La pierre de Cintamani – Une pierre précieuse vraiment puissante ou une humble philosophie ?

La pierre de Cintamani, ou Chintamani, longtemps recherchée par les chasseurs de trésors, a captivé l’imagination de l’homme à travers les âges alors que les histoires de ce joyau qui exauce les souhaits se sont répandues dans le monde entier. Les légendes sont probablement issues des traditions hindoues et bouddhistes, bien que l’on pense qu’elle soit l’équivalent de la pierre philosophale dans l’alchimie occidentale. D’autres affirment qu’il s’agit du Saint Graal original ou de l’un des nombreux joyaux de Mani.

Comme le dit l’histoire, en tant qu’instrument du divin, la pierre a conduit le progrès de l’homme et a voulu guider l’humanité dans la bonne direction.

Les puissants joyaux de Mani

Les Joyaux de Mani font référence à diverses pierres précieuses mentionnées dans la littérature bouddhiste, soit comme de véritables reliques mythiques, soit comme des métaphores de la philosophie bouddhiste.

Le joyau est d’abord apparu comme l’un des sept trésors appartenant à un roi bienveillant, juste et souverain idéal. Il apparaît également dans les récits comme un cristal purificateur d’eau qui pouvait être placé dans des eaux troubles par des moines itinérants. Cette métaphore encourageait la foi lorsqu’elle était vaincue par le doute. Une troisième représentation du joyau se trouve dans le récit du filet d’Indra. Il décrit un filet d’une taille incommensurable avec des nœuds infinis. Chaque nœud contient un joyau de Mani avec un nombre infini de facettes. Chaque bijou reflète tous les autres bijoux de la même manière que les êtres individuels sont interconnectés et indiscernables de l’ensemble.

Les textes ultérieurs décrivent différemment les joyaux de Mani et le Cintamani est apparu comme le joyau qui exauce les souhaits, censé être l’une des quatre reliques tombées du ciel lorsque le roi Lha Thothori Nyantsen régnait sur le Tibet.

Dans la tradition du bouddhisme mahayana, le Cintamani est tenu par ceux qui sont sur la voie de la bouddhéité et des moines bouddhistes. Dans la tradition bouddhiste tibétaine, le Cintamani est parfois représenté comme une perle lumineuse en possession du Bouddha. Ces joyaux ont la capacité d’éliminer la pauvreté et la souffrance.

De nombreuses représentations de divinités de différentes religions montrent qu’elles tiennent le Cintamani, indiquant leur capacité à réaliser les souhaits des êtres sensibles. Dans les légendes védiques, le premier propriétaire du bijou était le dieu Indra. Il est tombé sur la terre au cours d’une puissante bataille, permettant à ceux qui le possédaient de voir leurs souhaits exaucés.

Dans la tradition hindoue, il est lié aux dieux Vishnu et Ganesha ou représenté comme un beau joyau en possession du roi Nāga. Dans ces légendes, les Cintamani sont à nouveau des joyaux qui exaucent les souhaits et représentent l’esprit éclairé dans lequel tous les rêves s’accomplissent.

Statue du roi Naga, temple bouddhiste, Thaïlande (MrPreecha / Adobe Stock)

Statue du roi Naga, temple bouddhiste, Thaïlande ( MrPreecha / Adobe Stock)

Bien qu’il n’y ait pas de preuve solide de son existence, on pense que le Cintamani est constitué de moldavite, un verre créé lorsqu’un gros météore s’est écrasé en République tchèque, il y a 15 millions d’années. La moldavite est considérée par certains comme une énergie psychique et curative. La tablette d’émeraude qui contenait les instructions alchimiques pour la transmutation, associée à la création de la pierre philosophale, serait faite de moldavite.

Les bouddhistes croient que la pierre est venue sous la garde des illuminés et a été apportée à Shambhala, un royaume légendaire dont on dit qu’il se trouve en Asie, au nord de l’Himalaya. Ils croient qu’un roi émergera de cet endroit pour faire naître l’âge d’or. Nicholas Roerich a affirmé que Shambhala était réel et a entrepris de le trouver.

A lire :  Jinn : Histoires de maîtres de vœux à travers le temps

La quête bien financée et soutenue Nicholas Roerich

Nicholas Roerich était un artiste, un philosophe et un occultiste russe. Il a été considéré à un moment donné comme le gourou de Henry Wallace, vice-président sous l’administration Roosevelt.

Roerich et sa femme, Helena, étaient des adeptes de la théosophie, une croyance spirituelle selon laquelle un groupe de maîtres unirait toute l’humanité. Apparemment en possession d’un morceau de la pierre de Cintamani, Roerich se serait lancé dans une quête pour la rendre à Shambhala dans les années 1920.

Chant de Shambala de Nicholas Roerich, 1931 (domaine public)

Chant de Shambala de Nicholas Roerich, 1931 ( Domaine public )

Certains disent qu’il l’a reçu de la Société des Nations après que celle-ci ait échoué à établir un nouvel ordre mondial pacifique. On s’est également interrogé sur la raison pour laquelle elle lui a été donnée, bien qu’il soit indéniable qu’il avait de puissants alliés politiques.

En 1929, après son premier voyage en Asie, Roerich et plusieurs de ses associés ont officiellement rédigé un traité qu’ils espéraient voir accepté dans le monde entier. Ce traité fut connu sous le nom de « pacte Roerich ». Ils adoptèrent également la « Bannière de la paix ». Des délégués de plus de vingt pays ont participé à des conférences pour discuter du pacte en Belgique, en 1931 et 1932.

Roerich et sa femme connaissaient Roosevelt et Wallace depuis un certain temps et maintenaient la communication avec eux alors qu’ils parcouraient l’Asie pendant quatre ans aux frais de Horch, un riche courtier new-yorkais.

Le gouvernement américain a financé un deuxième voyage en 1934, lorsque Wallace était secrétaire à l’agriculture. Les Roerichs, qui n’étaient pas des scientifiques, ont été chargés de collecter des spécimens de plantes résistantes à la sécheresse.

La véritable nature des voyages de Roerich a certainement suscité des réactions politiques mitigées de la part de diverses nations, mais la relation de Nicholas Roerich avec Henry Wallace, qui est devenu vice-président des États-Unis au début des années 1930, a soulevé des questions. Dans une lettre écrite par Wallace à Roerich, il fait référence à la pierre de Cintamani et peut faire allusion à son pouvoir supposé dans l’établissement d’un nouvel ordre mondial :

« …et j’ai pensé à l’avertissement « Attendez la pierre ». Nous attendons la Pierre et nous vous accueillons à nouveau sur cette glorieuse terre du destin. »

Bannière de la paix, symbole du pacte Roerich (Yosef/ Adobe Stock)

Bannière de la paix, symbole du pacte Roerich ( Yosef/ Adobe Stock)

Alors que les Roerichs poursuivaient leur route à travers l’Asie, ils ont causé un grand malaise politique au gouvernement américain. Certains critiques croyaient que la véritable mission était de rechercher la ville sainte ou que Roerich avait concocté une couverture entièrement payée et financée pour servir ses ambitions personnelles sous sa bannière de paix. Le symbole tibétain du Cintamani est la pyramide à trois cercles – la même imagerie a été utilisée sur la bannière de Roerich. D’autres pensaient que Roerich avait un plan bien plus malfaisant.

Bien que Roerich n’ait pas atteint Shambhala, il prétend être arrivé dans un lieu tibétain qui lui est intimement lié. Wallace a finalement mis fin à tout contact avec Roerich, le traitant de « mégalomane ». Lorsque Wallace s’est présenté aux élections présidentielles après le dernier mandat de Roosevelt, « les lettres de gourou » écrites entre les deux hommes ont été rendues publiques et ont mis Wallace dans l’embarras. Il a admis s’être égaré. Roerich s’était alors installé en Inde, se soustrayant à l’impôt aux États-Unis.

Est-il possible que Roerich ait vraiment été en possession de la pierre ? Comme mentionné, Roerich avait des amis politiques puissants. En 1929, Roerich a été nommé pour le prix Nobel de la paix par l’Université de Paris. Il a reçu deux autres nominations au prix Nobel de la paix en 1932 et 1935.

A lire :  Hyperborea : Une terre mythique qui a fasciné les écrivains du monde antique

Ceux qui ont peut-être possédé la pierre rare

Si les sceptiques doutent de l’existence même des Cintamani, on ne peut pas contester le fait que des références se trouvent dans la littérature ancienne. Nous devons également nous demander pourquoi il existe des mythes et des légendes émanant de tant d’autres nations et tribus à propos de ce joyau très prisé.

Une suggestion courante est que Cintamani était un cadeau du système stellaire Sirius il y a des millions d’années. La théorie veut que cela se soit produit pendant une super vague galactique, lorsqu’une planète en orbite autour de Sirius A a explosé. Certains de ces fragments ont atteint la Terre après avoir voyagé dans l’espace. Comme ces pierres sont si rares, on dit que seules quelques personnes l’ont possédée, à savoir le roi Salomon, Alexandre le Grand et Akbar, mais le Cintamani trouvé dans la tradition orientale pourrait-il faire partie de la pierre des philosophes ?

Nature morte de l'alchimie (Alexey Kuznetsov/Adobe Stock)

Nature morte de l’alchimie ( Alexey Kuznetsov /Adobe Stock)

L’insaisissable pierre philosophale et autres joyaux incroyables

La pierre philosophale est une substance alchimique légendaire capable de transformer des métaux tels que le mercure en or ou en argent. Elle est également appelée élixir de vie, capable de rajeunir et d’assurer l’immortalité. La pierre philosophale était le symbole central de l’alchimie, symbolisant la perfection, l’illumination et la félicité céleste.

La plus ancienne mention écrite connue de la pierre philosophale est datée d’environ 300 après J.-C., bien que les alchimistes pensent qu’elle est bien plus ancienne. Elias Ashmole, un antiquaire du 17ème siècle bien connu, fonctionnaire du gouvernement, franc-maçon et alchimiste, prétend que cela remonte à Adam, qui a acquis la connaissance de la pierre auprès de Dieu.

Selon la légende, le scientifique et philosophe du XIIIe siècle Albertus Magnus, également évêque catholique allemand dominicain, aurait découvert la pierre philosophale. Magnus ne confirme pas cette découverte dans ses écrits, mais il a bien noté qu’il a été témoin de la création de l’or par transmutation.

La déesse japonaise Kisshōten tenant le joyau qui exauce les souhaits (domaine public)

La déesse japonaise Kisshōten tenant le joyau qui exauce les voeux ( Domaine public )

L’hindou Vishnu Purana parle de la Syamanta mani. Ce bijou appartenait à l’origine au dieu Soleil, qui le portait autour du cou et l’a offert à l’un de ses fidèles. Quelle que soit la terre qui possédait ce bijou, elle ne connaissait ni sécheresse, ni inondation, ni tremblement de terre, ni famine, et connaissait toujours la prospérité.

Au Japon, la déesse Kisshōten est couramment représentée tenant la gemme Nyoihōju qui, dit-on, exauce tous les souhaits.

Les Cintamani dans l’art et le pouvoir des trois

Hans Memling, peintre allemand du XVe siècle, a peint le Christ avec une amulette de Cintamani autour du cou. Mais le Cintamani a également été utilisé dans l’art dans d’autres civilisations du monde.

Le Christ entouré d'anges musiciens par Hans Memling, 1480s (domaine public)

Le Christ entouré d’anges musiciens par Hans Memling, 1480s ( Domaine public )

Du XIVe au XVIe siècle, des tapis blancs Selendi ont été produits en Turquie. Un dessin particulier est appelé le tapis Cintamani. Le motif de trois cercles groupés en triangle flottant sur deux lignes ondulées est répété dans tout le tapis.

Modèle turc Cintamani sans couture (EnginKorkmaz/ Adobe Stock)

Modèle turc Cintamani sans couture ( EnginKorkmaz/ Adobe Stock)

Ce motif était si populaire qu’il était utilisé dans les vêtements de l’élite et des cours royales de l’Empire ottoman, et de nombreux tapis cintamani étaient commandés par les sultans.

On trouve également des légendes de trois trésors sacrés dans de nombreuses civilisations, dont on pense qu’ils ont été donnés par les dieux. Par exemple, les trois trésors sacrés du Japon sont l’épée pour la bravoure, le miroir pour la sagesse et le joyau pour la bienveillance. On pense que l’empereur a été choisi par les dieux et qu’il a reçu ces trois trésors pour assurer son succès en tant que souverain. Le symbole hiéroglyphique égyptien de l’étoile, Sirius, ressemble beaucoup à ces trois objets, étant un obélisque (épée), un demi-cercle (miroir) et une étoile (bijou). La réapparition de Sirius signifiait la crue annuelle du Nil et était représentée par Sopdet, la déesse de la fertilité et de l’abondance.

A lire :  Les archéologues ont peut-être découvert le lieu de naissance du roi Arthur : Les légendes prennent vie ?

Le symbolisme de trois est commun et se retrouve dans la sainte trinité ; les trois étapes physiques de la vie (représentées par la spirale celtique de la vie qui ressemble au Cintamani) ; la trinité des électrons, des neutrons et des protons ; le concept de corps, d’esprit et d’âme ; la mère, le père et l’enfant… La liste est longue.

Symbole de la spirale de vie celtique (markus dehlzeit/ Adobe Stock)

Symbole de la spirale de vie celtique ( markus dehlzeit / Adobe Stock)

Que le Cintamani soit un ancien symbole religieux ou qu’il soit lié aux visiteurs de Sirius, il a capté l’imagination de beaucoup, y compris des francs-maçons, à travers les âges.

Les francs-maçons et la tribu Dogon

Robert Temple, auteur du Mystère Sirius, a retracé l’histoire du peuple Dogon et de ses rencontres avec les Siriens. Lors de la publication de son livre, il a été invité à devenir un initié des francs-maçons. Bien que Temple n’ait pas pu trouver de preuve que les francs-maçons aient été en contact direct avec les missionnaires Sirius dans le passé, il a trouvé des indices intrigants les reliant à l’étoile Sirius, notamment l’œil dans le symbole du triangle qui repose sur la pyramide du sceau américain.

Les Dogons affirment avoir reçu la visite de missionnaires siriens. Pour prouver leurs dires, ils ont révélé certaines des informations obscures qui leur avaient été données, notamment la connaissance du groupement de trois étoiles de Sirian, ainsi que la connaissance des lunes entourant certaines planètes lointaines. De telles informations ne pouvaient être acquises que par l’observation avec des télescopes de grande puissance, un luxe que ces tribus ne possédaient pas.

Masque Satibe et danse Dogon, Mali (michelealfieri / Adobe Stock)

Masque Satibe et danse Dogon, Mali ( michelealfieri / Adobe Stock)

Les croyants soutiennent que la pierre de Cintamani a été apportée sur Terre par des missionnaires siriens afin de créer une civilisation mondiale unique basée sur le soutien mutuel et l’égalité.

C’est Wallace, à l’origine partisan de Roerich et franc-maçon, qui a proposé à Roosevelt, autre maçon de haut rang, d’imprimer sur la monnaie l’œil qui voit tout au-dessus d’une pyramide. L’œil de la Providence était déjà un symbole que les pères fondateurs avaient incorporé dans le grand sceau des États-Unis. La tribu Dogon l’appelle « l’œil de l’univers ».

Avec toutes les facettes de cette incroyable pierre, peut-être le roi du monde et sa pierre de Cintamani feront-ils connaître leur présence à tout le monde.

Image du haut : Moldavite, roche de silice vitreuse verte trouvée en Bohême du Sud Source : KPixMining/ Adobe Stock

Par Michelle Freson

.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!