Chevaucher les vagues péruviennes pendant 2000 ans sur le radeau de roseaux Totora

En voyageant sur la côte nord du Pérou, balayée par les vents secs, à côté d’un paysage spectaculaire, on trouve des moyens intéressants de gagner sa vie. C’est ainsi que nous sommes tombés sur un étrange petit radeau fait de roseaux utilisé par les pêcheurs de Huanchaco. Il a suscité à la fois des sourcils et de l’intérêt. La grande ville est située à 14 km au nord-est de Trujillo et à 489 km de la capitale Lima, sur la route panaméricaine.

Quel curieux engin, différent de tout ce à quoi on pourrait s’attendre pour cette tâche. Et comment, demandez-vous, l’appelle-t-on ? Caballito de Totora ; le nom se traduit par « Petit cheval de Totora ». Il semble que nous ayons à la fois un engin inhabituel et une contradiction – parce que le cheval, « caballo » ou « caballito » pour petit cheval en espagnol, n’existait pas avant l’arrivée des Européens en Amérique.

Un Caballito.

Un Caballito. (©Willem Proos / [email protected])

Nous ne savons pas comment il s’appelait autrefois, mais son utilisation est attestée depuis des milliers d’années, sur les céramiques de la civilisation Moche (100-700 après J.-C.) et des Chimù (850-1470 après J.-C.), par exemple. Les pêcheurs des deux cultures ont adopté le même radeau de roseaux pour pêcher. Des représentations de ce radeau sont présentes sur les céramiques et sculptées sur les murs en pisé, comme on le voit sur les sites précolombiens comme à Tùcume.

Culture Caballito Chimù, 850-1470 après J.-C. (©georgefery.com)

Culture Caballito Chimù, 850-1470 après J.-C. (©georgefery.com)

Les premiers radeaux de roseaux

Les radeaux de roseaux sont parmi les plus anciens modes de transport fluvial et côtier. Des restes de radeaux ont été trouvés sur l’île de Failaka au Koweït, datant de 7000 ans. En Égypte, les radeaux étaient construits en roseaux de papyrus ( cyperus papyrus ), une famille proche des roseaux de Huanchaco, qui étaient largement cultivés sur les rives du Nil et son delta, depuis 4000 avant J.-C.

Les radeaux de roseaux, ainsi que les pirogues, ont été construits par les tribus riveraines des Indiens d’Amérique du Nord. D’autres types de roseaux locaux utilisés pour la construction de radeaux ou de bateaux sont répertoriés dans les archives archéologiques du monde entier.

Le nom scientifique de la plante totora est Schoenoplectus californicus subsp. Tatora. Elle est aujourd’hui utilisée par les indigènes Uru sur les rives du lac Titicaca, à 12 707 pieds. (3873,1 mètres) en Bolivie. Leurs maisons sont construites à partir et au-dessus des roselières de Totora comme des « îles » flottantes.

Le radeau est également utilisé pour la pêche, sur la côte nord-est du Pérou, comme à Huanchaco, où le roseau pousse derrière les dunes de sable au nord de la ville, localement appelées Humedades de Huanchaco. Le roseau totora se trouve également sur l’île de Pâques dans le Pacifique Sud, plus précisément dans le lac du cratère du Rano Kao, un volcan éteint.

Avec Reed Rafts, nous allons voyager

Comment la plante totora a-t-elle trouvé son chemin si loin de son lieu de naissance, en même temps que l’arbre à pain, également indigène de l’Amérique du Sud tropicale ?

Il y a aujourd’hui peu de doute sur une histoire étendue de voyages en mer par des groupes de personnes originaires de Polynésie et le long des côtes des Amériques. La totora du cratère de Rano Kao est un témoignage indéniable des voyages de l’Amérique du Sud vers l’ouest, vers la Polynésie. Dans la vallée de Lambayeque, au nord du Pérou, la tradition orale sicane mentionne le débarquement, en 850-900 après J.-C., d’une flottille de grands radeaux (balsa ou totora ?), qui a amené le premier fondateur dynastique de la dynastie Lambayeque, Ñaimlap, sa femme Ceterni, et une importante suite de personnes qui ont débarqué à quelques kilomètres de Huanchaco sur la côte. D’où venait ce groupe de colons ? Les archives sont incertaines ; pourrait-il s’agir de personnes originaires du Pacifique occidental ?

La plante totora peut atteindre une longueur de 20 pieds. (6,1 mètres), mais elle est plus commune à 3,96-4,57 mètres, ce qui correspond à peu près à la longueur moyenne d’un caballito constitué de deux fagots de roseaux secs attachés ensemble par des lianes à double boucle. Aujourd’hui, des morceaux de polystyrène sont incorporés dans chacun des faisceaux maîtres jumeaux pour augmenter la flottabilité, et une corde en nylon remplace les lianes totora pour attacher les faisceaux. Il ne faut que quelques heures à deux pêcheurs pour fabriquer un caballito, et le matériau utilisé pour leur fabrication peut être remplacé rapidement et économiquement.

A gauche : Construction du radeau. (©J.AshleyNixon) A droite : Paquets de radeau. (©georgefery.com)

Le poids relativement léger du radeau, à environ 45 livres. (20,41 kg), permet de le porter sur l’épaule d’un homme. Le caballito fait l’objet d’une controverse : est-ce un bateau ou un radeau ? La distinction entre les deux est qu’un bateau est généralement imperméabilisé avec une sorte de goudron, alors que le radeau ne l’est pas ; ainsi, notre caballito emblématique est un radeau ! Pourrait-il être considéré comme un précurseur du surf et du paddleboard d’aujourd’hui ? C’est un autre argument.

En parlant de surf, les gens du coin surfent principalement l’après-midi, car Huanchaco est connue comme une destination pour son surf propre et constant. La ville est réputée pour ses trois plages de surf, ses caballitos et son ceviche tipo Huanchaco . A ne pas manquer, les ruines précolombiennes de la plus grande ville précolombienne d’Amérique du Sud, Chan Chan, sont situées à l’embouchure de la vallée de Moche, à quelques kilomètres de Trujillo.

En mer. (© J.AshleyNixon)

Caractéristiques d’un radeau de roseaux Totora

Le corps du caballito de totora est composé de quatre parties. Les deux parties extérieures sont les plus longues et sont appelées bastones madres ou « mother spars », tandis que les deux autres parties plus petites sont appelées bastones hijos ou « son spars ». Chaque baston ou espars est tressé à la main avec des ceps de totora, puis attaché avec force pour former un seul corps en forme de radeau. La dépression entre les espars est appelée « caisse », où sont stockés les poissons et les filets.

La proue courbée vers le haut du radeau, en forme de défense d’éléphant, est elle aussi solidement attachée et puissamment incurvée à la main. Comme par le passé, le radeau a été conçu pour franchir les vagues et le ressac de l’océan, et non pour les surfer. Le radeau surfe magnifiquement sur la houle du Pacifique grâce à sa proue incurvée, une conception précolombienne qui permet de couper à travers les vagues et d’atteindre des eaux plus profondes où l’on trouve des poissons plus gros.

Un pêcheur ne monte pas dans le radeau parce qu’il n’y a pas d’entrée. Il est généralement assis ou agenouillé sur l’arrière rectangulaire semi-plat ou à cheval sur le radeau, les jambes pendantes par-dessus bord. En mer, ils éviteront de se faire sortir les pieds, car les otaries de la région peuvent être tentées.

Lorsqu’ils font une grosse prise, ils stockent le poisson dans des sacs en plastique avec les filets, dans la « caisse » en montant sur le corps du caballito. Pour la propulsion, le cavalier porte une tige de bambou d’environ 2,44 à 2,74 mètres de long, fendue en deux sur sa longueur, de 17,78 à 22,86 cm de large, c’est la pagaie ; elle aide également le pêcheur à garder l’équilibre latéral lorsqu’il traverse les vagues.

Retour avec la prise. (©georgefery.com)

Compte tenu de la limitation de leur embarcation, les pêcheurs ne peuvent pas aller loin de la côte. Ils lancent leurs filets entre deux ou plusieurs caballitos à environ 2 à 4 miles (3,22-6,44 km) au large. Les filets sont lestés et maintenus par des flotteurs. Après avoir posé les filets, ils se séparent, chaque pêcheur déposant des casiers à homards.

The Catch !

Dans les bons jours, la prise peut atteindre 80 livres. (36,29 kg), mais le plus souvent, la prise ne dépasse pas environ 25-35 lbs. (11,34-15,89 kg). Outre deux ou trois homards, le mélange de poissons peut comprendre des sardines, des rougets, des bars, des calamars et autres. Le poids de la prise est limité par la structure de l’embarcation en plus du poids du cavalier.

Les eaux regorgent de poissons et les pêcheurs recherchent des poissons de taille moyenne à grande qui se vendent rapidement à l’arrivée dans les hôtels et les restaurants. Les acheteurs commerciaux et privés attendent sur la plage… parfois avec une cargaison de pélicans dans les bas-fonds, car qui sait ce qui peut tomber du radeau ?

Ce qui n’est pas vendu sur la plage sera chargé dans une charrette à bras pour être vendu aux petits restaurants de la ville. C’est un moyen difficile de gagner sa vie et est considéré comme une occupation de « vieil homme » par la jeune génération.

Il n’y a pas si longtemps, les radeaux étaient visibles tout le long de la côte, aujourd’hui on ne les trouve plus qu’à quelques endroits parmi lesquels se trouve Huanchaco, considéré comme l’endroit le plus traditionnel pour le radeau de roseaux totora, avec environ 25-30 pêcheurs à plein temps.

En règle générale, un pêcheur a deux caballitos ou plus, car les roseaux absorbent l’eau et après environ trois semaines, l’un doit rester sur le rivage pour sécher, appuyé contre des traverses en bois sur la plage, tandis qu’un autre va en mer.

Les radeaux de roseaux Totora s’assèchent. (©flickr.com)

Les Caballitos ne peuvent pas rivaliser

Les caballitos s’effacent-ils au soleil couchant ? En août 2014, un article du Huanchaco Journal écrit par William Neuman et Andrea Zarate résumait la situation : oui. Il y a un certain nombre de facteurs parmi lesquels une longue digue construite pour le trafic portuaire qui a modifié les courants dans la baie.

Cela a entraîné une importante dégradation de l’environnement qui a endommagé les roselières totora et rétréci la plage. Il y avait plus de 200 parcelles en 2011, mais moins de 110 aujourd’hui. Aussi important que cela puisse paraître, c’est encore un facteur mineur.

Le facteur principal est l’arrivée, il y a quelques années, de bateaux en fibre de verre et en aluminium à prix abordable, plus sûrs, qui peuvent aller plus loin et transporter plus de poissons ; les caballitos ne peuvent pas rivaliser. Aujourd’hui, les pêcheurs tirent une part importante de leurs revenus de la vente de leurs caballitos à un flot régulier de touristes. Les hommes plus jeunes font aussi office de moniteurs de surf sur leurs caballitos.

Hélas, la jeune génération peut obtenir un meilleur rendement financier pour son travail en travaillant dans l’hôtellerie ou la pêche industrielle, entre autres. Il semble que les caballitos seront, dans un avenir pas si lointain, relégués aux touristes ou aux musées. Inexorablement, leur utilisation pratique s’estompe à chaque coucher de soleil.

L’usage pratique des caballitos s’estompe à chaque coucher de soleil. (©mapio.net)

Image du haut : L’utilisation traditionnelle du radeau de roseaux totora s’estompe. Source : ecuadorquerido / Adobe Stock

Par George Fery

.

Bouton retour en haut de la page