9 Faits éclairants sur les diables de Tasmanie

Les diables de Tasmanie sont bien connus, mais pas très bien compris. Leur émissaire le plus célèbre est Taz, le personnage de Looney Tunes qui ne ressemble que très peu aux vrais diables de Tasmanie.

Pourtant, les vrais animaux méritent plus d’attention et d’appréciation, à la fois parce qu’ils sont fascinants et parce qu’ils sont en difficulté. Il y a beaucoup à aimer chez ces marsupiaux uniques et, comme on peut s’y attendre, le diable est dans les détails. Voici donc quelques faits moins connus sur cette créature inhabituelle.

1. Les diables de Tasmanie vivaient autrefois sur le continent australien

Les diables de Tasmanie étaient aussi des diables australiens, mais les fossiles suggèrent qu’ils ont disparu de l’Australie continentale il y a des milliers d’années. Bien que certaines études aient affirmé qu’ils habitaient encore l’Australie au cours des 500 dernières années, la date la plus largement acceptée de leur disparition est aujourd’hui d’environ 3 000 ans.

Les dingos sont arrivés en Australie il y a environ 3 500 ans, d’après la datation au radiocarbone des fossiles, et leur arrivée pourrait avoir joué un rôle dans l’élimination des démons de Tasmanie, peut-être en même temps que la pression exercée par les humains et les changements climatiques liés à l’oscillation australe El Niño. Cependant, les dingos ne sont pas présents en Tasmanie, qui est aujourd’hui le dernier refuge des marsupiaux connus sous le nom de diables de Tasmanie.

2. Ils stockent de la graisse dans leur queue

Comme les autres marsupiaux, les diables de Tasmanie stockent de la graisse dans leur queue. Cela leur donne une source de subsistance sur laquelle ils peuvent puiser lorsque la nourriture se fait rare, selon la Direction de la gestion de la faune sauvage du gouvernement de Tasmanie. Si vous voyez un diable de Tasmanie avec une queue particulièrement dodue, c’est une bonne indication que l’animal se porte relativement bien.

A lire :  12 faits incroyables sur les lémuriens

3. Ce sont les plus grands marsupiaux carnivores du monde

Les diables de Tasmanie ont à peu près la taille de petits chiens. Ils mesurent environ 30 cm à l’épaule et pèsent jusqu’à 14 kg, avec un corps trapu et une grosse tête. Il a longtemps détenu le titre de deuxième marsupial carnivore du monde, mais en 1936, il est passé au premier rang.

C’est parce qu’en 1936, la dernière thylacine, ou tigre de Tasmanie, s’est éteinte. Malgré les rumeurs d’observation de thylacine ces dernières années, on pense généralement que ce marsupial a disparu à jamais lorsque le dernier en captivité, nommé Benjamin, est mort au zoo de Beaumaris à Hobart le 7 septembre 1936. En l’absence de thylacines, le tigre de Tasmanie est aujourd’hui le plus grand marsupial carnivore qui reste sur Terre.

4. Ils ont l’une des plus fortes morsures de tous les mammifères vivants

Les diables de Tasmanie sont carnivores, ce qui signifie qu’ils ne mangent que de la viande, mais ils ne sont pas particulièrement pointilleux sur la provenance de cette viande. Ils agissent souvent comme des charognards et sont connus pour se régaler d’animaux morts et de viande partiellement pourrie, mais ils chassent également des proies généralement plus petites comme les lézards, les grenouilles et les insectes.

Ce sont généralement des animaux solitaires, mais ils se rassemblent souvent en groupes pour manger, se joignant parfois à un tir à la corde qui peut aider tout le monde en séparant la nourriture en petits morceaux. Il est également utile qu’ils aient des mâchoires très puissantes – selon au moins une étude, les diables de Tasmanie ont la force de morsure la plus élevée de tous les mammifères carnivores vivants. Cela leur permet de manger chaque morceau d’un repas, y compris les os.

5. Ils peuvent manger jusqu’à 40% de leur poids en une journée

Un diable de Tasmanie adulte qui pèse 10 kg mangera en général 1 kg par jour, bien que cela puisse varier considérablement selon les circonstances. Lorsque la nourriture est rare, un diable de Tasmanie peut, selon les informations disponibles, manger jusqu’à 40 % de son propre poids en une seule fois, ce qui lui permet de se prémunir contre l’incertitude quant à la date de son prochain repas.

A lire :  15 oiseaux au bec incroyable

6. Les nouveau-nés sont incroyablement petits

Une mère diable de Tasmanie est enceinte pendant environ trois semaines, après quoi elle peut donner naissance à pas moins de 40 petits bébés. Comme les autres marsupiaux, les bébés sont appelés « joeys », bien qu’ils soient aussi parfois appelés « diablotins ». Les nouveau-nés peuvent être aussi petits qu’un grain de riz. Leur mère n’a que quatre tétines dans sa poche, ce qui signifie que seuls les quatre premiers à les trouver survivront.

La mère porte ces joeys dans sa poche pendant quatre mois. Ils vivent dans une petite tanière après être sortis de leur poche et sont sevrés à l’âge de 10 mois environ. Ils atteignent leur maturité à l’âge de 2 ans et peuvent vivre plusieurs années de plus à l’âge adulte.

7. Ils ne sont pas dangereux pour les gens

Malgré leur nom intimidant, leurs mâchoires puissantes et leurs personnalités fougueuses, les diables de Tasmanie ne représentent pas un danger important pour les gens. Ils n’attaquent pas les humains, et contrairement à une idée reçue, ils ne sont pas non plus connus pour s’attaquer au gros bétail comme les moutons ou les bovins. (Ils peuvent cependant s’attaquer à des moutons malades ou blessés, ainsi qu’à des animaux de ferme plus petits comme des poulets ou des canards perchés sur le sol).

8. Ce sont des « aspirateurs naturels ».

En fait, les diables de Tasmanie sont des membres bénéfiques de l’écosystème dans leur habitat d’origine. Grâce à leur penchant à s’attaquer aux animaux malades et à manger des charognes, ils sont comme des « aspirateurs naturels », comme le dit la Direction de la gestion de la faune de Tasmanie. Le fait de retirer les animaux malades peut aider à empêcher ces animaux d’infecter d’autres membres de leur espèce, tandis que le fait de se régaler de charogne contribue à réduire la prévalence des asticots qui peuvent provoquer des maladies comme la grève des mouches chez les moutons.

A lire :  9 Faits fascinants sur les toucans

Les diables peuvent également protéger leur faune indigène en s’attaquant aux chats sauvages, qui sont une menace pour de nombreux oiseaux indigènes de Tasmanie, et en contrôlant d’autres espèces envahissantes comme les renards roux. En outre, ils ont aussi un cachet culturel, car ils sont les symboles de leur île éponyme et contribuent à attirer les touristes qui soutiennent l’économie tasmanienne.

9. Ils sont en danger

Les diables de Tasmanie sont classés comme étant en danger par l’Union internationale pour la conservation de la nature. La principale menace qui pèse sur l’espèce est une forme rare de cancer appelée « Devil Facial Tumor Disease » (DFTD), qui se propage chez les diables lorsqu’ils se mordent les uns les autres en se battant ou en s’accouplant. Découverte pour la première fois au milieu des années 1990, la DFTD provoque de grandes lésions sur le visage et le cou du diable, qui finissent par devenir assez grandes pour entraver sa capacité à manger. Un diable infecté s’affaiblit et peut mourir en quelques mois, souvent de faim.

Cette maladie s’est propagée rapidement en quelques décennies seulement, entraînant une diminution de plus de 80 % des populations de diables dans toute la Tasmanie. La menace est aggravée par d’autres pressions liées à la vie parmi les humains, puisque les diables sont aussi parfois tués par des véhicules et des chiens.

Les scientifiques et les écologistes s’efforcent de protéger les diables de Tasmanie contre la DFTD. Il s’agit notamment de surveiller la propagation de la maladie chez les diables sauvages, de rechercher des traitements et des vaccins possibles, et de développer des « populations d’assurance » saines. Les diables en bonne santé sont mis en quarantaine pour soutenir un programme d’élevage en captivité, et on compte aujourd’hui plus de 600 diables dans toute l’Australie dans le cadre de cet effort, ainsi qu’une population exempte de maladie sur l’île Maria en Tasmanie.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!