Bob Brier et la chasse à l’obélisque de New York

Bob Brier est sans doute l’égyptologue le plus célèbre du monde. Professeur à l’université de Long Island à New York, où il est titulaire, il enseigne à la fois la philosophie et l’égyptologie. Animateur populaire de la série Great Egyptians de la chaîne Learning Channel, il a été la première personne depuis l’Antiquité à momifier un humain dans le style de l’Égypte ancienne. L’émission spéciale du National Geographic, Mr Mummy, a permis à son créateur d’être instantanément surnommé  »Mr Mummy », un surnom qui est resté. Bénéficiant d’une combinaison de brillance et de la touche Midas, Bob Brier a été invité à participer à une série de conférences, The Great Courses, qui est une série de cours audio et vidéo de niveau universitaire produits et distribués par The Teaching Company . La série Histoire de l’Égypte ancienne verse des redevances au professeur Brier jusqu’à ce jour. Et à juste titre. Debout derrière un pupitre, dans sa chemise bleue caractéristique, le maestro donne 48 conférences d’une demi-heure. Il est difficile de croire que cela puisse captiver, et encore moins résister à l’épreuve du temps. Cependant, la plupart des gens qui regardent ne peuvent pas s’éteindre. Les téléspectateurs assistent heure après heure à des spectacles extraordinaires qui n’ont guère plus que la voix humaine, l’enthousiasme et le savoir.

Le dernier livre du professeur Brier, Cleopatra’s Needles : the Lost Obelisks of Egypt, a non seulement reçu des critiques favorables dans le Wall Street Journal et le KMT, mais il est également paru sous forme d’extraits dans des magazines internationaux tels que Nile Magazine, ce qui n’a fait qu’accroître sa popularité. Il est, d’une certaine manière, le résultat d’une obsession de toute une vie. Le professeur Brier a de nombreux intérêts et projets, les obélisques étant l’un d’entre eux. En tant que New-Yorkais de naissance, il s’intéresse particulièrement à la découverte et au transport de l’obélisque jubilaire de Touthmôsis III, de l’Égypte à sa résidence actuelle sur Graywacke Knoll, dans sa ville natale. Ce que l’on ignore, c’est qu’avant la publication de son livre, l’éminent universitaire s’est livré à une chasse personnelle ou, pour être précis, a cherché l’emplacement exact de l’obélisque de New York dans le centre-ville d’Alexandrie.

Bob Brier examine des sculptures en Égypte. Crédit photo : Sharon Janet Hague

Bob Brier examine des sculptures en Égypte. Crédit photo : Sharon Janet Hague

La chasse à l’obélisque de New York

Comme beaucoup de ceux qui ont regardé sa conférence sur les obélisques de la série « Histoire de l’Égypte ancienne », j’ai eu l’heureux privilège de voyager en Égypte avec Bob Brier et un groupe d’Américains. Dans un hôtel d’Alexandrie, par une nuit glaciale de février, où l’ancien ascenseur de l’hôtel ne fonctionnait pas, les clients s’arrangeaient encore pour être coincés dans l’engin en acier. Les sages prenaient des escaliers, tandis que d’autres étaient sortis de l’ancien ascenseur en acier. Finalement, tout le monde se précipita dans un couloir pour assister à la conférence de Bob, où un panneau doré indiquait l’admission.

Psssst ici:  Choisissez votre poison : L'AK-47 du Proche-Orient antique

Malheureusement, quelque chose avait terriblement mal tourné et au lieu d’une salle de conférence, nous avons été entassés dans une très grande chambre. Amusant, car j’avais passé de nombreuses nuits à regarder la série dans le confort de ma chambre. Attendant patiemment que la dernière personne se glisse dans la salle bondée, le professeur Brier a commencé la conférence. C’était la conférence Obélisques de la célèbre série, mais avec des faits nouveaux. Il a conclu en proposant de découvrir l’emplacement original de l’obélisque de New York.

Le lendemain matin, sous ses ordres, les camionnettes du groupe se sont arrêtées devant l’hôtel Le Metropole. C’est à l’extérieur de cet établissement que le célèbre obélisque a été hissé à l’aide d’une série de poulies et de grues pour commencer son voyage hors d’Alexandrie. Bob et sa femme, Pat Remler, ont guidé le groupe pour suivre les indices, se perdre dans le processus et poser des questions aux passants. Parlant couramment l’arabe, Bob a engagé un certain nombre de personnes serviables qui ont repéré un bâtiment derrière le site où l’obélisque a été érigé, avec des grilles ornées, ce qui a donné la date de l’emplacement.

Ascenseur qui se trouve maintenant sur le site de l'Obélisque de New York, Alexandrie, Egypte. Crédit photo : Sharon Janet Hague

Ascenseur qui se trouve maintenant sur le site de l’Obélisque de New York, Alexandrie, Egypte. Crédit photo : Sharon Janet Hague

Coureur de compétition la majeure partie de sa vie, Bob a passé une matinée à se dépêcher à une vitesse folle sur les sentiers d’Alexandrie, son groupe à ses trousses. Brisant de lourdes portes de verre tout en enquêtant sur un certain nombre d’hôtels, le professeur, avec sa concentration mentale intense, a continué à attirer les Égyptiens qui l’aidaient à chercher. Enfin, au pied d’un ascenseur dans le hall d’un hôtel, un personnel courtois lui indiqua l’emplacement de l’obélisque déraciné.

Alors, qu’est-ce que l’obélisque de New York et pourquoi, en effet, y a-t-il un obélisque égyptien à New York ?

La migration des obélisques

Tout d’abord, les obélisques représentaient le dieu-soleil égyptien Rê. De nombreux pays les ont acquis à un moment donné. En fait, les obélisques ont été transportés dans des pays hors d’Égypte pendant plus de deux mille ans. Les empereurs romains les ont pris comme butin de guerre. À ce jour, l’Italie en possède treize, plus que tout autre pays, y compris l’Égypte moderne. Il y a probablement au moins une autre douzaine d’aiguilles perdues sous les rues de la ville. La France possède également un obélisque, qui fut un cadeau de l’Égypte à Champollion, le premier grand déchiffreur de hiéroglyphes des temps modernes.

Psssst ici:  Un méga tremblement de terre a provoqué un changement majeur dans la méthodologie de construction des Incas

Portrait de Jean-François Champollion par Léon Cogniet (domaine public)

Le portrait de Jean-François Champollion par Léon Cogniet ( Domaine public )

Mais c’est l’obélisque anglais qui a provoqué la jalousie des Américains. Lorsque Waynman Dixon a ramassé l’obélisque de Touthmôsis III tombé à Alexandrie et l’a transporté par mer à son emplacement actuel sur la digue de la Tamise, l’Amérique a dû en posséder un. Pourquoi cette jalousie ? La rivalité entre l’Angleterre – l’ancien ordre mondial et le nouveau, représenté par l’Amérique – existe encore aujourd’hui.

Le

L’obélisque « Cleopatra’s Needle » à Londres, Victoria Embankment ( CC0)

L’acquisition de l’obélisque américain

L’acquisition de l’obélisque de New York a été un défi de taille qui a finalement été relevé malgré plusieurs changements au sein du gouvernement égyptien. Offert à l’origine à l’Amérique par le gouvernement égyptien lors de l’ouverture du canal de Suez en 1869, l’offre d’un obélisque a été rétractée par la suite. William Vanderbilt, le magnat américain des chemins de fer, a finalement financé l’enlèvement d’un obélisque de l’Égypte vers l’Amérique. En mai 1877, le consul général américain, le juge Elbert E. Farman, réussit à acquérir l’obélisque comme cadeau du Khédive.

Et qu’ont-ils obtenu en échange de leur souffrance ? Rien d’autre que l’obélisque restant de la paire commandée par le plus grand roi guerrier d’Égypte, Touthmôsis III. Fabriqués pour la fête de Heb-Sed, que les rois égyptiens célébraient traditionnellement tous les trente ans après leur règne, les deux obélisques ont été extraits du granit d’Assouan. En 13 av. J.-C., les deux obélisques ont été déplacés au Césarée de Cléopâtre à Alexandrie, en Égypte, par Gaius Jules César Auguste. L’un d’eux s’était effondré dans l’Antiquité et avait été repris par les Britanniques. Les Américains, comme le veut le destin, ont maintenant pris l’autre. Avec le recul, il semble ironique que deux superpuissances aient acquis les obélisques commandés par le pharaon égyptien qui a transformé l’Égypte en empire.

L'aiguille de Cléopâtre, Central Park, New York City. (CC BY-SA 3.0)

L’aiguille de Cléopâtre, Central Park, New York City. ( CC BY-SA 3.0 )

Le capitaine de corvette Henry Honeychurch Gorringe, un commandant naval américain décoré, s’est porté volontaire pour transporter l’obélisque restant d’Alexandrie à New York, en surmontant des obstacles bien plus redoutables que ceux rencontrés par les Français et les Anglais. L’océan Atlantique n’était que l’un d’entre eux. Des méthodes ingénieuses ont été utilisées pour déplacer l’obélisque qui, comme il était encore debout, était beaucoup plus difficile à déplacer que l’obélisque anglais. En achetant un bateau à vapeur postal bon marché, le Dessoug, à un gouvernement égyptien en faillite, Gorringe convertit sa cale pour embarquer l’obélisque de 250 tonnes.

Psssst ici:  Sphères armillaires : Suivre les objets célestes dans le monde antique

Mise en place de l'obélisque à aiguilles de Cléopâtre dans la cale du navire à vapeur Dessoug, en route pour Central Park à New York, 1880. (Domaine public)

Mise en place de l’obélisque à aiguilles de Cléopâtre dans la cale du navire à vapeur Dessoug, en route pour Central Park à New York, 1880. ( Domaine public )

Une fois en Amérique, seize paires de chevaux ont tiré le piédestal jusqu’à Central Park. L’obélisque a été remorqué sur des pontons le long de la rivière Hudson jusqu’à la 96e rue, après quoi une voie ferrée, construite par Gorringe, a été utilisée pour déplacer l’obélisque à travers la ville au rythme d’un seul bloc par jour. Il a fallu six mois pour atteindre son emplacement actuel sur Graywacke Knoll. Même à cette époque, le drame ne s’est pas arrêté. Dans son dernier livre, le professeur Brier fait le point sur la détérioration de l’obélisque qui a perdu des centaines de kilos de granit en raison des rudes hivers new-yorkais.

Le livre du professeur Brier, qui a été fortement recommandé dans le Wall Street Journal et le Kmt, retrace l’histoire des obélisques dans un style complet et facile à lire. Comme il l’a dit un jour, s’il pouvait faire un film, ce serait sur le voyage de l’obélisque de Touthmôsis III d’Égypte en Amérique. Cleopatra’s Needles : the Lost Obelisks of Egypt met l’accent sur les obélisques, qui ont souvent été négligés, mais qui étaient néanmoins les stars silencieuses des prouesses techniques qui rivalisaient avec la construction de pyramides. Et peut-être, un jour, ce film sera-t-il réalisé.

Bob Brier en Égypte. Crédit photo : Sharon Janet Hague

Bob Brier en Égypte. Crédit photo : Sharon Janet Hague

Image du haut : L’aiguille de Cléopâtre, NYC ( CC BY-SA 3.0 ) ; Obélisque de l’aiguille de Cléopâtre dans la cale du navire à vapeur Dessoug, 1880. ( Public Domain ) ; Bob Brier en Égypte. (Sharon Janet Hague)

Par Sharon Janet Hague

Références

Brier, Bob Cleopatra’s Needles : the Lost Obelisks of Egypt, New York : Bloomsbury, 2016

Brier, Bob. Egyptomania : Notre obsession de trois mille ans pour le pays des pharaons. New York : Macmillan, 2013.

Engelbach, Rex. Le problème des obélisques. Londres : Fisher Unwin 1923

Noakes, Aubry. Les Aiguilles de Cléopâtre. Londres : Witherby, 1962.

.

Bouton retour en haut de la page