9 Faits bizarres sur l’ornithorynque

Il est possible de manquer d’adjectifs pour décrire l’ornithorynque. Cette créature semi-aquatique unique, endémique à l’Australie, a déconcerté les scientifiques depuis sa découverte. Et si ses bizarreries ont permis à l’ornithorynque d’atteindre une renommée mondiale, il reste encore beaucoup de choses que nous ignorons sur cet animal énigmatique.

Voici cependant quelques éléments intéressants que nous connaissons sur l’ornithorynque. Certaines ont un sens et d’autres, franchement, suscitent simplement plus de questions.

1. Au départ, les gens pensaient que l’ornithorynque était un faux animal

Lorsque l’ornithorynque a été décrit pour la première fois en 1799 dans le « Naturalist’s Miscellany » par le naturaliste George Shaw, il a écrit : « La similitude est si précise que, à première vue, elle excite naturellement l’idée d’une préparation trompeuse par des moyens artificiels. En effet, l’apparence unique de l’ornithorynque – un bec et des pattes de canard, un corps et une fourrure de loutre, et une queue de castor – est tout sauf un canular. Même si Shaw doutait de son authenticité, il a quand même surnommé la créature « l’ornithorynque à bec de canard » et lui a donné un nom latin, Platypus anatinus, ou « canard à pattes plates ». Le nom scientifique de la créature est maintenant Ornithorhynchus anatinus, et c’est le seul représentant vivant de sa famille et de son genre.

2. Les ornithorynques sont des mammifères venimeux

Très peu de mammifères sont venimeux. Un ornithorynque mâle délivre son venin par les éperons de la cheville (les femelles ne sont pas venimeuses). Le venin est composé de protéines de type défensine, ou DLP, dont trois ne se trouvent que chez l’ornithorynque, ce qui augmente le facteur d’étrangeté de l’animal. Le venin peut gravement blesser (mais pas tuer) l’homme, bien qu’il puisse être mortel pour les petits animaux. Les scientifiques pensent que le venin, dont la production augmente pendant les périodes d’accouplement, est destiné à neutraliser les mâles rivaux. En parlant de reproduction …

3. Les ornithorynques sont des mammifères pondant des œufs

L’ornithorynque n’est pas le seul mammifère venimeux, ni le seul mammifère ovoïde (les quatre espèces d’échidnés pondent également des œufs), mais ce trait est inhabituel. On sait peu de choses sur le cycle de vie d’un ornithorynque. Les mâles ne jouent aucun rôle dans l’élevage de la progéniture après l’accouplement. La femelle fait germer les œufs pendant deux à quatre semaines, suivies d’une autre semaine d’incubation, au cours de laquelle la femelle fait des cercles autour d’eux, du bec à la queue. Une fois éclos, les jeunes sucent le lait de poils mammaires spéciaux pendant quelques mois avant de devenir indépendants.

4. Ils sont en danger d’extinction

L’ornithorynque est inscrit comme espèce presque menacée sur la liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Des conditions de sécheresse extrêmes et prolongées en Australie ont asséché les cours d’eau qui constituent l’habitat de l’ornithorynque, selon une étude de 2020 dans Biological Conservation. Les animaux sont également menacés par la perte d’habitat due au défrichement et au changement climatique. Les récents feux de brousse ont également eu des conséquences néfastes sur l’espèce. « Il est urgent de mettre en œuvre des efforts nationaux de conservation pour ce mammifère unique en augmentant les enquêtes, en suivant les tendances, en atténuant les menaces et en améliorant la gestion de l’habitat de l’ornithorynque dans les rivières », écrivent les chercheurs.

5. Le lait d’ornithorynque pourrait combattre les superbactéries

Comme les ornithorynques n’ont pas de moyen stérile de livrer le lait, ils ont besoin de protections supplémentaires contre les bactéries présentes dans l’environnement. En 2010, les scientifiques ont découvert que le lait des ornithorynques contenait des propriétés antibactériennes qui pourraient aider à lutter contre la résistance aux antibiotiques. Une étude publiée dans la revue Structural Biology Communications a déterminé que la protéine a une structure en forme de boucle, c’est pourquoi les chercheurs l’ont appelée la protéine Shirley Temple, du nom de l’enfant acteur connu pour ses boucles. Cette structure est unique, et pourrait également indiquer une fonction thérapeutique unique.

6. Les ornithorynques ont 10 chromosomes sexuels

Les mammifères n’ont généralement qu’une seule paire de chromosomes qui déterminent le sexe, mais les ornithorynques en ont cinq paires. Le plus étrange est que certains de ces chromosomes Y partagent des gènes avec les chromosomes sexuels des oiseaux. Oui, les oiseaux. Il est possible que les chromosomes sexuels des mammifères et ceux des oiseaux aient évolué en même temps, et l’ornithorynque pourrait être la clé de cette découverte.

7. Les ornithorynques n’ont pas d’estomac

Les ornithorynques fouillent les invertébrés vivant au fond de l’eau – vers, larves d’insectes, crevettes – mais cette nourriture va directement dans leurs intestins depuis leur gosier. Ils n’ont pas de sac d’enzymes digestives ou d’acides pour les décomposer. Une étude publiée dans Genome Biology a montré comment plusieurs gènes différents liés à la digestion et à l’estomac ont été supprimés ou désactivés chez la créature. L’une des raisons possibles de cette situation est que ces plats du fond peuvent être riches en carbonate de calcium, une substance qui neutralise l’acide de l’estomac. L’acide n’est pas nécessaire si vous l’annulez tout le temps.

8. Les ornithorynques n’ont pas de dents non plus

D’abord, pas d’estomac et maintenant pas de dents. Comment se nourrissent-ils ? Lorsque les ornithorynques plongent pour trouver de la nourriture, ils ramassent aussi du gravier et du sable au fond de la mer. Avec tout cela dans la bouche, ils font surface pour trouver de l’air et commencent à « mâcher » en broyant le gravier et leur proie ensemble.

9. Les ornithos « voient » avec leurs becs sous l’eau

Lorsqu’ils plongent sous l’eau, les ornithorynques sont pratiquement aveugles et incapables de sentir quoi que ce soit. Des plis de peau recouvrent leurs yeux, et leurs narines se ferment pour devenir étanches. Leur bec est cependant doté d’électro-récepteurs et de mécanorécepteurs qui leur permettent de détecter respectivement les champs électriques et les mouvements. Mais comme leurs mécanorécepteurs sont sensibles à tout mouvement, les électro-récepteurs sont nécessaires pour détecter les organismes vivants qui se nourrissent après avoir creusé le fond de la mer.

Bouton retour en haut de la page