8 faits étonnants sur les albatros

Un albatros est un grand et magnifique oiseau de mer capable de s’envoler sur des distances incroyables sans repos. Longtemps considérés avec une crainte superstitieuse par les marins, ils passent la plupart de leur temps à planer en plein océan. La plupart des gens dans le monde ont rarement un aperçu de ces oiseaux uniques, car lorsqu’ils se rendent sur la terre ferme, c’est souvent pour se reproduire sur des îles éloignées avant de repartir en mer.

Cependant, malgré leur caractère insaisissable, la plupart des espèces d’albatros sont aujourd’hui menacées d’extinction en raison des activités humaines. Dans l’espoir de mieux les faire connaître et d’illustrer la chance que nous avons de partager la planète avec eux, voici quelques éléments que vous ignorez peut-être sur l’incroyable albatros.

1. L’albatros a la plus grande envergure des ailes de tous les oiseaux vivants

L’envergure des ailes d’un albatros errant peut atteindre 3,6 mètres, ce qui en fait le plus grand oiseau existant sur Terre en termes d’envergure. Il est en concurrence avec d’autres espèces d’albatros, notamment l’albatros royal du sud, dont l’envergure peut atteindre 3,3 mètres.

Un albatros errant peut parcourir 500 miles en une journée et maintenir une vitesse de près de 80 mph pendant huit heures – sans même battre des ailes. Cette capacité a longtemps fasciné les ingénieurs, qui sont désireux d’imiter les capacités de vol de l’albatros avec des avions.

Une partie du secret réside dans le verrouillage des articulations des coudes, qui permet à l’albatros de garder ses ailes déployées pendant de longues périodes sans que ses muscles ne lui coûtent de l’énergie. De plus, les oiseaux ont maîtrisé une technique connue sous le nom de vol dynamique, qui consiste à voler le long d’une trajectoire continuellement incurvée de manière à extraire l’énergie du gradient de vitesse du vent, ou cisaillement du vent. Et parce que les albatros habitent des régions du monde où les vents sont forts et fiables, le vol dynamique permet d’accéder à « une source d’énergie externe illimitée », selon une étude publiée en 2013 dans le Journal of Experimental Biology.

A lire :  9 Créatures dangereuses des récifs coralliens

2. Ils peuvent passer des années sans toucher à la terre

Une fois en vol, les albatros peuvent passer un an ou plus en mer sans mettre les pieds sur terre, la plupart du temps en volant. En se posant dans l’eau, ils sont exposés aux risques des requins et ne se posent donc que brièvement pour se nourrir. Il est largement admis que les albatros doivent pouvoir dormir en volant ; les preuves du comportement des albatros sont encore insuffisantes, mais elles ont été documentées chez la frégate, un oiseau très proche.

3. Ils peuvent vivre et élever des poussins jusqu’à 60 ans

Tous les albatros sont des oiseaux qui vivent longtemps et qui peuvent survivre pendant de nombreuses décennies. En fait, certains vivent bien au-delà de leur 50e anniversaire. L’exemple le plus connu vient d’un albatros de Laysan nommé Wisdom, qui a été bagué pour la première fois par des scientifiques en 1956 dans l’atoll de Midway.

La sagesse a continué à revenir à Midway pendant plus d’un demi-siècle, élevant une trentaine de poussins. Lorsqu’elle a été vue pour la dernière fois fin 2018, Wisdom avait 68 ans, ce qui en faisait la plus ancienne oiseau bagué connu dans la nature. Elle était également mère, ce qui en faisait l’un des plus anciens oiseaux reproducteurs connus. Ce poussin a éclos au début de l’année 2019.

4. Ils s’accouplent pour la vie, avec une certaine marge de manœuvre

Les albatros sont connus pour être des animaux monogames, formant un lien à long terme avec un partenaire qui est rarement rompu. On dit souvent qu’ils ont le « taux de divorce » le plus bas de tous les oiseaux ; les couples accouplés ne se séparent pratiquement jamais avant la mort d’un oiseau.

Ces liens de couple n’adhèrent pas nécessairement à la définition humaine de la romance. Les couples d’albatros passent un temps limité ensemble, ne se rencontrant que brièvement sur leur lieu de reproduction jusqu’à la ponte. Ensuite, ils se relaient pour incuber l’œuf et chercher de la nourriture. Finalement, les deux oiseaux doivent chercher de la nourriture pour nourrir leur poussin en pleine croissance. Une fois que leur poussin a pris son envol après 165 jours, le couple se sépare pour le reste de l’année, ne se réunissant que lorsqu’il est temps de se reproduire à nouveau. Ils sont socialement monogames, ce qui signifie qu’ils se lient avec un seul partenaire mais se reproduisent parfois en dehors de cette relation.

A lire :  14 animaux disparus qui pourraient être ressuscités

5. Ils se courtisent avec des danses d’accouplement élaborées

Comme le choix d’un partenaire est une décision capitale pour les albatros, il faut un bon système pour identifier les meilleurs candidats. Ils se font la cour par des danses d’accouplement élaborées qui se développent au fil du temps et finissent par devenir uniques à chaque paire.

L’albatros errant a au moins 22 composantes de danse distinctes. Leurs mouvements comprennent des roulements de tête, des claquements de becs, des points dans le ciel, des saluts, des jacassements et des jappements. Les deux douzaines de mouvements de l’albatros de Laysan comprennent des hennissements, des mouvements de tête, des applaudissements, des claquements d’air, des regards et des appels au ciel. Ces éléments sont combinés en une séquence unique pour chaque couple.

6. Ils peuvent sentir la nourriture dans l’eau à 12 miles de distance

Pendant plus de cent ans, on a cru que les oiseaux avaient peu ou pas d’odorat – une idée avancée même par le célèbre naturaliste et ornithologue John J. Audubon. Or, non seulement les oiseaux peuvent sentir, mais l’odeur semble être un élément crucial dans la façon dont de nombreux oiseaux de mer trouvent leur nourriture.

Pourtant, même pour les oiseaux de mer au nez fort, suivre une piste olfactive en pleine mer n’est pas facile. Leur nourriture peut envoyer de nombreux indices piquants sous le vent, mais les turbulences de l’air en mer découpent le panache d’odeurs, créant des taches d’odeurs difficiles à suivre. Selon une étude réalisée en 2008, dans laquelle des chercheurs ont équipé 19 albatros errants de capteurs GPS, les oiseaux s’approchaient souvent de leur nourriture en volant contre le vent en zigzag, ce qui semble améliorer leurs chances de remonter à la source d’un panache d’odeurs intermittent.

La vue est également importante, ont noté les chercheurs, mais l’odorat peut contribuer à la moitié des découvertes de nourriture en vol de l’albatros, qui peuvent être faites à une distance de 12 miles.

7. Certains albatros forment des couples femme-femme

Les albatros de Laysan femelles s’accouplent parfois avec d’autres femelles. Ce phénomène est particulièrement répandu sur l’île hawaïenne d’Oahu, où la colonie de reproduction est majoritairement féminine et où 31 % de tous les couples accouplés sont constitués de deux femelles. Ces couples femelles-femelles élèvent les poussins ensemble après que leurs œufs aient été fertilisés par des mâles non accouplés ou par une copulation extra-accouplée avec des mâles déjà accouplés.

A lire :  Mai est le mois idéal pour les enfants pour observer les oiseaux

Les couples femelle-femelle élèvent moins de poussins que les couples femelle-mâle, mais c’est une meilleure option sur le plan de l’évolution que de ne pas en élever du tout, ont noté les chercheurs dans une étude de 2008. Et comme l’accouplement avec une autre femelle permet à des oiseaux qui n’en auraient peut-être pas eu l’occasion autrement de se reproduire, le comportement semble être une réponse adaptative à la démographie locale.

8. Ils sont menacés d’extinction

Sur les 22 espèces d’albatros reconnues par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), 15 sont menacées d’extinction, et huit espèces sont classées comme étant soit en danger, soit en danger critique d’extinction (y compris l’albatros royal errant et l’albatros de Tristan).

De nombreux albatros meurent en mer, mortellement pris au piège par les lignes et les filets de pêche, mais beaucoup meurent également sous forme d’œufs et de poussins dans leurs zones de reproduction, en raison de la présence de prédateurs envahissants comme les chats et les rats. Le plastique des océans représente également une menace croissante pour les albatros, les poussins étant parfois nourris par leurs parents involontaires avec un mélange dangereux de débris de plastique.

Il existe des moyens d’aider les albatros. Des groupes comme le Marine Stewardship Council et le Monterey Bay Aquarium Seafood Watch proposent des informations sur les produits de la mer durables, ce qui facilite l’achat de poissons pêchés selon des méthodes sans prises accessoires et sans danger pour les oiseaux de mer. Et comme le plastique des océans peut provenir de pratiquement n’importe où sur la Terre, vous pouvez soutenir la conservation des albatros simplement en utilisant moins de plastique et en recyclant tout ce que vous utilisez.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!