Au-delà de la rampe de la pyramide : Démêler l’énigme la plus insaisissable de l’Egypte

Le mystère de la construction des pyramides de Gizeh en Égypte continue d’échapper aux érudits, même au XXIe siècle. Comme l’explique le célèbre égyptologue Flinders Petrie dans son ouvrage The Pyramids and Temples of Gizeh (1883) : « Les moyens employés pour élever de telles masses de pierre ne nous sont montrés dans aucune représentation. » Les esprits les plus brillants du monde sont encore aux prises avec des idées concurrentes, offrant des suppositions éclairées basées sur des preuves incomplètes.

Toute théorie commence par le plan incliné, ou la rampe de la pyramide. Cette idée a été évoquée pour la première fois il y a deux millénaires par l’historien grec Diodore Siculus, qui a relaté ce que les Égyptiens lui ont dit à propos des pyramides : « On dit que … la construction a été entreprise à l’aide des rampes de terre, car à cette époque les grues n’avaient pas encore été inventées ». (Bibliothèque de l’histoire 1. 63).

De nombreuses théories pour la rampe de la pyramide

À la fin du 19e siècle, Petrie avait soigneusement mesuré les pyramides de Gizeh, en particulier la Grande Pyramide de Khufu, et avait déterminé que la manière la plus probable de les construire était d’utiliser une seule et longue rampe, avec une rampe plus petite en zigzag près du sommet. Depuis lors, cette idée a été largement discréditée par manque de preuves, et d’autres théories ont pris sa place.

Trois types de rampes pyramidales simples et droites à construire qui auraient pu être utilisées dans la construction du site antique. (Smuckola / CC BY-SA 4.0)

Trois types de rampes pyramidales simples et droites à construire qui auraient pu être utilisées dans la construction du site antique. (Smuckola / CC BY-SA 4.0 )

Le regretté égyptologue allemand Uvo Hölscher pense que les Égyptiens utilisaient une courte rampe qui montait en zigzag jusqu’à la face de la pyramide, tandis que Dieter Arnold, l’archéologue allemand qui a écrit le célèbre Building in Egypt (1991) pense qu’une longue rampe était utilisée, mais qu’elle coupait le centre de la pyramide et était partiellement composée de la pyramide elle-même.

Pendant ce temps, les archéologues de Gizeh Zahi Hawass et Mark Lehner pensent que les preuves matérielles indiquent très clairement une rampe en spirale qui aurait tordu l’extérieur de la pyramide, reposant soit contre la structure soit sur un grand monticule de terre. Ils suggèrent que de l’eau ou du lait aurait été utilisé pour lubrifier les traîneaux en bois attachés avec des blocs de pierre, comme dans une scène du tombeau de Djehuti-hotep au Moyen Empire (~1900 avant JC).

Trois propositions différentes de rampes pyramidales, par Uvo Hölsher (à gauche), Dieter Arnold (au centre) et Mark Lehner (à droite). (Althiphika / CC BY-SA 3.0)

Trois propositions différentes de rampes pyramidales, par Uvo Hölsher (à gauche), Dieter Arnold (au centre) et Mark Lehner (à droite). (Althiphika / CC BY-SA 3.0 )

De nombreuses expériences récentes ont confirmé cette possibilité, notamment une étude réalisée en 2014 par Daniel Bonn et d’autres scientifiques de la Fondation FOM et de l’Université d’Amsterdam, qui a démontré que la bonne proportion d’eau sur le sable pouvait réduire de moitié le nombre de personnes nécessaires pour transporter un bloc. Il existe également une représentation sur une stèle du Nouvel Empire montrant six bœufs tirant un bloc sur un traîneau (~1575 avant JC), et de nombreux traîneaux réels ont été récupérés.

Qu’en est-il des preuves ?

Il existe des preuves de l’existence de rampes de terre en Égypte. Le meilleur exemple vient du temple de Karnak à Thèbes, où l’on peut encore le trouver adossé à l’arrière de l’imposant premier pylône. Fait de briques de terre, il n’a jamais été complètement démonté et il témoigne aujourd’hui de la manière dont ces grandes structures de pierre ont été construites et décorées. La pyramide à degrés abandonnée de Sinki à Abydos en est un autre exemple. Probablement construite par Huni, le père de Sneferu et le grand-père de Khufu, cette pyramide possède quatre rampes de construction encore en place, composées de deux murs extérieurs en briques crues avec un remplissage intérieur de débris et de gravillons.

Vestiges d'une ancienne rampe en briques crues au temple de Karnak à Thèbes (Premier pylône, Nouvel Empire). (Vermeulen-Perdaen / Adobe stock)

Vestiges d’une ancienne rampe en briques crues au temple de Karnak à Thèbes (Premier pylône, Nouvel Empire). ( Vermeulen-Perdaen / Adobe stock)

Étonnamment, la rampe de construction potentielle de la Grande Pyramide a déjà été découverte, et elle était similaire à ces autres rampes. En 1995, l’Inspection de Gizeh « a creusé des tranchées à travers d’épaisses couches de débris calcaires au sud de l’angle sud-ouest de la pyramide de Khéops. Des restes de murs en pierre des champs ont été découverts au nord-nord-ouest, qui auraient pu être les accrétions ou les murs de soutènement des fondations d’une (telle) rampe de ravitaillement ». (Lehner, 2017 ; 440).

Selon Hawass, cette partie inférieure de la rampe : « consistait en deux murs construits en moellons de pierre et mélangés à du « tafla » (une argile calcaire). La zone intermédiaire était remplie de sable et de gypse formant la majeure partie de la rampe ». (Hawass, 1998 ; 58). Il a calculé que la rampe aurait atteint ~30m (98ft) au-dessus de la base de la pyramide, soit environ 20% de la hauteur totale originale de la pyramide de 146,7m (481,3ft). Au-delà de cette hauteur, il pense que la rampe aurait monté en spirale à l’extérieur de la structure.

Carte du plateau de Gizeh, montrant l'ancienne rampe récemment découverte, en ligne rouge, à l'angle sud-ouest de la pyramide de Khéops, ainsi que la carrière et les échafaudages en bois proposés par les auteurs pour monter au sommet (lignes rouges et marron ajoutées par l'auteur). (MesserWolland / CC BY-SA 3.0)

Carte du plateau de Gizeh, montrant l’ancienne rampe récemment découverte, en ligne rouge, à l’angle sud-ouest de la pyramide de Khéops, ainsi que la carrière et les échafaudages en bois proposés par les auteurs pour monter au sommet (lignes rouges et marron ajoutées par l’auteur). (MesserWolland / CC BY-SA 3.0 )

Fin 2018, les restes d’une rampe ont été retrouvés dans l’ancienne carrière d’albâtre de Hatnub, à l’époque même de Khufu. Elle révèle comment les Égyptiens ont pu déplacer des blocs de pierre extrêmement lourds en utilisant la physique pour les aider. Les archéologues de l’Institut français d’archéologie orientale et de l’Université de Liverpool ont creusé une rampe avec des volées d’escaliers de chaque côté, et des trous de poteaux près des escaliers qui courent tout le long de la rampe.

L’équipe d’excavateurs a suggéré qu’en utilisant des cordes attachées autour de poteaux en bois, les anciens ouvriers auraient pu tirer de gros blocs beaucoup plus facilement en utilisant la gravité pour les tirer vers le bas plutôt que vers le haut. Ils auraient également pu mieux contrôler les blocs, que l’on imagine avoir reposé sur des traîneaux en bois attachés aux cordes.

Ancienne rampe découverte à Hatnub, dans l'est de l'Égypte, en 2018, de forme similaire mais de dimensions plus petites que les rampes des pyramides qui auraient pu être utilisées pour construire le site contemporain de Gizeh. (Yannis Gourdon / IFAO)

Ancienne rampe découverte à Hatnub, dans l’est de l’Égypte, en 2018, de forme similaire mais de dimensions plus petites que les rampes des pyramides qui auraient pu être utilisées pour construire le site contemporain de Gizeh. (Yannis Gourdon / IFAO)

L’ajout de cordes et de poteaux en bois pour changer la direction de la force aurait pu effectivement doubler la pente de la rampe, ce qui signifie que les rampes des pyramides n’auraient eu besoin que de la moitié de leur taille prévue. Cela aurait pu potentiellement doubler la pente de la rampe de Khéops, découverte en 1995, jusqu’à ~60m (197ft), soit 40% de la hauteur originale de la pyramide (et la plus grande partie du volume).

Cependant, des problèmes persistent. Une rampe qui tournerait en spirale autour de la pyramide ne serait pas pratique en raison de l’impossibilité de regarder en arrière à chaque coin pour rester vrai, de sa taille massive (rivalisant avec la pyramide elle-même), et de l’absence de toute preuve archéologique. Donc, si les constructeurs ont utilisé une rampe, où était-elle ? Un architecte ingénieux du nom de Jean-Pierre Houdin pensait avoir la réponse.

Une rampe cachée à l’intérieur

Ces dernières années, aucune autre théorie n’a peut-être attiré autant d’attention que celle de la prétendue « rampe interne » de la Grande Pyramide, une idée proposée pour la première fois par l’architecte français Jean-Pierre Houdin en 2005. Aidés par l’égyptologue Bob Brier dans son exploration, ils se sont rendus en Égypte pour chercher des preuves de cette rampe intérieure proposée.

En substance, Houdin a proposé que les Egyptiens aient construit une rampe interne juste à l’intérieur du périmètre de la structure qui s’enroulait vers le haut à mesure que la pyramide s’élevait, composée de plafonds en encorbellement et d’encoches d’angle dans lesquelles les blocs seraient tournés sur des grues à câble. Cela semblait éliminer le besoin de rampes externes, de leviers, de grues ou d’échafaudages.

Plusieurs éléments de preuve ont sauté aux yeux des chercheurs comme preuve de leur idée. Tout d’abord, Houdin a détecté de faibles lignes « fantômes » dans la maçonnerie de la pyramide qui formaient un angle d’environ 7°, l’angle exact auquel il a déterminé que la rampe interne devait se trouver.

Deuxièmement, il y a une mystérieuse « encoche » sur le bord nord-est de la pyramide, où Houdin avait prédit qu’il s’agissait d’un « poste de tournage de blocs d’angle » original. Cette « entaille » a été explorée par Brier, qui a trouvé une petite chambre irrégulière (« la chambre de Bob »), mais rien de plus.

Troisièmement, en 1986, une équipe française a réalisé une étude microgravimétrique de la pyramide, et l’image CG résultante des zones de faible et de forte densité a révélé une image correspondant à une rampe interne.

Une théorie séduisante mais où sont les preuves ?

Malgré l’attrait de cette théorie au début, beaucoup ont noté qu’il s’agissait d’un scénario improbable. L’égyptologue David Jeffreys l’a qualifiée de « farfelue et horriblement compliquée », car il a proposé que la pyramide soit beaucoup plus compliquée qu’on ne le croit actuellement. Au lieu d’avoir quatre chambres et couloirs internes, elle aurait en fait l’équivalent de douzaines de chambres internes. Au lieu d’avoir une seule grande galerie impressionnante et en encorbellement, elle aurait l’équivalent de plus de trente grandes galeries s’enroulant à travers le monument, toutes des couloirs en encorbellement de maçonnerie impressionnante.

Il semble absurde, compte tenu de l’exploit extraordinaire qu’a été la Grande Galerie elle-même, qu’il y en ait encore trente autres à découvrir quelque part à l’intérieur de la pyramide, toutes reliées entre elles. Et malgré de nombreuses preuves indirectes, Brier et Houdin n’ont pas trouvé de données concrètes spécifiques pour leur rampe. Même leur scan microgravimétrique tant vanté pourrait être interprété différemment, par exemple via le modèle des « marches » internes.

La Grande Galerie dans la Grande Pyramide de Gizeh. La théorie d'Houdin nécessiterait une trentaine d'autres à l'intérieur de la pyramide. (Keith Adler / CC BY-SA 4.0)

La Grande Galerie dans la Grande Pyramide de Gizeh. La théorie d’Houdin nécessiterait une trentaine d’autres à l’intérieur de la pyramide. (Keith Adler / CC BY-SA 4.0 )

Aujourd’hui, malgré les difficultés rencontrées, cette idée reste une théorie prometteuse qui doit faire l’objet d’une vérification indépendante. Heureusement, la « Scan Pyramids Mission » ( scanpyramids.org) en serait le test ultime. À partir de 2015, cette étude était basée sur l’idée d’utiliser des particules cosmiques appelées muons pour scanner à distance la pyramide à la recherche d’espaces vides, une idée qui a été utilisée pour la première fois par le célèbre physicien Luis Alvarez à la fin des années 1960 sur la pyramide de Khafre.

De grands collecteurs ont été installés dans la Grande Pyramide et les muons qui coulaient à travers la structure ont été mesurés dans l’espoir d’identifier toute chambre cachée. L’idée qu’un magnifique passage interne serpentant à travers la structure serait révélé a fait naître l’enthousiasme de millions de passionnés d’archéologie sur le bord de leur siège. Puis les résultats sont arrivés.

Bien qu’un grand vide ait été détecté au-dessus de la Grande Galerie, aucune rampe interne n’a été détectée. Nada. Cette nouvelle déflationniste a été relayée par le premier expert partisan de la théorie, Bob Brier lui-même : « Ces données suggèrent que la rampe n’est pas là. Je pense que nous avons perdu. » Donc, s’il n’y avait pas de rampe interne à l’intérieur de la Grande Pyramide, comment a-t-elle été construite en réalité ? Comment les pierres ont-elles été soulevées vers le ciel à des centaines de mètres, au-delà de la rampe ?

De nouvelles recherches portant sur la densité de particules appelées muons ont permis de trouver un espace vide (illustré dans cette illustration) de plus de 30 mètres de long juste au-dessus de la Grande Galerie de la Grande Pyramide, mais aucune rampe interne de la pyramide n'a été trouvée.  (Scanner la mission des pyramides)

De nouvelles recherches portant sur la densité de particules appelées muons ont permis de trouver un espace vide (illustré dans cette illustration) de plus de 30 mètres de long juste au-dessus de la Grande Galerie de la Grande Pyramide, mais aucune rampe interne de la pyramide n’a été trouvée. ( Scanner de la mission des pyramides )

Une combinaison de rampes et de leviers

Toute théorie basée sur les rampes, qu’elles soient internes ou externes, se heurte à des problèmes près du sommet de la pyramide. Lehner et Hawass l’admettent : « le fait que les quatre côtés de la pyramide se rétrécissent vers la fermeture au sommet signifie que les constructeurs n’avaient plus de place pour les rampes. » (Lehner 2017 ; 418), et cela : « il est très possible que en tirant parti de était le seul moyen d’élever les blocs des cours les plus élevés, près du sommet, une fois que les constructeurs les avaient amenés le plus haut possible sur des rampes ». (Lehner, 2017 ; 417).

D’autres archéologues ont suggéré une combinaison de rampes et de leviers, dont Martin Isler dans On Pyramid Building I & II (1985 & 1987).

L’idée que les anciens Egyptiens utilisaient d’autres technologies que les rampes a été avancée pour la première fois par Hérodote en 425 avant J.-C. J.-C. Il décrit ainsi la construction de la Grande Pyramide : Cette pyramide a été construite selon la méthode des marches, que certains appellent « rangées » et d’autres « bases » : et lorsqu’ils l’ont construite ainsi, ils ont soulevé les pierres restantes avec des machines faites de petits morceaux de bois, en les soulevant d’abord du sol jusqu’au premier étage des marches, et lorsque la pierre s’y élevait, elle était placée sur une autre machine se trouvant sur le premier étage, et de là, elle était tirée vers le second sur une autre machine ». (Histoires 2. 125).

Construction de la Grande Pyramide selon Hérodote », lithographie représentant les multiples machines dites « Hérodote » fonctionnant sur la Grande Pyramide (Antoine- Yves Goguet (1820) / Domaine public).

Cette description fait penser à un outil « liftjack », qui utilise des leviers et de petites cales pour soulever progressivement un gros bloc par petits paliers. Cette technique a été suggérée pour la première fois par Petrie en 1883 : « pour les blocs ordinaires, de quelques tonnes chacun, il serait très possible d’employer la méthode consistant à les poser sur deux piles de dalles de bois, et à les faire basculer alternativement d’un côté et de l’autre par un longeron sous le bloc, ce qui permettrait d’élever les piles alternativement et donc de soulever la pierre ».

Plusieurs autres chercheurs ont également noté cette théorie, y compris Isler, qui l’a en fait testée lors d’un projet de construction de pyramide filmé pour NOVA en 1991. Il a découvert que c’était plus difficile et que cela a pris beaucoup plus de temps que prévu, mais principalement en raison de son manque d’expérience et de l’instabilité de son support en bois.

Cette méthode a peut-être été aidée par de mystérieux objets ronds en bois, familièrement appelés « bascules de Pétrie ». Trouvé par le célèbre égyptologue à Thèbes, il a proposé que ces dispositifs en bois semi-circulaires aient pu être utilisés pour aider à soulever de lourds blocs en leur permettant de basculer plus facilement d’avant en arrière (« en les faisant basculer alternativement d’un côté et de l’autre »), permettant ainsi d’insérer des planches successives de chaque côté et de soulever le bloc.

D’autres, comme Paul Hai, imaginent que les Egyptiens ont en fait « roulé » les gros blocs en attachant une bascule Petrie de chaque côté du bloc, créant ainsi un cylindre. Encore une fois, il n’y a aucune preuve de cela, et on n’a jamais trouvé aucune de ces bascules en bois près des pyramides.

Un modèle réduit de

Un modèle réduit de « rocker » en bois trouvé par Flinders Petrie à Thèbes, du Nouvel Empire, ~1450 av. (Metropolitan Museum of Art / CC0)

Les Égyptiens auraient pu aussi utiliser un mécanisme de levier à contrepoids, similaire au shaduf, qui est utilisé depuis des millénaires pour soulever l’eau du Nil. Les machines décrites par Hérodote auraient pu être composées de poutres en bois avec des contrepoids, utilisés pour scier les blocs en haut, cours après cours.

Peinture de tombeau montrant un jardinier égyptien antique utilisant un shaduf (Tombeau du sculpteur royal Ipuy, Deir el-Medina, 19e dynastie, 1279-1213 avant JC). Le shaduf repose sur les mêmes principes de contrepoids que les

Peinture de tombeau montrant un jardinier égyptien antique utilisant un shaduf (Tombeau du sculpteur royal Ipuy, Deir el-Medina, 19e dynastie, 1279-1213 avant JC). Le shaduf repose sur les mêmes principes de contrepoids que les « machines d’Hérodote » imaginées par Goguet et d’autres artistes. (Metropolitan Museum of Art / CC0)

Les Égyptiens utilisaient-ils des échafaudages ?

D’autres chercheurs tels que Peter Hodges, Julian Keable, Louis Croon et Robert Scott Hussey-Pailos ont tous apporté des améliorations à ces conceptions, réduisant le temps de levage initial de Isler de plus d’une heure à quelques minutes seulement. Que les Égyptiens aient utilisé une méthode de levier à bascule ou de levier à contrepoids, ils auraient également eu besoin d’un certain degré d’échafaudage en bois.

Nous n’avons aucune peinture ni aucun reste de matériau de ces appareils de levage proposés, mais nous avons des preuves que les Egyptiens étaient familiers avec les échafaudages en bois. Dans une scène peinte du tombeau du vizir Rekhmire à Thèbes (~1450 av. J.-C.), nous pouvons voir plusieurs ouvriers debout (et même assis) sur un échafaudage pendant qu’ils polissent et peignent une grande statue.

Représentation d'un échafaudage en bois provenant du tombeau du vizir Rekhmire, ~1450 av. (Metropolitan Museum of Art / Nina De Garis Davies / Domaine public)

Représentation d’un échafaudage en bois provenant du tombeau du vizir Rekhmire, ~1450 av. (Metropolitan Museum of Art / Nina De Garis Davies / Domaine public )

Une scène antérieure de la cinquième dynastie de Saqqarah, le tombeau de Khaemhesit, montre une échelle verticale en bois avec des ouvriers perchés le long de celle-ci, et étonnamment des roues et un essieu à sa base ! C’est la seule représentation connue des roues de l’Ancien Empire, et les Égyptiens ne les utilisaient pas pour déplacer les lourds blocs de la pyramide : les roues se seraient enfoncées dans le sol, et il n’y avait pas de matériau assez solide pour les essieux.

De nombreux chercheurs ont suggéré que des échafaudages ont été utilisés pour aider à construire les pyramides, depuis Somers Clarke et R. Engelbach dans leur ouvrage classique Ancient Egyptian Construction and Architecture (1930). Hawass, Lehner et Isler ont également exprimé un soutien limité à cette idée, tout comme James Frederick Edwards dans son article Building the Great Pyramid : Probable Construction Methods Employed at Giza (2003). Il note en particulier l’utilisation probable d’échafaudages par les maçons pour dresser les pierres de revêtement Tura, d’un blanc fin, que l’on croit généralement être la dernière étape de la construction. Le plus fervent partisan de l’idée des échafaudages en bois est peut-être l’ingénieur gallois Peter James, qui a été appelé à sauver la pyramide à degrés après avoir été endommagée lors d’un tremblement de terre en 1992.

Comme il l’explique dans son livre Saving the Pyramids (2018), James et son équipe ont travaillé sous la pyramide à degrés de la tombe de Djoser, utilisant de grands airbags en conjonction avec des échafaudages en bois pour soutenir le plafond qui s’affaisse. Ils ont soigneusement percé des trous étroits dans la superstructure, en insérant des tiges d’acier puis en les cimentant en place, pour finalement sécuriser le bâtiment de 4 700 ans – le plus vieux bâtiment en pierre du monde – contre l’effondrement.

Échafaudage moderne en bois installé autour de la pyramide à degrés de Djoser à Saqqara (David Broad / CC BY 3.0)

Échafaudage moderne en bois installé autour de la pyramide à degrés de Djoser à Saqqara (David Broad / CC BY 3.0 )

Cependant, c’est l’abondant échafaudage en bois qui a été installé autour de la pyramide à degrés pour restaurer sa façade en ruine qui a donné à James une idée de sa construction. Il pensait que des échafaudages similaires auraient pu être utilisés dans le passé, composés de morceaux de bois attachés ensemble : « Lors des récents travaux de restauration des pyramides, des morceaux de bois traditionnels attachés ensemble ont été utilisés comme échafaudage, ce qui démontre qu’il aurait clairement été possible d’utiliser des échafaudages pour les construire en premier lieu ».

« Nous avons des gens, nous avons besoin de bois »

La plupart des chercheurs contestent l’idée que l’échafaudage ait servi à un rôle de construction primaire, le reléguant à une fonction mineure, comme l’habillage des pierres de cuvelage ou la pose des couches supérieures de maçonnerie. Cette idée reste impopulaire pour une raison simple : la plupart des égyptologues pensent que les anciens Egyptiens, avec leur environnement sec et relativement sans arbres, avaient un accès limité au bois.

Cependant, plusieurs chercheurs ont démontré que l’Egypte de l’Ancien Empire, ~2550 avant J.-C., aurait eu plus de végétation qu’aujourd’hui. Les chercheurs ont démontré qu’un changement climatique majeur a accompagné ou peut-être causé la fin de l’Ancien Empire d’Egypte il y a environ 4200 ans. Par exemple, Jean-Daniel Stanley et ses collègues, en utilisant les isotopes du strontium et des données pétrologiques, ont montré dans leur étude de 2003 que les niveaux du Nil, et par conséquent les populations d’arbres, ont chuté de manière drastique entre 2200 et 2000 avant JC.

Comme le dit D.M. Dixon dans son article Timber in Ancient Egypt (1974), « dans l’Antiquité, l’Egypte possédait, et possède encore, un certain nombre d’arbres capables de fournir du bois ». Il s’agit notamment du palmier-dattier, de l’acacia, du tamaris, du persea, du saule, du sidder, du moringa et du sycomore-fig. Ces arbres étaient utilisés pour la construction de bateaux, pour fabriquer des meubles, d’énormes portes de temple, des cercueils, des arcs, des flèches et des rampes, comme le décrit le Papyrus Anastasi I : « Il faut construire une rampe … composée de 120 compartiments filled avec des roseaux et des poutres. »

A gauche : un acacia, semblable à celui qu'on aurait trouvé en Egypte et de l'autre côté du Levant à l'époque de Khufu, le désert du Néguev en Israël. (Mark A. Wilson / Domaine public). A droite : avenue d'acacias menant vers les pyramides du Caire au 19e siècle (William Henry Jackson (1894) / Domaine public)

A gauche : un acacia, semblable à celui qui aurait été trouvé en Egypte et de l’autre côté du Levant à l’époque de Khufu, le désert du Néguev en Israël. (Mark A. Wilson / Domaine public ). A droite : avenue d’acacias menant aux pyramides du Caire au 19e siècle (William Henry Jackson (1894) / Domaine public )

Des preuves archéologiques de bois à l’intérieur d’anciennes rampes ont été trouvées à Lahoun, Lisht, et Deir el-Bahri. On sait aussi que l’Égypte a importé du Liban d’énormes poutres de cèdre et de sapin cilicien, ce que confirme la découverte en 1954 de deux bateaux funéraires de Khéops déconstruits, enterrés à côté de sa pyramide.

Al Arzz au-dessus de Bsharri (Forêt des Cèdres de Dieu), Liban. (BlingBling10 / CC BY-SA 3.0)

Al Arzz au-dessus de Bsharri (Forêt des Cèdres de Dieu), Liban. (BlingBling10 / CC BY-SA 3.0 )

Constituées de gigantesques poutres de cèdre, elles étaient attachées par une corde et se refermaient en se gonflant dans l’eau. Nous savons, grâce à l’inscription de la pierre de Palerme, que le pharaon Sneferu, père de Khufu, a envoyé une expédition de quarante navires au Liban pour collecter les précieuses poutres de cèdre : « Apportant quarante navires remplis [with] grumes de cèdre … Construction navale [of] bois de cèdre, un navire, 100 cubits [long].” 100 cubits équivalait à peu près à 50 mètres, soit plus que le bateau de Khoufou qui mesurait 43,6 mètres.

Le magnifique Bateau de Khufu, Musée du Bateau Solaire, Gizeh. (David Berkowitz / CC BY 2.0)

Le magnifique Bateau de Khufu, Musée du Bateau Solaire, Gizeh. (David Berkowitz / CC BY 2.0 )

On peut encore voir les énormes poutres en cèdre de 15 mètres de long que les ingénieurs de Sneferu ont coincées entre les murs de la chambre funéraire de la pyramide Bent pour l’empêcher de s’effondrer. Il aurait pu facilement utiliser des poutres similaires pour construire des échafaudages en bois pour la construction de ses deux pyramides à Dashur (et de la structure précédente à Meidum).

Anciennes poutres en bois encore à l'intérieur de la pyramide courbée de Sneferu à Dashur. (Ivrienen / CC BY 3.0)

Anciennes poutres en bois encore à l’intérieur de la pyramide courbée de Sneferu à Dashur. (Ivrienen / CC BY 3.0 )

Le secret de la construction des pyramides

Une caractéristique intéressante des bateaux solaires est que leurs poutres étaient entièrement maintenues ensemble par une corde de chanvre, qui a également été préservée à côté du bateau. Avec des poutres en cèdre et une corde solide, les Égyptiens auraient certainement pu construire un échafaudage robuste capable de supporter de gros blocs de pierre et de nombreux ouvriers.

Je crois que le secret de la construction des pyramides, au-delà des rampes de toute façon, était en fait très simple : une section relativement étroite d’échafaudage en bois, attachée avec des cordes et solidement ancrée à la base. Cela aurait rendu inutiles les grandes rampes extérieures en briques crues, les rampes intérieures en pierre et la nécessité de tailler la pierre du haut vers le bas. Toute la structure aurait pu être achevée niveau par niveau, la pierre extérieure étant taillée avant de commencer la couche suivante (ou même dans la carrière lors de son enlèvement, lorsqu’elle est plus souple et plus facile à tailler, comme l’a noté Bob Brier).

Je pense que les équipes de travail auraient utilisé une combinaison de leviers, de bascules et de cales pour soulever les blocs à travers l’échafaudage jusqu’à la surface active du bâtiment, où d’autres équipes auraient pris le relais. L’échafaudage lui-même aurait été construit par des équipes spécialisées dans le travail du bois à mesure que la pyramide s’élevait. Chaque niveau de l’échafaudage aurait eu des équipes séparées, tandis que les équipes opérant sur la pyramide auraient probablement été à nouveau divisées.

La plupart des équipes de travail se seraient concentrées sur le remplissage intérieur et la maçonnerie moins précise de l’intérieur, certaines se seraient concentrées sur les blocs de base et le coulis, tandis que les plus habiles auraient été postées autour de l’extérieur pour fixer et finir les blocs de revêtement en calcaire Tura à angle précis et hautement polis. J’imagine donc un processus de type chaîne de montage, de la carrière à la pyramide, avec des équipes restant sur place et les roches se déplaçant entre elles.

Il n’y a pas de raison que les Égyptiens n’aient pas construit une étroite bande d’échafaudage sur le côté sud de la Grande Pyramide pour y faire passer tous les blocs nécessaires à sa construction. Il aurait alors pu être enlevé très rapidement et réutilisé pour d’autres projets de pyramide ou encore utilisé pour des bateaux solaires, des cercueils, etc. La réutilisation du bois était courante en Égypte, comme l’a démontré Pearce Paul Creasman dans son article : Ship Timber and the Reuse of Wood in Ancient Egypt (2013).

Les grandes pyramides de Gizeh, en Égypte. (sculpies / stock Adobe)

Les grandes pyramides de Gizeh, en Égypte. ( sculpies / stock Adobe )

Les pyramides ont été construites avec la technologie disponible pendant l’Ancien Empire : rampes, ciseaux en bronze, pilons de pierre, leviers, cordes, poteaux, fils à plomb, coudées, maillets, herminettes, coins et carrés. À ces outils primitifs mais performants, je crois que l’on peut ajouter des échafaudages en bois, dernière pièce manquante du puzzle de leur construction.

Cependant, c’est plus que cette technologie qui a permis de réaliser ces projets de construction massifs. C’est l’organisation et la hiérarchie des travailleurs, des surveillants, des prêtres et des scribes qui ont contribué à la réalisation de ces immenses rêves d’État. C’est la coordination habile de cette société de travailleurs, basée sur les mesures minutieuses des prêtres des saisons, du ciel et du Nil, qui a finalement construit les pyramides. C’était un effort national, l’un des plus importants de notre histoire, pour servir les rois, les dieux, et préserver l’équilibre du pays, afin que leurs noms et leurs œuvres durent pour toujours.

Note de fin

Il est intéressant de noter que l’architecte et sauveteur de pyramides gallois Peter James conteste l’idée que les Egyptiens aient utilisé des poteaux et des cordes pour augmenter la pente de leurs rampes sur les sites des pyramides, comme le suggère la découverte de la nouvelle rampe à Hatnub. Dans une communication personnelle par courriel, il évoque plusieurs défauts qu’il a identifiés avec ce modèle :

« La question de la taille et du diamètre des cordes nécessaires pour tirer les blocs lourds est un problème, ainsi que leur durabilité sur les bords des blocs carrés. La méthode de fixation des cordes aux blocs qui éviterait de tordre les blocs lors de leur levage serait également un problème.

Comment vous assurer que les deux groupes d’opérateurs qui tirent les blocs soient capables de fournir la même tension dans les cordes pour contrôler le levage et ne pas induire de torsion et de mouvement des blocs, en particulier lorsqu’ils sont sur des marches construites temporairement ? Ce serait une opération très dangereuse.

Il en va de même pour le poteau en bois temporaire qui aurait pu être bon dans une position permanente dans une carrière mais qui serait susceptible de se déplacer sous la charge sur un substrat non consolidé et qui, là encore, causerait des difficultés à contrôler les blocs ; en outre, le bord avant du bloc s’enfoncerait dans le sol et toute force utilisée pour le déplacer ferait tourner le bloc dans le sol et empêcherait tout mouvement ultérieur ».

Jonathon Perrin est l’auteur de Moïse restauré : The Oldest Religious Secret Never Told, disponible en version imprimée ou en livre électronique sur Amazon.com.

Image du haut : Nous devons aller au-delà de la « rampe de la pyramide » pour résoudre l’énigme technique la plus insaisissable de l’Égypte. Source : Givaga / Adobe stock

Par Jonathon Perrin

Références

Arnold, Dieter. 1991. Bâtiment en Égypte : Maçonnerie pharaonique en pierre. Oxford University Press, Oxford.

Brier, Bob et Jean-Pierre Houdin. 2008. Le secret de la Grande Pyramide . Harper, New York.

Clarke, Somers et R. Engelbach. 1960. Construction et architecture de l’Égypte ancienne. Dover Publications, New York (à l’origine en 1930).

Dixon, D.M. 1974. Le bois dans l’Égypte ancienne . In Commonwealth Forestry Review, Vol. 53, No. 3, septembre, pp. 205-209.

Edwards, James Frederick. 2003. La construction de la Grande Pyramide : Méthodes de construction probables employées à Gizeh . Dans Technology & Culture , Vol. 44, No. 2, avril, pp. 340-354.

Hawass, Zahi. 1998. Pyramid Construction. Nouveaux éléments de preuve découverts à Gizeh . À Stationen. Beiträge zur Kulturgeschichte Ägyptens Rainer Stadelmann gewidmet, pp. 53-62. Publié sous la direction de Heike Guksch et Daniel Polz. (Mainz, Philipp von Zabern).

Hussey-Pailos, Robert Scott. 2005. Construction du sommet des pyramides égyptiennes : essai expérimental d’un dispositif de levier . Thèse de maîtrise, Université de Floride. Disponible à l’adresse suivante : http://plaza.ufl.edu/pailos/R_Hussey%20MA%20Thesis%202005.pdf.

Isler, Martin. 1985 & 1987. Sur la construction des pyramides, parties I et II. Journal of the American Research Center in Cairo, 22 & 24.

Jacques, Pierre. 2018. Sauver les pyramides : l’ingénierie du XXIe siècle et les monuments anciens d’Égypte. University of Wales Press, Cardiff.

Lehner, Mark, et Zahi Hawass. 2017. Gizeh et les pyramides : l’histoire définitive. University of Chicago Press, Chicago, Thames & Hudson Ltd, Londres.

Marchant, Jo. 2017 « Les particules de rayons cosmiques révèlent une chambre secrète dans la Grande Pyramide d’Égypte », Nature . Disponible à l’adresse suivante : https://www.nature.com/news/cosmic-ray-particles-reveal-secret-chamber-in-egypt-s-great-pyramid-1.22939.

Petrie, W.M. Flinders. 2013. Les Pyramides et les Temples de Gizeh : Cambridge Library Collection. Cambridge University Press, Royaume-Uni, initialement en 1883.

.

Bouton retour en haut de la page