L’amorçage et la psychologie de la mémoire

En psychologie, l’amorçage est une technique dans laquelle l’introduction d’un stimulus influence la façon dont les gens réagissent à un stimulus ultérieur. L’amorçage fonctionne en activant une association ou une représentation dans la mémoire juste avant l’introduction d’un autre stimulus ou d’une autre tâche. Ce phénomène se produit sans que nous en ayons conscience, mais il peut avoir un impact majeur sur de nombreux aspects de notre vie quotidienne.

Qu’est-ce que l’amorçage ?

Il existe de nombreux exemples différents du fonctionnement de cet amorçage. Par exemple, exposer quelqu’un au mot « jaune » provoquera une réaction plus rapide au mot « banane » qu’à des mots sans rapport comme « télévision ». Comme le jaune et la banane sont plus étroitement liés dans la mémoire, les gens réagissent plus rapidement lorsque le deuxième mot est présenté.

L’amorçage peut fonctionner avec des stimuli qui sont liés de diverses manières. Par exemple, les effets d’amorçage peuvent se produire avec des stimuli liés à la perception, à la langue ou au concept. L’amorçage peut également avoir des applications prometteuses dans le monde réel en tant qu’aide à l’apprentissage et à l’étude.

L’amorçage est nommé ainsi pour évoquer l’imagerie d’un puits d’eau en cours d’amorçage. Une fois que le puits a été amorcé, l’eau peut être produite par la suite à chaque fois qu’il est mis en marche. Une fois que l’information a été amorcée en mémoire, elle peut être récupérée plus facilement en conscience.

Types

Il existe plusieurs types d’amorçage en psychologie. Chacun fonctionne d’une manière spécifique et peut avoir des effets différents.

  • Amorçage positif et négatif décrit comment l’amorçage influence la vitesse de traitement. L’amorçage positif rend le traitement plus rapide et accélère la récupération de la mémoire, tandis que l’amorçage négatif le ralentit.
  • Amorçage sémantique implique des mots qui sont associés de manière logique ou linguistique. L’exemple précédent, qui consiste à répondre plus rapidement au mot « banane » après avoir été amorcé par le mot « jaune », est un exemple d’amorçage sémantique.
  • Amorçage associatif implique l’utilisation de deux stimuli qui sont normalement associés l’un à l’autre. Par exemple, « chat » et « souris » sont deux mots qui sont souvent liés l’un à l’autre dans la mémoire, de sorte que l’apparition de l’un des mots peut amener le sujet à réagir plus rapidement lorsque le second mot apparaît.
  • Amorçage répété se produit lorsqu’un stimulus et une réponse sont associés de manière répétée. De ce fait, les sujets sont plus susceptibles de répondre d’une certaine manière plus rapidement à chaque fois que le stimulus apparaît.
  • Amorçage perceptuel implique des stimuli qui ont des formes similaires. Par exemple, le mot « chèvre » suscitera une réponse plus rapide lorsqu’il est précédé du mot « bateau », car les deux mots sont perceptivement similaires.
  • Amorçage conceptuel implique une stimulation et une réponse qui sont liées sur le plan conceptuel. Des mots tels que « bureau » et « chaise » sont susceptibles de produire des effets d’amorçage parce qu’ils appartiennent à la même catégorie conceptuelle.
  • Amorçage masqué implique qu’une partie du stimulus initial soit masquée d’une manière ou d’une autre, comme avec les marques de hachage. Même si l’ensemble du stimulus n’est pas visible, il évoque quand même une réponse. Les mots dans lesquels certaines lettres sont masquées sont un exemple d’amorçage masqué.
A lire :  L'expérience du Petit Albert

Le processus d’amorçage

Les psychologues pensent que les unités (ou schémas) d’information sont stockées dans la mémoire à long terme. L’activation de ces schémas peut être augmentée ou diminuée de diverses manières. Lorsque l’activation de certaines unités d’information est augmentée, ces mémoires deviennent plus faciles d’accès. Lorsque l’activation est diminuée, les informations ont moins de chances d’être récupérées de la mémoire.

L’amorçage suggère que certains schémas ont tendance à être activés à l’unisson. En activant certaines unités d’information, des unités liées ou connectées deviennent également actives.

Alors, pourquoi serait-il utile que des schémas connexes soient activés et plus accessibles ? Dans de nombreux cas, le fait de pouvoir mémoriser plus rapidement les informations connexes pourrait aider les gens à réagir plus rapidement lorsque le besoin s’en fait sentir.

Par exemple, les schémas liés aux tempêtes de pluie et aux routes glissantes peuvent être étroitement liés dans la mémoire. Lorsque vous voyez qu’il pleut, des souvenirs concernant l’état éventuel des routes glissantes peuvent également vous venir à l’esprit. Comme votre esprit a été préparé à penser à ces informations, vous serez peut-être mieux à même de réfléchir et de réagir rapidement lorsque vous rencontrerez un tronçon de route dangereux et humide sur le chemin du retour du travail.

Impact sur le monde réel

L’amorçage a été observé de diverses manières dans les laboratoires de recherche en psychologie, mais quel est son impact réel dans le monde réel ?

Comment vous percevez le monde

Le récent phénomène viral Yanny/Laurel est un exemple de la manière dont l’amorçage peut influencer la perception de l’information. Un échantillon sonore ambigu a été téléchargé par un utilisateur en ligne avec un sondage demandant ce que les gens ont entendu.

A lire :  Définition de la psychologie industrielle et organisationnelle

Certaines personnes ont distinctement entendu « Yanny », tandis que d’autres ont clairement entendu « Laurel ». Certaines personnes ont même déclaré être capables de passer d’un mot à l’autre.

En raison de l’ambiguïté auditive, les psychologues suggèrent que les gens comptent sur les effets d’amorçage pour déterminer ce qu’ils sont plus susceptibles d’entendre.

Les recherches suggèrent que nous n’entendons pas en analysant les fréquences des bruits qui entrent dans nos oreilles et en déterminant ensuite les mots que ces fréquences forment.

Nous utilisons plutôt ce que l’on appelle le traitement descendant. Notre cerveau reconnaît d’abord certains sons comme la parole. Ensuite, il utilise des indices contextuels pour interpréter la signification de ces sons.

Cela peut aider à expliquer pourquoi les gens interprètent souvent mal les paroles des chansons. Lorsque le son est ambigu, votre cerveau comble les informations manquantes du mieux qu’il peut. Des effets d’amorçage peuvent alors entrer en jeu. Si vous êtes prêt à interpréter une parole d’une manière particulière, vous aurez plus de chances de l’entendre d’une certaine manière en fonction de cette amorce.

Lorsqu’il s’agit d’entendre Yanny ou Laurel, le simple fait d’être conscient de la nature du clip audio viral vous incite à l’entendre comme l’un ou l’autre. Le fait que les gens qui ont entendu le clip s’attendaient déjà à entendre Yanny ou Laurel les a incités à entendre l’un ou l’autre de ces deux mots plutôt qu’un autre mot.

Dans ce cas, des facteurs liés à la qualité du son et à la capacité d’audition ont également joué un rôle. Les jeunes dont les dommages auditifs liés à l’âge étaient moins importants étaient plus susceptibles d’entendre « Yanny » parce que leurs oreilles sont mieux capables de détecter les sons de haute fréquence. Ceux qui ont entendu « Laurel » avaient tendance à n’entendre que les sons de basse fréquence.

Comment vous comportez-vous ?

Dans une étude, les chercheurs ont implicitement amorcé les participants avec des mots couramment associés aux stéréotypes sur les personnes âgées. En quittant la cabine d’essai, les personnes qui avaient été amorcées avec des mots liés aux personnes âgées étaient plus susceptibles de marcher plus lentement que les participants qui n’avaient pas été amorcés.

A lire :  Qu'est-ce que le comportement passif-agressif ?

Une étude publiée dans la revue Aging and Mental Health a révélé que le fait d’inculquer aux participants des stéréotypes négatifs sur le vieillissement avait des effets plus négatifs sur les comportements et les évaluations de soi. Le fait d’inculquer aux participants ces stéréotypes négatifs sur le vieillissement a entraîné un sentiment accru de solitude et une augmentation de la fréquence des demandes d’aide.

En d’autres termes, les stéréotypes sur la solitude et l’impuissance des personnes âgées ont en fait conduit les gens à se sentir plus seuls et à agir de manière plus impuissante.

Les chercheurs suggèrent que le fait d’être exposé à de tels stéréotypes liés à l’âge peut entraîner une dépendance accrue et une auto-évaluation plus faible des capacités et du fonctionnement chez les personnes âgées.

Comment apprendre

Les enseignants et les éducateurs peuvent également utiliser l’initiation comme un outil d’apprentissage. Certains élèves ont de meilleurs résultats lorsqu’ils savent à quoi s’attendre. S’attaquer à un nouveau matériel peut parfois être intimidant, mais amorcer les élèves en leur présentant des informations avant le début d’une leçon peut aider.

L’amorçage est souvent utilisé comme une intervention éducative pour les étudiants présentant certains troubles de l’apprentissage. Le nouveau matériel est présenté avant d’être enseigné, ce qui permet à l’élève de se familiariser avec lui.

Par exemple, les élèves peuvent être autorisés à « prévisualiser » les livres ou le matériel qui seront utilisés dans le cadre d’une leçon. Comme ils connaissent déjà les informations et le matériel, ils peuvent être plus attentifs pendant la leçon.

Un mot de Troovez.com

Bien que l’amorçage ait lieu en dehors de la conscience, ce phénomène psychologique peut jouer un rôle important dans votre vie quotidienne. Qu’il s’agisse d’influencer la façon dont vous interprétez les informations ou votre comportement, l’amorçage peut jouer un rôle dans vos perceptions, vos émotions et vos actions.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!