Comment créer des liens plus forts entre les frères et sœurs

Les relations de vos enfants entre eux sont probablement les relations les plus longues et les plus influentes qu’ils aient jamais eues. Pourtant, il y aura probablement des moments où vous aurez l’impression d’élever des ennemis jurés, au lieu d’aimer vos frères et sœurs.

Mais la rivalité fraternelle est normale. En fait, les désaccords peuvent être d’importantes occasions d’apprentissage. Et ce n’est pas parce que les frères et sœurs se disputent qu’ils ne peuvent plus être proches.

Vous pouvez faire plusieurs choses pour renforcer les liens entre frères et sœurs, qu’ils soient biologiques, par alliance ou adoptés.

Recherche sur les liens entre frères et soeurs

Les recherches montrent que les frères et sœurs font partie intégrante de l’apprentissage mutuel des interactions sociales.

Laurie Kramer, professeur à l’université de l’Illinois, qui a mené des recherches approfondies sur les frères et sœurs, déclare : « Les parents sont plus à même d’enseigner les subtilités sociales de cadres plus formels – comment agir en public, comment ne pas se mettre dans l’embarras à table, par exemple. Mais les frères et sœurs sont de meilleurs modèles de comportements plus informels – comment agir à l’école ou dans la rue, ou, plus important encore, comment se comporter de manière cool avec ses amis – qui constituent l’essentiel des expériences quotidiennes d’un enfant ».

Le fait d’encourager des liens étroits entre frères et sœurs pourrait aider vos enfants à devenir les meilleurs amis du monde, à terme. Et même si les frères et sœurs vont se disputer et se chamailler, le fait d’aplanir leurs différences peut les préparer à des relations adultes entre eux et avec d’autres personnes.

Ils auront de meilleures compétences sociales

Les recherches montrent que les enfants ayant des frères et sœurs ont de meilleures aptitudes sociales. Une étude publiée en 2013 dans le Journal of Family Issues a montré qu’entre la maternelle et la cinquième année, les enfants ayant des frères et sœurs ont acquis plus de compétences sociales que les enfants seuls.

Peut-être que les enfants qui apprennent à partager, à coopérer et à faire des compromis avec leurs frères et sœurs grandissent pour devenir des adultes aux pratiques sociales efficaces.

Ils seront de meilleurs partenaires

Grandir avec des frères et sœurs peut permettre d’acquérir des compétences qui aideront les enfants à devenir de meilleurs partenaires. Une étude publiée en 2014 dans le Journal of Family Issues a révélé que les enfants qui grandissent avec leurs frères et sœurs ont moins de chances de divorcer. En fait, pour chaque frère ou sœur qu’un enfant a, la probabilité de divorce diminue de 3 %.

Des études montrent que l’effet positif des relations entre frères et sœurs dépend de la qualité de ces relations. Les enfants développent de meilleures aptitudes sociales lorsqu’ils ont des liens solides avec leurs frères et sœurs.

Les relations tendues entre frères et sœurs peuvent être destructrices. Les frères et sœurs qui ne s’entendent pas entre eux peuvent être plus susceptibles de souffrir d’anxiété et de dépression pendant l’adolescence.

Donner un exemple positif

Des liens solides entre frères et sœurs peuvent également inciter les plus jeunes à imiter les plus âgés. Les frères et sœurs qui ont une opinion positive les uns des autres ont tendance à atteindre des niveaux d’éducation similaires. Ainsi, un frère ou une sœur plus âgé(e) qui va à l’université peut avoir de l’influence pour inspirer ses jeunes frères et sœurs à poursuivre leurs études.

Psssst ici:  Comment créer des rôles pour les enfants tout en cuisinant ensemble

Malheureusement, les choix moins bons peuvent aussi être copiés par les jeunes frères et sœurs. Les filles sont plus susceptibles de tomber enceintes à l’adolescence si leurs sœurs aînées sont devenues des mères adolescentes. Les adolescents sont également plus susceptibles d’adopter des comportements sexuels à risque si leurs frères et sœurs plus âgés le font.

Il est donc important de favoriser des liens sains tout en veillant à ce que les enfants plus âgés donnent le bon exemple aux plus jeunes. Voici quelques stratégies qui peuvent aider vos enfants à se rapprocher et à développer des liens plus sains les uns avec les autres.

Enseigner les compétences de régulation des émotions

Vous n’avez certainement pas besoin d’une étude pour savoir que les relations entre frères et sœurs sont chargées d’émotion. Les enfants disent et font à leurs frères et sœurs des choses qu’ils ne diraient ou ne feraient jamais à leurs amis.

Qu’ils s’insultent et s’accusent mutuellement de tricherie ou qu’ils se disputent pour savoir qui aura le dernier biscuit, il y a quelque chose chez les frères et sœurs qui fait ressortir de grands sentiments. La colère, la frustration, la jalousie, l’anxiété et l’irritation ne sont que quelques-unes des émotions que les frères et sœurs ont tendance à faire ressortir régulièrement.

Lorsqu’elles ne sont pas maîtrisées, ces émotions font qu’il est difficile pour les frères et sœurs d’avoir des relations saines. Heureusement, des études montrent qu’apprendre aux enfants à réguler leurs émotions peut les aider à développer des liens plus étroits.

Les chercheurs ont découvert que les enfants ayant de meilleures capacités de régulation émotionnelle ont besoin de moins de directives parentales pour contrôler leurs émotions négatives. Une meilleure maîtrise des émotions favorise également les relations prosociales entre frères et sœurs.

Ces stratégies peuvent aider vos enfants à acquérir de meilleures compétences en matière de régulation des émotions :

  • Parler de sentiments. Utilisez des mots qui vous touchent dans vos conversations quotidiennes pour aider les enfants à développer le langage dont ils ont besoin pour parler de leurs émotions. Lisez des livres sur les sentiments, faites une pause dans les films pour discuter des sentiments des personnages et indiquez les moments où vous ressentez différentes émotions.
  • Étiqueter leurs émotions. Aidez vos enfants à apprendre à identifier ce qu’ils ressentent en mettant un nom sur leurs émotions en temps réel. Dites des choses comme : « On dirait que tu es en colère en ce moment. C’est vrai ? » ou « Je comprends que tu aies peur de ça ».
  • Faire la différence entre les sentiments et le comportement. Précisez bien que les sentiments sont toujours acceptables, mais que chacun a le choix de la manière dont il les gère. Ainsi, s’il est normal de se sentir en colère, frapper n’est pas acceptable.
  • Identifier les capacités d’adaptation saines. Apprenez à vos enfants à gérer leurs sentiments de manière saine. Plutôt que de s’acharner lors d’un désaccord, prendre quelques grandes respirations ou s’éloigner sont de meilleures façons de gérer la frustration.
  • Donnez des conséquences si nécessaire. Lorsque les émotions prennent le dessus et que vos enfants enfreignent les règles, donnez une conséquence. Le temps d’arrêt, la perte d’un privilège ou la restitution peuvent être les meilleurs moyens d’aider les enfants à tirer les leçons de leurs erreurs afin qu’ils puissent être plus gentils avec leurs frères et sœurs à l’avenir.

Ne pas faire preuve de favoritisme

Il peut être tentant de favoriser l’un de vos enfants. Il est naturel que vous vous identifiez davantage à l’un d’eux ou que vous lui accordiez le bénéfice du doute plus souvent qu’aux autres.

Psssst ici:  Conseils, stratégies et soutien aux grandes familles

Il peut aussi être tentant de montrer qui se comporte le mieux, en disant des choses comme « Eh bien, si vous agissiez tous davantage comme votre frère, nous pourrions faire des choses plus amusantes ensemble ».

Mais personne ne gagne quand vous choisissez un favori. Des études montrent que le favoritisme perçu augmente les conflits entre frères et sœurs. Il peut avoir un effet à vie qui les empêche de se lier à l’âge adulte, même longtemps après que vous avez cessé de faire des coups de cœur. Des études montrent que les souvenirs de favoritisme dans l’enfance empêchent les frères et sœurs d’avoir un lien étroit à l’âge adulte.

Le favoritisme préjudiciable peut consister à montrer plus de chaleur et d’affection à un enfant ou à lui accorder des privilèges spéciaux simplement parce que cet enfant vous cause moins de stress.

Évitez de dire des choses comme : « Mais votre sœur est capable de nettoyer sa chambre avant le dîner. Pourquoi pas toi ? » ou « Quand ton frère avait ton âge, je n’ai jamais eu à lui rappeler de faire ses devoirs ». Ce genre de commentaires alimentera le ressentiment et la colère des enfants.

Mais ne confondez pas l’équité avec le favoritisme. Il est normal que les enfants pensent que les choses sont parfois injustes. Il n’est pas nécessaire de traiter tout le monde sur un pied d’égalité.

Les enfants doivent obtenir des privilèges en fonction de leur niveau de maturité, et vos stratégies disciplinaires doivent correspondre au style d’apprentissage de votre enfant. Bien que les enfants puissent parfois se plaindre qu’il est injuste qu’un frère ou une sœur plus âgé(e) se couche plus tard, cela ne signifie pas que vous faites preuve d’un favoritisme malsain.

Promouvoir des moments positifs ensemble

Les gens se rapprochent en vivant ensemble des expériences positives. Il est donc important de créer des opportunités pour que les frères et sœurs puissent s’amuser ensemble.

Qu’ils aiment colorier ensemble ou qu’ils aiment jouer dans le parc, prenez note des activités qu’ils apprécient et des moments où ils jouent bien ensemble. Ensuite, programmez délibérément d’autres activités pour les aider à créer des liens.

Cela peut être un peu délicat lorsque vous avez de grands écarts d’âge ou lorsque vos enfants ont des intérêts très différents. Mais il existe toujours des moyens de favoriser les moments positifs passés ensemble – il vous faudra peut-être faire preuve d’un peu de créativité.

Lorsque les enfants rient et s’amusent, ils éprouvent des sentiments plus positifs. Et lorsqu’ils éprouvent ces sentiments positifs aux côtés de leurs frères et sœurs, ils se sentiront plus positifs les uns envers les autres.

Prévoyez donc des activités régulières qui aideront vos enfants à créer des liens. Et assurez-vous de choisir le bon moment. S’attendre à ce qu’ils jouent gentiment quand ils sont trop fatigués, affamés ou grincheux peut se retourner contre eux.

Encourager la coopération en matière de concurrence

Vous pouvez avoir l’impression que la famille est plus productive lorsque vous dites des choses comme « Voyons qui peut nettoyer sa chambre le plus rapidement », mais monter les enfants les uns contre les autres est une mauvaise idée.

Se concentrer sur la coopération plutôt que sur la concurrence. Parlez du fait que vous faites tous partie de la même équipe et que vous avez l’occasion de vous entraider. Lorsque vous travaillez ensemble en famille, tout le monde peut apprendre à coopérer.

Vous pourriez donc dire des choses comme « Voyons comment nous pouvons tous sortir à l’heure ce matin », plutôt que « Ne soyons pas la dernière personne à sortir !

Vous pouvez aussi leur donner des projets sur lesquels ils peuvent travailler ensemble, comme décorer une carte pour grand-mère ou faire une chasse au trésor. Aidez-les à voir qu’ils sont plus performants lorsqu’ils travaillent en équipe et qu’ils n’ont pas à se battre pour attirer votre attention.

Psssst ici:  Quoi acheter et comment partager

Louez leur coopération et leurs efforts plutôt que leurs résultats. Évitez de dire quelle photo est la plus belle ou qui a marqué le plus de points. Dites plutôt des choses comme : « J’aime vraiment la façon dont vous travaillez ensemble » ou « J’apprécie que vous aidiez votre frère dans ce projet ». C’est gentil de votre part ».

Modèle de résolution saine des conflits

De la gestion de la colère aux tactiques de négociation, les querelles entre frères et sœurs sont d’excellentes occasions pour les enfants d’aiguiser leurs compétences.

Leur permettre de pratiquer le compromis, le partage et l’écoute lorsqu’il est sain de le faire. Parfois, il est préférable de s’asseoir et de leur permettre de régler les choses plutôt que d’arbitrer chaque désaccord.

Mais il est important d’intervenir si un enfant est victime de harcèlement ou d’abus. Le fait d’être intimidé par un frère ou une sœur est un problème grave. Des études montrent que les brimades entre frères et sœurs ont des conséquences psychologiques graves et augmentent même la probabilité qu’un adolescent s’automutile.

Ne criez donc pas « Arrêtez de vous battre ! » depuis l’autre pièce. Transformez leurs désaccords en moments d’apprentissage.

Lorsque vous devez intervenir, donnez l’exemple de compétences saines en matière de résolution de conflits. Trouvez ensemble des solutions saines.

Vous pourriez vous mettre au milieu et dire : « Vous voulez tous les deux jouer avec le même jouet. Que pouvez-vous faire ? Ensuite, vous pouvez décider que chaque personne peut jouer avec pendant 10 minutes. Ou vous pouvez décider qu’ils vont jouer avec le jouet ensemble.

Créer une déclaration de mission familiale

Une simple déclaration de mission familiale peut aider toute la famille à se souvenir de ce qui est important dans la vie. Elle peut également rappeler aux enfants qu’ils ont un objectif commun.

Votre déclaration de mission pourrait être aussi simple que « Notre famille traite les autres avec gentillesse ». Et nous travaillons dur, même quand les choses sont difficiles » ou « La famille Smith n’abandonne pas ».

Écrivez votre déclaration de mission et accrochez-la au mur. Répétez-le souvent et donnez des exemples de la façon dont vous travaillez ensemble à la réalisation de votre mission.

Demandez aux enfants de partager aussi leurs exemples de la vie quotidienne. Toute la famille peut se sentir plus soudée lorsque vous partagez une mission commune.

Établir des rituels

Une étude publiée dans le Journal of Family Psychology a révélé que les rituels ou traditions familiaux étaient associés à des niveaux plus élevés de satisfaction conjugale, à un plus grand sens de l’identité personnelle pendant l’adolescence et à des relations familiales plus fortes.

Les rituels familiaux sont ce qui sépare votre famille du reste du monde. Que vous appréciez les « Mardis tacos » ensemble ou que vous fêtiez la Saint-Valentin avec des crêpes au chocolat, l’établissement de rituels peut aider chacun à se sentir plus proche.

Les rituels familiaux sont également un excellent moyen de créer des souvenirs durables. Les enfants se souviendront toujours de la soirée cinéma du vendredi ou de la façon dont la famille allait toujours à la plage le premier jour de l’été.

Un mot de Troovez.com

Encourager des liens sains entre frères et sœurs peut parfois sembler être un combat difficile. Mais encourager des relations saines en vaut la peine. Vos enfants peuvent apprendre beaucoup les uns des autres et, avec un peu d’encadrement, vous pouvez les aider à établir des liens durables qui leur seront utiles.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!