7 étapes pour vaincre vos peurs et avancer avec la vie

Prendre les bonnes mesures pour dépasser la peur

Vous avez une peur qui vous retient.

Vous n’êtes pas seul. Tout le monde connaît un certain niveau de peur ou d’anxiété. Les spécificités peuvent varier, mais tout le monde est paralysé – à un moment ou à un autre – par la voix insidieuse de la peur. Même si cela n’en a pas l’air, du moins pas au moment où l’emprise de la peur est la plus forte, vous pouvez vaincre vos peurs. Les gens le font tous les jours et c’est plus accessible que vous ne le pensez.

Vous cherchez à vous libérer de la peur qui vous retient ? Essayez les sept étapes suivantes :

1. Reconnaître l’emprise de la peur sur vous

Cette première étape est d’une simplicité trompeuse. Si vous cherchez à vaincre votre peur, vous savez évidemment qu’elle contrôle chacune de vos pensées et de vos actions, n’est-ce pas ?

Pas nécessairement.

Nos peurs déforment la façon dont nous percevons le monde et la façon dont nous nous percevons nous-mêmes. Elles faussent nos pensées et bâillonnent la pensée rationnelle. Les peurs, l’insécurité et l’anxiété peuvent être difficiles à surmonter parce que leurs racines sont profondément ancrées dans notre subconscient.

Par exemple, le docteur Gregory Berns a découvert que « lorsque notre cerveau ressent la douleur ou anticipe une perte, nous avons tendance à nous accrocher à ce que nous avons ». En termes simples, les gens choisissent souvent la douleur qu’ils connaissent ou la misère qu’ils connaissent plutôt que de risquer la simple possibilité d’une douleur ou d’une perte inconnue dans l’avenir. « La chose la plus concrète que nous dit la neuroscience », dit Berns, « c’est que lorsque le système de peur du cerveau est actif, l’activité exploratoire et la prise de risque sont désactivées ».

Si vous voulez vaincre votre peur, la première étape doit être de reconnaître que votre peur vous contrôle.

2. Identifier la racine de la peur

Vous vous souvenez de ces racines profondes ? Elles sont souvent très différentes de ce qui se trouve à la surface. C’est parce que la peur de surface est souvent inspirée par une anxiété plus profonde, plus émotionnelle.

Vous avez peur de créer votre propre entreprise ? On pourrait appeler cela la peur de l’échec ; mais cette peur est liée à l’anxiété de passer pour un idiot, qui à son tour est liée à un désir de respect. La peur de l’échec peut provenir de soucis financiers, qui peuvent être motivés par le désir de subvenir aux besoins de la famille ou des proches.

Le simple fait de dire « J’ai peur de l’échec » ne vous mènera pas à la racine de votre peur et au siège de son pouvoir. Vous devez identifier les besoins émotionnels sous-jacents afin de vraiment comprendre – et vaincre – votre peur.

3. Créer un système de gestion du stress

Lorsque votre corps est constamment piégé en mode « combat ou fuite », cela peut affecter plus que votre bien-être émotionnel. Une réaction prolongée de combat ou de fuite peut déséquilibrer vos hormones. Ce déséquilibre peut avoir un impact négatif sur tout, du cœur à la fertilité, en passant par le poids.

Même après avoir identifié vos peurs, il est important de mettre en place des techniques de relaxation pour les vaincre. Cela ne se fera pas du jour au lendemain. Essayez des méthodes éprouvées de lutte contre le stress, comme le yoga, la méditation ou une tisane anti-stress.

4. Fixer des objectifs

Conquérir sa peur ne signifie pas la faire disparaître. Au contraire, la peur est conquise lorsque vous êtes capable non seulement de reconnaître quand la peur dicte vos pensées, mais aussi de reprendre le contrôle et de prendre des risques. Se fixer des objectifs peut vous aider à reprendre le contrôle de votre peur.

« Je ne me soucierai plus de ce que les autres pensent de moi », c’est bien, mais la vérité est qu’il y aura toujours des moments où vous vous sentirez en insécurité. Fixez-vous plutôt des objectifs plus concrets, comme « Je ne laisserai pas la peur m’empêcher de demander de l’aide pour de grands projets au travail ».

En vous fixant un objectif lorsque votre esprit est clair, vous vous armez pour ces moments où la peur tente de prendre le dessus.

5. Créer des étapes ou des tâches gérables

Vous connaissez cette vieille blague : comment mange-t-on un éléphant ? Une bouchée à la fois. Adoptez la même approche pour affronter vos peurs : une bouchée à la fois.

Les personnes souffrant de phobies très spécifiques – comme l’arachnophobie – bénéficient souvent d’une thérapie d’exposition. La thérapie d’exposition implique la création d’un programme d’étapes ou de défis en constante progression. Les arachnophobes ne passent pas directement de la peur des araignées aux câlins d’une douzaine de tarentules. Ils font de petits pas pour renforcer leur réponse non phobique.

Prenez le but du numéro 4. Si vous craignez que demander de l’aide vous fasse paraître faible ou incompétent – anxiété courante pour ceux qui refusent de demander de l’aide – il y a de fortes chances que vous ayez tendance à dire non lorsque l’aide est offerte gratuitement. Une bonne première étape pourrait être de dire oui lorsqu’un collègue vous propose son aide pour une petite tâche, comme le nettoyage d’un déversement dans la salle de repos ou la prise en charge d’une petite course.

6. Créer des échéances

Si vous craignez les délais, cette étape n’est peut-être pas pour vous. Cependant, pour beaucoup de gens, les délais peuvent être une forme de motivation. Marquez-les sur votre calendrier, placez un Post-It lumineux sur votre écran, déclenchez une alarme sur votre téléphone. Fixez une échéance réaliste et efforcez-vous de la respecter.

Vous avez besoin de parler à votre patron d’une augmentation ? Un petit pas pourrait être d’envoyer un courriel pour demander une rencontre. Au lieu de vous dire : « Je lui enverrai un courriel aujourd’hui », fixez une date limite d’envoi avant votre pause déjeuner. En fixant un délai pour accomplir la tâche, celle-ci devient plus tangible.

7. Créer un réseau de responsabilisation et de soutien

Prenez une page de la cure de désintoxication et trouvez un réseau de soutien. La peur peut entraîner une dépendance, alors entourez-vous d’amis et de membres de votre famille qui vous encourageront et vous demanderont des comptes.

Il est plus facile de reculer par rapport à un objectif ou d’ignorer une échéance si vous êtes le seul à être au courant. En le partageant avec un ami, vous avez maintenant quelqu’un qui vous tient pour responsable. Lorsque la peur commence à saper votre détermination, vous pouvez vous tourner vers votre réseau de soutien pour vous remettre sur la bonne voie.

Avec un peu d’honnêteté, un plan et un réseau de soutien, vous pouvez vaincre n’importe quelle peur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page