Définition de la pression, unités et exemples

En science, la pression est une mesure de la force par unité de surface. L’unité SI de la pression est le pascal (Pa), qui équivaut à N/m2 (newtons par mètre carré).

Exemple de base

Si vous aviez 1 newton (1 N) de force répartie sur 1 mètre carré (1 m2), le résultat est 1 N/1 m2 = 1 N/m2 = 1 Pa. Cela suppose que la force est dirigée perpendiculairement à la surface.

Si vous augmentez la quantité de force mais l’appliquez sur la même zone, alors la pression augmentera proportionnellement. Une force de 5 N répartie sur la même surface de 1 mètre carré serait de 5 Pa. Cependant, si vous augmentez également la force, alors vous constaterez que la pression augmente de manière inversement proportionnelle à l’augmentation de la surface.

Si vous aviez 5 N de force répartis sur 2 mètres carrés, vous obtiendriez 5 N/2 m2 = 2,5 N/m2 = 2,5 Pa.

Unités de pression

Un bar est une autre unité métrique de pression, bien qu’elle ne soit pas l’unité SI. Elle est définie comme étant 10 000 Pa. Elle a été créée en 1909 par le météorologue britannique William Napier Shaw.

La pression atmosphérique, souvent appelée pa, est la pression de l’atmosphère terrestre. Lorsque vous êtes à l’extérieur dans l’air, la pression atmosphérique est la force moyenne de tout l’air au-dessus et autour de vous qui pousse sur votre corps.

La valeur moyenne de la pression atmosphérique au niveau de la mer est définie comme 1 atmosphère, ou 1 atm. Étant donné qu’il s’agit d’une moyenne d’une quantité physique, l’ampleur peut varier dans le temps en fonction de méthodes de mesure plus précises ou éventuellement en raison de changements réels dans l’environnement qui pourraient avoir un impact global sur la pression moyenne de l’atmosphère.

  • 1 Pa = 1 N/m2
  • 1 barre = 10 000 Pa
  • 1 atm ≈ 1,013 × 105 Pa = 1,013 bar = 1013 millibar
A lire  Qu'est-ce que le courant thermique en physique ?

Comment fonctionne la pression

Le concept général de force est souvent traité comme s’il agissait sur un objet de manière idéalisée. (Ceci est en fait courant pour la plupart des choses en science, et particulièrement en physique, car nous créons des modèles idéalisés pour mettre en évidence les phénomènes auxquels nous portons une attention particulière et ignorons autant d’autres phénomènes que nous pouvons raisonnablement le faire). Dans cette approche idéalisée, si nous disons qu’une force agit sur un objet, nous traçons une flèche indiquant la direction de la force, et nous agissons comme si la force se produisait en ce point.

Mais en réalité, les choses ne sont jamais aussi simples. Si vous poussez un levier avec votre main, la force est en fait répartie sur votre main et pousse contre le levier réparti sur cette zone du levier. Pour rendre les choses encore plus compliquées dans cette situation, la force n’est presque certainement pas répartie de manière égale.

C’est là que la pression entre en jeu. Les physiciens appliquent le concept de pression pour reconnaître qu’une force est répartie sur une surface.

Bien que nous puissions parler de pression dans divers contextes, l’une des premières formes sous laquelle le concept est entré en discussion au sein de la science a été l’examen et l’analyse des gaz. Bien avant que la science de la thermodynamique ne soit formalisée dans les années 1800, il était reconnu que les gaz, lorsqu’ils étaient chauffés, appliquaient une force ou une pression sur l’objet qui les contenait. Le gaz chauffé a été utilisé pour la lévitation des montgolfières à partir de l’Europe dans les années 1700, et la civilisation chinoise et d’autres civilisations avaient fait des découvertes similaires bien avant cela. Les années 1800 ont également vu l’avènement de la machine à vapeur (comme le montre l’image associée), qui utilise la pression accumulée dans une chaudière pour générer un mouvement mécanique, tel que celui nécessaire pour déplacer un bateau fluvial, un train ou un métier à tisser d’usine.

A lire  Loi d'Ohm - Relation tension et courant

Cette pression a reçu son explication physique avec la théorie cinétique des gaz, dans laquelle les scientifiques ont réalisé que si un gaz contenait une grande variété de particules (molécules), alors la pression détectée pouvait être représentée physiquement par le mouvement moyen de ces particules. Cette approche explique pourquoi la pression est étroitement liée aux concepts de chaleur et de température, qui sont également définis comme le mouvement des particules selon la théorie cinétique. Un cas particulier d’intérêt en thermodynamique est le processus isobare, qui est une réaction thermodynamique où la pression reste constante.

Sous la direction de Anne Marie Helmenstine, Ph.D.

Bouton retour en haut de la page