4 préjugés mentaux qui affectent vos choix de santé

Biais d’optimisme

Être trop optimiste quant à sa santé

Les gens sont enclins à être plus optimistes quant à leurs chances de réussite et de bonne santé, un phénomène souvent appelé biais d’optimisme ou illusion d’invulnérabilité.

Si vous demandez aux gens d’estimer la probabilité qu’ils aient un jour un accident, une maladie grave, un divorce ou une perte d’emploi, ils sous-estimeront probablement la véritable probabilité que ces événements leur arrivent.

Les gens sont plus susceptibles de croire que leur vie sera remplie d’événements positifs, comme gagner des revenus élevés, posséder leur propre maison et vivre longtemps.

Comme nous avons tendance à surestimer les chances que de bonnes choses nous arrivent et à sous-estimer les chances que de mauvaises choses affectent notre vie, cela signifie que nous sommes également plus susceptibles de croire que le fait d’adopter des comportements malsains ou risqués n’aura pas d’effet négatif sur notre santé. C’est particulièrement vrai si nous pensons que les résultats négatifs sont rares ou peu probables.

Par exemple, si vous pensez que le cancer de la peau est une maladie rare, vous risquez davantage de continuer à bronzer et de négliger l’utilisation d’un écran solaire. Ce faisant, non seulement vous sous-estimez la prévalence globale du cancer de la peau, mais le biais d’optimisme vous conduit à sous-estimer la probabilité que vous ayez un cancer de la peau, quels que soient vos choix et comportements en matière de santé.

Psssst ici:  Comment ça marche avec des exemples

Être optimiste n’est pas une mauvaise chose. Avoir une vision positive et croire que nos actions peuvent faire la différence est souvent ce qui nous inspire à poursuivre nos objectifs et à nous engager dans des activités saines en premier lieu.

Ce que vous pouvez faire

Les chercheurs ont constaté qu’il peut être très difficile de surmonter le biais de l’optimisme. Dans une étude qui a tenté de réduire le biais des participants par diverses méthodes (comme l’énumération des facteurs de risque), toutes les méthodes destinées à diminuer le biais ont fini par l’augmenter.

Une stratégie qui pourrait fonctionner consiste à vous comparer à des personnes qui vous sont très proches ou similaires. Par exemple, si vous avez des amis proches et des membres de votre famille qui ont été touchés par un cancer de la peau, votre évaluation de votre propre risque pourrait être plus réaliste.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!