15 façons de savoir si quelqu’un vous éclaire au gaz

Dans un film à suspense des années 1940 intitulé Gaslight, un mari manipulateur tente de faire croire à sa femme qu’elle perd la tête en apportant de subtils changements à son environnement, notamment en diminuant lentement et régulièrement la flamme d’une lampe à gaz. Non seulement il perturbe son environnement et lui fait croire qu’elle est folle, mais il la maltraite et la contrôle, la coupant de sa famille et de ses amis.

Par conséquent, la femme se remet constamment en question, ainsi que ses sentiments, ses perceptions et ses souvenirs. De plus, elle se sent névrosée, hypersensible et incontrôlée, ce qui est le but de l’éclairage au gaz – pour que les cibles aient l’impression d’être hors de contrôle et ne sachent pas ce qui est vrai ou non.

Le film est un portrait précis des actions de contrôle et de toxicité que les manipulateurs utilisent. Les psychologues et les conseillers ont commencé à qualifier ce type de comportement émotionnellement abusif de « gaslighting ».

Qu’est-ce que l’éclairage au gaz ?

L’éclairage au gaz est une forme de manipulation qui se produit dans les relations abusives. Il s’agit d’un type de violence psychologique insidieux, et parfois dissimulé, dans lequel l’intimidateur ou l’agresseur fait en sorte que la cible remette en question son jugement et sa réalité. Au bout du compte, la victime de l’éclairage au gaz commence à se demander si elle ne devient pas folle.

L’éclairage au gaz se produit principalement dans les relations amoureuses et maritales. Mais il n’est pas rare qu’il se produise dans le cadre du contrôle des amitiés ou entre membres d’une même famille.

Les personnes toxiques utilisent ce type de manipulation pour exercer un pouvoir sur les autres afin de manipuler leurs amis, les membres de leur famille et parfois même leurs collègues de travail.

Tactiques utilisées dans l’éclairage au gaz

L’éclairage au gaz est une technique qui mine toute votre perception de la réalité. Lorsque quelqu’un vous éclaire au gaz, vous vous remettez souvent en question, ainsi que vos souvenirs et vos perceptions. Après avoir communiqué avec la personne qui vous allume, vous vous sentez étourdi et vous vous demandez ce qui ne va pas. De telles tactiques peuvent vous troubler et vous amener à vous interroger sur votre santé mentale.

Vous mentir

Les personnes qui s’adonnent à l’éclairage au gaz sont des menteurs habituels et pathologiques. Ils vous mentent ouvertement en face et ne reculent jamais ou ne changent pas leur version des faits, même lorsque vous les appelez ou que vous apportez la preuve de leur tromperie. Le mensonge est la pierre angulaire de leur comportement destructeur. Même lorsque vous savez qu’ils mentent, ils peuvent être très convaincants. À la fin, vous commencez à vous remettre en question.

A lire  5 mythes sur les victimes de brimades

Vous discréditer auprès des autres

Les briquets à gaz répandent des rumeurs et des ragots sur vous. Ils peuvent prétendre s’inquiéter pour vous tout en disant subtilement aux autres que vous semblez émotionnellement instable ou fou.

Malheureusement, cette tactique peut être extrêmement efficace et de nombreuses personnes peuvent se ranger du côté de l’agresseur ou de l’intimidateur sans connaître toute l’histoire. De plus, l’allume-gaz peut vous mentir et vous dire que d’autres personnes pensent que vous êtes fou. Ces personnes ne diront peut-être jamais rien de mal sur vous, mais l’allume-gaz fera tout son possible pour vous faire croire qu’elles le font.

Détourner les responsabilités

Lorsque vous posez une question à un briquet à gaz ou que vous l’appelez pour quelque chose qu’il a fait ou dit, il peut changer de sujet en posant une question au lieu de répondre au problème en question. Il peut mentir de manière flagrante sur la situation en disant quelque chose comme « Vous inventez des choses. Cela n’est jamais arrivé ».

Réduire vos pensées et vos sentiments

La banalisation de vos émotions permet à l’allume-gaz de prendre le pouvoir sur vous. Ils peuvent faire des déclarations du genre « Calmez-vous », « Vous réagissez de façon excessive » ou « Pourquoi êtes-vous si sensible ? » Toutes ces affirmations minimisent vos sentiments ou vos pensées et indiquent que vous avez tort.

Lorsque vous avez affaire à une personne qui ne reconnaît jamais vos pensées, vos sentiments ou vos croyances, vous commencez à les remettre en question vous-même. De plus, vous ne vous sentez jamais validé ou compris, ce qui peut être extrêmement difficile à gérer.

Vous faire porter le chapeau

Le transfert de responsabilité est une tactique courante des briquets à gaz. Chaque discussion que vous avez est en quelque sorte déformée pour vous faire porter le chapeau de quelque chose qui s’est produit. Même lorsque vous essayez de discuter de ce que vous ressentez à cause de leur comportement, ils sont capables de déformer la conversation et de finir par vous blâmer.

En d’autres termes, ils manipulent la situation de telle manière que vous finissez par croire que vous êtes la cause de leur mauvais comportement. Ils prétendent que si seulement vous vous comportiez différemment, ils ne vous traiteraient pas comme ils le font.

Nier l’existence d’actes répréhensibles

Les intimidateurs et les agresseurs sont connus pour nier qu’ils ont fait quelque chose de mal. Ils le font pour éviter d’assumer la responsabilité de leurs mauvais choix. Mais cela laisse également la victime de l’éclairage au gaz confuse et frustrée parce qu’elle ne reconnaît pas la douleur qu’elle a causée. Cela rend également très difficile pour la victime de passer à autre chose ou de guérir de l’intimidation ou des abus.

A lire  5 faits sur les brimades à l'université

Utiliser les mots de compassion comme une arme

Parfois, lorsqu’il est appelé ou interrogé, un briquet à gaz utilise des mots gentils et affectueux pour tenter d’aplanir la situation. Il peut dire quelque chose comme « Tu sais combien je t’aime ». Je ne te ferais jamais de mal exprès ». Ces mots sont ce que vous voulez entendre, mais ils ne sont pas authentiques, surtout si le même comportement est répété.

Lorsque vous avez affaire à quelqu’un qui utilise l’éclairage au gaz comme outil de manipulation, faites attention à ses actions et non à ses paroles. Cette personne est-elle vraiment aimante, ou dit-elle seulement des choses aimantes ?

Tourner et recadrer les conversations

Les briquets à gaz utilisent généralement cette tactique lorsque vous parlez de quelque chose qui s’est passé dans le passé. Par exemple, si votre partenaire vous a poussé contre le mur et que vous en discutez plus tard, il peut déformer l’histoire en sa faveur. Il peut dire que vous avez trébuché et qu’il a essayé de vous stabiliser, ce qui vous a fait tomber contre le mur.

Lorsque des histoires et des souvenirs sont constamment racontés en faveur de l’allume-gaz, vous pouvez commencer à douter de votre souvenir de ce qui s’est passé. C’est exactement le but recherché.

15 signes que vous êtes victime d’un éclairage au gaz

Le fait d’être soumis à l’éclairage au gaz peut provoquer de l’anxiété et de la dépression. Elle a également été liée à des crises de panique et des dépressions nerveuses. C’est pourquoi il est important de savoir reconnaître quand vous êtes éclairé au gaz. Demandez-vous si l’une des affirmations suivantes vous semble vraie.

  • Vous doutez de vos sentiments et de la réalité. Vous essayez de vous convaincre que le traitement que vous recevez n’est pas si mauvais, ou que vous êtes trop sensible.
  • Vous doutez de votre jugement et de vos perceptions. Vous avez peur de parler ou d’exprimer vos émotions. Vous avez appris que le fait de partager votre opinion finit généralement par vous faire sentir plus mal. Vous préférez donc garder le silence.
  • Vous vous sentez vulnérable et en insécurité. En conséquence, vous avez souvent l’impression de « marcher sur des oeufs » autour de votre partenaire/ami/membre de la famille. Vous vous sentez sur les nerfs et manquez d’estime de soi.
  • Vous vous sentez seul et impuissant. Vous êtes convaincu que tout votre entourage vous trouve étrange, fou ou instable, tout comme votre partenaire/ami/membre de la famille le dit. Cela vous donne le sentiment d’être piégé et isolé.
  • Vous vous sentez stupide et fou. Les paroles de votre partenaire/ami/membre de la famille vous donnent l’impression d’avoir tort, d’être inadapté ou d’être fou. Parfois, vous vous retrouvez même à vous répéter ces déclarations.
  • Vous êtes déçu par vous-même et qui vous êtes devenu. Par exemple, vous avez l’impression d’être faible et passif et d’avoir été plus fort et plus affirmé.
  • Vous vous sentez confus. Le comportement de votre partenaire/ami/membre de la famille vous rend confus – avec des actions qui ressemblent à celles du Dr Jekyll et de M. Hyde.
  • Vous craignez d’être trop sensible. Votre partenaire/ami/membre de la famille minimise les comportements ou les mots blessants en disant « je plaisantais » ou « tu es trop sensible ».
  • Vous avez le sentiment d’une catastrophe imminente. Vous avez l’impression que quelque chose de terrible est sur le point de se produire lorsque vous êtes en présence de votre partenaire/ami/membre de la famille. Il peut s’agir d’un sentiment de menace et de nervosité sans savoir pourquoi.
  • Vous passez beaucoup de temps à vous excuser. Vous ressentez le besoin de vous excuser tout le temps pour ce que vous faites ou ce que vous êtes.
  • Vous vous sentez inadéquat. On a l’impression de ne jamais être « assez bien ». Vous essayez de répondre aux attentes et aux exigences des autres, même si elles sont déraisonnables.
  • Vous vous posez des questions. Vous vous demandez souvent si vous vous souvenez avec précision des détails des événements passés. Vous avez peut-être même cessé d’essayer de partager ce dont vous vous souvenez de peur que cela ne soit faux.
  • Vous supposez que les autres sont déçus par vous. Vous vous excusez tout le temps pour ce que vous faites ou pour ce que vous êtes, en supposant que les gens sont déçus par vous ou que vous avez fait une erreur.
  • Vous vous demandez ce qui ne va pas. Vous vous demandez s’il y a quelque chose de fondamentalement mauvais chez vous. En d’autres termes, vous vous inquiétez de savoir si vous êtes vraiment fou, névrosé ou « en train de perdre la tête ».
  • Vous luttez pour prendre des décisionsparce que vous vous méfiez de vous-même. Vous préférez laisser votre partenaire/ami/membre de la famille prendre les décisions à votre place, ou bien vous évitez de prendre des décisions.
A lire  9 façons de repérer un tyran dans votre classe

Un mot de Troovez.com

Si vous pouvez vous identifier à l’un de ces signes d’éclairage au gaz, il est important que vous demandiez immédiatement une aide professionnelle. Votre médecin peut vous recommander un conseiller qui est en mesure de vous aider à traiter et à faire face à ce qui vous arrive.

En attendant, n’oubliez pas que vous n’êtes pas à blâmer pour ce que vous vivez. La personne qui vous allume du gaz fait le choix de se comporter de cette façon. C’est sa faute. Vous n’avez pas demandé ce traitement. Vous n’en êtes pas la cause. Vous ne l’avez pas provoqué.

Bouton retour en haut de la page