Comment faire en sorte que tous vos enfants se sentent inclus

Lorsque vous avez une grande famille, il est normal de se sentir comme un arbitre lorsque vos enfants disent des choses comme : « Elle ne me laisse pas jouer ! » ou « Ils ont dit que je ne peux pas aller dans leur chambre !

Il est difficile d’aider tout le monde à se sentir inclus. Il y a des jours et des moments où vous pensez que les seules choses que vos enfants ont en commun sont leurs gènes. Ils peuvent avoir des intérêts, des activités et des personnalités complètement différents, ce qui rend difficile d’aider tout le monde à se sentir inclus.

Heureusement, il existe des mesures que vous pouvez prendre pour aider chacun à se sentir comme faisant partie de la famille, malgré les différences d’âge, la grande diversité des intérêts et les divergences d’opinions.

Calendrier d’une seule fois

Réservez du temps à chaque enfant individuellement. Même une petite dose quotidienne d’attention positive peut être la clé pour aider chaque enfant à se sentir aimé et inclus.

Le face-à-face ne doit pas toujours être une grande aventure. Il peut simplement s’agir de passer quelques moments authentiques ensemble tout en faisant des activités quotidiennes.

Vous pouvez jouer par terre avec votre enfant d’âge préscolaire, colorier avec votre élève de l’école primaire ou simplement vous asseoir et parler avec votre élève du secondaire. Même une courte période d’attention totale peut aider chacun de vos enfants à se sentir aimé.

Vous pouvez également prévoir des rendez-vous individuels semi-réguliers. Que ce soit pour un dîner ou une promenade dans le parc, prévoyez régulièrement une sortie spéciale avec chaque enfant. Ces sorties spéciales peuvent faire en sorte que chaque enfant se sente aimé et apprécié, ce qui est essentiel pour qu’il se sente inclus dans la famille.

Rendre les activités familiales obligatoires

Si le temps passé en tête-à-tête est important, le temps passé en famille en tant que groupe est également nécessaire pour que chacun se sente inclus, et pour aider à maintenir les liens et la cohésion en tant qu’unité.

Cela étant dit, il y aura toujours au moins une personne qui ne veut pas aller au terrain de jeu ou qui ne veut pas jouer au football dans le jardin.

Pensez donc à rendre certaines activités familiales obligatoires pour tous, même si l’activité que vous pratiquez n’est pas « leur truc ». Dites-leur qu’il est bon de sortir de leur zone de confort !

Sinon, vous risquez d’avoir un enfant qui insiste pour rester derrière ou rester sur la touche. Que leur manque de participation soit une tentative pour obtenir de vous une attention plus individuelle ou qu’il soit dû à une véritable aversion pour l’activité, le fait de ne pas participer peut favoriser un sentiment d’isolement.

Bien entendu, vous pouvez assouplir un peu cette règle pour les adolescents. Il est normal et sain pour les adolescents de vouloir passer plus de temps avec leurs amis en dehors de l’école. Vous pourriez donc désigner certaines activités familiales obligatoires pour les enfants plus âgés tout en permettant à d’autres de glisser.

Il peut aussi arriver que certains enfants ne puissent tout simplement pas participer. Les enfants plus jeunes peuvent ne pas avoir les capacités physiques ou cognitives nécessaires pour participer à certains jeux ou activités. Les enfants plus âgés peuvent aussi être trop grands pour jouer sur des équipements de jeux. Il est donc important de rechercher des activités auxquelles tout le monde peut participer, mais il faut reconnaître qu’il n’est pas nécessaire de forcer tous les enfants à participer à tout.

A lire  Comment gérer les activités extrascolaires dans une grande famille

Prendre des virages pour planifier le temps familial

Un bon moyen d’aider chacun à se sentir inclus dans les activités familiales est de choisir à tour de rôle ce que la famille va faire. Créez un calendrier et attribuez à chaque enfant une date à laquelle il sera chargé de choisir et de planifier l’activité (dans la mesure de ses capacités en termes d’âge).

Mais il n’est pas nécessaire d’attendre une grande sortie pour faire participer les enfants. Laissez-les planifier des choses plus petites, de tous les jours.

Peut-être que chaque mardi, un enfant choisit un thème de dîner, comme la nuit italienne ou le mardi des tacos. Ensuite, toute la famille participe à la création d’un repas qui correspond au thème choisi.

Quel que soit leur choix, aidez-les à sentir qu’ils font partie d’une action qui aide la famille, tout en respectant leurs préférences personnelles.

Attribuer des emplois à chacun

Les enfants se sentent inclus quand ils se sentent nécessaires. Donnez donc à chaque enfant un travail qui aide toute la famille, et pas seulement lui-même.

En plus de s’attendre à ce qu’ils ramassent leurs affaires et nettoient leurs espaces personnels, ils doivent assigner des tâches dans les parties communes de la maison. Balayer la cuisine, passer l’aspirateur dans le salon et nettoyer la salle de bains ne sont que quelques exemples de la façon dont les enfants peuvent s’investir dans la maison.

Rappelez-leur qu’il leur faudra parfois ramasser les miettes de biscuits laissées par un frère ou une sœur ou débarrasser une table de la vaisselle laissée par quelqu’un d’autre, tout cela fait partie de la citoyenneté. Le fait d’avoir un travail à faire rappelle aux enfants qu’ils font partie de la grande famille de la société et que leur travail est utile à tous.

Souligner l’unicité sans exagérer

Reconnaître les compétences, les talents et les intérêts qui rendent chaque enfant unique et célébrer ces choses. Mais faites attention à ne pas mettre d’étiquettes sur vos enfants.

Si vous dites toujours des choses comme « Celui-ci est notre petit athlète et celui-ci est notre superstar des maths », vous risquez de limiter la vie de vos enfants et de mettre leurs capacités en veilleuse.

Un enfant qui fait du sport peut ne pas rejoindre le groupe, parce qu’il pense qu’il n’est censé faire que du sport. Un enfant qui est bon en maths en troisième année peut avoir des difficultés en maths au collège, ce qui peut créer une certaine confusion d’identité. Il peut même tricher, car il risque de croire que vous ne l’appréciez que pour ses performances et non pour son honnêteté.

A lire  25 activités de plein air adaptées aux familles nombreuses

Ainsi, si vous pouvez faire remarquer qu’un enfant aime les étoiles, les fusées et tout ce qui a trait à l’espace, tandis qu’un autre aime le base-ball, parlez de la façon dont ces intérêts peuvent évoluer au fil du temps. Et ce n’est pas grave.

En attendant, invitez vos enfants à partager leurs intérêts avec la famille et à se soutenir mutuellement, même si tout le monde n’aime pas les mêmes choses.

Parlez de l’importance de regarder les matchs de base-ball ou d’assister à la foire scientifique pour vous soutenir mutuellement, car c’est une chose aimable à faire – quel que soit votre niveau d’intérêt.

S’attaquer aux problèmes de comportement qui affectent l’ensemble de la famille

Il peut être difficile de faire en sorte que tout le monde se sente inclus si vous avez un enfant qui se conduit régulièrement mal.

Si vous voulez que tout le monde se sente inclus, la dernière chose que vous voulez faire est de blâmer un seul enfant pour avoir tout gâché pour les autres. Dire des choses comme : « Nous serions arrivés à l’heure si ton frère avait pu s’habiller quand je lui ai dit de le faire » ne fera qu’ostraciser davantage un enfant qui se sent déjà exclu.

Évitez donc de mettre les enfants à part pour les problèmes que connaît la famille. Sinon, le reste de la famille risque de se mettre en colère et d’éprouver du ressentiment.

Même si un enfant se débat plus que le reste avec certaines questions, il n’est pas nécessaire de le souligner ou de l’accentuer. Prenez plutôt cela comme un signe que vous devez offrir à cet enfant plus de soutien dans un certain domaine – ou peut-être le tenir davantage responsable en lui donnant une conséquence (surtout si ses choix affectent toute la famille).

Que faire alors si le lambin d’un enfant ralentit tout le monde ou si la crise d’un autre enfant vous oblige à quitter prématurément des activités amusantes ? Voici quelques idées :

  • Prévoyez les problèmes à l’avance. Si vous savez que votre plus jeune enfant devient grognon sans faire de sieste ou qu’un autre enfant est submergé par une trop grande stimulation, essayez de prévoir un moyen de répondre à ses besoins. Bien sûr, il n’est pas toujours possible de s’adapter à l’emploi du temps d’un enfant, et parfois il faut simplement lui apprendre à faire face à son malaise. Mais lorsque vous le pouvez, prenez des mesures pour éviter que les besoins individuels d’un enfant n’affectent négativement toute la famille.
  • Parlez de la question. S’il s’agit d’un problème que votre enfant peut aider (comme une crise de colère qui a poussé toute la famille à quitter le parc d’attractions plus tôt), parlez-lui de l’impact de son comportement sur les autres. N’essayez pas de faire culpabiliser votre enfant, mais posez-lui des questions du genre : « Comment crois-tu que les autres enfants ont vécu cette situation ? Cela peut aider votre enfant à comprendre comment son comportement affecte les autres.
  • Résoudre les problèmes pour y répondre. Cherchez des moyens de réduire les conséquences du comportement d’un enfant sur tous les autres. Pouvez-vous appeler quelqu’un pour aller chercher l’enfant qui se conduit mal ? Pouvez-vous faire un arrêt rapide dans la voiture ? Pouvez-vous ignorer la mauvaise conduite pendant que vous consacrez votre attention aux enfants qui se comportent bien ? S’il s’agit d’un problème courant, prenez le temps de résoudre le problème et de trouver la manière la plus utile de réagir.
  • Prévoir des conséquences si nécessaire. Que vous décidiez que le temps d’arrêt est suffisant ou que vous retiriez un privilège pendant 24 heures, donnez à votre enfant une conséquence s’il enfreint une règle ou perturbe le reste des activités de la famille en raison d’un comportement inapproprié qui est de son ressort. Gardez simplement à l’esprit leur développement. Il faut s’attendre à ce qu’un jeune enfant ne reste pas assis en regardant un match de basket ou à ce qu’un enfant d’âge préscolaire ait du mal à se taire pendant un long récital.
  • Encourager la restitution. Il peut arriver que des excuses soient justifiées. Votre enfant de 10 ans peut devoir des excuses à ses frères et sœurs pour une mauvaise conduite qui a poussé toute la famille à quitter le cinéma plus tôt. Et parfois, la restitution peut être utile. Selon l’infraction commise, il peut être judicieux de demander à un enfant d’effectuer des tâches ménagères pour ses frères et sœurs ou de prêter un objet à une personne qu’il a blessée.
A lire  Comment apprendre à vos enfants à être plus indépendants

Apprenez à vos enfants à s’inclure les uns les autres

Ce n’est pas complètement à vous de faire en sorte que tous vos enfants se sentent inclus. Il est plutôt important d’apprendre à vos enfants à s’inclure les uns les autres.

Cela ne signifie pas que votre enfant de 14 ans doit toujours inviter l’enfant de 4 ans à venir dans sa chambre quand ses amis sont là, mais cela signifie que chaque enfant peut faire l’effort de se traiter mutuellement avec gentillesse et respect.

Si vous ne voulez pas contrôler toutes les interactions entre vos enfants, intervenez en cas de harcèlement. Ne laissez pas vos enfants s’en prendre aux autres ou s’exclure les uns les autres.

Félicitez-les de s’être inclus les uns les autres lorsque vous l’attrapez. Dites des choses comme : « C’était vraiment gentil d’inviter votre sœur à jouer avec vous aujourd’hui », ou « J’ai remarqué combien vous avez été gentil avec votre frère aujourd’hui alors qu’il ne savait pas comment jouer à ce jeu auquel vous jouiez ».

Un mot de Troovez.com

Presque tous les enfants diront quelque chose comme « Personne ne m’aime ici » ou « Je suis toujours laissé de côté », à un moment ou à un autre. Parfois, la meilleure chose que vous puissiez faire est de les aider à apprendre à faire face à ces sentiments.

Mais il existe aussi des mesures pratiques que vous pouvez prendre pour que tous vos enfants aient le sentiment de faire partie de la famille. Et les enfants qui se sentent inclus, aimés et acceptés ont plus de chances de se sentir bien dans leur peau et d’être de bons citoyens.

Bouton retour en haut de la page