Comment savoir si votre chat souffre

Il peut être difficile de savoir si votre chat souffre pour de nombreuses raisons. Les propriétaires de chats peuvent souvent ne pas remarquer les signes subtils de douleur chez leur chat ou ne s’en apercevoir que lorsque leur chat présente des signes plus évidents, comme la perte d’appétit et la léthargie. Dans certains cas, les chats ne présentent des symptômes plus évidents qu’après avoir été malades pendant une longue période ou s’ils sont très malades. Le temps que vous remarquiez que quelque chose ne va pas chez votre chat, cela peut durer plus longtemps que vous ne le pensez.

Bien que personne n’aime penser que ses animaux domestiques vivent avec la douleur, il est important de pouvoir remarquer les signes révélateurs de la douleur chez les chats, afin de pouvoir prendre les mesures nécessaires pour leur apporter du confort et éviter que les problèmes médicaux ne s’aggravent.

Il peut être difficile de savoir si un chat souffre

Les chats sont des experts en matière de dissimulation des maladies. Cela s’explique en partie par le fait que les chats sont à la fois des proies et des prédateurs. Dans la nature, ne pas montrer de douleur peut les protéger des prédateurs ou d’autres chats qui pourraient être une menace. Montrer des signes de douleur les rend plus vulnérables aux attaques.

Il peut également être difficile pour votre vétérinaire de remarquer des signes de douleur car les chats cachent leur douleur par peur et stress, ce qui est fréquent lors des visites chez le vétérinaire. Votre chat peut également se mettre en mode combat ou fuite, ce qui peut entraîner une diminution de la perception de la douleur.

Signes de douleur

Lorsque les chats sont confrontés à la douleur, comme les humains, celle-ci peut affecter leur comportement. En fait, les chats présentent souvent des changements de comportement avant l’apparition des symptômes physiques.

Il est important que vous connaissiez le tempérament et le comportement normaux de votre chat. Cela comprend l’attitude normale de votre chat, son niveau d’énergie, sa démarche, son appétit, ses habitudes de sommeil, sa soif et d’autres caractéristiques physiques et comportementales. Le moindre changement peut être un signe que votre chat est malade ou qu’il souffre. Comme votre chat ne peut pas vous dire qu’il a mal, votre vétérinaire se fie à vous pour déterminer s’il existe des comportements anormaux qui pourraient être liés à la douleur. Si votre chat n’agit pas comme il le devrait, cela peut être un signe qu’il ressent de la douleur.

Remarque : les changements dans les habitudes quotidiennes de vos chats ne doivent pas toujours contribuer au vieillissement. L’âge n’est pas une maladie, mais à mesure que votre chat vieillit, il est plus susceptible de souffrir de douleurs.

Changements de toilettage

Vous remarquerez peut-être que votre chat ne se toilette pas lui-même ou que s’il se toilette, il ne se concentre que sur son visage et l’avant de son corps. Les chats sont des nettoyeurs méticuleux, alors soyez conscient que les habitudes de toilettage de votre chat ont changé ou que vous remarquez que son pelage est mal entretenu.

Changements de comportement

Votre chat peut être plus renfermé et même commencer à se cacher. Nos chats sont liés à nous et aiment être engagés et présents là où nous sommes. Lorsque votre chat ne vous salue soudainement pas à la porte, ne dort pas avec vous et adopte d’autres comportements d’engagement qui sont normaux, cela peut être le signe que quelque chose ne va pas.

Moins d’activité et peu d’énergie

Vous remarquerez peut-être que votre chat a moins d’énergie ou moins d’endurance pour s’adonner à des activités auparavant agréables, comme jouer avec des jouets ou courir après le point rouge. Votre chat peut être réticent à sauter, à monter et descendre les escaliers, avoir des difficultés à se relever après s’être couché, montrer de l’agitation et avoir du mal à trouver un endroit confortable pour se reposer. Vous pouvez également remarquer des changements dans les habitudes de sommeil – votre chat peut dormir plus ou moins et peut se trouver dans des positions et des endroits inhabituels.

Changement de litière

Les chats manquent souvent les litières en raison de la douleur associée à l’entrée et à la sortie de la litière, ainsi que de la difficulté à s’accroupir. Il peut être très difficile pour un chat qui a mal aux hanches ou aux genoux de rester accroupi. D’autres problèmes médicaux peuvent amener les chats à ne pas utiliser le bac à litière en raison de la douleur et de l’urgence qui y sont associées.

Irritabilité accrue

Les chats qui souffrent peuvent aussi avoir des épisodes d’agression inhabituels. Un chat peut commencer à grogner ou à siffler lorsque des personnes ou d’autres animaux domestiques s’approchent de lui, il peut ne pas être à l’aise avec le fait d’être tenu dans les bras et il peut être mécontent d’être brossé ou peigné. Il peut aussi mordre ou griffer, surtout lorsqu’une personne touche ou déplace la zone douloureuse ou si le chat s’attend à ce que vous le fassiez.

Changements dans l’appétit et l’absorption d’eau

Les chats qui souffrent peuvent perdre l’envie de manger et de boire. Si vous remarquez des changements dans les habitudes alimentaires et de boisson de votre chat, n’oubliez pas d’alerter votre vétérinaire. Cela peut être un signe de douleur et de divers autres problèmes médicaux graves.

Posture

Un chat qui souffre beaucoup aura l’air d’essayer de se recroqueviller en boule ou sera assis en position accroupie et protégée, le dos courbé plus haut que la normale, la tête baissée et les pattes avant souvent repliées sous lui. Vous remarquerez peut-être qu’une fois couché, le chat garde ses pattes repliées sous lui au lieu de s’étirer sur le côté. Il peut éviter ou avoir des difficultés à se gratter.

Que faire si vous pensez que votre chat souffre

Ne donnez pas aux chats des médicaments contre la douleur conçus pour les humains ou les chiens. Les chats traitent les médicaments de manière très différente des autres espèces. Consultez toujours votre vétérinaire pour obtenir un plan de traitement de la douleur approprié. Consultez votre vétérinaire et traitez la douleur potentielle plutôt que de laisser votre chat souffrir en silence. Nos compagnons félins comptent sur nous pour parler en leur nom. Surveillez donc de près vos chats et alertez le vétérinaire en cas d’inquiétude.

Bouton retour en haut de la page