Interférences proactives et rétroactives : Définition et exemples

Le terme d’interférence est utilisé pour expliquer pourquoi les gens oublient les souvenirs à long terme. Il existe deux formes d’interférence : l’interférence proactive, dans laquelle les anciens souvenirs perturbent la récupération des nouveaux souvenirs, et l’interférence rétroactive, dans laquelle les nouveaux souvenirs perturbent la récupération et la maintenance des anciens souvenirs.

Key Takeaways : Interférences proactives et rétroactives

  • La théorie des interférences est l’une des nombreuses théories qui expliquent pourquoi nous oublions. Elle postule que les souvenirs sont en concurrence, ce qui signifie qu’un souvenir peut interférer avec un autre lorsqu’un individu tente de récupérer des informations dans sa mémoire à long terme.
  • Il existe deux types d’interférences : les interférences proactives, où les anciens souvenirs interfèrent avec le rappel des nouveaux souvenirs, et les interférences rétroactives, où les nouveaux souvenirs interfèrent avec le rappel des anciens souvenirs.
  • Bien qu’il existe de nombreuses preuves d’interférence, de nombreuses études qui soutiennent cette théorie sont menées en utilisant des tâches de mémoire qui sont effectuées à court terme. Cela réduit la validité écologique des études et leur capacité à être généralisées à la vie réelle.

Théorie de l’interférence

Les psychologues s’intéressent autant à ce qui nous fait oublier qu’à ce qui nous fait nous souvenir. Plusieurs théories expliquant pourquoi nous oublions ont été proposées. L’une d’entre elles est l’interférence, qui suggère qu’un individu peut ne pas réussir à récupérer des informations dans sa mémoire à long terme parce que d’autres informations interfèrent. Différents éléments d’information dans la mémoire à long terme sont en concurrence, surtout si ces informations sont similaires. Cela conduit à ce que certaines informations soient soit difficiles à rappeler, soit complètement oubliées.

Il existe de nombreux cas où vous pourriez confondre un souvenir avec un autre. Par exemple, si vous allez régulièrement au cinéma, vous pouvez avoir du mal à vous rappeler avec qui vous êtes allé voir un film donné. Chaque fois que vous allez au cinéma, l’expérience est similaire. Par conséquent, les différents souvenirs d’une sortie au cinéma peuvent devenir confus dans votre esprit parce qu’ils se ressemblent beaucoup.

A lire  La méthode Montessori et les périodes d'apprentissage sensibles

Les études sur les interférences remontent à plus de 100 ans. L’une des premières a été menée par John A. Bergstrom dans les années 1890. Les participants ont trié les cartes en deux piles, mais lorsque l’emplacement de la deuxième pile a été modifié, les participants ont travaillé plus lentement. Cela suggère qu’après avoir appris les règles initiales du tri des cartes, ils ont dû apprendre les nouvelles règles.

Dans les années 1950, Brenton J. Underwood a examiné la courbe d’oubli d’Ebbinghaus, qui trace l’incapacité du cerveau à retenir l’information dans le temps. Il a proposé que l’information acquise précédemment est tout autant la raison de l’oubli que le temps. Et comme nous apprenons tout le temps, il y a de nombreuses possibilités entre le moment où nous encodons des informations dans la mémoire à long terme et celui où nous voulons récupérer ces informations pour former de nouveaux souvenirs qui peuvent interférer avec ce processus.

Les interférences sont divisées en deux types : les interférences proactives et les interférences rétroactives.

Interférence proactive

L’interférence proactive se produit lorsqu’une personne est incapable d’apprendre de nouvelles informations parce que d’anciennes informations empêchent leur récupération. En d’autres termes, les anciens souvenirs interfèrent avec la récupération de nouveaux souvenirs. Les anciens souvenirs sont souvent plus fortement encodés dans la mémoire à long terme parce que l’individu a eu plus de temps pour les revisiter et les répéter. Par conséquent, ils sont plus faciles à retrouver que les souvenirs plus récents. Des recherches ont montré qu’une façon de réduire les interférences proactives est de répéter les nouvelles informations par des tests ou des récitations.

A lire  Qu'est-ce que l'expérience Robbers Cave en psychologie ?

Exemples d’interférences proactives

Nous rencontrons de nombreux exemples d’ingérence proactive dans notre vie quotidienne, notamment :

  • Au cours du premier ou des deux premiers mois de chaque année, vous pouvez vous retrouver à noter l’année précédente à chaque fois que vous écrivez la date. En effet, vous avez souvent répété l’année précédente et il est plus facile de la rappeler que la nouvelle année.
  • De même, si vous essayez d’apprendre la langue italienne mais que vous avez déjà appris l’espagnol, vous vous retrouverez peut-être à vous rappeler fréquemment des mots espagnols au lieu de mots italiens.
  • Si vous devez utiliser une devise étrangère lors d’un voyage dans un autre pays, vous aurez peut-être du mal à savoir quels billets et pièces correspondent à quelles valeurs, car votre connaissance de la monnaie de votre propre pays interfère avec votre capacité de mémorisation.

Interférence rétroactive

L’interférence rétroactive se produit lorsqu’une personne est incapable de se rappeler d’anciennes informations parce que de nouvelles informations empêchent leur récupération. En d’autres termes, les nouveaux souvenirs interfèrent avec la récupération des anciens souvenirs.

Il a été démontré que les interférences rétroactives perturbent l’apprentissage. Dans une étude, les participants ont appris un ensemble de paires de mots germano-japonais, puis un autre ensemble comme tâche d’interférence. La tâche d’interférence a été présentée 0, 3, 6 ou 9 minutes après la tâche d’apprentissage. La tâche d’interférence a réduit l’apprentissage de 20 %, quel que soit le temps d’attente entre la présentation de la tâche d’apprentissage et celle de la tâche d’interférence. Les chercheurs ont suggéré que l’interférence peut perturber la consolidation de la mémoire.

Exemples d’interférences rétroactives

Tout comme l’interférence proactive, de nombreux cas d’interférence rétroactive se produisent dans notre vie quotidienne. Par exemple :

  • Si vous êtes acteur et que vous devez apprendre un nouveau monologue pour une pièce de théâtre, vous pouvez oublier le monologue précédent que vous avez appris pour une autre pièce.
  • De même, supposons que vous soyez étudiant en communication à l’université. Vous apprenez beaucoup de théories de la communication, mais à mesure que vous apprenez de nouvelles théories, vous avez du mal à vous rappeler celles que vous aviez apprises auparavant.
  • Après avoir changé d’emploi, vous apprenez le nom de tous vos nouveaux collègues. Puis, un jour, vous rencontrez un de vos collègues de votre ancien travail et vous vous trompez en lui donnant le nom d’un de vos nouveaux collègues.
A lire  Qu'est-ce que la théorie de l'émotion de Schachter-Singer ?

Critiques

De nombreuses recherches confirment les effets des interférences proactives et rétroactives. Cependant, la théorie pose quelques problèmes. La plupart des études sur la théorie de l’interférence se déroulent dans un laboratoire utilisant des tâches de mémoire de mots qui sont présentées de manière assez rapprochée. Dans la vie réelle, les gens effectuent rarement des tâches de mémoire de mots, et encore moins avec un intervalle de temps très court. Par conséquent, de nombreuses études sur les interférences proactives et rétroactives peuvent ne pas être généralisables au monde réel.

Sources

  • McLeod, Saul. Interférences proactives et rétroactives ». Simply Psychology, 2018. https://www.simplypsychology.org/proactive-and-retroactive-interference.html
  • Nguyan, Khuyen et Mark A. McDaniel. « Techniques puissantes pour améliorer l’apprentissage à partir du texte ». Appliquer la science de l’apprentissage à l’éducation : Infusing Psychological Science into the Curriculum, publié sous la direction de Victor A. Benassi, Catherine E. Overson et Christopher M. Hakala. American Psychological Association, 2014, pp. 104-117.
  • Sosic-Vasic, Zrinka, Katrin Hille, Julia Kroner, Manfred Spitzer et Jurgen Kornmeier. « Quand l’apprentissage perturbe la mémoire – Profil temporel de l’interférence rétroactive de l’apprentissage sur la formation de la mémoire ». Frontiers in Psychology, vol. 9, no. 82, 2018. https://doi.org/10.3389/fpsyg.2018.00082
Bouton retour en haut de la page