Cacus – Celui qui a osé croiser Hercule

Contents

Selon la mythologie romaine, Cacus était un voleur qui a volé le héros Hercule (dont l’équivalent grec était Héraclès), ce qui a entraîné la mort du premier. Il existe plusieurs versions de ce mythe, tel qu’il a été raconté par différents auteurs.

Bien qu’elle ne soit pas considérée comme faisant partie des mythes romains les plus célèbres, l’histoire de Cacus et d’Hercule est significative pour plusieurs raisons. Pour les anciens Romains, l’histoire a servi d’étiologie pour le culte d’Hercule à l’Ara Maxima. Le mythe peut également être lu comme une allégorie du remplacement progressif des cultures italiques locales (symbolisées par Cacus) par une culture hellénistique (représentée par Hercule).

Cacus le mal

Le nom « Cacus » serait dérivé du grec ancien et signifierait « mauvais » ou « mal ». En effet, dans toutes les versions du mythe, Cacus joue le rôle de l’antagoniste. Dans certaines, cependant, il est présenté comme une créature monstrueuse. C’est le cas, par exemple, dans l’Énéide de Virgile. Dans le livre 8 de ce poème épique, Virgile raconte l’histoire de Cacus et d’Hercule à Énée par Evandre, qui a fondé la ville de Pallantium sur le futur site de Rome, avant la guerre de Troie .

Evander décrit Cacus comme un « monstre immonde, mi-humain » qui vivait dans « une grotte que les rayons du soleil n’ont jamais atteinte ». On pense que la grotte de Cacus est située sur la colline de l’Aventin. Evader informe également Enée que Cacus était le fils de Vulcain (l’homologue romain du dieu grec Hephaestus), et que « c’était le feu noir de son père qu’il vomissait de sa bouche en déplaçant son énorme masse ».

Cacus n’était pas seulement un monstre dans sa forme, mais aussi dans son comportement. Evander déclare que le sol de la grotte de Cacus était « toujours chaud avec du sang fraîchement versé », tandis que « les têtes des hommes étaient clouées à ses portes orgueilleuses et y étaient suspendues pâles et pourries ». C’est pourquoi les habitants de la région ont prié les dieux de mettre fin au règne de terreur de Caucus. Leurs prières ont finalement été exaucées avec l’arrivée d’Hercule qui, à ce moment-là, venait d’accomplir l’un de ses fameux Douze Travaux.

Frise du panneau avant d'un sarcophage avec les travaux d'Hercule. (Museo nazionale romano di palazzo Altemps / Domaine public)

Frise du panneau avant d’un sarcophage avec les travaux d’Hercule. (Museo nazionale romano di palazzo Altemps / Domaine public )

Il s’agissait d’une série de tâches impossibles que le héros devait accomplir en guise de pénitence. Hercule avait tué sa femme, Mégare, et leurs enfants dans un accès de folie envoyé par Héra, et fut donc contraint de devenir un serviteur d’Eurysthée (un des cousins d’Hercule, et le roi de Tiryns) pendant douze ans. C’est Eurysthée qui a inventé les Douze Travaux et les a imposés à Hercule.

Le dixième travail : Le massacre du géant

Le mythe de Cacus et Hercule est associé au dixième travail, qui est l’acquisition du bétail de Géryon. Pour accomplir cette tâche, Hercule a dû se rendre sur l’île d’Erythia (qui signifie « rouge »), qui serait située à l’extrême ouest du monde, près de la frontière entre l’Europe et la Libye. Sur l’île se trouvait un troupeau de bovins dont le pelage était taché de rouge par les rayons du soleil couchant. Le bétail, cependant, appartenait à un géant terrifiant appelé Géryon.

Selon les mythes, Géryon était le fils de Chrysaor et Callirrhoe. Le premier était un homme qui avait jailli du corps de la Gorgone Méduse lorsqu’elle fut décapitée par Persée, tandis que le second était la fille d’Océan et de Téthys. La description physique de Géryon varie selon la source.

Héraclès combattant Géryon, amphore du groupe E, vers 540 av. (Musée du Louvre / Domaine public)

Héraclès combattant Géryon, amphore du groupe E, vers 540 av. (Musée du Louvre / Domaine public)

Dans certains cas, par exemple, il est décrit comme un géant avec trois têtes attachées à un seul corps, tandis que d’autres affirment qu’il avait trois corps. Dans certaines versions, on dit même que Géryon a des ailes. En plus de Géryon, le bétail était gardé par des bergers, dont l’un, Eurytion, a été tué par Hercule, ainsi qu’un chien à deux têtes appelé Orthus (le frère de Cerbère).

A lire :  Les neuf filles de Zeus et la mémoire, déesses des arts

Après avoir tué Eurytion, Orthus et Géryon, Hercule ne rencontra plus aucune opposition sur l’île et put donc commencer son voyage de retour à Tiryns avec le bétail. Ce voyage de retour s’est avéré plus pénible que le vol initial du bétail. Il est intéressant de noter que la rencontre avec Cacus sur la colline de l’Aventin à Rome n’était que l’un des nombreux problèmes auxquels Hercule a dû faire face lorsqu’il a amené le bétail devant Eurythée.

Hercule conduisant le bétail de Géryon, à droite se trouvent les nymphes d'Hespérides. (Giulio Bonasone (v.1531) / Domaine public)

Hercule conduisant le bétail de Géryon, à droite se trouvent les nymphes d’Hespérides. (Giulio Bonasone (c.1531) / Domaine public )

Par exemple, en Ligurie (dans le nord-ouest de l’Italie), deux des fils de Poséidon ont essayé de voler le bétail, alors Hercule les a tués. Dans un autre cas, un des bovins s’est détaché et a nagé jusqu’à l’île de Sicile depuis Rhegium (dans le sud de la Sicile), avant de s’égarer dans un pays voisin. Apparemment, le mot natif pour « taureau » était « italus », et c’est pourquoi le pays entier a été connu sous le nom d’Italie.

Enfin, alors qu’Hercule arrive au bord de la mer Ionienne et qu’il est sur le point d’achever son travail, Héra envoie un taon pour attaquer le bétail, ce qui provoque une dispersion du troupeau. En conséquence, Hercule fut forcé d’errer autour de la Thrace à la recherche du bétail manquant, avant de pouvoir rentrer chez lui.

Le vol sous le nez d’Hercule

L’histoire du voyage d’Hercule d’Erythia à Tiryns avec le bétail de Géryon montre que le héros a voyagé tout au long de la péninsule italienne. Il n’aurait donc pas été difficile d’insérer l’épisode de Cacus dans ce mythe. Selon Evander, lorsque le troupeau paissait dans la vallée et buvait à la rivière, Cacus « a volé dans le pâturage quatre magnifiques taureaux et autant de belles génisses », et a amené les animaux dans sa grotte.

Cacus, cependant, savait qu’Hercule viendrait chercher le bétail volé. Par conséquent, afin d’éviter que des empreintes de sabots ne pointent vers sa grotte, révélant ainsi l’emplacement du bétail, il « les traînait par la queue pour inverser les pistes ».

Entre-temps, le reste du bétail avait fini de paître et Hercule les faisait sortir des pâturages et se préparait à poursuivre son voyage. C’est à ce moment que le vol du bétail par Cacus fut révélé, « les vaches commencèrent à s’abaisser plaintivement en quittant l’endroit, remplissant tout le bosquet de leurs plaintes, et beuglant vers les collines qu’elles laissaient derrière elles. Puis, au fond de la grotte, une seule vache s’est abaissée en réponse. Cacus l’avait bien gardée, mais elle a contrecarré ses espoirs ».

Hercule et Cacus par Baccio Bandinelli (1525-34), Piazza della Signoria, Florence, Italie. (VarnakovR / stock Adobe)

Hercule et Cacus par Baccio Bandinelli (1525-34), Piazza della Signoria, Florence, Italie. ( VarnakovR / Adobe stock)

La colère d’Hercule a été ressentie

Le furieux Hercule s’en prend à Cacus, qui s’enfuit de terreur vers sa grotte, et en ferme l’entrée en bloquant les montants de la porte avec un énorme rocher. Cela s’est avéré être un défi, même pour le puissant Hercule, « il y avait Hercule dans une passion, essayant toutes les approches, tournant sa tête de telle ou telle façon et grinçant des dents. Par trois fois, il a fait le tour de tout le mont Aventin dans sa colère. Trois fois, il a essayé de forcer la grande porte rocheuse sans succès. Trois fois, il s’est assis épuisé dans la vallée. »

A lire :  Bodhisattvas - Sauveurs désintéressés du bouddhisme mahayana

N’ayant pas réussi à déplacer la pierre de l’entrée, Hercule est monté au sommet de la grotte et l’a dégagée. Cacus n’a pas pu s’échapper, et une bataille a eu lieu entre lui et Hercule, « de sorte que Cacus a été pris dans la soudaine ruée de la lumière et emprisonné dans sa caverne dans la roche, hurlant comme jamais auparavant, tandis qu’Hercule le bombardait d’en haut avec tout missile qui se présentait, l’assommant avec des branches d’arbres et des rochers de la taille de meules.

Il ne pouvait plus s’échapper, mais il vomissait une épaisse fumée de sa gorge monstrueuse et en faisait rouler des nuages tout autour de sa tanière pour l’effacer de sa vue. Au fond de sa grotte, il vomissait des fumées aussi noires que la nuit et l’obscurité était traversée par le feu. Hercule avait perdu toute patience. Il se jeta à terre, sautant à travers les flammes où la fumée était la plus épaisse et le nuage noir bouillonnait dans la vaste caverne. Là, alors que Cacus rotait vainement son feu dans l’obscurité, Hercule le prit en main et le tint, lui arrachant les yeux de leurs orbites et lui serrant la gorge jusqu’à ce que le sang y soit sec.

Gravure d'Hercule tuant Cacus dans sa grotte, tirée de Les travaux d'Hercule. (Hans Sebald Beham (c.1525) / Domaine public)

Gravure d’Hercule tuant Cacus dans sa grotte, tirée de Les travaux d’Hercule. (Hans Sebald Beham (c.1525) / Domaine public )

Après avoir tué Cacus, Hercule a ouvert la grotte et en a sorti son bétail. Il a également traîné le cadavre à l’air libre pour que tout le monde puisse le voir. La mort de Cacus a été célébrée par la population locale, qui a honoré Hercule en tant que héros à partir de ce moment, « depuis ce moment, nous avons honoré son nom et les générations suivantes ont célébré ce jour avec joie. Cet autel a été installé dans son bosquet par Potitius, le premier fondateur de ces rites d’Hercule, et par les Pinarii, les gardiens des rites. Nous l’appellerons toujours le plus grand autel, et le plus grand autel qu’il sera toujours ».

Comptes variables : Juste un Shepperd ordinaire ?

Le mythe de Cacus et Hercule se trouve non seulement dans l’Énéide de Virgile, mais aussi dans d’autres sources romaines, comme le Fasti d’Ovide et l’Histoire de Rome de Livy . On peut toutefois mentionner qu’il n’existe aucune preuve de l’existence de ce mythe avant la période augustéenne. Ainsi, il a été suggéré que le mythe pourrait être une invention récente, bien qu’il traite de l’histoire la plus ancienne de Rome.

Il est intéressant de noter que des éléments de la mythologie grecque peuvent être détectés dans le récit. Par exemple, le vol du bétail d’Hercule présente des similitudes avec le vol du bétail d’Apollon par Hermès. Il a également été avancé que le mythe pourrait avoir été inspiré par un mythe obscur, dans lequel Sisyphe vole les juments de Diomède (le huitième travail d’Hercule). La comparaison avec Hermès et Sisyphe présente Cacus sous un jour différent, c’est-à-dire comme un voyou rusé, plutôt que comme un monstre brutal.

Hermès et Apollon avec le bétail en arrière-plan. (Francesco Albani / Domaine public)

Hermès et Apollon avec le bétail en arrière-plan. (Francesco Albani / Domaine public )

Bien que Virgile peigne Cacus comme un monstre terrifiant, ce n’est pas toujours le cas des autres écrivains romains. Dans le récit de Livie, par exemple, Cacus est dit être un berger local qui désirait le bétail d’Hercule, et qui a donc commis le vol.

Livy explique également comment ce berger ordinaire a pu voler le grand héros, « il [Hercules] a traversé le Tibre à la nage, en conduisant les bœufs devant lui, et, fatigué de son voyage, s’est couché dans un endroit herbeux près de la rivière pour se reposer et reposer les bœufs, qui ont profité des riches pâturages. Lorsque le sommeil l’a rattrapé, alors qu’il était lourd de nourriture et de vin, un berger vivant à proximité, appelé Cacus, présumant de ses forces, et captivé par la beauté des bœufs, a décidé de les mettre en sécurité ».

A lire :  La cupidité et le déclin : Le trésor des chevaliers du Temple et leur chute

Comme le Cacus de Virgile, le berger de Livy traîne aussi le bétail dans sa grotte par la queue, dissimulant ainsi ses traces. De même, c’est la descente des animaux depuis l’intérieur de la grotte qui a révélé leur emplacement caché. En conséquence, Hercule s’est rendu dans la grotte, et Cacus a été tué alors qu’il essayait d’empêcher le héros d’y entrer, « comme Cacus essayait de l’empêcher par la force d’entrer dans la grotte, il a été tué par un coup de massue d’Hercule, après avoir vainement appelé à l’aide ses camarades ».

Hercule battant Cacus avec sa massue avec le bétail derrière lui. (Marten Ryckaert / Domaine public)

Hercule battant Cacus avec sa massue avec le bétail derrière lui. (Marten Ryckaert / Domaine public )

L’histoire se poursuit avec l’établissement du culte d’Hercule. Cette fois, cependant, le héros est honoré non pas parce qu’il a vaincu un monstre, mais à cause d’une prophétie. Evandre, que Livy prétend être le roi à cette époque, est le fils d’une prophétesse du nom de Carmenta, qui prophétise qu’Hercule deviendra un jour un dieu.

C’est pourquoi, après avoir rencontré Hercule, Evandre décida de lui construire un sanctuaire, une offre que le héros accepta. « Hercule saisit la main droite d’Evandre et dit qu’il prenait le présage pour lui et qu’il accomplirait la prophétie en construisant et en consacrant l’autel. Ensuite, une génisse d’une beauté remarquable fut prise dans le troupeau et le premier sacrifice fut offert ; les Potitii et les Pinarii, les deux principales familles de ces régions, furent invités par Hercule à assister au sacrifice et à la fête qui suivit ».

L’héritage du mythe

Bien que le mythe de Cacus et Hercule ne soit pas très connu à l’époque moderne, il était important pour les Romains de l’Antiquité. Ce mythe a servi d’histoire fondatrice à l’Ara Maxima, le plus ancien centre de culte d’Hercule à Rome. Bien que le monument n’existe plus, on pense qu’il se trouvait autrefois dans la partie orientale du Forum Boarium (le marché aux bestiaux de la Rome antique), non loin du soi-disant Temple d’Hercule Victor.

Le mythe peut également être interprété comme une allégorie, dans laquelle les cultures italiques locales, considérées comme moins avancées, ont été remplacées par la culture plus sophistiquée des Grecs. On peut aussi soutenir que l’histoire était destinée à dépeindre les Romains comme les successeurs légitimes de la civilisation grecque.

Image du haut : Hercule se tenant au-dessus de Cacus le battant avec sa massue. Source : Hendrick Goltzius, (1588) / Domaine public

Par Wu Mingren

Références

Atsma, A. J., 2017. Geryon. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.theoi.com/Gigante/GiganteGeryon.html

Atsma, A. J., 2017. Kakos. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.theoi.com/Gigante/GiganteKakos.html

Encyclopédie Mythica, 1997. Cacus. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://pantheon.org/articles/c/cacus.html

Livy, Histoire de Rome [Online] [Roberts, W. M. (trans.), 1905. Livy’s History of Rome .]

Disponible à l’adresse suivante : http://mcadams.posc.mu.edu/txt/ah/Livy/index.html

Platner, S. B., 1929. Ara Maxima Herculis. [Online]Disponible à l’adresse suivante : http://penelope.uchicago.edu/Thayer/E/Gazetteer/Places/Europe/Italy/Lazi…

Sutton, D., 1977. Les origines grecques du mythe de Cacus. The Classical Quarterly, 27(2), pp. 391-393.

Les rédacteurs de l’Encyclopaedia Britannica, 2011. Cacus et Caca. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.britannica.com/topic/Cacus-and-Caca

Les rédacteurs de l’Encyclopaedia Britannica, 2020. Héraclès. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.britannica.com/topic/Heracles

Virgile, Énéide

[West, D. (trans.), 2003. Virgil’s Aeneid , London: Penguin Books.]

www.greekmythology.com, 2020. Geryon. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.greekmythology.com/Myths/Creatures/Geryon/geryon.html

www.perseus.tufts.edu, 2020. Le bétail de Géryon. [Online]Disponible à l’adresse suivante : http://www.perseus.tufts.edu/Herakles/cattle.html

www.romeandart.eu, 2020. Le mythe d’Hercule et Cacus. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.romeandart.eu/en/art-hercules-cacus-myth.html

.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!