L’élixir de vie mortel – Un tir sur l’immortalité valait-il le risque ?

L’élixir d’immortalité (connu aussi sous le nom d’élixir de vie) est une substance mythique dont on pense qu’elle donne la vie éternelle à ceux qui la consomment. Diverses civilisations au cours de l’histoire de l’humanité ont leur propre version de l’élixir d’immortalité. Néanmoins, elles sont, pour la plupart, limitées au domaine du mythe et de la légende.

Dans l’histoire de la Chine, cependant, de nombreux empereurs, nobles et fonctionnaires ont consommé l’élixir d’immortalité, dans l’espoir de vivre éternellement. En réalité, cependant, l’élixir a raccourci leur vie, et même causé leur mort, car ses ingrédients comprenaient souvent des substances hautement toxiques. Cela n’a cependant pas dissuadé l’élite chinoise de rechercher l’élixir d’immortalité, et il est prouvé que cette substance mortelle a été consommée jusqu’au 18e siècle.

L’élixir à travers les cultures et les siècles

L’élixir d’immortalité se retrouve dans diverses cultures au cours de l’histoire. Dans la Grèce antique, par exemple, cette substance était connue sous le nom d' »ambroisie », ou « nectar des dieux ». Les Grecs de l’Antiquité croyaient que les dieux atteignaient leur immortalité en consommant cette substance.

Une substance similaire, appelée « amrita », se trouve dans la mythologie hindoue, notamment dans l’histoire du « barattage de l’océan de lait ». Dans ce mythe, l' »amrita » était le dernier des quatorze trésors à avoir émergé lors du barattage de l’océan.

Représentation du

Représentation du « barattage de l’océan de lait », l’élixir de vie de la mythologie hindoue. ( Domaine public )

Dans la légende arthurienne, il y a le Saint Graal, la coupe qui aurait été utilisée par Jésus-Christ lors de la dernière Cène. On pense que ceux qui ont bu du Graal ont obtenu l’immortalité. Enfin, les alchimistes médiévaux ont cherché à créer l’élixir de vie, et Nicolas Flamel est réputé avoir réussi dans cette entreprise. Même si Flamel était une personne réelle qui n’aurait peut-être pas touché à l’alchimie, il a acquis une réputation de maître alchimiste des siècles après sa mort.

Le tableau de la Cène où Jésus aurait bu au Saint Graal, que l'on croyait être un élixir de vie. (Leonardo da Vinci / Domaine public)

Le tableau de la Cène où Jésus aurait bu au Saint Graal, que l’on croyait être un élixir de vie. (Leonardo da Vinci / Domaine public )

Dans les exemples ci-dessus, l’élixir d’immortalité est largement confiné au domaine du mythe et de la légende, bien au-delà de la portée des mains des mortels. Dans l’histoire chinoise, cependant, il était possible pour les mortels d’atteindre l’élixir d’immortalité, et beaucoup, normalement des membres de l’élite, sont documentés pour l’avoir consommé.

L’élixir de mort chinois

Cet élixir, cependant, non seulement n’a pas réussi à prolonger leur vie, mais il a pu les empoisonner, et même causer leur mort. Le fondement de l’élixir chinois d’immortalité se trouve dans l’alchimie taoïste, qui à son tour est enracinée dans les doctrines du taoïsme. Il existe donc deux branches de l’alchimie taoïste, Neidan et Waidan.

Le premier, connu également sous le nom d’Élixir Interne / Alchimie, fait référence aux doctrines, ainsi qu’aux pratiques physiques, mentales et spirituelles qui utilisent le corps humain lui-même pour atteindre l’immortalité. Neidan inclut la méditation taoïste, les exercices physiologiques, en particulier la respiration et le régime alimentaire.

Illustration chinoise en bois de Neidan

Illustration chinoise en bois de Neidan « Purifier le cœur-esprit et se retirer dans la dissimulation », 1615 Xingming guizhi 性命圭旨 (Conseils sur la nature spirituelle et la vie corporelle). (Wellcome Images / CC BY 4.0 )

D’autre part, Waidan se concentre sur la création de l’élixir d’immortalité par la composition de diverses substances. Dans la dernière tradition de Waidan, il existe deux méthodes principales pour créer l’élixir de vie. La première implique l’utilisation du mercure et du plomb, qui représenteraient les principes du Yin et du Yang respectivement. Les praticiens de cette méthode croient qu’après avoir raffiné et combiné ces deux éléments, une nouvelle substance possédant les qualités du Yang pur (ou Chunyang) sera produite.

Selon la croyance taoïste, le Yang pur est l’état d’Unité avant sa division en Yin et Yang. L’autre grande méthode de la tradition Waidan implique l’utilisation du cinabre, un minéral de sulfure de mercure considéré dans le taoïsme comme une substance Yang. Le mercure contenu dans ce minéral est considéré comme le vrai Yin, et est extrait avant d’être ajouté au soufre (une substance Yang). Le processus est normalement répété jusqu’à neuf fois, et le produit final contient les qualités du Yang pur.

A lire :  Zeus et Héra - Une correspondance pour le premier couple de la Genèse ?

Cristaux de cinabre (couleur rouge) de la mine de Wanshan, province de Guizhou, Chine. Un exemple d'un matériau historiquement associé à l'alchimie chinoise et à l'élixir de vie. (Géry Parent / Domaine public)

Cristaux de cinabre (couleur rouge) de la mine de Wanshan, province de Guizhou, Chine. Un exemple d’un matériau historiquement associé à l’alchimie chinoise et à l’élixir de vie. (Géry Parent / Domaine public )

Hautement toxique

Cependant, le mercure et le plomb sont tous deux des substances hautement toxiques, et l’exposition à ces substances peut avoir des effets néfastes sur la santé. Les symptômes d’une intoxication au mercure chez les adultes comprennent des troubles de l’audition et de l’élocution, un manque de coordination, une faiblesse musculaire et des troubles de la vision, tandis que l’intoxication au plomb peut entraîner des difficultés de mémoire ou de concentration, des troubles de l’humeur, des maux de tête et des douleurs articulaires et musculaires. Des niveaux élevés de mercure ou de plomb peuvent également causer des dommages permanents aux reins et au système nerveux, et finalement conduire à la mort.

Putting the miraculous elixir on the tripod' from Xingming guizhi (Pointers on Spiritual Nature and Bodily Life) de Yi Zhenren, un texte taoïste sur l'alchimie interne publié en 1615 (3e année du règne Wanli de la dynastie Ming). (Wellcome Images/ CC BY 4.0)

Putting the miraculous elixir on the tripod’ from Xingming guizhi (Pointers on Spiritual Nature and Bodily Life) de Yi Zhenren, un texte taoïste sur l’alchimie interne publié en 1615 (3e année du règne Wanli de la dynastie Ming). (Wellcome Images/ CC BY 4.0 )

Bien que les deux méthodes les plus importantes de la tradition de Waidan impliquent le mercure et le plomb, ainsi que le cinabre, d’autres substances ont également été utilisées pour créer l’élixir d’immortalité. En 2019, il a été rapporté que des archéologues de Luoyang, une ville de la province du Henan, en Chine centrale, ont déterré un pot en bronze avec un liquide à l’intérieur. La découverte a été faite dans la tombe d’une famille noble de la dynastie occidentale des Han, qui a duré de 202 avant JC à 8 après JC.

Selon le rapport, le pot contenait environ 3,5 litres de liquide, ce que les archéologues ont d’abord pensé être une sorte de liqueur, car il dégageait un arôme alcoolique. Par la suite, des échantillons de ce liquide ont été analysés en laboratoire, et il a été constaté qu’il était principalement composé de nitrate de potassium et d’alunite. Cela a conduit les archéologues à conclure que le liquide dans le pot est l’élixir mythique de l’immortalité.

Il s’agit d’une découverte importante, car c’est la première preuve archéologique de l’élixir d’immortalité en Chine. Comme le plomb et le mercure, le nitrate de potassium est également une substance toxique. Une exposition à des niveaux élevés de nitrate de potassium peut provoquer des maux de tête, de la fatigue, des vertiges, des difficultés respiratoires et même la mort.

Une paire de pots en bronze, dont l'un contient le premier exemple réel d'un ancien élixir de vie chinois, a été déterrée d'une tombe de la dynastie occidentale des Han à Luoyang, dans la province du Henan. (VCG)

Une paire de pots en bronze, dont l’un contient le premier exemple réel d’un ancien élixir de vie chinois, a été déterrée d’une tombe de la dynastie occidentale des Han à Luoyang, dans la province du Henan. ( VCG )

La vie éternelle valait-elle le risque ?

Si les Chinois ont dû constater les effets négatifs du mercure et du plomb sur la santé, cela n’a pas dissuadé les élites de consommer des élixirs d’immortalité fabriqués à partir de ces substances toxiques. Il semble qu’un coup de pouce à la vie éternelle valait bien ce risque, et c’est pourquoi de tels élixirs toxiques ont continué à être consommés tout au long de l’histoire de la Chine.

L’une des premières mentions de l’élixir d’immortalité vient de la période des États en guerre, qui a duré du 5e au 3e siècle avant J.-C. On trouve une histoire dans le Zhanguo Ce (qui signifie « Archives des États en guerre ») et le Hai Feizi (un recueil d’essais de l’école de pensée légaliste) qui concerne l’élixir d’immortalité. Ces deux ouvrages ont été datés du IIIe siècle avant J.-C.

Selon cette histoire, Qingxiang, le roi de Chu, s’est vu remettre un jour un « bu si zhi yao », qui peut être traduit par « médecine de l’immortalité ». En d’autres termes, on lui a présenté un élixir d’immortalité. Alors que le chambellan apportait l’élixir dans le palais, un garde à la porte lui demanda s’il était comestible, et lorsqu’il répondit par l’affirmative, le garde prit l’élixir et le mangea.

Lorsque le roi l’apprend, il est furieux et condamne le garde à mort. Le garde a envoyé un ami pour persuader le roi de ne pas l’exécuter. Il fit valoir que puisque le garde avait d’abord demandé au chambellan si l’élixir était comestible, et que ce dernier avait répondu par l’affirmative, la faute devait être imputée au chambellan.

De plus, si le garde devait être exécuté, l’élixir de vie, tel que présenté par l’invité, serait un élixir de mort, montrant ainsi que l’invité est un menteur. Par conséquent, l’ami du gardien a conclu qu’il serait préférable de libérer le gardien plutôt que de l’exécuter, ce qui démontrerait la fausse déclaration de l’invité. À la fin de l’histoire, le garde a été libéré.

A lire :  Cupidon et Psyché : L'amour véritable conquiert tout

Comme le récit se concentre sur l’argument sophistique, il ne dit pas si le gardien a atteint l’immortalité. Nous savons cependant que ceux qui ont cherché l’élixir de vie non seulement ne l’ont pas trouvé, mais ont très probablement causé leur propre mort par empoisonnement.

L’obsession des empereurs pour l’immortalité

L’un des cas les plus célèbres de mort par empoisonnement à l’élixir est celui de Qin Shi Huang , premier empereur de Chine. De nombreux récits relatent l’obsession de Qin Shi Huang pour l’immortalité. Plus récemment, en 2017, un ensemble de lamelles de bois a été découvert dans le Hunan, une province de Chine centrale. Ces fiches contiennent les ordres exécutifs de l’empereur pour la recherche de l’élixir d’immortalité dans tout le pays, ainsi que les réponses officielles des gouvernements locaux.

Qin Shi Huang, le premier empereur de Chine, qui était obsédé par l'immortalité et qui a fini par mourir d'épuisement après avoir pris un

Qin Shi Huang, le premier empereur de Chine, qui était obsédé par l’immortalité et qui a fini par mourir d’épuisement après avoir pris un « élixir de vie ». ( Domaine public )

L’un des moyens par lesquels Qin Shi Huang espérait atteindre l’immortalité était la consommation de l’élixir d’immortalité, qui était en fait des pilules de mercure, préparées par son fangshi (qui signifie littéralement « maître de la méthode », et peut être traduit par « alchimiste »). Qin Shi Huang serait mort d’un empoisonnement au mercure.

La mort de Qin Shi Huang par empoisonnement à l’élixir ne semble pas avoir dissuadé les futurs empereurs de rechercher l’immortalité par les mêmes moyens. Ainsi, au cours de la longue histoire de la Chine, de nombreux autres empereurs ont causé leur propre mort en recherchant l’immortalité.

L’empereur Ai de Jin, qui a régné pendant les années 360 après JC, en est un exemple. Dans sa tentative d’atteindre l’immortalité, l’empereur a pratiqué le jeûne taoïste, c’est-à-dire l’abstention des céréales. En même temps, il consommait l’élixir d’immortalité préparé par son fangshi. En conséquence, il a été empoisonné, a perdu conscience de ce qui se passait autour de lui et est mort à l’âge de 24/5 ans.

Surtout la dynastie Tang…

Bien que le taoïsme ait été reconnu comme un système religieux dès les 4e et 3e siècles avant J.-C., il n’a obtenu un statut officiel que sous la dynastie des Tang, qui a duré de 618 à 907 après J.-C. Le fondateur de la dynastie, l’empereur Gaozu de Tang (né Li Yuan), prétendait descendre de Laozi, une figure semi-légendaire considérée comme l’un des fondateurs du taoïsme. Le taoïsme, y compris l’alchimie taoïste, a donc prospéré durant cette période.

L'empereur Gaozu de Tang. (domaine public)

L’empereur Gaozu de Tang. ( Domaine public )

Cependant, l’une des conséquences négatives du succès du taoïsme a été l’obsession croissante pour l’élixir de vie. Au moins six empereurs de la dynastie Tang seraient morts d’un empoisonnement à l’élixir, ainsi que de nombreux universitaires et fonctionnaires. L’un de ces empereurs était l’empereur Taizong, le successeur de Gaozu, tandis que les cinq autres étaient Xianzong, Muzong (le fils de Xianzong et son successeur), Jingzong (le fils de Muzong et son successeur), Wuzong (le frère cadet de Jingzong) et Xuanzong (le frère cadet de Muzong et le successeur de Wuzong).

À la fin de la dynastie Tang, en 907 après J.-C., beaucoup sont morts d’un empoisonnement par élixir de vie. En conséquence, la popularité de la tradition de Waidan était en déclin. Ceux qui recherchaient l’immortalité optèrent plutôt pour les pratiques de la tradition de Neidan.

Condamnation et déclin de l’élixir

Avec le temps, la pratique consistant à créer des élixirs d’immortalité avec des substances toxiques a même été condamnée. L’un des critiques les plus virulents de cette pratique était Li Shizhen, un médecin réputé pour son Bencao Gangmu (traduit par « Compendium of Materia Medica »), considéré aujourd’hui comme l’ouvrage le plus complet et le plus exhaustif dans le domaine de la médecine traditionnelle chinoise. Dans cet ouvrage, Li Shizhen condamne les alchimistes pour leur utilisation du mercure dans les élixirs d’immortalité, mais souligne également que les utilisations médicales de cette substance ne doivent pas être ignorées.

Timbre avec le célèbre médecin Li Shizhen dessus. (China Post / Domaine public)

Timbre avec le célèbre médecin Li Shizhen dessus. (China Post / Domaine public )

Li Shizhen a vécu au 16ème siècle, lorsque la Chine était sous la dynastie Ming. Un seul empereur Ming, l’empereur Jiajing, serait mort d’un empoisonnement à l’élixir. L’empereur est connu pour avoir été un fervent adepte du taoïsme, et a négligé ses devoirs de dirigeant pour se concentrer sur les objectifs taoïstes.

A lire :  Les origines légendaires de Merlin le magicien

Naturellement, atteindre l’immortalité est devenu une obsession, surtout pendant les dernières années de l’empereur. Outre les pratiques de Neidan, l’empereur Jiajing cherchait également l’élixir de l’immortalité. L’empereur peut être mort après avoir consommé un élixir qui lui a été donné par Wang Jin, un alchimiste taoïste.

L'empereur Jiajing, 12e empereur de la dynastie Ming, qui recherchait également l'élixir d'immortalité. (Domaine public)

L’empereur Jiajing, 12e empereur de la dynastie Ming, qui recherchait également l’élixir d’immortalité. ( Domaine public )

De même, un seul empereur Qing aurait perdu la vie à cause d’un empoisonnement à l’élixir. L’empereur Yongzheng, qui a régné au 18e siècle, est le dernier empereur chinois dont la mort est attribuée à un empoisonnement à l’élixir. Alors que les historiens pensent que l’empereur s’est empoisonné en consommant l’élixir d’immortalité, la légende veut qu’il ait été assassiné par Lu Siniang, la fille de Lu Liuliang, dont les écrits anti-Qing ont conduit à une rébellion manquée pendant le règne de Yongzheng. En conséquence, Lu Liuliang a été puni à titre posthume, ses parents survivants ont été punis et ses écrits ont été interdits.

Une chose du passé ?

Tout au long de l’histoire de la Chine, de nombreux empereurs ont perdu la vie suite à un empoisonnement à l’élixir. Considérant que l’élixir d’immortalité pouvait être obtenu par les élites, ainsi que par les personnes suffisamment riches pour se l’offrir, il est difficile d’estimer le nombre de vies perdues dans la quête de l’immortalité.

D’après l’exemple des empereurs, il semble que sous les dynasties Ming et Qing, l’intérêt pour les élixirs d’immortalité ait considérablement diminué. Néanmoins, la critique de Li Shizhen sur cette pratique peut laisser entendre que de tels élixirs étaient toujours populaires parmi les Chinois. En tout cas, la croyance en un élixir de vie taoïste semble être une chose du passé. En outre, compte tenu des connaissances actuelles sur la toxicité des substances utilisées pour les fabriquer, de tels élixirs ne sont ni fabriqués ni consommés aujourd’hui.

Image du haut : Représentation de l’élixir de vie avec un crâne humain. Source : Dmitriy / Adobe stock

Par Wu Mingren

Références

Ames, R. T., Strickmann, M. & Seidel, A. K., 2019. Le taoïsme sous les dynasties Tang, Song, et plus tard. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.britannica.com/topic/Daoism/Daoism-under-the-Tang-Song-and-later-dynasties

Cherney, K., 2018. Comprendre l’empoisonnement au mercure. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.healthline.com/health/mercury-poisoning

Chiang, S.-c. L., 2007. Daoist Transcendence and Tang Literati Identities in « Records of Mysterious Anomalies » par Niu Sengru (780-848). Littérature chinoise : Essais, Articles, Revues (CLEAR), Volume 29, pp. 1-21.

Dhwty, 2018. Chercher la vie mais trouver la mort : Les élixirs chinois mortels de l’immortalité. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.ancient-origins.net/history/seeking-life-finding-death-deadly-chinese-elixirs-immortality-009577

Fantozzi, J., 2017. Élixirs de vie : Une histoire. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.huffpost.com/entry/elixirs-of-life-a-history_b_59496f6de4b07e2395ce1007

Golden Elixir Press, 2019. Une introduction à l’alchimie taoïste. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.goldenelixir.com/jindan/jindan_intro.html

Fondation Mayo pour l’éducation et la recherche médicales (MFMER), 2020. Empoisonnement au plomb. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/lead-poisoning/symptoms-causes/syc-20354717

Needham, J., 1970. Commis et artisans en Chine et en Occident. Cambridge : Cambridge University Press.

Département de la santé et des services aux personnes âgées du New Jersey, 2020. Nitrate de potassium. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://nj.gov/health/eoh/rtkweb/documents/fs/1574.pdf

Encyclopédie du Nouveau Monde, 2013. Empereur Yongzheng. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.newworldencyclopedia.org/entry/Yongzheng_Emperor

Encyclopédie du Nouveau Monde, 2014. Qin Shi Huang. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.newworldencyclopedia.org/entry/Qin_Shi_Huang

Soth, A., 2018. Les élixirs de la vie immortelle étaient une obsession mortelle. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://daily.jstor.org/elixir-immortal-life-deadly-obsessions/

La BBC, 2009. Les origines du taoïsme. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.bbc.co.uk/religion/religions/taoism/history/history.shtml

Les éditeurs de l’Encyclopaedia Britannica, 2007. Elixir. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.britannica.com/topic/elixir-alchemy

Les éditeurs de l’Encyclopaedia Britannica, 2018. Le barattage de l’océan de lait. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.britannica.com/topic/churning-of-the-ocean-of-milk#ref63833

Theobald, U., 2014. Ming Shizong 明世宗, l’empereur Jiajing 嘉靖. [Online]Disponible à l’adresse suivante : http://www.chinaknowledge.de/History/Ming/personsmingshizong.html

Xinhua, 2017. Dans toute la Chine : Des feuillets en bois révèlent la poursuite ouverte de l’immortalité par le premier empereur de Chine. [Online]Disponible à l’adresse suivante : http://www.xinhuanet.com/english/2017-12/24/c_136848720.htm

Xinhua, 2019. « Elixir d’immortalité » trouvé dans l’ancien tombeau de la Chine centrale. [Online]Disponible à l’adresse suivante : http://www.xinhuanet.com/english/2019-03/01/c_137861094.htm

.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!