Le but des rêves communs

La question de savoir pourquoi nous rêvons fascine les philosophes et les scientifiques depuis des milliers d’années. Malgré les recherches scientifiques sur la fonction des rêves, nous n’avons toujours pas de réponse solide à la question de savoir pourquoi nous rêvons. Mais, bien que beaucoup de choses restent incertaines sur le rêve, de nombreux experts ont élaboré des théories sur la finalité des rêves et de nouvelles recherches empiriques apportent une plus grande clarté.

Certaines des théories du rêve les plus répandues soutiennent que la fonction du rêve est de consolider les souvenirs, de traiter les émotions, d’exprimer nos désirs les plus profonds et de s’entraîner à affronter les dangers potentiels.

Beaucoup suggèrent que nous rêvons pour une combinaison de ces raisons et d’autres encore plutôt que d’adhérer à une théorie singulière. En outre, alors que de nombreux chercheurs pensent que le rêve est essentiel au bien-être mental, émotionnel et physique, certains scientifiques suggèrent que les rêves ne servent pas du tout de but réel.

En fin de compte, si de nombreuses théories ont été proposées, aucun consensus ne s’est dégagé sur les raisons pour lesquelles nous rêvons.

7 théories sur les raisons de nos rêves

Qu’est-ce qu’un rêve ?

Un rêve comprend les images, les pensées et les émotions qui sont vécues pendant le sommeil. Les rêves peuvent être extraordinairement intenses ou émotionnels, mais aussi très vagues, fugaces, déroutants ou même ennuyeux. Certains rêves sont joyeux, tandis que d’autres sont effrayants ou tristes. Parfois, les rêves semblent avoir une narration claire, tandis que beaucoup d’autres semblent n’avoir aucun sens.

Il y a beaucoup d’inconnues sur les rêves et le sommeil, mais ce que les scientifiques savent, c’est que presque tout le monde rêve chaque fois qu’il dort, pour un total d’environ deux heures par nuit, qu’il s’en souvienne ou non au réveil.

Les rêves les plus vivants se produisent pendant le sommeil à mouvements oculaires rapides (REM), et ce sont les rêves dont nous sommes le plus susceptibles de nous souvenir. Nous rêvons également pendant le sommeil sans mouvements oculaires rapides (non REM), mais ces rêves sont connus pour être moins souvent rappelés et avoir un contenu plus banal.

L’étude des rêves est particulièrement délicate car ils se produisent cachés dans la tête des gens.

Traditionnellement, le contenu des rêves est mesuré par les souvenirs subjectifs du rêveur au moment de son réveil. Cependant, de plus en plus, l’observation se fait également par le biais d’une évaluation objective dans un laboratoire.

Dans une étude, les chercheurs ont même créé une carte rudimentaire du contenu des rêves qui a permis de suivre en temps réel les rêves des gens grâce à des modèles d’imagerie par résonance magnétique (IRM), qui ont été confirmés par les rapports des rêveurs au réveil.

Mais au-delà de ce qui se trouve dans un rêve particulier, il y a la question de savoir pourquoi nous rêvons tout court. Nous détaillons ci-dessous les principales théories sur le but du rêve et la manière dont ces explications peuvent être appliquées à des rêves spécifiques.

Les rêves fournissent une expression inconsciente

En accord avec la perspective psychanalytique, la théorie des rêves de Sigmund Freud suggère que les rêves représentent des désirs, des pensées, des souhaits et des motivations inconscients. Selon la vision de la personnalité de Freud, les gens sont mus par des désirs refoulés et des pensées primitives, comme les instincts agressifs et sexuels, qui sont détournés de la conscience consciente.

Si de nombreuses affirmations de Freud ont été démenties, certains experts estiment que l’idée selon laquelle les pensées refoulées apparaissent souvent dans les rêves est valable. En fait, les recherches suggèrent qu’il existe un effet de rebondissement des rêves, également connu sous le nom de théorie du rebondissement des rêves, dans lequel la suppression de quelque chose tend à entraîner le rêve de cette chose.

Vos voeux les plus chers

Freud croyait que les désirs refoulés trouvent leur chemin dans notre conscience via nos rêves. Freud a également trouvé une signification symbolique aux images apparemment aléatoires et au contenu émotionnel qui composent les rêves, créant ainsi une méthode d’interprétation des rêves.

Le but des rêves dans le cadre de cette idéologie est de faire remonter à la surface ces souhaits refoulés et ces désirs les plus profonds afin que le rêveur puisse affronter et réconcilier ces sentiments refoulés. Dans son célèbre livre « L’interprétation des rêves », Freud a écrit que les rêves sont « des accomplissements déguisés de désirs réprimés ».

Il a également décrit deux composantes différentes des rêves : le contenu manifeste et le contenu latent. Le contenu manifeste est constitué des images, des pensées et du contenu réels contenus dans le rêve, tandis que le contenu latent représente la signification psychologique cachée du rêve.

La théorie de Freud a contribué à l’essor de l’interprétation des rêves, qui reste populaire aujourd’hui. Si les recherches n’ont pas réussi à démontrer que le contenu manifeste dissimule la signification psychologique réelle d’un rêve, de nombreux experts estiment néanmoins que les rêves jouent un rôle important dans le traitement des émotions et des expériences stressantes.

Les rêves sont un sous-produit du traitement mental

Selon le modèle d’activation-synthèse du rêve, qui a été proposé pour la première fois par J. Allan Hobson et Robert McCarley en 1977, les circuits du cerveau sont activés pendant le sommeil paradoxal. Ce processus amène les zones du système limbique impliquées dans les émotions, les sensations et les souvenirs, y compris l’amygdale et l’hippocampe, à créer un ensemble d’impulsions électriques cérébrales.

Selon cette théorie, le cerveau synthétise et interprète cette activité interne et tente de trouver un sens à ces signaux, que nous vivons comme des rêves.

Ce modèle suggère que les rêves sont une interprétation subjective de ces signaux générés par le cerveau pendant le sommeil. Lorsque nous nous réveillons, notre esprit actif rassemble les différentes images et les fragments de mémoire du rêve pour créer un récit cohérent.

Le hasard prend tout son sens

Alors que cette théorie soutient que les rêves ne remplissent pas une fonction utile en soi, la théorie de Hobson ne soutient pas que les rêves sont complètement dénués de sens. Au contraire, il suggère que le rêve est « notre état de conscience le plus créatif, un état dans lequel la recombinaison chaotique et spontanée des éléments cognitifs produit de nouvelles configurations d’informations : de nouvelles idées ».

Bien que beaucoup, voire la plupart de ces idées soient absurdes, si même quelques-uns de ses produits fantaisistes sont vraiment utiles, notre temps de rêve n’aura pas été gaspillé » Dans l’hypothèse de l’activation-synthèse, les rêves ne sont rien d’autre qu’une compilation de pensées, d’images et de souvenirs aléatoires qui apparaissent à l’esprit endormi.

Mais lorsque nous nous réveillons, nous rassemblons les images en une histoire pour donner un sens à l’expérience. De cette façon, les rêves qui semblent n’avoir aucun fondement factuel ou signification significative peuvent finalement inciter le rêveur à établir de nouvelles connexions, à inspirer des idées utiles ou à générer des épiphanies dans sa vie éveillée.

Les rêves trient et consolident les souvenirs

Selon la théorie du traitement de l’information, l’une des principales explications de notre sommeil est que le sommeil nous permet de consolider et de traiter toutes les informations et les souvenirs que nous avons recueillis au cours de la journée précédente. Certains spécialistes du rêve suggèrent que le rêve est un sous-produit ou même une partie active de ce traitement de l’expérience.

Ce modèle est également connu sous le nom de théorie de l’auto-organisation du rêve, qui explique que le rêve est un effet secondaire de l’activité neuronale du cerveau lorsque les souvenirs sont consolidés pendant le sommeil. Pendant ce processus de redistribution inconsciente de l’information, il est suggéré que les souvenirs sont soit renforcés soit affaiblis.

Selon la théorie de l’auto-organisation du rêve, pendant que nous rêvons, les souvenirs utiles se renforcent, tandis que les moins utiles s’effacent.

La recherche soutient cette théorie, en constatant une amélioration des tâches complexes lorsqu’une personne rêve de les accomplir. Des études montrent également que pendant le sommeil paradoxal, les ondes thêta de basse fréquence sont plus actives dans le lobe frontal, tout comme elles le sont lorsque les personnes apprennent, stockent et se souviennent d’informations lorsqu’elles sont éveillées.

Le filtre de la mémoire

Pendant nos heures de conscience, nous accumulons une multitude de données et de souvenirs – trop pour se souvenir de chacun d’entre eux de manière vivante. Selon cette théorie, lorsque nous rêvons, notre cerveau trie, condense et classe toutes ces informations. Ce processus se manifeste dans notre esprit endormi sous forme d’images, d’impressions et de récits (comme dans les rêves) qui font écho à toute l’activité et aux pensées qui se déroulent dans notre vie.

En fait, les chercheurs ont montré que lorsque les souvenirs passent du stockage à court terme au stockage à long terme, des fragments de mémoire sont créés qui apparaissent dans les rêves. Ainsi, selon cette théorie, votre rêve bizarre ou absurde peut être un éclair de souvenirs car ils sont effacés ou mélangés à d’autres qui sont destinés à un stockage à long terme.

Les rêves stimulent la créativité

Une autre théorie sur les rêves dit que leur but est de nous aider à résoudre les problèmes. Dans cette théorie de la créativité du rêve, l’esprit sans contrainte et inconscient est libre d’errer dans son potentiel illimité tout en étant libéré des réalités souvent étouffantes du monde conscient. En fait, la recherche a montré que le rêve est un promoteur efficace de la pensée créative.

Un groupe de réflexion nocturne

Se complaire dans l’absurdité ou le contenu non conventionnel de vos rêves peut inspirer des épiphanies si vous êtes réceptif aux messages. Les recherches scientifiques et les preuves anecdotiques confirment que de nombreuses personnes réussissent à s’inspirer de leurs rêves et à les créditer de leurs grands « aha ».

Plus précisément, la capacité à établir des liens inattendus entre les souvenirs et les idées (comme cela se produit dans de nombreux rêves) s’avère souvent être un terrain particulièrement fertile pour la créativité.

Les rêves sont votre vie en images

Selon l’hypothèse de la continuité, les rêves fonctionnent comme un reflet de la vie réelle d’une personne, incorporant des expériences conscientes dans leurs rêves. Mais plutôt qu’une simple répétition de la vie éveillée, les rêves apparaissent comme un patchwork de fragments de mémoire.

Cependant, cette théorie n’explique pas pourquoi certaines parties de la vie éveillée, comme les éléments les plus gênants, effrayants ou émotionnellement plus forts, sont souvent rejoués en rêve alors que d’autres moments ne le sont pas.

Cependant, des études montrent que le sommeil non-REM peut être plus impliqué dans la mémoire déclarative (les choses les plus ennuyeuses et routinières), alors que les rêves REM comprennent des souvenirs plus émotionnels et instructifs. Ainsi, comme les recherches montrent que nous ne nous souvenons pas autant des rêves non-REM, nous pouvons simplement ne pas nous souvenir de tout le contenu de base, quotidien, dont nous avons pu rêver la nuit précédente.

Répétitions nocturnes

Dans l’hypothèse de la continuité, les rêves rejouent les expériences de la vie éveillée, mais seules des expériences sélectives de la vie réelle sont incluses. Les souvenirs peuvent être fragmentés à dessein dans nos rêves dans le cadre de l’intégration de nouveaux apprentissages et expériences dans la mémoire à long terme. Néanmoins, de nombreuses questions restent sans réponse sur la raison pour laquelle certains aspects des souvenirs sont plus ou moins présents dans nos rêves.

Préparer et protéger les rêves

Les théories de l’instinct primitif de répétition et de la stratégie adaptative du rêve proposent que nous rêvions pour mieux nous préparer et pour affronter les dangers du monde réel. Le rêve en tant que fonction de simulation sociale ou de simulation de menace offre au rêveur un environnement sûr dans lequel il peut pratiquer des compétences importantes, en particulier celles qui sont potentiellement dangereuses, comme par exemple la fuite d’un animal sauvage.

Ainsi, tout en rêvant, nous affinons nos instincts de combat ou de vol pour nous donner un potentiel de survie accru et nous nous dotons de la capacité mentale nécessaire pour gérer de tels scénarios, de l’effrayant à l’embarrassant, s’ils se produisent en réalité.

Pratique de combat ou de vol en réalité virtuelle

Selon la théorie de la simulation de la menace, notre cerveau endormi utilise notre ancien mécanisme de défense de combat ou de fuite pour nous préparer à des scénarios mettant notre vie en danger, comme fuir un poursuivant ou tomber d’une falaise. La théorie suggère que la pratique ou la répétition de ces compétences dans nos rêves nous donne un avantage évolutif et aide à expliquer pourquoi tant de rêves contiennent un contenu effrayant, dramatique ou intense.

En outre, ce modèle de simulation permet de donner un sens aux récits de rêves souvent embarrassants, stressants, chargés d’émotion ou maladroits que beaucoup d’entre nous vivent, comme se montrer nu quelque part, aller aux toilettes en public ou oublier d’étudier pour un examen final. Cette théorie soutient que ces rêves sont destinés à nous aider à éviter, à faire face ou à supporter ces expériences dans le monde réel.

Les rêves aident à traiter les émotions

Selon la théorie de la régulation émotionnelle des rêves, la fonction des rêves est de nous aider à traiter et à faire face à nos émotions ou traumatismes dans l’espace sûr du sommeil.

Les recherches montrent que l’amygdale, qui participe au traitement des émotions, et l’hippocampe, qui joue un rôle essentiel dans la condensation de l’information et le passage du stockage de la mémoire à court terme au stockage de la mémoire à long terme, sont actifs pendant les rêves vifs et intenses, ce qui montre un lien étroit entre le rêve, le stockage de la mémoire et le traitement des émotions.

Cette théorie suggère que le sommeil paradoxal joue un rôle vital dans la régulation du cerveau émotionnel. Elle permet également d’expliquer pourquoi tant de rêves sont émotionnellement vivants et le fait que les expériences émotionnelles ou traumatisantes ont tendance à se répéter. En fait, des recherches ont montré un lien entre la capacité à traiter les émotions et la quantité de sommeil paradoxal qu’une personne reçoit.

Il est intéressant de noter que les recherches font également état d’une empathie accrue chez les personnes qui partagent leurs rêves avec d’autres, ce qui indique une autre façon dont les rêves peuvent nous aider à faire face en favorisant le soutien communautaire et interpersonnel.

Psychothérapie pendant le sommeil

Le modèle de régulation émotionnelle propose que les rêves fonctionnent comme une forme de psychothérapie, permettant au rêveur d’établir des liens entre différentes pensées et émotions, de relever des défis et de faire face à des expériences troublantes dans un environnement sûr.

Ce point de vue de rêve à guérison est étayé par le contenu souvent chargé d’émotion que beaucoup de gens rapportent dans leurs rêves. Les nombreuses similitudes de contenu et les rêves communs partagés par les rêveurs peuvent également contribuer à promouvoir l’empathie, la compréhension et l’identité partagée, ce qui peut constituer un autre avantage évolutif du rêve.

De plus, des recherches ont montré que les transmetteurs de stress sont moins actifs pendant les rêves, ce qui peut aider à traiter les événements troublants et favoriser la guérison psychologique car les gens sont plus détendus pendant leur sommeil. De nombreuses personnes souffrant de troubles de l’humeur et de stress post-traumatique ont des difficultés à dormir, et certains chercheurs pensent que l’absence de rêves peut contribuer à leur maladie.

Autres théories sur les raisons de nos rêves

De nombreuses autres théories ont été proposées pour expliquer pourquoi nous rêvons. L’une d’entre elles soutient que les rêves sont le résultat des efforts de notre cerveau pour interpréter les stimuli externes (tels que l’aboiement d’un chien, la musique ou les pleurs d’un bébé) pendant le sommeil.

Une autre théorie utilise une métaphore informatique pour rendre compte des rêves. Selon ce modèle, les rêves servent à « nettoyer » le désordre de l’esprit, en rafraîchissant le cerveau pour le lendemain. La théorie de l’apprentissage inverse suggère que nous rêvons pour oublier. Notre cerveau possède des milliers de connexions neuronales entre les souvenirs – trop nombreuses pour que nous puissions tous nous en souvenir.

Ce point de vue soutient donc que le but du rêve est d’examiner et d’éliminer ces liens. Dans la théorie de l’activation continue, nous rêvons simplement pour maintenir le cerveau actif pendant notre sommeil, afin qu’il continue à fonctionner correctement.

Rêve lucide

Les rêves lucides sont des rêves dans lesquels le rêveur a conscience d’être dans un rêve et a souvent un certain contrôle pour diriger le contenu du rêve. Ces rêves sont relativement rares. Les recherches indiquent qu’environ 50 % des personnes se souviennent avoir fait au moins un rêve lucide dans leur vie et un peu plus de 10 % déclarent en faire régulièrement (deux fois par mois ou plus).

On ignore pourquoi certaines personnes font plus souvent des rêves lucides que d’autres. Si les experts ne savent pas exactement pourquoi ni comment les rêves lucides se produisent, des recherches préliminaires indiquent que les régions préfrontales et pariétales du cerveau jouent un rôle important dans ce type de rêves.

En fait, le rêve lucide a été comparé à la popularité des casques de réalité virtuelle et des jeux vidéo hyperréalistes, offrant aux rêveurs lucides l’expérience ultime, complètement sûre, immersive et autodirigée d’un paysage de rêve, illimitée par les contraintes du monde réel.

Les méthodes d’entraînement potentielles pour induire le rêve lucide comprennent l’entraînement cognitif, la stimulation externe pendant le sommeil et les médicaments. Bien que ces méthodes soient prometteuses, aucune n’a été rigoureusement testée ni n’a démontré son efficacité.

Ce qui est clair, c’est qu’un lien fort a été trouvé entre le rêve lucide et la pensée et la production créative hautement imaginatives. En fait, si le rêve lucide peut être analogue à l’imagination lucide, des recherches ont montré que les rêveurs lucides sont plus performants dans les tâches créatives que ceux qui ne font pas l’expérience du rêve lucide.

Rêves de stress

Un autre mystère du rêve est que les expériences stressantes ont tendance à se manifester très fréquemment dans nos rêves. Les rêves stressants peuvent être décrits de plusieurs façons, de triste à effrayant, les plus intenses étant souvent appelées cauchemars.

Les experts ne comprennent pas entièrement comment ou pourquoi un contenu de rêve stressant spécifique se retrouve dans nos rêves, mais beaucoup d’entre eux font appel à diverses théories, notamment l’hypothèse de la continuité, la stratégie adaptative et les théories du rêve de régulation émotionnelle, pour expliquer pourquoi nous avons des rêves stressants.

Le stress de la vie quotidienne et les traumatismes passés se manifestent souvent pendant le sommeil sous forme de rêves stressants. En fait, des recherches ont montré que les personnes qui sont plus inquiètes au réveil et celles qui souffrent de stress post-traumatique (PTSD) font état d’une fréquence et d’une intensité plus élevées de cauchemars.

De nombreuses études ont montré que les personnes souffrant de troubles de santé mentale, tels que l’anxiété et la dépression, ont tendance à faire des rêves plus angoissants et à avoir plus de difficultés à dormir en général.

En outre, une étude de 2018 publiée dans Scientific Reports a révélé un lien étroit entre l’anxiété et le contenu des rêves stressants, ainsi qu’une relation tout aussi étroite entre la « tranquillité d’esprit » à l’état de veille et le bien-être général avec des rêves plus positifs. Les chercheurs spéculent que les rêves stressants pourraient être la tentative du cerveau de nous aider à faire face à ces expériences stressantes et à leur donner un sens.

Un mot de Troovez.com

Il est clair que beaucoup plus de recherches sont nécessaires pour démêler complètement la véritable fonction des rêves. Cependant, il est de plus en plus évident que de nombreuses théories sur le rêve ont du mérite. En fait, plutôt que de supposer qu’une seule hypothèse est correcte, de nombreux chercheurs pensent que le but du rêve est probablement un patchwork des facteurs proposés dans diverses théories sur le rêve.

Sachant que l’on ne sait pas très bien pourquoi nous rêvons, nous pouvons nous sentir libres de voir nos propres rêves dans la lumière qui nous convient le mieux – que ce soit comme un générateur d’idées fructueux, un espace de traitement des émotions, une rediffusion de nos plus grands succès (ou désirs secrets), ou une ménagerie d’images dénuées de sens.

Quoi qu’il en soit, ne ratez pas cette occasion. Si vous avez des questions sur vos rêves ou si vous avez des inquiétudes concernant votre sommeil ou vos rêves, pensez à consulter un spécialiste du sommeil. Ce sont vos rêves, alors autant en tirer le meilleur parti.

Bouton retour en haut de la page