8 Inventions chinoises anciennes que l’Occident n’avait pas imaginées

Selon les statistiques fournies par le Forum économique mondial, la Chine peut aujourd’hui se targuer d’être le deuxième pays au monde en termes de dépenses en recherche et développement scientifique, ne cédant la place qu’aux États-Unis.

Pourtant, il est surprenant de constater que la Chine n’est pas seulement un producteur mais aussi un inventeur d’un grand nombre de choses et même de technologies que les États-Unis et des nations beaucoup plus anciennes utilisent quotidiennement.

Lorsque de nombreuses tribus étaient à la recherche des meilleures terres de toute l’Europe et ne pouvaient même pas imaginer que l’océan Atlantique les séparait des autres grands continents, la civilisation chinoise établissait, développait et révolutionnait la science et la technologie orientales.

Bien sûr, on ne peut pas attribuer à la Chine l’invention du téléphone portable, d’Internet ou d’autres technologies modernes. Mais ce que cette nation a donné à l’humanité entière il y a des milliers d’années a fait progresser différentes industries et amélioré différents aspects de la vie humaine. De plus, l’influence de toutes ces ingénieuses inventions chinoises anciennes peut être suivie même au 21e siècle.

Aujourd’hui, nous pouvons tous déguster des thés chinois savoureux, présenter de la porcelaine chinoise exquise aux connaisseurs, nous émerveiller devant la complexité de la soie chinoise et améliorer notre santé grâce aux traditions et aux progrès de la médecine chinoise.

Cependant, ce n’est qu’une infime partie de l’énorme héritage que la Chine ancienne a laissé pour l’avenir mondial.

Documenter la contribution chinoise

Le Dr Joseph Needham a été l’un des premiers et des plus éminents scientifiques occidentaux à essayer de faire la lumière sur les réalisations et les contributions chinoises au développement de notre monde entier. Le biochimiste et historien britannique a été captivé par l’attitude et l’approche de la Chine en matière de science et de technologie après son voyage dans ce pays en 1942.

L’admiration de Needham pour l’histoire, la culture et la langue chinoises, ainsi que son extraordinaire intelligence, l’ont amené à travailler sur un énorme projet, aujourd’hui largement connu sous le nom de « Science et civilisation en Chine ».

Il comprend 27 livres publiés en 7 volumes sur le sujet et couvre tous les aspects : des mathématiques à la médecine.

Science et Civilisation en Chine (traduction chinoise) par Joseph Needham. (CC BY-SA 3.0)

Science et Civilisation en Chine (traduction chinoise) par Joseph Needham. ( CC BY-SA 3.0 )

Joseph Needham a décrit avec enthousiasme des douzaines d’inventions chinoises anciennes qui étaient (et restent) largement utilisées dans le monde occidental et dont on ne pouvait même pas imaginer qu’elles provenaient en fait de l’Extrême-Orient.

Alors, qu’est-ce que cette civilisation séculaire, sage et encore mystérieuse nous a donné pour rien, littéralement ?

Le papier, le papier hygiénique, le papier-monnaie et le menu

L’invention du papier a permis l’invention des trois autres choses utiles mentionnées ici. Mettons donc ces quatre choses dans une seule catégorie : l’invention du papier.

Les Européens achetaient du papyrus à l’Egypte et utilisaient le parchemin pendant tous ces siècles où les Chinois appréciaient le vrai papier. Bien qu’il ne ressemble pas tout à fait au papier moderne sur lequel nous sommes habitués à écrire, il s’est avéré être un matériau plus pratique et plus durable.

A lire :  L'homme qui a arrêté un désert en utilisant une ancienne ferme

Les documents historiques attribuent l’invention de la fabrication du papier à Cai Lun, un eunuque de la cour de l’empereur. Bien qu’il soit officiellement reconnu que la fabrication du papier est née en 105 après J.-C., des enquêtes récentes ont permis de remonter jusqu’au IIe siècle avant J.-C.

D’aucuns diront que le papyrus était produit en Égypte depuis 3000 avant J.-C. et qu’il a bien servi pendant de nombreux siècles. Cependant, aux 14ème et 15ème siècles, l’Europe a également opté pour le papier. Et ce choix parle de lui-même.

Évidemment, si la Chine a inventé la fabrication du papier, elle doit être le créateur du… papier toilette. La première utilisation enregistrée remonte à 851 après J.-C., sous la dynastie Tang. Mais c’est sous la dynastie Ming (1368-1644) que la popularité du papier toilette s’est accrue à la cour impériale.

Dans le monde occidental, le papier hygiénique n’est devenu commercialement disponible que dans la seconde moitié du 19e siècle, après avoir été « réinventé » par Joseph C. Gayetty en 1857.

Au IXe siècle de notre ère, les Chinois ont commencé à utiliser le papier pour imprimer de l’argent. Les premières factures en papier servaient de billets de crédit ou de change. Les commerçants pouvaient les recevoir pour déposer des pièces de métal, sans perte de la valeur des « espèces ».

Une plaque d'impression et un billet de banque. La dynastie des Yuan. (CC BY-SA 3.0)

Une plaque d’impression et un billet de banque. La dynastie des Yuan. ( CC BY-SA 3.0 )

La Chine a toujours été un grand commerçant, accueillant des marchands et des aventuriers du monde entier. Le grand nombre d’étrangers qui ne parlaient pas la langue chinoise serait à l’origine de l’invention… d’une carte de restaurant dès l’époque de la dynastie Song (960-1279). Les Chinois avaient déjà du papier, alors l’utiliser pour faire des menus était une idée raisonnable, n’est-ce pas ?

Impression

Malgré la disponibilité d’artefacts d’imprimerie bien plus anciens en Extrême-Orient, le Sutra du Diamant est considéré comme le tout premier livre imprimé sur papier à taille régulière. Selon les archives, il a été réalisé en 868 après J.-C., pendant la dynastie des Tang. À cette époque, l’impression sur bois gagnait en popularité, simplifiant la diffusion des textes religieux sans modifications.

,

Une page du Sutra du diamant, le premier livre imprimé au monde. ( Domaine public )

Les premiers maîtres mettaient de l’encre sur un bloc de bois portant une inscription. L’encre roulait sur la surface des caractères sculptés dans le bois. Après l’impression, une image inversée du bloc de bois était laissée sur le papier qui prenait facilement l’encre. Un seul bloc pouvait produire environ 20 000 copies.

Un siècle plus tard, Bi Sheng a amélioré cette technique en introduisant l’impression de caractères mobiles. Les caractères individuels mobiles, sculptés sur des pièces d’argile et durcis au feu, pouvaient être fixés à une plaque de fer pour imprimer une page de texte. Ils étaient ensuite brisés et réorganisés pour imprimer une autre page.

D’ailleurs, Johann Gutenberg a utilisé presque la même technologie pour imprimer la première Bible dans les années 1450.

A lire :  L'Anémoi et l'invention ingénieuse de la Tour des vents

Alcool

Les recherches menées en 2004 par l’Université de Pennsylvanie ont révélé que les Chinois pourraient avoir été les premiers à découvrir les procédés de fermentation et de distillation utilisés pour créer de l’alcool. L’équipe de scientifiques a étudié des matériaux organiques séchés qu’ils ont trouvés dans d’anciennes jarres. Les résultats d’une analyse complexe leur ont permis d’affirmer que les Chinois buvaient des boissons alcoolisées dès 9 000 ans.

Récipients traditionnels chinois pour le vin de riz. (CC BY-SA 2.0)

Récipients traditionnels chinois pour le vin de riz. ( CC BY-SA 2.0 )

La légende veut que Yi Di, la femme de Yu le Grand, qui était l’empereur de la dynastie mystique Xia, ait été la première à préparer une boisson alcoolisée pour son mari. Cela aurait pu se produire vers 2000 avant JC.

Ainsi, l’histoire de la fabrication du vin et de la bière prend ses racines en Chine, qui, ironiquement, n’est pas si connue aujourd’hui pour la production et l’exportation d’alcool.

Fourchettes

Les baguettes font certainement partie intégrante de l’exotisme chinois. Mais les découvertes de la récente excavation du tombeau de Qin Shihuang, le premier empereur non mythique de Chine (259 av. J.-C. – 210 av. J.-C.), prouvent que les Chinois ont créé des fourchettes de conception assez moderne il y a plusieurs centaines d’années. Pourquoi les Chinois ne les ont pas utilisées et ne les utilisent pas, c’est une autre question.

Néanmoins, l’Occident peut remercier cette nation pour sa créativité et son sens pratique. En fin de compte, il nous est assez difficile d’imaginer nos petits-déjeuners et dîners traditionnels sans fourchettes.

Boussole

Les commerçants arabes ont probablement apporté la boussole en Europe. Ainsi, nos lointains ancêtres ont commencé à l’utiliser en navigation pour trouver la bonne direction dans les mers houleuses et pour découvrir de nouvelles terres.

Cependant, la boussole est l’une des plus grandes inventions chinoises anciennes. Elle a été créée vers le IIIe siècle avant J.-C. et a été utilisée à l’origine par… des voyants. Les navigateurs chinois ont commencé à l’utiliser dans les navires pas avant la dynastie des Song, c’est-à-dire vers le 10e siècle après J.-C.

Boussole chinoise de la dynastie Han. (CC BY-SA 3.0)

Boussole chinoise de la dynastie Han. ( CC BY-SA 3.0 )

D’ailleurs, contrairement à la boussole moderne qui indique le nord, l’ancienne boussole chinoise indiquait le sud. L' »aiguille » de la boussole chinoise était fabriquée à partir d’une pierre de taille en forme de cuillère. La pierre ollaire pointe naturellement vers le sud, ce qui donnait aux marins chinois un avantage stratégique supplémentaire : le sud est toujours la direction du soleil quand il est midi. Il n’est donc pas étonnant que la navigation chinoise intelligente soit devenue un modèle pour le monde entier.

Horloge mécanique

Le prototype de nos montres et horloges mécaniques a d’abord existé en Chine aussi. Son créateur était le moine bouddhiste Yi Xing. Il a créé le premier modèle d’horloge mécanique en 725 après J.-C., deux siècles avant que l’idée n’ait frappé les Occidentaux.

D’après sa conception, l’eau qui s’égouttait alimentait une grande roue qui faisait un tour complet en un jour – 24 heures.

Pendant la dynastie Song, le fonctionnaire Su Song a modernisé l’horloge pour qu’elle puisse indiquer non seulement l’heure du jour mais aussi le jour du mois, la phase de la Lune et la position de certaines étoiles et planètes. Su Song construisit une tour d’horloge et ajouta un mécanisme à chaîne au système sophistiqué d’engrenages et de roues qui faisait tourner l’horloge.

A lire :  Le casque qui montre que les guerriers celtiques ont aidé l'armée romaine à conquérir la Grande-Bretagne

Détecteur de tremblements de terre

Nous le connaissons peut-être mieux comme sismographe, bien qu’il y a presque 2 000 ans, il ressemblait plutôt à un beau vase en bronze. Quel était son secret ?

Le sismomètre de Zhang Heng placé à Luoyang en 133 après J.-C. (CC BY-SA 3.0)

Le sismomètre de Zhang Heng placé à Luoyang en 133 après J.-C. ( CC BY-SA 3.0 )

A l’intérieur du vaisseau, il y a un pendule qui peut être déplacé par une secousse terrestre. Le balancement du pendule met en mouvement les leviers internes à l’intérieur du vaisseau. Cela déclenche la libération d’une petite boule tenue par un dragon qui fait face à la direction de l’épicentre de la secousse. Cette boule tombe dans la bouche d’une grenouille située juste en dessous, annonçant ainsi le danger.

En Chine, les tremblements de terre sont fréquents, de sorte que cet appareil élégant a été très utile à ce pays pendant des centaines d’années.

Le prototype occidental du sismographe moderne a été conçu en Perse au XIIIe siècle et en France au début du XVIIIe siècle.

Fusées

Les récentes réalisations de la Chine en matière d’exploration spatiale sont impressionnantes. J.-C., les inventeurs des fusées ne pouvaient probablement même pas rêver que leurs descendants puissent un jour voir la Terre du ciel. Mais la mémoire et les archives historiques de leur innovation ont inspiré des générations lointaines à construire d’énormes et puissants engins spatiaux.

Dessin d'un des premiers soldats mongols allumant une fusée. (Domaine public)

Dessin d’un des premiers soldats mongols allumant une fusée. ( Domaine public )

Mais revenons aux temps anciens et voyons comment cela fonctionnait là-bas.

La contre-force, nécessaire pour mettre une fusée en mouvement, était produite par de la poudre à canon enflammée, qui est en fait une autre invention chinoise. Par exemple, pendant la dynastie Song, les Chinois ont rempli un tube de papier de poudre à canon et ont attaché ce tube à une flèche qu’ils pouvaient lancer avec un arc.

De toute évidence, cette invention a été largement utilisée dans l’armée. Mais elle est également devenue partie intégrante du divertissement traditionnel chinois – les feux d’artifice.

Image du haut : Grande Muraille de Chine, Chine. Source : Par Hanson Lu sur Unsplash

Par Daria Shatsylo

Daria Shatsylo est une rédactrice de contenu du lundi au vendredi et une contrôleuse de plagiat gratuite. Lorsqu’elle n’est pas au bureau et qu’elle ne dort pas, Daria consacre la majeure partie de son temps libre à pratiquer le chinois et la poésie, à tricoter et à voyager (parfois, elle parvient à faire toutes ces choses en parallèle). Le reste de son temps libre est consacré à sa famille et à ses amis. Inspirée par sa grand-mère, professeur de littérature, et par Zen in the Art of Writing de Ray Bradbury, elle croit que des mots bien choisis mais sincères peuvent nous aider à relever la plupart de nos défis et à devenir meilleurs qu’il n’y paraît à première vue.

.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!