Le Christ et le Bouddha : Comment expliquer ces étranges similitudes ?

Le bouddhisme et le christianisme sont nés indépendamment l’un de l’autre, séparés comme ils l’étaient par près de 3 000 miles et au moins 500 ans. En termes de systèmes de croyances religieuses, ils sont encore plus éloignés l’un de l’autre. De nombreux bouddhistes, par exemple, ne croient pas en un être suprême. Le christianisme est basé sur une telle croyance. Le Bouddha a pris soin de rejeter tout effort visant à le qualifier de divinité. Le Christ prétendait ne faire qu’un avec Dieu. Le Bouddha a enseigné à ses disciples à trouver la voie du milieu entre les pôles des opposés tels que le bien et le mal. Le Christ a encouragé ses disciples à choisir le bien et à rejeter le mal.

Mais malgré les différences, il existe une étrange similitude dans la façon dont une mythologie sous-jacente a façonné les histoires des fondateurs de ces deux religions mondiales. Nous ne pouvons pas nous empêcher de nous demander si les écrivains ont façonné leur histoire d’origine pour qu’elle corresponde à un modèle mythologique quelconque. Les principaux textes des deux religions n’ont été écrits qu’après des décennies, et dans certains cas des siècles, depuis la mort du fondateur, ce qui a laissé beaucoup de temps pour organiser la tradition orale dans des cadres familiers et acceptables. Comment expliquer autrement une similitude aussi étonnante ?

A la fois à gauche de la maison et face au mal

Considérez ce qui suit :

On dit que Siddhartha Gautama, qui devait devenir le Bouddha, et Jésus de Nazareth, qui devait devenir le Christ, ont tous deux quitté leur foyer dans la fleur de l’âge, à la recherche de vérités qui existent au-delà de l’intérêt de la plupart des gens. Tous deux ont finalement été conduits dans un désert où, seuls, ils ont affronté le diable et ses trois tentations traditionnelles.

Scène du Grand Départ du Bouddha de la vie palatiale. Gandahara 1er siècle. Musée Guimet. Photo personnelle 2005. Cette scène représente l’être prédestiné au « Grand Départ », il apparaît ici entouré d’un halo, et accompagné de nombreux gardes, de couples d’amoureux mithuna, et de devata, venus lui rendre hommage. ( CC BY-SA 3.0 )

A lire :  Pourquoi les histoires de fantômes de Noël ont-elles un attrait aussi durable ?

Siddhartha s’est assis sous l’arbre Bo où Mara, un vieux dieu hindou et une figure du diable, l’a confronté.

Mara représenté dans le style birman, tentant de tenter Bouddha

Mara représenté dans le style birman, tentant de tenter Bouddha ( CC BY-SA 3.0 )

Jésus, dans le désert, a fait face à Satan, l’ange déchu autrefois connu sous le nom de Lucifer.

Lucifer dépeint dans La tentation du Christ, d'Ary Scheffer, 1854.

Lucifer dépeint dans La tentation du Christ, d’Ary Scheffer, 1854. ( Domaine public )

On pense que tous deux ont été tentés par les désirs de la chair, de l’esprit et de la fierté du monde. Tous deux sont sortis de cette expérience avec un nouvel enseignement et ont immédiatement proclamé leurs intuitions.

Les deux enseignements diffusés

Le premier ordre du jour du Bouddha était de prononcer le célèbre discours de Deer Park . Il y a présenté l’enseignement qui allait devenir le fondement du bouddhisme : Les quatre nobles vérités .

Le Bouddha enseignant les Quatre Nobles Vérités. Manuscrit en sanskrit. Nālandā, Bihar, Inde.

Le Bouddha enseignant les Quatre Nobles Vérités. Manuscrit en sanskrit. Nālandā, Bihar, Inde. ( Domaine public )

Jésus a prêché ce que l’on appelle le Sermon sur la montagne, dans lequel il a décrit, dans les Béatitudes, un modèle de vie chrétienne. Les deux sermons décrivaient de façon systématique comment les disciples devaient vivre les préceptes des fondateurs.

Tous deux trahis !

Tous deux ont ensuite sélectionné un groupe de douze disciples, dont l’un devait devenir plus tard un traître. Bien que le Bouddha ait continué à vivre, les deux hommes ont fini par mourir des mains d’un autre homme, qu’ils ont tous deux pardonné avant de succomber à la mort.

Le baiser de Judas (1304-06), fresque de Giotto, Chapelle des Scrovegni, Padoue, Italie

Baiser de Judas (1304-06), fresque de Giotto, Chapelle des Scrovegni, Padoue, Italie ( Domaine public )

Même les dernières paroles du Bouddha sont reprises par les proclamations du christianisme.

Le Bouddha a dit : « Soyez des lampes pour vous-mêmes. » Jésus a dit presque la même chose : « Vous êtes la lumière du monde. »

Le Bouddha a déclaré que toute la matière de ce monde était transitoire. Jésus a dit : « Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas. »

Les derniers mots du Bouddha seraient : « Travaillez à votre propre salut avec diligence ». L’apôtre Paul, parlant au nom de Jésus, a dit : « Travaillez à votre propre salut avec crainte et tremblement ».

A lire :  La roue païenne de l'année : Quels sont les rituels et événements élaborés qui marquent ce cycle sacré ?

Les deux fondateurs avaient des fonctions sacerdotales et des positions symboliques

Les traditions qui ont suivi les deux hommes sont tout aussi intéressantes. Tous deux ont développé un système de sacerdoce, avec des règles et des règlements pour les hommes qui accédaient à des postes de direction.

Le bouddhisme s’est rapidement scindé en deux factions différentes. La plus ancienne, Theravada, vénérait le Bouddha vivant avec des statues traditionnellement coulées dans l’une des trois positions différentes. Le lotus bien connu, ou position assise, représente le fondateur dans son illumination, la position de méditation. La position debout représente Bouddha le maître. La position allongée représente Bouddha entrant dans le Nirvana.

Statue de Bouddha dans la position bien connue du lotus.

Statue de Bouddha dans la position bien connue du lotus. ( Domaine public )

Cette tradition est parallèle à celle de l’Église catholique traditionnelle, dont les origines remontent au fondateur, Jésus. Lui aussi est souvent représenté dans trois postures traditionnelles :

Parfois, il est en train de prier, soit seul dans le désert, soit au loin dans les montagnes. Parfois, des représentations artistiques le montrent en train d’enseigner aux foules. D’autres représentations le montrent en train de monter au ciel.

Le Theravada et l’église catholique accordent donc une grande importance artistique à la vie spirituelle privée de leur fondateur, à son enseignement public et à son éventuel voyage au Nirvana ou au paradis.

Les deux systèmes de croyance se sont séparés

Mais tout comme les réformateurs protestants se sont détachés de l’église catholique, formant des confessions différentes les unes des autres en matière de tradition et de théologie, le bouddhisme mahayana s’est détaché du Theravada et a formé de nouvelles ramifications, parmi lesquelles le bouddhisme tantrique, le zen, le Pure Land et le Nichiren. Bien qu’ils ne soient pas appelés « confessions », ils se sont formés de la même manière que de nombreuses confessions protestantes. Quelqu’un a eu une nouvelle vision, une nouvelle façon de vivre la tradition, et d’autres ont suivi.

Restauration de l'image nestorienne de Jésus en Christ de la dynastie T'ang trouvée dans la grotte 17 des grottes Mo-kao, à Tunhwang. L'œuvre originale date du 9e siècle.

Restauration de l’image nestorienne de Jésus en Christ de la dynastie T’ang trouvée dans la grotte 17 des grottes Mo-kao, à Tunhwang. L’œuvre originale date du 9e siècle. ( Domaine public )

A lire :  L'histoire remarquable d'Osiris : son mythe, ses symboles et sa signification dans l'Égypte ancienne

Plus semblable que différent

Aujourd’hui encore, le bouddhisme et le christianisme comptent une multitude d’adeptes, chacun vivant avec un grand zèle les vœux de leurs fondateurs tout en déclarant souvent que leur interprétation particulière est, sinon la seule, du moins la meilleure et la plus authentique des traditions. Mais étant donné les similitudes des histoires d’origine des deux religions mondiales, on est presque obligé de se demander si une mythologie cachée n’est pas tapie dans le fond – une mythologie centrale qui a fait du bouddhisme et du christianisme les grandes forces qu’ils sont aujourd’hui.

Jim Willis est l’auteur de neuf livres sur la religion et la spiritualité, il a été ordonné ministre pendant plus de quarante ans tout en travaillant à temps partiel comme charpentier, animateur de sa propre émission de radio au volant, directeur du conseil des arts et professeur adjoint de collège dans les domaines des religions du monde et de la musique instrumentale. Il est l’auteur de Le livre des religions : Lieux, prophètes, saints et voyants.

Image du haut : Rembrandt – le Christ aux mains pliées (domaine public), et Nivedita, sœur – le départ de Siddhartha (domaine public) ; Deriv.

Par Jim Willis

Références

Ellwood, Robert S. et Barbara A. McGraw . De nombreux peuples, de nombreuses religions : Women and Men in the World Religions, 7 e édition . Upper Saddle River, NJ : Prentiss Hall, 2002.

Willis, Jim. Le livre des religions : Lieux, prophètes, saints et voyants . Detroit, MI : Visible Ink Press, 2004.

.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!