Interdiction des furets en Nouvelle-Zélande (NZ)

Le furet est une petite créature poilue avec un nez conique, une longue queue et un corps long en forme de poire avec des pattes courtes et de longues griffes. Les furets sont apparentés aux carcajous, aux hermines, aux visons et aux belettes du genre Mustela. Ce sont des animaux de compagnie populaires, bien que souvent controversés.

Les experts pensent qu’ils ont été élevés il y a plus de 2 500 ans à partir de putois européens (Mustela putorius) ou de putois des steppes (Mustela eversmanii). Ces putois ne doivent pas être confondus avec les moufettes, qui sont parfois appelées familièrement putois.

Furets en Nouvelle-Zélande

Les furets ont été introduits en Nouvelle-Zélande depuis l’Europe dans les années 1880, en même temps que les stots et les belettes, pour contrôler les lapins qui se reproduisaient de façon incontrôlée. En 1900, les furets étaient bien établis dans la nature et ont joué un rôle dans le déclin des oiseaux indigènes comme le kiwi, le weka et le canard bleu, et dans l’extinction du kakapo sur le continent. Le kakapo ne se trouve plus que sur les îles sans mustélidés.

Les furets sont interdits en Nouvelle-Zélande

La réglementation néo-zélandaise sur les furets et les propriétaires de furets a pour but ultime de faire des furets de compagnie, et de tous les furets, des animaux disparus en Nouvelle-Zélande.

Dans le passé, une licence était nécessaire pour élever ou vendre des furets ou pour garder plus de 3 furets comme animaux de compagnie (il y avait aussi quelques restrictions localisées sur la propriété des furets). En vertu de la nouvelle réglementation, les propriétaires pourront garder leurs furets actuels. Toutefois, il sera illégal d' »acheter, vendre ou élever » des furets. Les exploitations existantes qui vendent des furets à l’étranger seront exemptées et autorisées à poursuivre leurs ventes à l’étranger, et aucune nouvelle exploitation ne sera autorisée. L’arrêt de l’élevage et de la vente de furets entraînera théoriquement une diminution de la population de furets de compagnie jusqu’à zéro au cours des prochaines années.

Psssst ici:  Garder et soigner les rats de compagnie

La raison de cette interdiction est la nature unique de la population d’animaux sauvages indigènes de Nouvelle-Zélande – de nombreux oiseaux incapables de voler sont au bord de l’extinction et les populations sauvages de furets contribuent au déclin. Selon le document de travail du ministère de la conservation, les furets (ainsi que les stoats et les belettes) ont été introduits dans la nature en Nouvelle-Zélande il y a plus de cent ans pour contrôler les lapins. La faune indigène, en particulier les oiseaux incapables de voler tels que le kakapo et le kiwi, ne pouvait pas faire face à ces nouveaux prédateurs agiles. De plus, l’élevage des furets (pour leur fourrure) est devenu populaire à la fin du siècle dernier, et les fugitifs échappés des fermes ont contribué à la population sauvage, élargissant leur aire de répartition. Le gouvernement a donc interdit les furets de compagnie dans le cadre de ses efforts pour les éradiquer.

« Il n’est pas logique de dépenser des sommes considérables de l’argent des contribuables pour protéger les espèces indigènes si nous ne prenons ensuite aucune mesure pour éliminer les menaces évitables pour ces espèces, comme celle des furets de compagnie en fuite » — « Les furets de compagnie seront interdits » – Communiqué de presse du ministère néo-zélandais de la conservation

Il ne fait aucun doute que la faune unique de la Nouvelle-Zélande a besoin de mesures de conservation sérieuses, car la perte de toute espèce est dévastatrice.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!