La pollution sonore est une menace majeure pour de nombreux types d’animaux, selon une étude

Nous savons que la pollution sonore est néfaste pour l’homme, car elle augmente le risque de problèmes de santé comme le stress, les maladies cardiaques et les acouphènes, ainsi que les troubles cognitifs chez les enfants. Nous savons également qu’elle nuit à de nombreux autres animaux, comme les oiseaux chanteurs, les dauphins et les baleines.

Cependant, selon une nouvelle étude, le bruit humain est un « polluant global majeur » qui nuit à un plus grand nombre de vies animales que nous avons tendance à le penser. Publiée dans la revue Biology Letters, l’étude suggère que la pollution sonore nuit non seulement à de nombreux animaux, mais menace également la survie de plus de 100 espèces différentes. Ces espèces proviennent de tout le règne animal, selon l’étude, y compris les amphibiens, les arthropodes, les oiseaux, les poissons, les mammifères, les mollusques et les reptiles, vivant à la fois sur terre et dans l’eau.

Et malgré les nombreuses différences évidentes entre ces divers groupes d’animaux, les espèces de chaque groupe présentent des réactions étonnamment similaires à la pollution sonore.

« L’étude a mis en évidence que la pollution sonore affecte les sept groupes d’espèces, et que les différents groupes ne diffèrent pas dans leur réaction au bruit », déclare l’auteur principal, Hansjoerg Kunc, maître de conférences en biologie et comportement animal à l’université Queen’s de Belfast, dans une déclaration.

Compte tenu de l’ampleur et de la constance des dommages causés à tant de créatures différentes, cela laisse supposer que la pollution sonore affectant les animaux est la norme et non l’exception. Et en plus de sensibiliser aux dangers de la pollution sonore, ces résultats « fournissent également les preuves quantitatives nécessaires aux organes législatifs pour réglementer plus efficacement ce facteur de stress environnemental », écrivent les chercheurs.

A lire  Les Robins américains émigrent 12 jours plus tôt qu'il y a 25 ans

Comment les animaux réagissent à la pollution sonore

La pollution sonore est désormais largement reconnue comme un danger pour la santé humaine, mais comme le souligne l’Organisation mondiale de la santé (OMS), elle continue de s’aggraver dans une grande partie du monde, souvent sans le type de réglementation qui limite les autres formes de pollution.

Ce n’est que relativement récemment que nous avons commencé à révéler comment la pollution sonore affecte la faune et la flore, et bien que cela ait « conduit à un certain nombre d’excellentes études expérimentales », les chercheurs écrivent, « les études uniques ne peuvent pas fournir des évaluations quantitatives globales sur les effets potentiels du bruit sur les différentes espèces ». Ce type d’analyse générale est important, expliquent-ils, car elle peut à la fois éclairer les efforts de conservation et nous aider à apprendre comment l’écologie évolutive rend les espèces plus ou moins sensibles aux humains bruyants.

Pour cette nouvelle étude, Konc et le co-auteur Rouven Schmidt ont réalisé une méta-analyse, en examinant une série d’études publiées sur la façon dont les animaux non humains réagissent à la pollution sonore. En intégrant les résultats de ces études et en les analysant ensemble, ils ont identifié plusieurs menaces liées à la pollution sonore qui pourraient affecter la survie et les tendances démographiques d’un grand nombre d’animaux.

De nombreuses espèces dépendent des signaux acoustiques pour communiquer, par exemple, de nombreux amphibiens, oiseaux, insectes et mammifères qui utilisent le son pour des activités vitales comme la recherche de partenaires ou la mise en garde contre les prédateurs. Si la pollution sonore noie suffisamment ces messages, entravant leur capacité à se reproduire ou à fuir un danger mortel, elle peut menacer la survie et la stabilité de leur population.

A lire  Ce serpent est-il venimeux ?

D’autre part, si la pollution sonore rend certains animaux plus vulnérables aux prédateurs, elle peut aussi avoir l’effet inverse, en rendant plus difficile pour certains prédateurs de trouver de la nourriture. Les chauves-souris et les hiboux dépendent du son pour chasser, par exemple, ce qui peut ne pas fonctionner si la pollution sonore masque les sons subtils de leurs proies. Même si la pollution sonore est faible ou intermittente, elle peut les obliger à passer plus de temps et d’énergie à chercher de la nourriture, ce qui pourrait suffire à déclencher un déclin.

La pollution sonore est un risque bien connu pour les baleines et les dauphins, mais elle menace également d’autres animaux aquatiques. Les chercheurs citent les larves de poissons, qui sont instinctivement attirées par les sons des récifs coralliens. C’est ainsi qu’elles trouvent des habitats appropriés, mais si leur voyage est trop bruyant à cause des navires et d’autres sources humaines, davantage de larves de poissons peuvent se perdre ou se déplacer dans des récifs de moindre qualité, ce qui peut réduire leur durée de vie.

De même, la pollution sonore influence la façon dont les animaux migrent, ce qui peut avoir des effets d’entraînement sur les écosystèmes le long des routes de migration. Certains oiseaux migrateurs évitent les zones de pollution sonore, notent les chercheurs, ce qui peut modifier non seulement leurs déplacements, mais aussi l’endroit où ils s’établissent à long terme et élèvent leurs petits. De nombreux écosystèmes et espèces non migratoires en sont venus à dépendre de l’arrivée des oiseaux migrateurs, et beaucoup d’autres peuvent ne pas être préparés à leurs détours impromptus, ce qui pourrait déclencher une cascade de changements écologiques.

A lire  Les pandas rouges sont en fait deux espèces distinctes

« Cette étude quantitative à grande échelle fournit des preuves significatives que la pollution sonore doit être considérée comme une forme grave de changement et de pollution environnementale d’origine humaine, illustrant la manière dont elle affecte tant d’espèces aquatiques et terrestres », déclare M. Kunc. « Le bruit doit être considéré comme un polluant global et nous devons développer des stratégies pour protéger les animaux du bruit pour leur subsistance ».

Aussi nocive que puisse être la pollution sonore, il y a cependant lieu d’espérer. Contrairement à la pollution chimique, dont l’héritage toxique persiste souvent dans l’environnement pendant des années, la pollution sonore n’existe que tant que des personnes ou des machines font du bruit. Dans ce cas, au lieu de nettoyer un autre gâchis, il suffit de se calmer.

Bouton retour en haut de la page