Avantages et inconvénients de la concurrence entre les enfants et les adolescents

Qu’il s’agisse d’une course présidentielle, d’une course de fond ou de la course pour être le major de l’école, la compétition est partout. Mais est-ce vraiment une bonne chose ? Est-ce une chose que nous devrions inculquer à nos enfants ?

Les avis sont partagés lorsqu’il s’agit d’enseigner la compétitivité aux enfants. Certains pensent que le fait d’exposer les enfants à la concurrence leur apprend des leçons de vie sur la victoire et la défaite. D’autres estiment que la concurrence fait plus de mal que de bien. Quoi qu’il en soit, les deux approches présentent des avantages et des inconvénients.

Avantages potentiels

  • Prépare les enfants à de futures situations de la vie réelle
  • Développe d’importantes compétences de vie, comme l’empathie
  • Élargir la zone de confort
  • Aide à tirer les leçons de l’échec

Inconvénients potentiels

  • Trop de pression inutile
  • Conduit à des sentiments négatifs
  • Destruction de l’estime de soi

Avantages et inconvénients

Ceux qui sont contre l’idée d’inculquer la compétitivité aux enfants, ou même de les exposer à des compétitions en général, pensent que la concurrence est destructrice et toxique. Leur crainte est qu’elle mette trop de pression sur les enfants pour qu’ils soient les meilleurs, que ce soit dans un concours d’orthographe ou un match de football. Ils affirment également qu’elle peut provoquer un stress et une anxiété inutiles.

Les opposants à la concurrence estiment que lorsque les enfants sont placés dans un cadre compétitif, ils se sentent souvent déçus, vaincus et mal dans leur peau. Pire encore, ils pensent que cela peut être destructeur pour l’estime de soi, surtout s’ils ont l’impression de ne pas être à la hauteur ou de ne pas être reconnus pour leurs efforts.

Pour parer à ces expériences négatives, de nombreux parents suppriment l’aspect compétitif de chaque activité et déclarent tout le monde gagnant. En d’autres termes, c’est la mentalité du « tout le monde a un trophée ».

Les travaux de Thurston Domina, professeur de politique de l’éducation et de sociologie à l’université de Caroline du Nord, indiquent que transformer des activités à faible enjeu en concours est mauvais pour les enfants.

Les recherches de Domina ont montré que les concours ne motivent guère les enfants. Son équipe de recherche a observé deux lycées californiens qui distribuaient des cartes d’identité or ou platine aux enfants ayant obtenu de bons résultats aux tests standardisés. Ils ont découvert que le programme n’était pas seulement peu motivant pour les élèves les moins performants, mais qu’il augmentait également les inégalités et les divisions entre les élèves.

Les promoteurs de la concurrence

En attendant, ceux qui considèrent la concurrence comme une réalité de la vie peuvent croire qu’un peu de saine concurrence pourrait en fait être bonne pour les enfants.

En plus de les préparer à gagner et à perdre plus tard dans leur vie d’adulte, les activités de compétition les aident à développer des compétences importantes comme la résilience, la persévérance et la ténacité. Ils apprennent également à se relayer, à encourager les autres et à développer l’empathie.

De plus, de nombreux entraîneurs peuvent penser que l’éducation des enfants n’est pas seulement une question de sécurité, mais aussi d’élargissement de la zone de confort de l’enfant. En d’autres termes, il est important que les enfants s’habituent à la frustration qui découle de la compétition. Et, plus important encore, cela les aide à contourner le désir d’arrêter ou d’abandonner lorsque les choses deviennent difficiles.

Bien qu’il soit important pour un enfant de savoir qu’il est en sécurité, il est également important de lui permettre de faire l’expérience de l’instabilité et de l’incertitude qui découlent des situations de compétition.

A lire  Votre style parental peut-il affecter la santé de votre enfant ?

L’une des plus grandes erreurs que font certains parents est de protéger leurs enfants contre l’échec. L’échec n’est pas une mauvaise chose. Il peut mettre mal à l’aise, mais c’est une merveilleuse occasion d’apprendre. En fait, tirer les leçons des échecs ne motive pas seulement les enfants à travailler plus dur et à améliorer une compétence, mais cela peut aussi les aider à devenir des adultes plus capables qui ne s’effondrent pas la première fois que les choses se compliquent. Les enfants peuvent apprendre à perdre et à se sentir bien dans leurs efforts.

Dans l’ensemble, une saine compétition peut apprendre aux enfants que ce ne sont pas toujours les meilleurs qui réussissent, mais plutôt ceux qui travaillent dur et qui se distinguent qui sont les vrais gagnants en fin de compte. L’essentiel est de trouver des moyens sains pour que vos enfants puissent participer à la compétition.

À quoi ressemble une saine concurrence ?

Gardez à l’esprit que la compétitivité en soi n’est généralement pas une mauvaise chose – c’est la façon dont les gens abordent les compétitions qui peut les rendre malsaines. En d’autres termes, si le seul but est de gagner et de ne rien apprendre au cours du processus, les enfants vont se sentir découragés lorsqu’ils perdront. Mais si les parents, les entraîneurs et les supporters apprennent à regarder la défaite de manière constructive, les enfants apprendront beaucoup plus des compétitions auxquelles ils participent.

Selon Carol Dweck, psychologue à Stanford et auteur de Mindset : The New Psychology of Success, il est important que la concurrence favorise un état d’esprit de croissance plutôt qu’un état d’esprit figé.

Par exemple, lorsque les enfants pensent que les qualités qu’ils possèdent ne peuvent pas être modifiées, comme le fait d’être mauvais en maths, alors ils ont un état d’esprit fixe. Par conséquent, lorsque les enfants ont cet état d’esprit, ils croient que le changement n’est pas possible et qu’ils sont coincés avec ce qu’on leur donne, comme la capacité de jouer au basket, l’intelligence, le talent artistique, etc.

De plus, selon M. Dweck, les enfants qui ont un état d’esprit fixe ressentent souvent le besoin de faire leurs preuves à maintes reprises et s’évaluent souvent de façon « tout ou rien ».

En attendant, le contraire d’une mentalité figée est la mentalité de croissance. Les enfants qui ont un esprit de croissance reconnaissent leurs compétences et leurs capacités actuelles, mais pensent qu’ils peuvent changer, améliorer ou ajouter de nouvelles compétences avec du temps et des efforts. Par conséquent, lorsque les enfants ont un esprit de croissance, ils sont plus susceptibles d’aborder la compétition en comprenant que s’ils ne réussissent pas, ce n’est pas la fin du monde. Ils savent qu’ils peuvent apprendre et s’améliorer. Et, plus important encore, ils sont prêts à essayer.

Comment parler de la concurrence à votre enfant

En tant que parent, vous avez le pouvoir d’aider vos enfants à avoir une vision positive de la concurrence.

Pour commencer, une saine compétition aide les enfants à comprendre que la compétition ne se limite pas à gagner et à perdre. Faites en sorte que vos enfants sachent que la compétition consiste en fait à se fixer un objectif et à l’atteindre. En d’autres termes, au lieu de se concentrer sur la victoire, concentrez-vous sur ce qu’il maîtrise, comme le nombre de tirs qu’il effectue lors d’un match de basket ou le temps qu’il est prêt à investir pour s’entraîner en vue de sa compétition en solo et en ensemble. À la fin de la compétition, le résultat global sera moins important que le fait d’avoir accompli ou non ce qu’il s’était fixé comme objectif.

A lire  10 façons de renforcer les relations entre le père et le fils

Il est important que les parents soient là pour aider leurs enfants à surmonter les difficultés. Vous devez également renforcer régulièrement le message qu’il est normal de perdre tant qu’ils travaillent dur, font de leur mieux et apprennent de leur expérience.

En fait, certains entraîneurs diront que la plus grande leçon que les enfants tireront de la compétition est que le plus grand concurrent, c’est eux-mêmes. En d’autres termes, les enfants doivent non seulement apprendre à croire en eux-mêmes et en leurs capacités, mais aussi découvrir que leur identité n’est pas liée à la victoire ou à la défaite, mais à leur caractère dans les deux cas.

Voici quelques stratégies pour tirer le meilleur parti des situations de concurrence.

Reconnaître les différents types d’objectifs

Il est clair que dans certaines situations de concurrence, l’objectif premier est de gagner. Si cela est bien dans certaines situations, il y a aussi un perdant. Si la victoire est le seul objectif sur lequel un enfant se concentre, cela ne peut que créer un environnement malsain.

N’oubliez pas que personne ne contrôle l’issue d’un jeu. Par conséquent, il est préférable pour les enfants d’avoir d’autres objectifs que la victoire, par exemple un but basé sur la performance personnelle. Ils perdront peut-être encore le match, mais ils verront leur niveau de jeu s’améliorer d’une manière ou d’une autre.

Promouvoir les caractéristiques personnelles plutôt que le résultat

Qu’ils pratiquent un sport, participent à une compétition de danse ou à l’olympiade scientifique, il y a des moments dans la vie d’un enfant où il doit rivaliser avec d’autres. Dans ces situations, ne vous focalisez pas sur la victoire, mais plutôt sur les choses qu’ils peuvent contrôler, comme leur effort. Ensuite, quel que soit le résultat, aidez vos enfants à voir ce qu’ils ont bien fait.

Par exemple, étaient-ils extrêmement concentrés ? Ont-ils fait preuve d’un comportement très terre à terre ? Ont-ils bien géré leur temps ? Il est important pour les enfants de voir que le succès n’est pas une question de victoire. Ensuite, à l’avenir, lorsqu’ils n’entreront pas dans l’université de leur choix ou qu’ils n’obtiendront pas l’emploi qu’ils voulaient, ils pourront prendre du recul et réfléchir à ce qu’ils ont bien fait ainsi qu’aux domaines dans lesquels ils pourraient essayer de s’améliorer.

N’oubliez pas que l’échec fait partie de la réussite

Aussi étrange que cela puisse paraître au premier abord, permettre à un enfant d’échouer est l’un des aspects les plus importants de la compétition.

Lorsqu’un enfant est autorisé à échouer, il découvre qu’il peut s’en remettre, en tirer des leçons et passer à autre chose. L’échec, ou la perte d’une compétition, n’a pas besoin de les définir.

Malheureusement, de nombreux enfants ont aujourd’hui peur de l’échec, soit parce qu’ils craignent que les autres les intimident ou se moquent d’eux, soit parce qu’ils ont peur de décevoir leurs parents. Quelle que soit la raison, la peur peut empêcher les enfants d’essayer des choses qui sont difficiles. Lorsque cela se produit, cela peut réduire leurs possibilités de grandir ainsi que leurs chances de réussite.

Une chose que les parents peuvent faire, c’est partager leur expérience de l’échec et ce qu’ils en ont tiré. L’objectif est de donner aux enfants la possibilité de vivre un échec avant d’aller à l’université. Ainsi, lorsqu’ils seront confrontés à des difficultés ou à un échec, ils le verront simplement comme un mode de vie et pourront aller de l’avant de manière saine.

A lire  Comment savoir si votre enfant est prêt à rester seul à la maison

Donnez votre accord librement

Certains parents refusent de donner leur amour et leur approbation lorsque leur enfant n’est pas à la hauteur ou ne gagne pas un concours. Lorsque cela se produit, l’enfant peut être pris de panique intérieure parce qu’il ne se sent pas aimé ou en sécurité. De plus, il commence à croire qu’il ne suffit pas ou qu’il manque d’une certaine manière et que le parent ne l’appréciera jamais s’il ne gagne pas.

Le plus souvent, lorsque cela se produit, les enfants se mettent à travailler comme des fous pour rendre leurs parents heureux. Mais essayer d’impressionner leurs parents est une voie dangereuse et peut être préjudiciable à leur bien-être mental. Au contraire, les enfants en profitent lorsque leurs parents leur donnent de l’amour et de l’approbation librement et sans condition. Les enfants doivent toujours se sentir aimés sans condition, même lorsqu’ils perdent.

Que faire si la concurrence met votre enfant à l’épreuve

Parfois, les enfants sont si résistants à la concurrence qu’ils peuvent refuser de participer à toute activité compétitive. Ils peuvent également simuler une maladie ou montrer des signes d’anxiété.

S’il est normal que les enfants se sentent un peu anxieux avant une grande compétition, ils ne doivent pas s’inquiéter au point que cela ait un impact sur d’autres domaines de leur vie.

Qu’il s’agisse d’un grand jeu, d’un test standardisé, d’un concours de musique ou du concours d’orthographe de l’État, si la peur de la compétition a un impact sur votre enfant, vous pouvez vouloir creuser plus profondément pour voir ce qu’il y a sous la surface. Il peut s’agir d’anxiété ou de dépression dans le jeu, ou simplement d’une vision malsaine de la compétition.

De nombreuses personnes déconseillent souvent de permettre à un enfant anxieux d’abandonner une activité. En effet, l’abandon d’une activité pourrait rapidement devenir un mode de vie pour l’enfant s’il n’apprend jamais à gérer sa détresse. Cependant, il existe des cas où il n’y a pas de mal à arrêter, par exemple lorsqu’on s’ennuie avec un sport. Les parents peuvent toujours discuter avec leur enfant pour savoir si leurs compétences pourraient être mieux utilisées ailleurs, et l’encourager à essayer une nouvelle activité dans laquelle il pourrait s’engager davantage.

La prochaine fois que l’angoisse de la performance se manifestera, essayez d’enseigner à votre enfant des techniques de relaxation pour l’aider à tenir les papillons à distance. Il est également important de le soutenir et de le rassurer autant que possible. À chaque activité compétitive stressante que l’enfant maîtrise, plus il aura de force mentale et d’endurance pour les situations de compétition à l’avenir. C’est en persévérant à travers l’anxiété et les défis que la compétition lui apporte que la véritable croissance se produit.

Un mot de Troovez.com

Quelle que soit votre position sur la concurrence, n’oubliez pas qu’il existe de nombreux types de concurrence différents. Et certaines d’entre elles sont certainement plus positives que d’autres.

Pour apprendre à vos enfants à être compétitifs de manière saine, recherchez des activités qui ont des objectifs atteignables tout en encourageant le travail d’équipe. Et bien sûr, cherchez quelque chose d’amusant pour vos enfants et qui les incite à rester engagés pour qu’ils s’y tiennent.

Bouton retour en haut de la page