5 conseils terribles sur l’intimidation

La plupart des gens ont de bonnes intentions lorsqu’ils donnent des conseils pour faire face à une situation de harcèlement. Mais à moins d’être formés à la prévention des brimades ou d’en avoir fait l’expérience directe, leurs conseils peuvent sembler banals ou déplacés.

Par exemple, beaucoup de gens offrent des conseils de type cliché comme : « Gardez le menton haut », « Ne vous laissez pas abattre » ou « Cela aussi passera ».

Certaines personnes donnent des conseils sur l’intimidation qui sont non seulement dangereux mais aussi carrément erronés.

Et suivre leurs conseils pourrait vous causer, à vous ou à votre enfant, des blessures ou des ennuis.

Faire face au harcèlement est aussi compliqué que possible, sans pour autant jeter de mauvais conseils dans la balance. Voici cinq choses que les gens disent souvent lorsqu’ils découvrent que votre enfant est victime d’intimidation. Veillez à ne pas suivre ces conseils. Vous risqueriez d’aggraver votre situation.

« Frappez-le en retour »

Les parents d’enfants de l’école primaire utilisent souvent ces conseils. Mais répondre à un enfant par le commentaire « frappe-le en retour » est non seulement dangereux et inefficace, mais c’est l’exemple même de la paresse parentale. Dire à un enfant de le frapper en retour sans parler de ce qui se passe est le pire type d’avertissement qu’un parent puisse donner à un enfant. Au lieu de cela, parlez à votre enfant de ce qui se passe. Découvrez ce que fait l’intimidateur et faites un remue-méninges pour trouver la meilleure façon de remédier à la situation. Ensuite, parlez au directeur ou à l’enseignant de ce que vit votre enfant. Renseignez-vous sur ce que l’école a l’intention de faire pour rendre l’école plus sûre pour votre enfant.

Bien qu’il ne soit pas recommandé de frapper un autre enfant, cela ne signifie pas que votre enfant ne doit pas se défendre contre une brute. Un bon cours d’autodéfense peut montrer aux enfants comment dévier ou bloquer les coups de poing, comment retirer la prise de quelqu’un de son poignet et comment se sortir de diverses autres situations. Mais ce n’est pas un bon conseil d’encourager un enfant à se battre contre quelqu’un qui est probablement plus grand et plus fort. Gardez à l’esprit que l’intimidateur peut vouloir se battre et qu’il sera préparé à une telle éventualité. Apprenez plutôt à votre enfant à tenir tête à un tyran d’une manière productive et significative.

Enfin, le fait de dire à un enfant de frapper un autre enfant a des conséquences. Vous ne savez pas jusqu’où votre enfant ira. Par exemple, il pourrait être suspendu ou expulsé de l’école ou il pourrait être accusé de voies de fait s’il va trop loin. Et, dans des cas extrêmes, certains enfants ont exercé des représailles en confrontant des enfants qui les avaient brutalisés avec des armes ou des fusils. Veillez à enseigner à votre enfant des alternatives saines pour faire face aux brimades.

A lire  Différences entre intimidation et bizutage

« Ignorez-le »

Bien qu’il soit de bon conseil de refuser de réagir lorsqu’un tyran dit ou fait quelque chose, votre enfant ne doit pas faire semblant que le tyran n’existe pas. Il doit plutôt dire à un adulte, à un enseignant ou à un entraîneur ce qui se passe. N’oubliez pas que l’intimidation est une question de pouvoir et de contrôle.

Si une brute est capable de faire taire votre enfant, alors la brute a beaucoup de pouvoir sur la vie de votre enfant.

Au lieu de dire à votre enfant d’ignorer les brimades, apprenez-lui à y répondre de manière saine. Une façon de le faire est de contrôler sa réaction. Par exemple, ils n’ont pas besoin de croire les mensonges que l’intimidateur dit à leur sujet. Il n’est pas un perdant, un ringard ou toute autre étiquette négative utilisée par un tyran. De plus, il n’est pas obligé d’adopter la pensée de la victime. Encouragez votre enfant à recadrer sa pensée sur l’intimidation, mais sans prétendre qu’elle n’existe pas. Il doit y faire face de front afin de faire face efficacement à l’intimidation.

« Ne soyez pas une commère ».

Lorsqu’une personne répond à une victime de harcèlement par cette réponse, elle envoie plusieurs messages. Tout d’abord, elle dit à l’enfant que le fait de signaler les brimades est une mauvaise chose. Ensuite, elle lui fait part de son manque d’intérêt à aider à résoudre le problème en le laissant dans l’ignorance. Il faut plutôt apprendre aux enfants la différence entre dénoncer et rapporter. Il faut du courage pour dénoncer les brimades et les enfants doivent savoir qu’il est acceptable d’en parler avec des adultes.

De plus, les enseignants doivent surtout être conscients des messages négatifs qu’ils envoient lorsqu’ils ne répondent pas aux plaintes pour harcèlement. Afin de favoriser un environnement d’apprentissage productif à l’école, les brimades doivent être traitées immédiatement et efficacement. Le fait d’attendre des enfants qu’ils traitent eux-mêmes les problèmes de harcèlement a un impact sur l’ensemble de l’environnement scolaire.

Enfin, en tant que parent, vous devez éviter de traiter votre enfant de témoin lorsqu’il attire votre attention sur des problèmes, en particulier lorsqu’il s’agit de brimades entre frères et sœurs. Si vous dites régulièrement à votre enfant qu’il est un rapporteur, il finira par cesser de communiquer avec vous sur les grands problèmes de sa vie. Vous ne voulez jamais étouffer la communication que vous avez avec votre enfant. Même si vous pensez qu’il pourrait régler les problèmes par lui-même, prenez le temps d’écouter ses plaintes.

A lire  5 choses à enseigner à vos enfants sur l'étiquette numérique

« Se venger ».

Contrairement à ce que les gens peuvent vous dire, vous ne vous sentirez jamais mieux, ni vous ni votre enfant, si vous vous vengez ou si vous cherchez à vous venger. Au contraire, la vengeance vous laissera tous deux dans un état de vide et de dépression. La meilleure solution est de vous concentrer sur ce que votre enfant peut contrôler, comme sa réaction à l’intimidation et la façon dont vous allez faire face à la situation.

Trop souvent, les parents se tournent vers les médias sociaux pour partager l’expérience de leur enfant en matière de harcèlement. Mais c’est la pire chose que vous puissiez faire. Non seulement le fait de se livrer à des actes de honte en public est comparable à l’intimidation elle-même, mais cela revient à victimiser votre enfant en rendant publique une situation très embarrassante. Cela le prépare également à subir d’autres brimades. D’autres enfants peuvent se joindre aux brimades lorsqu’ils voient qu’elles suscitent une réaction aussi intense.

Il faut plutôt relativiser l’intimidation. Si vous passez trop de temps à vous préoccuper de ce que l’intimidateur a fait à votre enfant, vous vous concentrez sur l’intimidateur plutôt que sur votre enfant. Essayez d’avoir des conversations régulières avec votre enfant et de déterminer comment il se sent. Ensuite, prenez des mesures pour l’aider à aller au-delà de l’intimidation.

Finalement, vous pouvez même lui parler du fait de pardonner à la brute. Non seulement le pardon renforce la résilience, mais il permet aussi à votre enfant de reprendre son pouvoir dans la situation. N’oubliez pas que le pardon est un choix et permet à votre enfant de laisser tomber les aspects négatifs de la situation et d’aller de l’avant.

« Combattre le feu par le feu. »

En d’autres termes, ce que les gens suggèrent, c’est que votre enfant intimide le tyran. Cette suggestion peut aller de l’humiliation publique de l’intimidateur sur Internet à la diffusion de rumeurs. Certains peuvent même suggérer d’envoyer des sous-titres, de publier des messages sur les médias sociaux ou de demander à un ami de menacer ou d’intimider l’intimidateur. Si ces suggestions peuvent amener un tyran à cesser de cibler votre enfant, elles en font également un tyran. Demandez-vous si vous voulez vraiment que votre enfant abaisse ses normes au niveau de celles d’un tyran.

A lire  Le lien entre les brimades et le harcèlement sexuel

Au lieu d’encourager votre enfant à devenir une victime de l’intimidation, aidez-le à apprendre comment combattre l’intimidation de manière plus saine. Il arrive souvent que les enfants transforment leur expérience de l’intimidation en quelque chose de positif. Par exemple, certains enfants créent un groupe de soutien pour d’autres enfants victimes d’intimidation. Ils peuvent aussi lancer une campagne de prévention des brimades à l’école.

Caitlin Haacke, par exemple, a mis au point une journée post-it positive dans son école. Après avoir été intimidée, au lieu de se complaire dans la douleur qu’elle ressentait, elle est allée à l’école et a mis des Post-It avec des commentaires positifs et encourageants sur le casier de tout le monde. De ce seul acte, tout un mouvement est né. Et, plus important encore, cela lui a permis de trouver un but à l’intimidation qu’elle a subie. Elle n’était plus une victime, mais elle utilisait ce qu’elle vivait pour aider d’autres personnes.

« Talk It Out ».

Certaines écoles et entreprises pensent encore qu’il est judicieux de mettre l’intimidateur et la victime dans la même pièce. Mais la médiation ne fonctionne jamais en raison du déséquilibre de pouvoir qui existe entre les deux.

L’une des trois principales composantes de l’intimidation est que l’auteur a plus de pouvoir que la cible. Toute tentative de médiation ou de discussion ne fera qu’aggraver la situation de la victime. Souvent, les victimes de brimades ont trop peur de parler de ce qui se passe réellement. De plus, les intimidateurs utilisent l’intimidation pendant la médiation pour faire taire la victime. La vérité sur ce qui s’est passé ne sera jamais révélée dans ces scénarios.

Si l’école de votre enfant propose une médiation, n’autorisez pas votre enfant à y participer. Cette mesure n’aidera pas votre enfant et pourrait entraîner une plus grande victimisation. Suggérez plutôt que les administrateurs de l’école parlent séparément avec la victime, l’intimidateur et les spectateurs. De cette façon, votre enfant sera libre de raconter ce qui s’est passé sans crainte. Veillez également à ce que des mesures soient prises pour protéger la vie privée et la sécurité de votre enfant. La crainte de représailles est réelle.

Les administrateurs scolaires ont la responsabilité éthique, et parfois légale, de veiller à la sécurité de votre enfant à l’école. Assurez-vous qu’ils font tout leur possible non seulement pour mettre fin aux brimades, mais aussi pour protéger votre enfant contre de futurs incidents.

Bouton retour en haut de la page