Ils sont vivants ! Les sites mégalithiques sont plus que de la pierre

Il ne faut pas grand chose pour stimuler les circuits électromagnétiques du corps humain, en fait, une petite modification de l’environnement local suffit à créer un changement de conscience.

Les personnes qui visitent les temples anciens et les sites mégalithiques décrivent souvent une telle sensation. L’explication classique est que ces sensations ne sont rien d’autre qu’un facteur de « wow » : le résultat de stimuli visuels provenant de l’impression irrésistible générée par les constructions mégalithiques telles que les cercles de pierre, les temples anciens et les pyramides.

Mais les preuves cumulées prouvent le contraire : les mégalithes et autres lieux sacrés anciens attirent, stockent, voire génèrent leur propre champ d’énergie, créant le genre d’environnement où l’on peut entrer dans un état de conscience altéré.

Générer des champs d’énergie

En 1983, l’ingénieur Charles Brooker a entrepris une étude approfondie pour localiser le magnétisme dans les sites sacrés. Le sujet de l’étude était le cercle de pierres de Rollright en Angleterre. Un relevé magnétométrique du site a révélé comment une bande de force magnétique est attirée dans le cercle de pierres par un étroit espace de pierres qui en constitue l’entrée. La bande s’enroule ensuite en spirale vers le centre du cercle comme si elle descendait dans un trou de lapin.

Deux des pierres occidentales du cercle ont également été trouvées en train de pulser avec des anneaux concentriques de courant alternatif, ressemblant à des ondulations dans un étang.

Image des Rollright Stones prise lors d'un sondage par Magnetomer. Adapté de Charles Brooker. Magnetism and Standing Stones, New Scientist, 13 janvier 1983

[Magnetomer survey image of the Rollright Stones. Adapted from Charles Brooker. Magnetism and Standing Stones, New Scientist, January 13, 1983]

L’analyse a conduit Brooker à déclarer que « l’intensité moyenne de la [geomagnetic] Le champ à l’intérieur du cercle était nettement plus faible que celui mesuré à l’extérieur, comme si les pierres servaient de bouclier ».

De telles découvertes nous aident à déchiffrer ce que les anciens faisaient lorsqu’ils construisaient des structures mégalithiques. Au temple d’Edfou, en Egypte, il y a un mur qui présente ce qui revient à une recette pour établir un espace qui diffère énergétiquement de son paysage environnant – un temple. Les instructions décrivent comment certains dieux créateurs ont d’abord établi un monticule et « percé un serpent » à cet endroit, après quoi une force spéciale de la nature a imprégné le monticule, ce qui a conduit à la construction du temple physique.

Le symbole du serpent a toujours été une métaphore culturellement partagée des méandres des lignes de force de la terre, ce que les scientifiques appellent les courants telluriques.

Psssst ici:  Les Néandertaliens prennent soin de leur compagnon sourd et handicapé jusqu'à un âge avancé

Déesse égyptienne exploitant l'énergie du serpent.

[Egyptian goddess harnessing the serpent energy.]

Contrôler les lois de la nature

Il semble que les architectes de l’Antiquité maîtrisaient parfaitement les lois de la nature, car une étude récente des champs d’énergie dans et autour d’Avebury, le plus grand cercle de pierre du monde, montre comment ses mégalithes sont conçus pour attirer un courant de terre dans le site.

Des électrodes plantées à Avebury révèlent comment son fossé circulaire interrompt la transmission du courant tellurique du sol et conduit l’électricité dans le fossé, concentrant en fait l’énergie et la libérant à l’entrée du site, parfois à un rythme deux fois supérieur à celui des terres environnantes.

Les lectures magnétiques à Avebury s’éteignent la nuit à un niveau bien plus élevé que ce que l’on peut expliquer dans des circonstances naturelles. Ils se rechargent au lever du soleil, le courant tellurique du sol des terres environnantes étant attiré vers la henge au moment où les fluctuations magnétiques du site atteignent leur maximum.

Des études menées par le regretté physicien John Burke ont également permis de découvrir comment les pierres d’Avebury sont délibérément placées et alignées de manière à concentrer les courants électromagnétiques pour qu’ils circulent dans une direction préméditée, en utilisant un principe identique aux collisionneurs de particules atomiques modernes, dans lesquels les ions en suspension dans l’air sont dirigés dans une direction.

Cercle de pierres d'Avebury. Image de Freddy Silva

[Avebury stone circle. Image by Freddy Silva]

L’effet des sites sacrés se comportant comme des concentrateurs d’énergie électromagnétique est renforcé par le choix de la pierre. Souvent déplacée sur d’énormes distances, la pierre utilisée dans les sites mégalithiques contient des quantités importantes de magnétite. Cette combinaison fait que les temples se comportent comme des aimants faibles, bien qu’énormes.

Technologie spirituelle

Cela a une profonde influence sur le corps humain, en particulier sur le fer dissous qui circule dans les vaisseaux sanguins, sans parler des millions de particules de magnétite qui flottent à l’intérieur du crâne, et sur la glande pinéale, qui est elle-même très sensible aux champs géomagnétiques, et dont la stimulation déclenche la production de substances chimiques telles que le pinolène et la sérotonine, qui à son tour conduit à la création de l’hallucinogène DMT. Dans un environnement où l’intensité du champ géomagnétique est réduite, les gens sont connus pour connaître des états psychiques et chamaniques.

Psssst ici:  Nous pensons être les premiers Terriens avancés - mais comment le savons-nous vraiment ?

Une enquête exhaustive sur la région de Carnac, en France, où sont concentrés quelque 80 000 mégalithes, révèle qu’une technologie spirituelle similaire est à l’œuvre. Au début, le principal chercheur, l’ingénieur électricien Pierre Mereux, était sceptique quant à la possibilité que les sites mégalithiques possèdent des pouvoirs spéciaux.

L’étude de Mereux sur Carnac montre comment ses dolmens amplifient et libèrent de l’énergie tellurique tout au long de la journée, les relevés les plus forts se produisant à l’aube. La tension et les variations magnétiques sont liées et suivent un phénomène connu sous le nom d’induction électrique . Selon Mereux, « Le dolmen se comporte comme une bobine ou un solénoïde, dans lequel des courants sont induits, provoqués par les variations, plus ou moins fortes, du champ magnétique environnant. Mais ces phénomènes ne se produisent avec aucune intensité, sauf si le dolmen est construit avec des roches cristallines riches en quartz, comme le granit ».

Ses lectures de menhirs révèlent une énergie qui pulse à intervalles réguliers à la base, chargée positivement et négativement, jusqu’à trente-six pieds de ces monolithes verticaux, dont certains montrent encore des sculptures de serpents. Les pulsations extrêmes se recyclent environ toutes les 70 minutes, ce qui montre que les menhirs se chargent et se déchargent régulièrement.

Mereux a également remarqué que la tension des pierres debout dans l’alignement du Grand Ménec diminuait au fur et à mesure qu’elles s’éloignaient du cercle de pierres, qui se comportait lui-même comme une sorte de condensateur ou de concentrateur d’énergie.

Légende du menhir de Carnac : Un des 80 000 menhirs de la région de Carnac. Image de Freddy Silva

[Carnac menhir caption: One of the 80,000 menhirs in the Carnac region. Image by Freddy Silva]

La composition des pierres et leur capacité à conduire l’énergie n’ont pas échappé à Mereux et aux autres. Étant très riches en quartz, les roches spécialement choisies sont piézoélectriques, c’est-à-dire qu’elles génèrent de l’électricité lorsqu’elles sont comprimées ou soumises à des vibrations. Les mégalithes de Carnac, positionnés comme ils le sont sur trente et une fractures de la zone sismique la plus active de France, sont dans un état de vibration constant, ce qui rend les pierres électromagnétiquement actives.

Il démontre que les menhirs n’ont pas été plantés à cet endroit par hasard, d’autant plus qu’ils ont été transportés à une distance de 60 miles (97 km), car leur présence et leur orientation sont en relation directe avec le magnétisme terrestre.

Psssst ici:  Il n'est pas nécessaire que ce soit la religion contre la science : La vie extra-terrestre et les croyances religieuses se conjuguent

Sites sacrés et portails magnétiques

Les traditions des Anciens Mystères à travers le monde partagent un aspect particulier : elles maintiennent que certains endroits de la surface de la Terre possèdent une plus grande concentration de pouvoir que d’autres. Ces sites, appelés « taches de fauve » par les Hopis, sont finalement devenus la base de nombreux sites sacrés et structures de temple que nous voyons aujourd’hui. Ce qui est intéressant, c’est que chaque culture maintient que ces lieux spéciaux sont reliés aux cieux par un tube creux ou un roseau, et que par cette connexion ombilicale, l’âme est capable de s’engager avec l’Autre Monde pendant le rituel. Cependant, elle permet également au monde des esprits d’entrer dans ce domaine physique.

En 2008, la NASA a peut-être involontairement prouvé que cette observation était vraie lorsqu’elle a publié les détails d’une enquête sur les ETP, ou événements de transfert de flux, dans laquelle cette organisation décrit comment la Terre est reliée au Soleil par un réseau de portails magnétiques qui s’ouvrent toutes les huit minutes.

De telles découvertes contribuent à valider, aux yeux des scientifiques, la croyance de longue date des sensitifs et des radiesthésistes, depuis l’enregistrement de l’histoire, selon laquelle les sites mégalithiques et les temples anciens sont des lieux éloignés du monde normal, où une personne peut se connecter avec des lieux situés bien au-delà de cette sphère planétaire.

Il est certain que les anciens prêtres égyptiens considéraient le temple comme bien plus qu’un conglomérat de pierres mortes. Chaque aube, ils réveillaient chaque pièce par des oraisons, traitant le temple comme un organisme vivant qui dort la nuit et se réveille à l’aube.

© FREDDY SILVA 2016

Matériel basé sur le livre de l’auteur Le plan divin : Temples, lieux de pouvoir et plan global pour façonner l’âme humaine Temple Invisible, 2012. Disponible sur invisibletemple.com

Image en vedette : Deriv ; Pierres debout à Avebury, Whiltshire, Angleterre. ( CC BY 2.0 )

Par Freddy Silva

Références

Charles Brooker. Magnetism and Standing Stones, New Scientist, 13 janvier 1983

John Burke et Kaj Halberg . Seed of Knowledge, Stone of Plenty , Council Oak Books, San Francisco, 2005

Pierre Mereaux. Carnac : Des Pierres Pour Les Vivants , Kerwangwenn, Nature & Bretagne, 1992

Études sur la pinéale et le DMT : Serena Roney-Dougal, The Faery Faith, Green Magic, Londres, 2002 ; et E.C. May et al, Review of the psychoenergetic research conducted at SRI International, SRI International Technical Report, mars 1988

.

Bouton retour en haut de la page