Douze degrés de séparation : Les haplogroupes humains nous mènent-ils à Adam ou peut-être aux Adityas ?

Depuis la création d’Adam, jusqu’à la naissance de Noé (comme le croit une proportion importante du monde), il y a onze générations de sa lignée : Adam, Caïn et son frère Abel, Seth, Enosh, Cainain, Mahalaleel, Jared, Hénoch, Mathusalem et Lémec. Puis nous arrivons à Noé, né, il est écrit et dit, en 3300 av. Bien qu’il existe onze générations documentées, nées entre l’aube de la civilisation et le grand déluge (qui aurait été un événement historique pour la quasi-totalité de la population mondiale) qui allait noyer toute création vivante autre que Noé, ses trois fils et leurs épouses, il existe douze individus spécifiquement nommés ; Caïn étant toujours mentionné avec son frère, Abel.

Ainsi, pour la première vingtaine de siècles depuis cette création parfaite par un créateur omnipotent, ces douze hommes ont vécu plus longtemps qu’aucun de leurs contemporains n’a pu le faire sur cette terre naissante et ils possédaient des pouvoirs extraordinaires, surhumains. Des pouvoirs dont chacun avait hérité en raison de son lien de sang avec la manifestation originelle de la conscience humaine, leur ancêtre, Adam. Ces hommes étaient-ils les guides de la population humaine en plein essor qui avait été bénie par une naissance dans un monde abondant et sans limites ?

« Dieu a dit à Noé et à ses fils : ‘Voici, j’établis mon alliance avec vous, et avec vos descendants après vous…' » (Lawrence OP/ CC BY NC ND 2.0 )

Douze – Un chiffre magique pour les débuts ?

Puis-je suggérer que ce n’est pas une coïncidence si, d’un point de vue védique, selon le Vishnu Purana en particulier, il y avait douze Adityas ou hommes saints et divins, qui sont nés du ventre de la déesse Aditi, l’épouse de Kasyapa, le fils de Marichi (fils de Brahma), et de sa femme Kala. Et de leurs douze fils est née la race humaine… les civilisations. Dans le livre 3, chapitre 134, verset 18 de l’épopée hindoue, Mahabharata, Ashtavakra écrit : « et douze, selon les savants, est le nombre des Adityas ».

Le seigneur Brahma et Adhiti, mère des dieux. (Domaine public)

Le seigneur Brahma et Adhiti, mère des dieux. ( Domaine public )

Pour compléter ce triumvirat de douze, il y a les haplogroupes (regroupements de familles génétiques humaines). Ils commencent par « A » et se suivent alphabétiquement (mais pas toujours chronologiquement), jusqu’à « L ». Dans le groupe « K », le plus récent, il y a eu une fracture, le même éclatement que celui que nos amis des anciennes traditions hébraïques et hindoues avaient enseigné s’était produit dans un passé longtemps oublié, lorsque la terre était encore peuplée par des clans de familles qui migraient, forgeant de nouvelles nations et créant des cultures qui, avec le temps, se développeraient en civilisations ; certaines d’entre elles brilleraient pendant des milliers d’années en tant qu’entités matérielles et, de fait, certaines continuent d’influencer nos existences en tant qu’individus et en tant que civilisations aujourd’hui.

Psssst ici:  Les Néandertaliens prennent soin de leur compagnon sourd et handicapé jusqu'à un âge avancé

Ces douze individus, que leurs noms soient orthographiés et prononcés selon la tradition hébraïque ou hindoue, ne pourraient-ils pas correspondre aux douze haplogroupes, chacun émergeant l’un après l’autre, jusqu’à ce que le clade « L » se sépare de son frère « K », le laissant seul, la terre ayant déjà été peuplée par la nature migratoire de la « bête » humaine ?

Carte de la migration des haplotypes humains, selon l'ADN mitochondrial, avec une clé (colorée) indiquant les périodes en milliers d'années avant le présent. (CC BY SA 3.0)

Carte de la migration des haplotypes humains, selon l’ADN mitochondrial, avec une clé (colorée) indiquant les périodes en milliers d’années avant le présent. ( CC PAR SA 3.0 )

A et B, Définir le modèle

Le groupe A a émergé comme une explosion de conscience, permettant au groupe BT d’émerger plus tard comme un frère ou une sœur. Deux initiales ensemble (contrairement aux autres clades, dans lesquelles, en règle générale, chaque majuscule représente une ligne génétique particulière) qui contenaient l’information génétique nécessaire pour toutes les mutations qui allaient suivre au fil du temps. De même, dans la lignée des parents qui sont descendus d’Adam à Noé, seuls Caïn et Abel, la deuxième génération, sont mentionnés ensemble comme une paire. Les hommes qui sont venus après sont mentionnés seuls, en tant qu’individus, en tant qu’eux-mêmes, qu’ils aient ou non eu des frères. Comme BT.

De BT est venu B, avant de muter (M168) pour donner le groupe CT. Tous les haplogroupes qui ont émergé après B conservent la preuve de cette mutation qui s’est produite il y a quelque 65 000 milliers d’années. Le groupe B était apparu en Afrique centrale il y a environ quatre-vingt-mille ans et s’était répandu sur tout le continent, le partageant avec les hommes porteurs de l’information génétique que nous associons au groupe A.

Aujourd’hui, la lignée B se retrouve dans des proportions significatives presque exclusivement chez les hommes des tribus pygmées de la forêt tropicale du Congo en Afrique tropicale. Ces personnes sont encore aujourd’hui dominées par la population africaine bantoue (E), qui les a submergées et déplacées une myriade d’années auparavant et qui continue d’entourer leur habitat forestier des pâturages nécessaires au bétail qui reste le pilier de leur économie et de leur société.

Des Pygmées africains et un explorateur européen. (Domaine public)

Des Pygmées africains et un explorateur européen. ( Domaine public )

Il n’y a pratiquement aucune trace du groupe B en dehors de l’Afrique. Ils semblent avoir été fixés sur la terre qu’ils travaillaient, contrairement au groupe C – qui est apparu environ 60 000 ans avant notre ère actuelle – dont les hommes deviendront les clans aborigènes australiens en atteignant ce continent, après s’être déplacés le long des côtes des péninsules arabe, indienne et malaise, ainsi qu’en atteignant et en peuplant le nouveau monde. Ils y sont arrivés si tôt que l’Australie n’était pas encore devenue l’île continentale que nous connaissons aujourd’hui.

Psssst ici:  La recherche confirme que l'ADN de l'homme de Néandertal représente environ 20% du génome humain moderne

C à F

Les « C » ont laissé leur empreinte génétique tout au long de leur parcours, leur clade étant toujours très représentée dans les communautés du Moyen-Orient, du sous-continent indien et de l’Asie du Sud-Est. Cela suggère qu’ils ont migré, cherché et trouvé des endroits pour s’installer et se développer.

En cours de route, Clade D était arrivé sur ce que nous connaissons aujourd’hui comme les « archipels du Japon et des Andamans », chacun d’entre eux pouvant avoir été relié, ou du moins partiellement, au continent asiatique à l’époque. Le groupe D était également arrivé sur le plateau du Tibet, une destination peu probable pour quiconque cherche des terres aux conditions environnementales hospitalières sur lesquelles il pourrait s’installer.

Groupe d'hommes et de femmes andaman en costume, certains portant de la peinture corporelle et munis d'arcs et de flèches, attrapant des tortues depuis un bateau sur l'eau. (Domaine public)

Groupe d’hommes et de femmes andaman en costume, certains portant de la peinture corporelle et munis d’arcs et de flèches, attrapant des tortues depuis un bateau sur l’eau. ( Domaine public )

Un clade en trois groupes distincts, éloignés les uns des autres géographiquement et linguistiquement, et chaque communauté survit jusqu’à ce jour dans un isolement relatif, génétiquement parlant. L’ancien peuple indigène Aino du Japon (et du sud de la Russie) et les peuples indigènes du Tibet et des îles Andaman ont chacun conservé, dans une certaine mesure, leur héritage culturel, mais surtout la connaissance de la grande antiquité de leurs anciens ancêtres. Ce sont des peuples et des lieux encore visités aujourd’hui par des anthropologues et autres, qui tentent tous de démêler et de décoder leurs connaissances profondément ancrées.

Le frère immédiat des D est le groupe E. Ils se sont répandus au sud de l’Afrique, conquérant tout ce qui existait avant eux et l’ensemençant presque entièrement avec leurs séquences génétiques et déplaçant les groupes A et B qui avaient auparavant connu ce continent massif par eux-mêmes. Un peu comme les tribus aryennes sont supposées l’avoir fait plusieurs millénaires plus tard.

Clade F donnerait naissance au groupe GHIJK environ 50.000 mille ans avant aujourd’hui. Au moment de l’émergence de F, il y a eu une mutation (M89) qui est portée par tous les hommes qui suivront jusqu’à aujourd’hui.

Vedda, homme et enfant, Sri Lanka. (CeylanM/CC BY SA 4.0) L'haplogroupe F se trouve en nombre un peu plus élevé au Sri Lanka.

Vedda, homme et enfant, Sri Lanka. (CeylanM/ CC BY SA 4.0 ) L’haplogroupe F se trouve en nombre un peu plus élevé au Sri Lanka.

Les premières castes ?

Se pourrait-il que ces castes aient été les premières à peupler le monde et à rendre la croissance et le développement de la civilisation à la fois possibles et inévitables ? Dans l’une des traditions hindoues, Dieu avait tiré de son propre corps quatre castes d’êtres humains, chacune conçue et imprégnée des compétences nécessaires au progrès collectif de l’humanité.

Pour construire la société, il faut un ensemble de compétences pour être présent simultanément en lieu et en temps et travailler en harmonie. Ces quatre clades sont apparues à peu près en même temps les unes que les autres, il y a environ soixante à soixante-cinq millénaires. Plusieurs autres dizaines de milliers d’années passeront avant que le conglomérat de clades qui s’est développé à partir de F, le GHIJK, n’apporte une troisième diffusion de quatre castes dans la société, les castes qui nous fourniront des révolutions dans l’agriculture (peut-être l’haplogroupe G), le commerce (peut-être l’haplogroupe J, les peuples sémitiques) et deviendront les Européens ancestraux et industrieux (haplogroupe I).

Psssst ici:  Peau noire et yeux bleus : les chasseurs-cueilleurs européens ne correspondent pas aux représentations communes

Robe traditionnelle tchétchène. (Domaine public) Les Tchétchènes du Caucase présentent un pourcentage élevé d'haplogroupe J.

Robe traditionnelle tchétchène. Les Tchétchènes du Caucase présentent un pourcentage élevé d’haplogroupe J.

Au moment où les clades I et J s’étaient séparés du K, les groupes L et T (anciennement connus sous le nom de K2) avaient émergé d’eux-mêmes, dormant dans le fouillis de lettres (clades), attendant leur heure. Le clade L se trouve maintenant dans sa plus forte densité le long de la côte de Malabar en Inde (Kerala) et dans la région du delta de la rivière Indus, et dans les hautes montagnes, d’où il émerge dans les plaines. C’est le cœur de l’ancienne civilisation Indus/Harappan.

S’étendre à travers le monde

Au moment où Clade K a vu ses frères et soeurs grandir et quitter le nid de la famille GHIJK, toutes les terres de la planète avaient été colonisées, sinon tous les paysages. Cela allait s’accompagner de la désintégration virtuelle de K, envoyant de nouveaux clades pionniers dans des territoires vierges inexplorés.

Les différentes conceptions du Divin peuvent-elles être réinterprétées comme faisant partie d’une même histoire ? Et cette histoire, qui semble aller à l’encontre de la théorie scientifique moderne sur les origines de la race humaine, peut-elle être démontrée comme étant un véritable témoignage de notre culture commune, par les connaissances acquises par les scientifiques eux-mêmes, dans le domaine de la génétique ?

Carte mondiale des haplogroupes du chromosome Y - Haplogroupes dominants dans les populations précoloniales avec des itinéraires de migration possibles. ( CC PAR SA 3.0 )

Carte mondiale des haplogroupes du chromosome Y – Haplogroupes dominants dans les populations précoloniales avec des itinéraires de migration possibles. ( CC PAR SA 3.0 )

La terre a-t-elle réellement été formée, avec l’homme et la bête ? Peuplée d’explosions de conscience successives, représentant les quatre castes nécessaires à l’évolution de la société ? Guidée par des sages divins, chacun étant le gardien d’une époque. Le mouvement sur son axe de la terre elle-même tous les 23 000 ans, appelé cycle de précession, correspond-il à la mutation des clades ?

La coïncidence semble toujours être une réponse improbable lorsqu’on essaie d’expliquer ces liens, dans un monde qui nous apparaît fondamentalement magique, quelle que soit la perspective sous laquelle on le regarde.

Image du haut : Silhouette d’une personne sous une arche. ( CC0 ) Arrière-plan : ADN. ( CC0)

Par Steven Keith

.

Bouton retour en haut de la page