Avantages et inconvénients des politiques de tolérance zéro dans les écoles

En 1994, la législation fédérale a imposé aux États d’expulser pendant un an tout élève ayant apporté une arme à feu à l’école. Si les écoles ne se conformaient pas à cette obligation, elles perdaient tout financement fédéral.

Suite à cette loi, de nombreuses écoles ont adopté des politiques de tolérance zéro pour les élèves qui apportaient tout type d’arme à l’école. Beaucoup d’entre elles ont également mis en place des politiques de tolérance zéro pour la possession de drogues et d’alcool ainsi que pour les cas d’intimidation.

Bien que l’idée soit née de la volonté des responsables scolaires de garantir la sécurité des enfants, de nombreux éducateurs remettent en question leur efficacité. En fait, au fil des ans, les politiques de tolérance zéro sont devenues très controversées.

Contre

  • Peut manquer de bon sens comme cela peut être le cas pour des objets inoffensifs
  • N’améliorez pas la sécurité dans les écoles
  • Les élèves interdits d’école courent des risques à la maison sans surveillance
  • Exposer les enfants à des poursuites judiciaires pour des délits mineurs

Soutien aux politiques de tolérance zéro

Les partisans de la tolérance zéro affirment que des politiques strictes sont nécessaires pour maintenir un environnement d’apprentissage sûr pour les étudiants. Les partisans de la tolérance zéro affirment que la raison pour laquelle une règle particulière a été enfreinte n’a aucune importance. Il ne devrait y avoir aucune exception, quelles que soient les circonstances, et les enfants devraient subir de graves conséquences en cas de violation de ces règles.

Les partisans de la tolérance zéro affirment également que les politiques de ce type préparent mieux les enfants au monde réel. Après tout, le policier ne se soucie généralement pas de savoir si vous avez fait un excès de vitesse parce que vous étiez en retard au travail, vous avez quand même enfreint la loi.

A lire  Que faire lorsque votre enfant est suspendu pour cause de combat

De même, votre patron peut ne pas se soucier de l’excuse que vous avez pour être en retard. Vous pourriez ne pas être payé pour le temps que vous avez manqué, que vous ayez eu une crevaison ou que vous soyez resté coincé dans la circulation.

Les partisans de la tolérance zéro affirment également qu’elle réduit le favoritisme parce qu’il n’y a pas de place pour la subjectivité. Ce n’est pas parce qu’un élève est intelligent ou que ses parents sont impliqués dans l’école qu’il y aura place pour la clémence en cas de violation des règles.

Critiques sur la politique de tolérance zéro

Les critiques des politiques de tolérance zéro s’inquiètent du manque de bon sens de ces politiques. Par exemple, il y a souvent peu d’accord sur ce qui constitue une arme.

Un élastique ou un coupe-ongles peuvent suffire pour faire suspendre les élèves. De même, un étudiant en possession d’ibuprofène peut être expulsé pour possession de drogue. Les critiques citent une série d’exemples scandaleux de politiques de tolérance zéro qui ont mal tourné.

Le principal problème que posent les politiques de tolérance zéro à la plupart des critiques est qu’elles ne fonctionnent pas. En 2008, l’American Psychological Association a publié un rapport qui concluait : « Il n’a pas été démontré que la tolérance zéro améliore le climat ou la sécurité dans les écoles ».

Le groupe de travail qui a mené l’étude s’est inquiété du fait que les politiques de tolérance zéro empêchaient inutilement les enfants de recevoir une éducation publique et que de nombreux enfants devaient faire face à des poursuites judiciaires pour des délits relativement mineurs.

A lire  Les 8 meilleurs services de tutorat en ligne de 2020

En 2013, l’Académie américaine de pédiatrie a publié un rapport détaillé critiquant les politiques de tolérance zéro. Le rapport s’inquiète du fait que ces politiques sont préjudiciables aux étudiants, car les étudiants qui reçoivent des suspensions et des expulsions ont dix fois plus de chances de quitter le lycée.

Les étudiants qui sont renvoyés chez eux peuvent ne pas avoir d’adulte pour superviser leurs activités et ils peuvent devenir plus susceptibles de se livrer à des activités illégales.

Alternatives

Il existe de nombreuses alternatives aux politiques de tolérance zéro qui peuvent contribuer à maintenir les enfants à l’école tout en leur enseignant de précieuses leçons de vie. Bien entendu, la prévention de la violence est l’un des meilleurs moyens d’assurer la sécurité de tous dans un système scolaire.

Les programmes de justice réparatrice et les travaux d’intérêt général peuvent constituer de meilleures interventions pour les primo-délinquants. Déterminer les conséquences au cas par cas peut éviter des conséquences trop lourdes. Les suspensions et les expulsions de l’école pourraient alors être réservées aux récidivistes qui présentent un risque réel pour les systèmes scolaires.

Une politique de tolérance zéro

Si l’école de votre enfant applique une politique de tolérance zéro, renseignez-vous sur les règles. Comprenez ce que couvre cette politique et assurez-vous que votre enfant la comprend.

Adoptez une approche proactive pour éviter que votre enfant n’enfreigne la politique en ayant de l’aspirine dans une poche ou un pistolet à eau dans un sac à dos. Et restez impliqué dans l’école de votre enfant afin de comprendre les raisons de son règlement et les meilleurs moyens d’assurer sa sécurité.

A lire  La réussite des parents et de leur enfant en cinquième année
Bouton retour en haut de la page