6 façons dont l’intimidation a un impact sur les spectateurs

Le fait de voir une autre personne se faire intimider peut avoir un impact énorme. Après tout, la plupart des gens sont dérangés lorsqu’ils voient une personne blessée ou insultée. En fait, le fait d’être témoin de brimades crée un large éventail d’émotions et de stress qui peuvent avoir des répercussions sur le spectateur. De l’anxiété et de l’incertitude à la peur et à la culpabilité, l’intimidation a un impact considérable sur les spectateurs.

En fait, des recherches préliminaires suggèrent que les enfants qui sont témoins de brimades peuvent être aussi en danger psychologiquement que les victimes et les brimades. Et tout comme les victimes de brimades, leur santé physique, leur santé mentale et même leurs études peuvent être affectées. Voici six façons dont les spectateurs sont touchés par les brimades.

Effet de spectateur

Les personnes qui assistent à des brimades peuvent être affectées par ce que l’on appelle l’effet de spectateur, qui se produit lorsqu’un groupe de personnes assiste à un incident de brimades et que personne ne réagit. Lors d’un incident de harcèlement, s’il n’y a qu’un seul témoin, cette personne est susceptible d’aider la victime. Mais dans un groupe de trois personnes ou plus, personne n’a le sentiment qu’il est de sa responsabilité d’agir. Ainsi, en tant que groupe, elles sont moins susceptibles de s’avancer et d’aider la victime.

Selon John Darley et Bibb Latane, qui ont été les premiers à étudier ce phénomène en 1970, les individus sont lents à réagir en raison de ce que l’on appelle la diffusion de la responsabilité. Lorsque cela se produit, les spectateurs ont le sentiment que la responsabilité de faire quelque chose est partagée par l’ensemble du groupe. Cela ralentit donc leur réaction. Ou alors, ils ne réagissent pas du tout.

A lire  Les filles et les garçons intimident-ils différemment ?

De plus, les spectateurs peuvent être lents à réagir car ils surveillent les réactions des autres membres du groupe. Ils essaient de déterminer si la situation est suffisamment grave pour faire quelque chose, et ils regardent si quelqu’un d’autre va s’avancer. Parfois, lorsque personne ne s’avance, les spectateurs se sentent justifiés de ne rien faire. Cette inaction est souvent appelée l’effet de spectateur.

Incertitude

Certains spectateurs sont plongés dans l’incertitude. Ils voient les brimades et savent au fond d’eux-mêmes que c’est mal, mais ils n’ont aucune idée de ce qu’il faut faire. C’est pourquoi les parents et les éducateurs doivent donner aux spectateurs les moyens de réagir de manière appropriée. Il existe un certain nombre de choses que les spectateurs peuvent faire pour aider, mais souvent ils ne savent pas ce que sont ces choses. Avec un peu d’aide, les enfants peuvent apprendre à réagir lorsqu’ils sont témoins de brimades.

La peur

La peur est une autre raison pour laquelle les spectateurs ne font rien lorsqu’ils sont témoins de brimades. Certains spectateurs ont peur de dire quoi que ce soit par crainte d’être embarrassés ou ridiculisés. Ils peuvent également craindre de dire ou de faire quelque chose de mal et d’aggraver les brimades. Ils préfèrent donc garder le silence. Pendant ce temps, d’autres spectateurs ont peur d’être blessés ou de devenir la prochaine cible s’ils prennent la défense de la victime. Et d’autres encore craignent d’être rejetés. Ils craignent que les autres membres du groupe se retournent contre eux, se moquent d’eux ou les ostracisent s’ils prennent la défense de la victime.

A lire  Comment les parents peuvent aider leurs enfants à réagir à la cyberintimidation

Culpabilité

Une fois l’incident terminé, de nombreux spectateurs sont accablés par la culpabilité. Non seulement ils se sentent mal pour ce qui est arrivé à la victime, mais ils ressentent également une culpabilité écrasante pour ne pas être intervenus. Ils peuvent également se sentir coupables de ne pas savoir quoi faire ou d’avoir trop peur pour intervenir, et ce bien après la fin de l’intimidation. C’est pourquoi les spectateurs sont souvent victimes des mêmes effets de l’intimidation que la victime.

Conflit entre l’approche et l’évitement

Lorsque les spectateurs ressentent une combinaison de peur et de culpabilité, cela peut conduire à ce que l’on appelle un conflit d’approche-évitement. Ce phénomène se produit lorsqu’il y a un désir sincère d’aider dans une situation, mais un désir tout aussi fort d’éviter la situation. Lorsqu’il s’agit de harcèlement, les enfants peuvent se sentir coupables de ne pas aider, et pourtant trop effrayés pour le faire en même temps. C’est comme s’ils étaient tirés dans deux directions à la fois. Parfois, le désir d’aider est plus fort et l’emporte. Parfois, la peur des conséquences est plus forte. Le résultat est l’indécision, qui conduit à un sentiment de perte de contrôle et produit des niveaux élevés de stress et d’anxiété pour le spectateur.

Anxiété

Après avoir été témoins d’un incident de harcèlement, certains spectateurs commencent à s’inquiéter d’être les prochaines cibles, surtout si le harcèlement est grave ou s’il s’agit d’un problème permanent à l’école. Cette anxiété peut également amener le spectateur à s’inquiéter de la sécurité à l’école. Ces inquiétudes rendent alors la concentration difficile. Les spectateurs sont parfois tellement dépassés par l’anxiété qu’ils évitent les zones où se produisent les brimades. Ils peuvent également éviter les événements sociaux et autres activités en raison de leur anxiété face aux brimades. Parfois, pour tenter de faire face à l’anxiété et éviter de devenir des cibles, les spectateurs peuvent rejoindre des cliques ou succomber à la pression de leurs pairs. Les spectateurs peuvent même devenir des brutes pour éviter d’être eux-mêmes victimes de brimades.

A lire  Quels sont les effets de la cyberintimidation ?

Un mot de la famille Troovez.com

Voir une autre personne souffrir n’est jamais facile. Mais il peut être difficile de savoir ce qu’il faut faire. Si vos enfants sont fréquemment témoins de brimades à l’école, il est important que vous les équipiez des outils dont ils ont besoin pour signaler les brimades. En fait, tous les adolescents devraient savoir quoi faire s’ils sont témoins de brimades à l’école ou dans leur communauté. En donnant à votre adolescent les moyens d’aider, au lieu de rester les bras croisés, vous contribuez à mettre un terme aux brimades.

Bouton retour en haut de la page