dans certaines régions de Madagascar, en grande partie à cause de leur aspect effrayant – pas seulement le visage du gremlin, mais aussi leurs doigts frêles. Les Aye-ayes ont en général des mains longues et fines, mais le troisième doigt de chaque main est encore plus frêle que les autres, et une rotule lui permet de pivoter sur 360 degrés.

Ce doigt a évolué pour la « recherche de nourriture par percussion », une technique de chasse dans laquelle le « aye-aye » tape sur l’écorce des arbres, en écoutant le bruit des cavités où les insectes pourraient se cacher. Lorsqu’il en trouve une, il fait un trou dans le bois avec ses dents acérées, puis utilise ses longs doigts pour atteindre l’intérieur.

Certains mythes à Madagascar dépeignent le aye-aye comme un monstre. L’un d’eux suggère qu’il maudit les gens en les pointant du doigt, ce qui fait partie d’un système de tabous dans la culture malgache appelé fady. Un autre affirme que le aye-ayes se faufile dans les maisons la nuit, utilisant ce même doigt pour percer des cœurs humains.

Les Aye-ayes sont parfois tués par des personnes qui se croient dangereuses, bien que la peur puisse également les protéger en obligeant les gens à rester à l’écart. Quoi qu’il en soit, la superstition n’est pas leur seul problème : les Aye-ayes sont également menacés par les personnes qui les chassent pour leur viande de brousse ou qui modifient leur habitat à d’autres fins, comme l’agriculture.

9. Les lémuriens sont les seuls primates non humains à avoir les yeux bleus

Les yeux bleus sont relativement rares chez les mammifères, en particulier chez les primates. Les scientifiques ont documenté plus de 600 espèces de primates jusqu’à présent, mais seulement deux sont connues pour avoir un iris bleu : les humains et les lémuriens noirs aux yeux bleus, également connus sous le nom de lémuriens de Sclater.

Le lémurien de Sclater n’a pas été identifié comme une espèce avant 2008, mais selon une étude récente, il pourrait disparaître dans une dizaine d’années en raison d’une « grave destruction de l’habitat » comme l’agriculture sur brûlis. L’espèce a une aire de répartition très limitée sur la péninsule de Sahamalaza, ainsi que dans une étroite bande de forêt sur le continent adjacent, où la déforestation a laissé sa population très fragmentée. Elle a perdu environ 80 % de son habitat en seulement 24 ans, selon l’UICN, et elle est également chassée pour sa nourriture et ses animaux domestiques. Une étude de 2004 a trouvé jusqu’à 570 pièges par kilomètre carré dans certaines parties de son aire de répartition.

10. Les lémuriens sont étonnamment intelligents

Les lémuriens sont issus d’autres primates il y a environ 60 millions d’années, et jusqu’à récemment, de nombreux scientifiques pensaient qu’ils n’étaient même pas proches des capacités cognitives bien étudiées des singes et des singes. Pourtant, les recherches ont commencé à révéler une intelligence surprenante chez les lémuriens, nous obligeant à repenser la façon dont ces parents lointains pensent.

En utilisant leur nez pour taper sur un écran tactile, par exemple, les lémuriens ont montré qu’ils pouvaient mémoriser des listes d’images, les taper dans le bon ordre, identifier les plus grandes et même comprendre les mathématiques de base. Certaines espèces ont également des moyens de communication complexes, allant de grognements et miaulements subtils à des hurlements et aboiements forts, sans oublier les signaux inaudibles comme les expressions faciales et les odeurs.

Les lémuriens des grands groupes sociaux obtiennent de meilleurs résultats aux tests de cognition sociale, selon une étude de 2013, qui a révélé que la taille du groupe prédit davantage leurs résultats que la taille du cerveau. D’autres recherches ont montré des personnalités distinctes chez les lémuriens de souris, qui varient de timides à audacieux à « méchant comme un péché ». Et vu tout le savoir que doivent posséder les lémuriens sauvages – comme où et quand chercher différentes sortes de fruits, ou comment naviguer dans les nuances de la société des lémuriens – nous n’avons probablement fait qu’effleurer la surface.

11. Les lémuriens sont des pollinisateurs importants

Lorsque beaucoup de gens pensent aux pollinisateurs, de petits animaux comme les abeilles, les papillons ou les colibris leur viennent à l’esprit. Mais une grande variété de créatures jouent un rôle important dans la pollinisation des plantes, notamment les lémuriens huppés, considérés comme les plus grands pollinisateurs de la Terre.

Les lémuriens huppés se présentent sous deux espèces : rouge ou noir et blanc. Ils habitent tous deux les forêts tropicales humides de Madagascar et sont des connaisseurs de leurs fruits indigènes. Le palmier du voyageur, par exemple, dépend principalement des lémuriens huppés noir et blanc pour polliniser ses fleurs. Ces deux espèces de lémuriens se couvrent le nez de pollen lorsqu’ils mangent des fruits et du nectar, et répandent ainsi leur pollen sur d’autres plantes lorsqu’ils butinent. En raison de leurs relations étroites avec les arbres indigènes – y compris les feuillus prisés par les exploitants forestiers – les lémuriens huppés sont considérés par les scientifiques comme des indicateurs clés de la santé des forêts.

12. Les lémuriens manquent de temps

Au moins 106 espèces de lémuriens sont connues de la science, et presque toutes sont confrontées à un risque réaliste d’extinction d’ici le milieu du siècle. Comme l’a déclaré Jonah Ratsimbazafy, expert des lémuriens de l’UICN, à la BBC en 2015, leur environnement s’effondre tout autour d’eux. « Tout comme les poissons ne peuvent pas survivre sans eau, les lémuriens ne peuvent pas survivre sans forêt », a déclaré Ratsimbazafy, notant que moins de 10% de la forêt originelle de Madagascar subsiste.

Les problèmes des lémuriens se résument en grande partie à la pauvreté humaine. Plus de 90 % des habitants de Madagascar vivent avec moins de 2 dollars par jour, et au moins 33 % souffrent de malnutrition. Cette situation pousse de nombreuses personnes à tirer des revenus des ressources naturelles déjà limitées de l’île, souvent en pratiquant une forme d’agriculture sur brûlis appelée tavi, qui consiste à brûler la forêt pour faire de la place aux cultures, ou en chassant les lémuriens pour se nourrir.

En outre, les lémuriens sont également confrontés à la pression croissante du changement climatique. Sur les 57 espèces examinées dans une étude publiée dans Ecology & Evolution, plus de la moitié sont susceptibles de voir leurs habitats appropriés diminuer de 60 % au cours des 70 prochaines années – et cela ne tient qu’aux effets du changement climatique, à l’exclusion d’autres facteurs. De plus, en l’absence de corridors fauniques pour relier des forêts fragmentées, les lémuriens ont rarement la possibilité de se déplacer vers un nouvel endroit.

Une façon d’aider les lémuriens est donc de faire quelque chose qui est aussi dans l’intérêt de notre propre espèce : Utiliser moins de combustibles fossiles. Un autre moyen est de lutter contre la pauvreté, sans raser ce qui reste des forêts malgaches. Cela se fait déjà dans d’autres régions du monde avec l’écotourisme, qui a montré à de nombreuses communautés que la faune sauvage a plus de valeur vivante que morte. Les recherches suggèrent que les lémuriens n’ont pas beaucoup bénéficié du tourisme jusqu’à présent, mais il y a des signes d’espoir. Le Duke Lemur Center a un programme dans la région de Sambava-Andapa-Vohemar-Antalaha, par exemple, qui soutient les emplois dans des domaines comme la pisciculture et l’entretien des parcs, et propose une éducation écologique et un planning familial pour alléger la pression sur les ressources. Plus au sud, la réserve communautaire d’Anja est gérée par les résidents locaux pour attirer les touristes tout en protégeant les lémuriens, et serait devenue la réserve communautaire la plus visitée de Madagascar.

Les lémuriens ne se contentent pas d’avoir des formes, des tailles et des couleurs variées ; ils sont aussi adorables que sinistre, curieux que grincheux, têtus que débrouillards. Bien qu’ils se soient séparés pendant 60 millions d’années, un seul regard sur un lémurien peut nous rappeler tout ce que nous avons encore en commun – et la chance que nous avons d’avoir encore une si grande et si étrange famille.

Bouton retour en haut de la page