Comprendre les conséquences juridiques de la cyberintimidation

La plupart des enfants aux États-Unis ont été témoins de cyberintimidation ou y ont participé d’une manière ou d’une autre, en tant que victimes ou auteurs. En fait, les recherches suggèrent que la moitié des élèves ont été victimes de commentaires ou de messages blessants en ligne. De plus, 10 à 20 % d’entre eux sont régulièrement victimes de cyberintimidation.

Par ailleurs, environ 70 % des élèves déclarent être fréquemment victimes de harcèlement en ligne. Mais, peut-on faire autre chose que de dénoncer le délinquant à la plateforme en ligne ? Y a-t-il des conséquences juridiques à l’intimidation des personnes en ligne ? Avant d’aborder ces questions, il est utile de bien comprendre ce qu’est la cyberintimidation.

Un regard plus approfondi sur la cyberintimidation

En termes simples, la cyberintimidation consiste à infliger une douleur émotionnelle et une humiliation à une autre personne ou à un groupe de personnes en utilisant la technologie. Cela signifie que les enfants, et certains adultes aussi, peuvent envoyer des SMS cruels ou harcelants, publier des informations ou des rumeurs embarrassantes sur les médias sociaux, ou faire des commentaires ignobles sur un forum en ligne.

Les cyberintimidateurs utilisent la technologie pour menacer, harceler, rabaisser, embarrasser, humilier et cibler d’autres personnes.

L’une des choses qui rendent la cyberintimidation si dangereuse est que, contrairement à l’intimidation traditionnelle, le harcèlement est continu, même après la fin de la journée scolaire ou de la journée de travail. La technologie permet aux intimidateurs de suivre leurs cibles partout, même lorsqu’ils se trouvent dans la sécurité de leur propre maison. Il n’y a pas d’échappatoire. Chaque fois qu’une victime a accès à la technologie, elle peut être victime de cyberintimidation.

De plus, les médias sociaux créent des opportunités faciles de harcèlement. C’est pourquoi de nombreux jeunes sont chaque jour témoins de la cruauté en ligne. En fait, cela fait partie de leur vie quotidienne et les conséquences sont importantes. Pourtant, parce qu’elle se produit tout autour d’eux, les jeunes sont de plus en plus immunisés contre l’importance du problème et ont commencé à l’accepter comme faisant partie de la vie. Lorsque cela se produit, il devient encore plus difficile pour la culture de la cruauté de changer et la cyberintimidation reste constante.

De plus, comme les cyberintimidateurs ne peuvent pas voir l’impact que les mots ont sur une autre personne, ils sont souvent beaucoup plus cruels en ligne qu’ils ne le seraient jamais en personne. Par exemple, l’absence de réactions immédiates ou d’indices faciaux permet aux cyberintimidateurs de se détacher émotionnellement de ce qu’ils font.

En fait, certaines personnes qui harcèlent les autres en ligne ne se considéreraient jamais comme des cyberintimidateurs. Mais ils le sont. Chaque fois qu’une personne harcèle une autre personne en ligne, elle la cyberintimide. Voici quelques exemples de cyberintimidation :

  • Harceler quelqu’un en ligne en lui faisant honte, en l’embarrassant, en le rabaissant ou en l’humiliant
  • Usurpation d’identité en ligne
  • Menacer de blesser physiquement une autre personne
  • Menacer de tuer quelqu’un
  • Poster ou envoyer un SMS obscène
  • S’engager dans des sextos soit en envoyant des photos ou des vidéos, soit en les demandant
  • Extorquer quelqu’un sexuellement (parfois appelé sextorsion)
  • Traquer quelqu’un par voie numérique
  • Poster, regarder ou demander de la pornographie enfantine
  • Commettre des crimes de haine fondés sur la race, le sexe, l’orientation sexuelle ou la religion
  • Prendre et/ou afficher une photo d’une personne lorsqu’elle s’attend à ce que son intimité soit respectée (comme dans les vestiaires et les salles de bain)
Psssst ici:  Signes que l'entraîneur de votre enfant est un imbécile

Dans l’ensemble, la cyberintimidation a souvent des conséquences importantes parce qu’elle est si cruelle et semble sans fin. C’est pourquoi les éducateurs, les responsables communautaires et les législateurs travaillent d’arrache-pied pour lutter contre ce type d’intimidation.

La cyberintimidation et la loi

Alors, la cyberintimidation est-elle un crime ? La réponse courte est oui. La cyberintimidation peut avoir des conséquences juridiques.

Prenez, par exemple, les sextos. Dans cette situation, les personnes qui envoient ou reçoivent des sexto peuvent être accusées de distribuer de la pornographie enfantine. De plus, si la personne photographiée a pris la photo elle-même et l’a ensuite diffusée, elle peut être accusée de diffusion de pornographie enfantine si elle est mineure. Même si elle a pris la photo de son plein gré et l’a envoyée à quelqu’un d’autre de son plein gré, de nombreux États considèrent qu’il s’agit de diffusion de pornographie enfantine. C’est pourquoi il est extrêmement important que les adolescents comprennent les conséquences du sexting. Ils peuvent se retrouver dans de nombreux ennuis juridiques s’ils ne comprennent pas la loi.

Mais les lois sur la cyberintimidation ne se limitent pas aux sextos. Bien qu’il n’existe pas de loi fédérale qui traite spécifiquement de la cyberintimidation, si une personne est victime de cyberintimidation en raison de sa race, de son origine nationale, de son sexe, de son orientation sexuelle, de son handicap ou de sa religion, elle peut faire double emploi avec le harcèlement discriminatoire et les lois fédérales sur les droits civils.

En fait, de nombreuses affaires de cyberintimidation finissent par être poursuivies pour harcèlement. Par conséquent, certaines de ces affaires se retrouveront devant un tribunal civil, tandis que d’autres pourraient justifier des accusations et des poursuites pénales pour crimes haineux, usurpation d’identité, harcèlement et violations en vertu de la loi sur la fraude et les abus informatiques (CFAA).

En plus de ces lois générales, chaque État dispose de ses propres lois et règlements concernant la cyberintimidation, qui varient d’un État à l’autre. Le site web du gouvernement, StopBullying.gov, fournit une carte par État qui met en évidence les politiques spécifiques.

La responsabilité d’une école

Si le harcèlement ou la cyberintimidation qu’une personne subit est traité en vertu des lois fédérales sur le harcèlement discriminatoire et les droits civils tels que le titre IX et la section 504, les districts scolaires financés par le gouvernement fédéral sont tenus de traiter également l’incident. Ainsi, il peut y avoir des procédures disciplinaires supplémentaires pour les enfants qui pratiquent la cyberintimidation, même lorsque celle-ci se produit en dehors des cours d’école.

Les districts scolaires sont tenus de soumettre un large éventail d’informations sur les brimades au ministère américain de l’éducation, qui inclut ensuite ces données dans son enquête annuelle sur la collecte de données relatives aux droits civils (CRDC).

Dans l’ensemble, ils recueillent des données sur les allégations de harcèlement ou d’intimidation, notamment en ce qui concerne la race, le sexe, l’orientation sexuelle, le handicap, la nationalité et la religion. Il enregistre également des données sur les étudiants qui font l’objet de mesures disciplinaires pour ces actions.

Lois sur la cyberintimidation au niveau des États

Comme le gouvernement fédéral n’a pas adopté de loi nationale sur la cyberintimidation ou la prévention de l’intimidation, chaque État est responsable de la rédaction et de la mise en œuvre de sa propre loi.

Les cinquante États ont tous mis en place une législation sur l’intimidation. Mais, cela n’a pas toujours été le cas. Le Montana a été le dernier État à adopter une loi sur l’intimidation, en avril 2015. De plus, le Montana est le seul État qui n’exige pas que les écoles aient une politique officielle en matière de brimades.

Psssst ici:  7 Caractéristiques d'une amitié à toute épreuve

Dans le passé, un district scolaire avait les mains liées lorsqu’il s’agissait d’intimidation. Mais aujourd’hui, la jurisprudence fédérale permet aux écoles de prendre des mesures disciplinaires à l’encontre des élèves dont le comportement hors campus entraîne une perturbation importante de l’environnement scolaire. En conséquence, de nombreux États ont modifié leurs lois pour permettre aux écoles de s’impliquer davantage dans la lutte contre les cyberintimidations.

Les lois des États varient considérablement, tout comme les exigences des districts scolaires.

Par exemple, certains États ont établi des lois, des politiques et des règlements, tandis que d’autres ont élaboré des politiques modèles pour les districts scolaires. Par ailleurs, peu d’États ont établi des conséquences pour les comportements d’intimidation et seuls quelques-uns classent l’intimidation comme une infraction pénale. En outre, certains États traitent les brimades, la cyberintimidation et le harcèlement dans une seule loi, tandis que d’autres utilisent plusieurs lois. Et, dans certains États, le harcèlement moral figure dans le code pénal de l’État et s’applique aux mineurs.

Par conséquent, les lois sur la cyberintimidation varient considérablement, certains États ayant des exigences beaucoup plus strictes que d’autres. Par exemple, la loi de New York sur la dignité de tous les élèves (DASA) stipule que les districts scolaires doivent mettre en place les politiques et procédures suivantes Par exemple, ils doivent :

  • Créer et mettre en œuvre des politiques et des procédures en matière de harcèlement, d’intimidation et de cyberintimidation
  • prévoir des procédures et des mécanismes de signalement de tous les types d’intimidation et de harcèlement
  • Former les employés à la lutte contre les brimades, la cyberintimidation et le harcèlement
  • Engager un coordinateur de la DASA pour travailler avec le personnel, les étudiants et les parents afin de résoudre les problèmes éventuels.

Parallèlement, la législation de l’Ohio sur la cyberintimidation, appelée Jessica Logan Act, est également très étendue. Nommée d’après Jessica Logan, la loi a été introduite après que Logan ait été cyberintimidée, harcelée et intimidée par ses pairs lorsqu’une photo d’elle nue a circulé dans son lycée. Logan s’est suicidée peu après que la photo ait été distribuée dans son école.

En réponse, la loi de l’Ohio exige des districts qu’ils étendent leurs politiques anti-intimidation existantes pour couvrir les incidents de harcèlement, d’intimidation et de brimades qui se produisent à la fois en ligne et dans les bus scolaires. Elle précise également que les politiques anti-intimidation d’un district doivent indiquer que les élèves peuvent être suspendus pour avoir commis des brimades ou des cyber-intimidations. La loi exige également que les écoles offrent des mécanismes de signalement anonyme, ainsi que des stratégies pour protéger la personne qui a signalé l’incident contre les représailles.

Enfin, l’Ohio exige de ses districts qu’ils développent des moyens adaptés à l’âge des élèves pour les informer de leurs politiques anti-intimidation et des conséquences en cas de violation de ces politiques. Ils sont également tenus de former tous leurs enseignants, administrateurs et personnel aux politiques de lutte contre l’intimidation, ainsi que de soumettre des résumés écrits de tous les incidents signalés et de les publier sur leur site web pour que le public puisse les lire.

Pour faciliter les comparaisons entre ces lois d’État, le ministère américain de l’éducation a élaboré un cadre des éléments communs que l’on trouve dans les lois, les politiques et les règlements des États. Il a utilisé ce cadre pour comprendre comment les écoles prenaient des mesures pour prévenir et répondre aux incidents d’intimidation. Parmi les éléments communs, on trouve les déclarations de politique, les mesures de protection, la formation du personnel et les conséquences.

Psssst ici:  Comment les enfants utilisent la technologie pour intimider et harceler les autres

Des informations supplémentaires sur les politiques de New York et de l’Ohio, ainsi que sur les autres lois de l’État en matière de cyberintimidation sont disponibles sur le site StopBullying.gov.

Les sanctions pour la cyberintimidation

Comme les lois varient considérablement d’un État à l’autre, les sanctions pour cyberintimidation sont également très étendues. Selon l’État et ses lois sur la cyberintimidation, les sanctions peuvent aller de sanctions civiles, comme la suspension ou l’expulsion de l’école, à des peines de prison pour certains délits.

Par exemple, en Floride, les lois sur la cyberintimidation obligent les écoles à discipliner les élèves en les suspendant ou en les expulsant. Dans le Missouri, les cyberintimidateurs qui profèrent des menaces violentes par le biais des médias sociaux ou d’autres moyens électroniques peuvent être poursuivis pour infraction pénale.

En outre, la cyberintimidation a des conséquences naturelles. Par exemple, les cyberintimidateurs peuvent se retrouver devant un tribunal, perdre leur emploi ou même être arrêtés. De plus, les enfants et les adultes doivent comprendre que ce qui est mis en ligne reste en ligne. Même si quelque chose est supprimé, les gens peuvent en avoir pris une capture d’écran. Par conséquent, ce n’est pas parce que les enfants suppriment quelque chose que cela signifie que cela disparaît.

Il n’est pas rare non plus que les employeurs potentiels et les responsables de l’admission dans les universités effectuent des recherches sur les plateformes de médias sociaux. Et pour de nombreux adolescents, ce qu’ils ont appris est ce qui aurait pu être drôle en ce moment devient rapidement l’embarras du lendemain. De plus, les tribunaux ont déjà statué que la vie privée en ligne n’existe pas.

L’avenir des lois sur la cyberintimidation

Plusieurs cas de cyberintimidation très médiatisés ont fait la une des journaux et les auteurs de ces actes ont été poursuivis au pénal. La plus importante de ces affaires concerne peut-être un adolescent de 17 ans du Massachusetts qui a été condamné pour homicide involontaire pour avoir envoyé des SMS à son petit ami de 18 ans, l’exhortant à poursuivre son projet de suicide.

Alors qu’il pompait du monoxyde de carbone dans sa voiture sur le parking d’un magasin, il est sorti quand il a commencé à se sentir mal. Au lieu d’appuyer sa décision, sa petite amie de 17 ans lui a envoyé un SMS lui disant qu’il devait retourner dans le camion et suivre son plan. Elle n’a pas non plus appelé la police ou sa famille et n’a fait aucun effort pour l’arrêter. En conséquence, un juge du Massachusetts l’a reconnue coupable d’homicide involontaire.

À mesure que les écoles, les communautés et les forces de l’ordre deviennent plus aptes à identifier la cyberintimidation, les cas comme celui-ci pourraient augmenter. En attendant, les avocats font pression pour une plus grande implication du gouvernement fédéral. Ils estiment que les écoles ont besoin de directives claires sur la manière de réduire la cyberintimidation tout en promouvant le respect et la gentillesse.

Un mot de Troovez.com

La cyberintimidation est un problème grave qui ne cesse de prendre de l’ampleur. C’est pourquoi les parents doivent faire preuve de diligence pour inculquer la culture numérique et l’étiquette. En attendant, les enfants doivent comprendre que s’ils sont en colère ou s’ils sont émotifs, ils ne doivent pas publier de messages à ce sujet. De même, ils doivent se défouler sur un ami de confiance ou dans un journal privé. Quels que soient les paramètres de confidentialité, les enfants doivent faire très attention à ce qu’ils publient en ligne.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!