Antibiotiques – Découverte et résistance

Les antibiotiques et les agents antimicrobiens sont des médicaments ou des produits chimiques qui sont utilisés pour tuer ou entraver la croissance des bactéries. Les antibiotiques ciblent spécifiquement les bactéries pour les détruire tout en laissant les autres cellules du corps indemnes. Dans des conditions normales, notre système immunitaire est capable de traiter les germes qui envahissent le corps. Certains globules blancs, appelés lymphocytes, protègent l’organisme contre les cellules cancéreuses, les agents pathogènes (bactéries, virus, parasites) et les corps étrangers. Ils produisent des anticorps qui se lient à un antigène spécifique (agent pathogène) et marquent l’antigène pour qu’il soit détruit par d’autres globules blancs. Lorsque notre système immunitaire est débordé, les antibiotiques peuvent être utiles pour aider les défenses naturelles de l’organisme à lutter contre les infections bactériennes. Bien que les antibiotiques se soient avérés être de puissants agents antibactériens, ils ne sont pas efficaces contre les virus. Les virus ne sont pas des organismes vivants indépendants. Ils infectent des cellules et dépendent de la machinerie cellulaire de l’hôte pour la réplication virale.

Découverte des antibiotiques

La pénicilline a été le premier antibiotique à être découvert. La pénicilline est dérivée d’une substance produite à partir de moisissures du champignon Penicillium. La pénicilline agit en perturbant les processus d’assemblage des parois cellulaires des bactéries et en interférant avec la reproduction des bactéries. Alexander Fleming a découvert la pénicilline en 1928, mais ce n’est que dans les années 1940 que l’utilisation d’antibiotiques a révolutionné les soins médicaux et a considérablement réduit les taux de mortalité et les maladies dues aux infections bactériennes. Aujourd’hui, d’autres antibiotiques liés à la pénicilline, dont l’ampicilline, l’amoxicilline, la méthicilline et la flucloxacilline, sont utilisés pour traiter diverses infections.

A lire  Étapes et processus de réplication de l'ADN

Résistance aux antibiotiques

La résistance aux antibiotiques est de plus en plus fréquente. En raison de l’utilisation répandue des antibiotiques, les souches de bactéries résistantes deviennent beaucoup plus difficiles à traiter. La résistance aux antibiotiques a été observée chez des bactéries telles que E.coli et MRSA. Ces « super insectes » représentent une menace pour la santé publique car ils sont résistants aux antibiotiques les plus couramment utilisés. Les autorités sanitaires avertissent que les antibiotiques ne doivent pas être utilisés pour traiter les rhumes courants, la plupart des maux de gorge ou la grippe, car ces infections sont causées par des virus. Lorsqu’ils sont utilisés inutilement, les antibiotiques peuvent entraîner la propagation de bactéries résistantes.

Certaines souches de bactéries Staphylococcus aureus sont devenues résistantes aux antibiotiques. Ces bactéries courantes infectent environ 30 % de la population. Chez certaines personnes, S. aureus fait partie du groupe normal de bactéries qui vivent dans l’organisme et peut se trouver dans des zones telles que la peau et les fosses nasales. Si certaines souches de staphylocoques sont inoffensives, d’autres posent de graves problèmes de santé, notamment les maladies d’origine alimentaire, les infections cutanées, les maladies cardiaques et la méningite. La bactérie S. aureus favorise le fer contenu dans l’hémoglobine, une protéine porteuse d’oxygène qui se trouve dans les globules rouges. La bactérie S. aureus ouvre les cellules sanguines pour obtenir le fer qu’elles contiennent. Les modifications apportées à certaines souches de S. aureus les ont aidées à survivre aux traitements antibiotiques. Les antibiotiques actuels agissent en perturbant les processus dits de viabilité cellulaire. La perturbation des processus d’assemblage des membranes cellulaires ou de la traduction de l’ADN sont des modes de fonctionnement courants pour les antibiotiques de la génération actuelle. Pour lutter contre cela, S. aureus a développé une mutation d’un seul gène qui modifie la paroi cellulaire de l’organisme. Cela leur permet d’empêcher la rupture de la paroi cellulaire par des substances antibiotiques. D’autres bactéries résistantes aux antibiotiques, telles que Streptococcus pneumoniae, produisent une protéine appelée MurM. Cette protéine contrecarre les effets des antibiotiques en aidant à reconstruire la paroi cellulaire de la bactérie.

A lire  Cellules B : Cellules immunitaires productrices d'anticorps

Lutter contre la résistance aux antibiotiques

Les scientifiques adoptent différentes approches pour traiter la question de la résistance aux antibiotiques. L’une d’entre elles consiste à interrompre les processus cellulaires impliqués dans le partage des gènes entre des bactéries telles que Streptococcus pneumoniae. Ces bactéries partagent entre elles des gènes de résistance et peuvent même se fixer à l’ADN dans leur environnement et transporter l’ADN à travers la membrane cellulaire de la bactérie. Le nouvel ADN contenant les gènes résistants est alors incorporé dans l’ADN de la cellule bactérienne. L’utilisation d’antibiotiques pour traiter ce type d’infection peut en fait induire ce transfert de gènes. Les chercheurs se concentrent sur les moyens de bloquer certaines protéines bactériennes afin d’empêcher le transfert de gènes entre les bactéries. Une autre approche de la lutte contre la résistance aux antibiotiques consiste en fait à maintenir les bactéries en vie. Au lieu d’essayer de tuer les bactéries résistantes, les scientifiques cherchent à les désarmer et à les rendre incapables de provoquer une infection. L’objectif de cette approche est de maintenir les bactéries en vie, mais de les rendre inoffensives. On pense que cela aidera à prévenir le développement et la propagation des bactéries résistantes aux antibiotiques. Comme les scientifiques comprennent mieux comment les bactéries acquièrent une résistance aux antibiotiques, il est possible de développer des méthodes améliorées pour traiter la résistance aux antibiotiques.

En savoir plus sur les antibiotiques et la résistance aux antibiotiques :

Sources :

Bouton retour en haut de la page