8 Faits sur l’intimidation que tout le monde devrait savoir

La plupart des gens ont l’impression de bien comprendre ce qu’est le harcèlement. Mais parfois, ils ont une image incomplète du problème. Cela est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit de comprendre les brimades et d’identifier les types de brimades. Voici huit faits que tout le monde devrait connaître sur les brimades.

Les brutes sont de toutes formes et de toutes tailles

C’est une erreur de supposer que tous les brutes sont des solitaires ou ont une faible estime de soi. En fait, il existe au moins six types de brimades courantes. Si certains d’entre eux souffrent de problèmes d’estime de soi, d’autres intimident parce qu’ils estiment y avoir droit. En fait, les enfants qui intimident sont souvent les enfants populaires qui veulent diriger l’école. D’autres enfants se livrent à des brimades parce qu’ils ont eux aussi été victimes de brimades et certains se livrent à des brimades pour tenter de gravir l’échelle sociale. Certains enfants se livrent même à des brimades en raison de la pression exercée par leurs camarades.

L’intimidation implique d’avoir du pouvoir sur quelqu’un. Par conséquent, de nombreux enfants qui pratiquent l’intimidation ont soif de pouvoir. En d’autres termes, l’intimidateur cherche à améliorer son statut. D’autres enfants participent aux brimades parce qu’ils les considèrent comme une méthode efficace pour contrôler et manipuler la hiérarchie sociale à l’école.

Tout le monde peut être victime d’intimidation

Bien que certaines caractéristiques amènent souvent les intimidateurs à cibler quelqu’un, il est faux de penser qu’il existe un type de cible. En fait, même les enfants les plus populaires à l’école peuvent être victimes d’intimidation. Il est important de se rappeler que les enfants sont victimes d’intimidation parce que l’intimidateur a choisi de les cibler.

Il est également faux de supposer que certains enfants sont victimes d’intimidation parce qu’ils ont fait quelque chose qui a causé l’intimidation ou qu’ils ont une personnalité de victime. Lorsque cette idée est adoptée, elle permet de retirer la responsabilité de l’intimidateur et de la faire porter à la victime. La responsabilité des brimades incombe toujours aux enfants qui les commettent. Ils sont les seuls à avoir le choix en la matière. De même, le fait d’étiqueter les enfants qui sont victimes de brimades permet à l’agresseur de se tirer d’affaire et implique que la victime mérite d’être victimisée.

A lire  Comprendre les victimes de brimades

L’intimidation peut se produire à tout âge

Bien que les brimades commencent souvent à la fin de l’école primaire et atteignent leur apogée au collège, il est important de souligner qu’elles peuvent commencer dès la maternelle. Si la majorité des brimades à l’école ont lieu au collège, certaines se poursuivent à l’âge adulte. En fait, les brimades sur le lieu de travail constituent un problème croissant.

Peu importe l’âge d’une personne, les intimidateurs ciblent toute personne qui ne correspond pas à la norme acceptée et se concentrent sur cela. Ils intimident également les personnes qui se sentent menacées ou celles qui ont quelque chose qu’elles veulent. Les gens sont également malmenés parce qu’ils ont une apparence, un comportement, une façon de parler ou une tenue vestimentaire différents.

Il existe six types d’intimidation

Quand la plupart des gens imaginent le harcèlement, ils imaginent un groupe de garçons qui frappent un autre garçon à coups de poing et de pied. Mais le harcèlement physique n’est pas le seul type de harcèlement. Il existe en fait six types de brimades différentes : les brimades physiques, les brimades verbales, les agressions relationnelles, les cyberbrimades, les brimades préjudiciables et les brimades sexuelles. Savoir repérer tous les types de brimades aide les parents et les éducateurs à réagir plus efficacement aux situations de brimades. Par exemple, assurez-vous que vous pouvez reconnaître l’agression relationnelle et la cyberintimidation aussi facilement que vous pouvez repérer les brimades physiques.

Les garçons et les filles s’affrontent différemment

En matière d’intimidation, les garçons et les filles ont tendance à intimider différemment. Par exemple, les femmes qui intimident sont souvent des « méchantes filles » qui utilisent l’agression relationnelle et la cyberintimidation pour contrôler et manipuler les situations. Les filles ont également davantage recours aux insultes et ont tendance à n’intimider que les autres filles.

A lire  Le lien entre les brimades et le harcèlement sexuel

Les garçons, en revanche, ont tendance à être plus agressifs physiquement. Cela ne veut pas dire qu’ils ne traitent pas les autres de noms et de cyberintimidateurs, mais en fin de compte, les garçons ont tendance à donner des coups de poing et à frapper beaucoup plus que les femmes. De plus, les hommes intimidateurs intimident à la fois les filles et les garçons. Ils sont également impulsifs, menaçants et jouissent du statut qu’ils obtiennent à la suite d’une bagarre.

Les victimes de brimades ne le signalent pas souvent

Malgré le nombre d’émotions négatives et les conséquences de l’intimidation, de nombreuses cibles de l’intimidation ne disent à personne ce qui se passe. Les raisons de garder le silence varient d’une personne à l’autre. Mais pour certains préadolescents et adolescents, ils sont gênés, confus ou pensent qu’ils peuvent s’en sortir seuls. Un certain nombre de jeunes se demandent également si le fait de le dire leur fera du bien ou non. Malheureusement, certains adultes et systèmes scolaires ont établi une tendance à ne pas s’attaquer au problème des brimades et les jeunes estiment que le fait de le dire ne changera pas la situation.

Il y a généralement des témoins de l’intimidation

Souvent, lorsque des brimades se produisent, d’autres enfants sont présents. Pourtant, la réaction habituelle de ces spectateurs est de rester les bras croisés et de ne rien faire. C’est pourquoi les efforts de prévention des brimades doivent inclure des idées sur la manière de donner aux spectateurs les moyens d’agir. Ces programmes doivent inclure des idées sur ce que les spectateurs peuvent faire s’ils sont témoins de brimades. Souvent, les enfants restent silencieux parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils doivent faire ou parce qu’ils ont l’impression que cela ne les regarde pas. Mais l’objectif de la prévention des brimades est de tirer profit du public que possède un agresseur et de le tourner vers l’aide à la victime plutôt que de soutenir en silence les agresseurs.

A lire  Pourquoi les élèves doués sont-ils la cible des tyrans

L’intimidation a des conséquences importantes

Être la cible d’un tyran peut avoir des conséquences importantes. En effet, de nombreuses victimes se sentent seules, isolées et humiliées. Et si l’intimidation n’est pas traitée, un certain nombre d’autres problèmes peuvent apparaître, notamment la dépression, les troubles alimentaires, le stress post-traumatique et même des pensées suicidaires. C’est pourquoi il est important que les parents et les enseignants réalisent que l’intimidation n’est pas un rite de passage et qu’elle ne rendra pas les victimes plus fortes. Au contraire, elle a des conséquences durables et doit être traitée rapidement et efficacement.

Si vous avez des pensées suicidaires, contactez la National Suicide Prevention Lifeline à l’adresse 1-800-273-8255 pour obtenir le soutien et l’assistance d’un conseiller qualifié. Si vous ou un de vos proches êtes en danger immédiat, appelez le 911.

Un mot de la famille Troovez.com

Si votre enfant est victime de harcèlement, il est important d’y remédier immédiatement. Commencez par l’écouter et compatir à ce qu’il vit. Ensuite, faites un brainstorming sur la meilleure façon de faire face à la situation. Bien sûr, la meilleure solution consiste toujours à signaler les brimades qui se produisent à l’école, mais vous voulez être sûr que votre enfant est d’accord avec cette décision. La clé est de donner à votre enfant les moyens de jouer un rôle actif dans la résolution de la situation, plutôt que de se précipiter et d’essayer de tout régler. N’oubliez pas que les brimades donnent à l’enfant un sentiment d’impuissance. Par conséquent, tout moyen de lui redonner un sentiment de pouvoir et de confiance en soi contribuera grandement à guérir les effets des brimades.

Bouton retour en haut de la page