Les complications de la grossesse qui affectent de manière disproportionnée les femmes noires

La grossesse et l’accouchement sont parmi les expériences les plus chères d’une vie. Si la plupart des femmes peuvent compter sur une grossesse et un accouchement agréables et sains, des complications surviennent parfois, et les mères noires sont plus susceptibles que les mères blanches de les vivre.

En fait, les femmes noires ont 3 à 4 fois plus de risques de mourir de complications liées à la grossesse que les femmes blanches, selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

Pourquoi ? Eh bien, c’est compliqué. D’une part, les femmes noires sont plus susceptibles de ne pas être assurées et d’être confrontées à des obstacles financiers plus importants en matière de soins de santé. Mais même les femmes noires relativement aisées sont plus susceptibles d’être confrontées à des complications dues à un racisme systémique dans le système de santé.

Une analyse des données des hôpitaux de la ville de New York en 2016 a révélé que les mères noires ayant fait des études supérieures étaient plus susceptibles d’être confrontées à des complications de grossesse ou d’accouchement mettant leur vie en danger que les mères blanches n’ayant qu’un diplôme d’études secondaires.

La bonne nouvelle, c’est que de nombreuses complications de la grossesse sont évitables, ou du moins gérables. Si vous êtes une future maman noire, il existe des mesures concrètes que vous pouvez prendre pour réduire les risques de complications. Et le fait d’être à l’écoute de votre corps et de comprendre les signes avant-coureurs d’un éventuel problème peut vous aider à vous protéger.

Voici 10 complications courantes de la grossesse qui touchent de manière disproportionnée les mères noires.

1. Diabète gestationnel

Qu’est-ce que c’est ? Le diabète gestationnel (DG) est l’une des complications les plus courantes de la grossesse, touchant entre 6 et 9 % des futures mamans. Mais avec une surveillance attentive et des soins appropriés, il peut être géré sans compromettre la santé de votre grossesse.

Les facteurs de risque : GD est un peu une énigme pour comprendre pourquoi certaines femmes l’obtiennent et d’autres pas. Néanmoins, des facteurs spécifiques qui pourraient augmenter le risque de DG, dont certains peuvent expliquer pourquoi les futures mères noires sont plus susceptibles d’être diagnostiquées avec cette maladie, sont les suivants

La mort tragique de Sha-Asia Washington pendant l’accouchement met en lumière les disparités raciales en matière de mortalité maternelle

  • Être en surpoids ou avoir un IMC de 30 ou plus au début de la grossesse
  • Antécédents familiaux de diabète de type 2
  • Grossesse précédente avec diabète gestationnel
  • Avoir un pré-diabète
  • Prise de poids excessive, y compris celle liée à l’alitement

Comme les membres de la communauté noire ont la plus forte prévalence d’obésité par rapport aux autres groupes raciaux, selon le CDC, les futures mamans noires ont tendance à être plus à risque de diabète gestationnel. Les femmes noires sont également plus susceptibles de souffrir d’hypertension artérielle que les femmes blanches et sont plus susceptibles d’avoir des antécédents familiaux ou familiaux de diabète gestationnel.

Le statut socio-économique, la pauvreté et les conditions de logement jouent également un rôle dans le fait que certaines femmes noires n’ont pas les moyens de se payer ou d’avoir accès à proximité à des aliments riches en nutriments comme les fruits et légumes frais. Cela peut avoir un impact sur leur capacité à maintenir une alimentation saine et un poids de grossesse. Le manque de sensibilisation et de connaissances sur la DG, ainsi que le manque d’accès à des soins médicaux de qualité, sont également à blâmer.

Comment se protéger : La plupart des femmes atteintes de diabète gestationnel ne présentent aucun symptôme. La meilleure façon de confirmer si vous êtes atteinte de diabète gestationnel est de passer un test de dépistage du glucose vers la 28e semaine de grossesse.

La façon dont elle est traitée : Une fois diagnostiquée, la DG est généralement traitée par un régime alimentaire spécial et un exercice régulier afin de prévenir toute nouvelle prise de poids excessive et de mieux réguler la glycémie. Bien que la plupart des cas se résolvent après l’accouchement, de l’insuline peut être prescrite pour contrôler le taux de sucre dans le sang dans les cas les plus graves.

Le diabète gestationnel non géré peut entraîner d’autres complications de la grossesse, notamment la prééclampsie et la macrosomie (gros bébés), qui peuvent affecter l’accouchement.

2. Preeclampsia

Qu’est-ce que c’est ? La prééclampsie se développe généralement après 20 semaines de grossesse et se caractérise par une hypertension artérielle soudaine, un gonflement important des mains et du visage et la présence de protéines dans les urines. Si elle n’est pas traitée, elle peut entraîner de graves complications pour la mère et le bébé.

Les facteurs de risque : Plusieurs affections préexistantes ont été associées à la prééclampsie, ce qui fait que les femmes noires sont plus exposées au risque de diagnostic, notamment

  • Antécédents d’hypertension
  • Obésité
  • Drépanocytose
  • Diabète
  • Carence en vitamine D au cours des 26 premières semaines de la grossesse
  • Maladies auto-immunes telles que le lupus

Étant donné que les femmes noires présentent des taux plus élevés d’hypertension, de drépanocytose, d’obésité et de diabète, et que la communauté noire dans son ensemble présente des taux plus élevés de carence en vitamine D, les mères noires enceintes ont plus de chances de se voir diagnostiquer une pré-éclampsie et de connaître des résultats plus graves que les femmes blanches.

Les femmes noires ont également tendance à présenter des signes de prééclampsie plus tôt dans la grossesse que les femmes blanches, et il a été constaté que la prééclampsie est plus fréquente chez les futures mères américaines des zones à faible revenu du Sud.

Comment se protéger : La chose la plus importante que vous puissiez faire est de prêter attention à votre corps et de surveiller ces symptômes courants de la prééclampsie :

  • Un pic dans la tension artérielle
  • Une prise de poids soudaine et excessive qui ne peut être expliquée
  • Graves gonflements des mains et du visage
  • Oedème, ou gonflement important des chevilles, qui ne disparaît pas
  • De graves maux de tête qui ne sont pas soulagés par l’acétaminophène (Tylenol)
  • Douleurs abdominales, en particulier dans le haut de l’abdomen
  • Vision double ou floue
  • Accélération du rythme cardiaque
  • Difficultés respiratoires ou essoufflement prononcé
  • Urine foncée ou en petite quantité
A lire  Disparités raciales dans le taux de mortalité maternelle aux États-Unis

Les médecins ont également commencé à prescrire de l’aspirine à faible dose, souvent à partir de la fin du premier trimestre jusqu’à la fin de la grossesse, car elle peut réduire le risque de développer une prééclampsie jusqu’à 24 %, et peut également aider à éviter les caillots sanguins qui peuvent être à l’origine d’autres complications. Veillez toutefois à consulter votre médecin avant de prendre de l’aspirine ou tout autre médicament pendant la grossesse.

Si votre médecin pense que vous pourriez souffrir de prééclampsie, il vous demandera de faire une analyse d’urine et de sang pour vérifier la présence de protéines dans vos urines (protéinurie), un taux d’enzymes hépatiques trop élevé ou un nombre de plaquettes sanguines inférieur à 100 000 ml.

La façon dont elle est traitée : La prééclampsie est généralement traitée à l’aide de médicaments pour la tension artérielle et de repos. Bien que la maladie soit gérable, il n’existe pas de remède autre que l’accouchement, ce qui peut entraîner un accouchement précoce dans les cas les plus graves. Heureusement, 75 % des cas sont bénins.

Bien que la prééclampsie soit gérable grâce à un dépistage précoce et à un traitement approprié, dans de rares cas, des complications supplémentaires peuvent survenir, notamment une naissance prématurée, le syndrome HELLP, l’éclampsie et d’autres encore.

3. Travail prématuré

Qu’est-ce que c’est ? Le travail prématuré est classé comme la naissance d’un bébé avant 37 semaines de grossesse. La plupart des recherches suggèrent que le travail prématuré touche environ 1 enfant sur 10 aux États-Unis, mais le CDC rapporte que ces chiffres ont constamment augmenté ces dernières années.

En 2018, le taux de naissances prématurées chez les femmes noires était de 14 %, soit près de 50 % de plus que le taux des femmes blanches (9 %). Mais il existe des moyens pour les femmes noires enceintes de réduire leur risque de naissance prématurée. Et il y a beaucoup de bébés nés prématurément qui mènent une vie saine et heureuse.

Les facteurs de risque : Il n’y a pas de causes spécifiques pour les naissances prématurées, mais plusieurs facteurs peuvent jouer un rôle important dans le déclenchement d’un travail prématuré :

Comment se protéger : Concentrez-vous sur les soins à prendre pour vous et votre futur bébé. Adoptez ces habitudes saines, si ce n’est pas déjà fait :

  • Ne buvez pas, ne fumez pas et ne prenez pas de drogues qui n’ont pas été prescrites par votre médecin
  • Maintenir une alimentation et un poids sains
  • Prenez régulièrement vos vitamines prénatales
  • Maintenir une bonne santé bucco-dentaire
  • Consultez régulièrement votre médecin et informez-vous sur les risques que vous courez
  • Boire beaucoup d’eau

La façon dont elle est traitée : Si vous ou votre médecin soupçonnez que vous risquez un travail prématuré, votre médecin peut effectuer quelques tests pour prédire si vous êtes à risque. En fonction des résultats, des mesures peuvent être prises pour prévenir le travail prématuré (ou pour l’éviter le plus longtemps possible), ou si vous êtes suffisamment avancée, il peut être recommandé de vous y faire admettre.

4. Eclampsia

Qu’est-ce que c’est ? Dans les rares cas où la prééclampsie n’est pas correctement prise en charge, on peut diagnostiquer chez une femme enceinte une éclampsie, qui peut être considérée comme une complication grave de la prééclampsie.

Les informations limitées qui existent sur le nombre réel de cas suggèrent que l’éclampsie ne touche qu’une grossesse sur 1 500 environ – et comme la prééclampsie, elle se caractérise par un gonflement important, une hypertension et la présence de protéines dans l’urine.

Les facteurs de risque : Les femmes enceintes qui n’ont pas reçu de soins appropriés pour la prééclampsie courent un risque plus élevé de développer une éclampsie. Malheureusement, certaines femmes noires courent un risque accru parce qu’elles n’ont pas accès à une assurance médicale et à des soins médicaux de qualité. Les préjugés raciaux et la discrimination peuvent également jouer un rôle important dans le fait que les femmes noires ne reçoivent pas de traitement médical approprié.

Comment se protéger : La meilleure chose qu’une future maman noire puisse faire si on lui diagnostique une éclampsie ou si vous pensez en être atteinte, c’est de défendre ses intérêts. Si vous souffrez de prééclampsie, votre prestataire de soins doit vous surveiller de très près, ainsi que votre tension artérielle, pour s’assurer que votre état ne s’aggrave pas.

Si vous estimez que vous ne recevez pas les soins adéquats ou si votre état commence à s’aggraver, contactez immédiatement votre médecin ou demandez un traitement médical d’urgence.

La façon dont elle est traitée : Les convulsions sont généralement le symptôme le plus courant associé à l’éclampsie, et comme cette affection peut mettre en danger la vie de la mère et du bébé, le médecin peut recommander un accouchement immédiat en fonction de l’avancement de la grossesse. Comme pour la prééclampsie, l’accouchement est le seul traitement de cette maladie. Cependant, le décès de la mère à la suite d’une éclampsie est très rare aux États-Unis, et avec des soins médicaux et un traitement de suivi appropriés, les femmes retrouveront une santé normale après l’accouchement.

5. Le syndrome HELLP

Qu’est-ce que c’est ? L’éclampsie n’est pas la seule complication rare qui peut survenir chez les femmes souffrant de prééclampsie. Le syndrome HELLP est une affection qui survient généralement en conjonction avec la prééclampsie au cours du troisième trimestre. Ce trouble du foie et de la coagulation sanguine ne survient que dans environ 1 à 2 grossesses sur 1 000.

Les facteurs de risque : Bien que l’on ne sache pas exactement ce qui cause le syndrome HELLP, on estime que 70 à 80 % des femmes chez qui cette maladie est diagnostiquée souffrent également de prééclampsie, ce qui explique pourquoi on peut penser qu’il s’agit d’une complication possible de la prééclampsie. Par conséquent, les femmes chez qui on a diagnostiqué une prééclampsie ou une éclampsie courent un plus grand risque de contracter le syndrome HELLP.

Par défaut, cela fait malheureusement que les femmes noires courent également un plus grand risque d’être diagnostiquées comme ayant cette maladie, car elles courent un plus grand risque d’être diagnostiquées à la fois comme ayant une prééclampsie et une éclampsie. Les National Institutes of Health (NIH) rapportent qu’environ 1 femme sur 4 ayant souffert de HELLP au cours d’une grossesse précédente court un risque plus élevé d’être diagnostiquée avec cette maladie au cours d’une grossesse ultérieure.

A lire  16 meilleures annonces de grossesse sur le thème de l'automne

Comment se protéger : Bien que le HELLP survienne généralement entre la 27e et la 37e semaine de grossesse, certains cas peuvent se développer dans les 48 heures suivant l’accouchement. La reconnaissance des symptômes est essentielle pour une détection et un traitement précoces.

Les symptômes comprennent :

  • Des maux de tête qui ne disparaîtront pas
  • Prise de poids excessive
  • Oedème excessif et constant ou rétention d’eau et gonflement
  • Douleur et sensibilité dans la partie supérieure droite de l’abdomen
  • Nausées et/ou vomissements
  • Vision floue
  • Saignements de nez
  • Ne se sent généralement pas bien
  • Saisies (dans de rares cas)

Les signes de HELLP peuvent être facilement confondus avec ceux de la prééclampsie ou même avec les symptômes typiques de la grossesse, alors parlez-en à votre médecin si vous en remarquez. Cela est particulièrement important si vous êtes à risque de prééclampsie ou si vous avez déjà reçu un diagnostic de prééclampsie et que vos symptômes se sont aggravés.

La façon dont elle est traitée : Le seul traitement du syndrome HELLP est l’accouchement. Si vous présentez des symptômes, appelez votre médecin ou rendez-vous immédiatement aux urgences.

6. Hypertension artérielle

Qu’est-ce que c’est ? Tout d’abord, il est important de faire la distinction entre l’hypertension gestationnelle (le type qui apparaît pendant la deuxième moitié de la grossesse) et l’hypertension chronique (lorsqu’une femme enceinte souffre d’une hypertension préexistante).

L’hypertension gestationnelle n’est généralement pas grave pour la mère ou le bébé, et s’atténue généralement après l’accouchement. Néanmoins, votre médecin vous surveillera de près, car l’hypertension gestationnelle peut évoluer vers une prééclampsie.

L’hypertension chronique, en revanche, vous expose, vous et votre bébé, à un risque accru d’accouchement prématuré et de faible poids de naissance, ainsi qu’à la prééclampsie. On peut diagnostiquer une hypertension chronique si vous avez deux lectures de tension artérielle de 140/90 avant que vous n’atteigniez 20 semaines de grossesse.

Les facteurs de risque : Les facteurs de risque de l’hypertension chronique sont les mêmes que les facteurs de risque de l’hypertension artérielle, et comprennent

  • Être en surpoids ou obèse
  • Avoir le diabète
  • Antécédents familiaux d’hypertension artérielle
  • Manque d’activité physique
  • Faire de l’apnée du sommeil
  • Boire trop d’alcool
  • Cholestérol élevé
  • Fumer
  • Souligner

Plus de 40 % des Noirs non hispaniques souffrent d’hypertension artérielle. Les chercheurs pensent que ces taux sont si élevés parce que les Noirs sont plus susceptibles d’être obèses ou de souffrir de diabète.

Comment se protéger : L’hypertension chronique peut être prise en charge et, si elle est diagnostiquée, vous aurez probablement une grossesse sans risque et un bébé en bonne santé. Le plus important est de respecter tous vos rendez-vous prénataux et de passer tous les tests prescrits par votre médecin.

Votre médecin peut vous suggérer de prendre une faible dose d’aspirine dès la fin de votre premier trimestre et pendant le reste de votre grossesse, car cela peut contribuer à réduire votre risque de développer des caillots sanguins et d’autres complications comme la prééclampsie. Mais demandez toujours à votre praticien avant de prendre tout médicament pendant la grossesse.

La façon dont elle est traitée : Vous travaillerez avec votre médecin pour élaborer un plan de traitement adapté à vos besoins spécifiques. Vous devrez peut-être continuer à prendre les médicaments contre l’hypertension que vous preniez avant de tomber enceinte, ou vous devrez peut-être passer à quelque chose de plus sûr. On vous conseillera peut-être aussi de prendre de l’aspirine pour bébé.

7. Les maladies cardiaques

Qu’est-ce que c’est ? Les « maladies cardiaques » désignent plusieurs affections qui touchent le cœur, notamment les maladies coronariennes, les arythmies et les malformations cardiaques congénitales. C’est la première cause de mortalité maternelle aux États-Unis.

Les facteurs de risque : De nombreuses pathologies et de nombreux choix de vie vous exposent à un risque accru de maladie cardiaque, notamment

  • L’hypertension artérielle
  • Cholestérol élevé
  • Fumer
  • Diabète
  • Une alimentation malsaine
  • Manque d’exercice
  • Consommation excessive d’alcool

Les maladies cardiaques sont plus fréquentes chez les femmes noires en général que chez les femmes blanches. Certaines des conditions auxquelles les femmes noires sont plus exposées – notamment l’hypertension, l’obésité et le diabète – augmentent le risque de maladie cardiaque, ce qui rend les femmes noires plus vulnérables.

Comment se protéger : Si vous savez que vous avez une maladie cardiaque, il est préférable de consulter un médecin avant d’essayer de concevoir un enfant, car la grossesse va exercer un stress supplémentaire sur votre système circulatoire. Vous pouvez être orientée vers un spécialiste de la médecine fœto-maternelle, un type d’obstétricien spécialisé dans les grossesses à haut risque.

Cela dit, les maladies cardiaques sont souvent qualifiées de « tueur silencieux » pour une raison. Beaucoup de femmes ont des maladies cardiaques et ne s’en rendent même pas compte. Toutes les femmes enceintes et les femmes en post-partum devraient faire attention à ces signes d’alerte liés au cœur :

  • Gonflement ou prise de poids soudains et extrêmes
  • Fatigue extrême
  • Évanouissement
  • Toux persistante
  • Douleurs thoraciques
  • L’essoufflement

Si vous présentez l’un des symptômes ci-dessus, rendez-vous immédiatement aux urgences.

La façon dont elle est traitée : Le traitement des maladies cardiaques dépend de votre situation individuelle. Il peut vous être conseillé de suivre une thérapie pour des problèmes de stress et de santé mentale, ou de traiter des affections connexes comme l’hypertension et le diabète. On peut également vous prescrire une rééducation cardiaque (réadaptation) si vous avez déjà eu des problèmes cardiaques dans le passé.

8. Cardiomyopathie péripartum

Qu’est-ce que c’est ? La cardiomyopathie péripartum (PPCM) est une maladie cardiaque rare mais grave qui peut se développer plus tard au cours de la grossesse ou du post-partum et se produit lorsque les cavités du cœur s’agrandissent et que les muscles du cœur commencent à s’affaiblir. Cela empêche le cœur de pomper efficacement le sang riche en oxygène vers le reste de l’organisme. Environ 10 % des cas de PPCM se manifestent au cours du dernier mois de la grossesse et 80 % au cours des trois premiers mois de l’accouchement.

A lire  L'accouchement à domicile est-il plus sûr que l'accouchement à l'hôpital à cause du coronavirus ?

Les facteurs de risque : Des études montrent que les femmes noires courent un risque plus élevé de recevoir un diagnostic de PPCM et ce, à un plus jeune âge, mais il existe peu d’informations sur les facteurs qui rendent les femmes noires plus vulnérables, autres que le risque accru d’autres maladies cardiaques, de diabète et d’hypertension. Heureusement, le PPCM n’est pas courant et ne se développe que chez 1 000 à 1 300 femmes aux États-Unis chaque année.

On ne sait pas encore très bien ce qui cause la PPCM, mais des études suggèrent qu’il y a plusieurs facteurs souvent associés au diagnostic, comme

  • Mauvaise alimentation
  • Obésité
  • Forte consommation d’alcool
  • Fumer
  • Précédents problèmes cardiaques
  • Être enceinte de jumeaux
  • Âge (avoir plus de 30 ans)

Comment se protéger : Les experts affirment que si vous avez été diagnostiquée avec le PPCM au cours d’une grossesse, il est probable que vous le développiez à nouveau lors d’une grossesse ultérieure. Par conséquent, les médecins recommandent vivement aux femmes ayant déjà reçu un diagnostic de PPCM de consulter leur médecin avant d’essayer de concevoir à nouveau.

Il est important de connaître les signes et les symptômes du PPCM – notamment un gonflement extrême des mains et des pieds, une fatigue prononcée, des douleurs thoraciques et un rythme cardiaque irrégulier, entre autres – pour détecter la maladie à un stade précoce et la traiter le plus rapidement possible. Mais cela peut être délicat car de nombreux symptômes du PPCM reflètent les symptômes habituels de la grossesse. La meilleure chose à faire est de ne pas paniquer et de consulter votre praticien.

La façon dont elle est traitée : Si vous êtes atteint de PPCM, votre médecin s’efforcera probablement de stabiliser vos symptômes et de soulager la gêne qui y est associée. On vous prescrira peut-être aussi des médicaments pour le cœur.

Le travail peut être provoqué dans les cas plus graves, selon le stade de la grossesse, et les femmes enceintes dont le cas est moins grave seront suivies de près et ne seront provoquées que si leur état s’aggrave.

9. Fibromes

Qu’est-ce que c’est ? Les tumeurs des fibromes utérins sont des masses non cancéreuses de tissu musculaire qui se développent sur la paroi de votre utérus. La plupart des femmes qui ont des fibromes ont ensuite des grossesses tout à fait normales (et beaucoup de femmes ne se rendent même pas compte qu’elles en ont avant de subir leur première échographie).

Toutefois, leur présence comporte certains risques pour la grossesse, notamment le décollement placentaire (lorsque le placenta se détache de la paroi utérine avant l’accouchement), le travail prématuré et la césarienne. Les femmes noires doivent connaître les fibromes, car elles ont jusqu’à trois fois plus de chances d’en avoir que les femmes blanches, et les tumeurs risquent de grossir et de provoquer des douleurs intenses.

Les facteurs de risque : Les chercheurs ne savent toujours pas pourquoi les fibromes sont tellement plus fréquents chez les femmes noires, mais ils pensent qu’ils peuvent être liés au stress chronique associé à une exposition au racisme tout au long de la vie.

Outre le fait d’être noir, les facteurs de risque comprennent

  • Âge (le plus souvent dans les années 30 et 40)
  • Histoire de la famille
  • Obésité
  • Manger beaucoup de viande rouge

Comment se protéger : La grande majorité des femmes enceintes qui ont des fibromes ne connaissent aucune complication. Cela dit, si vous avez des saignements vaginaux, des douleurs au ventre ou des douleurs dorsales intenses, appelez votre médecin immédiatement – ce sont des signes de décollement placentaire, ce qui est grave.

La façon dont elle est traitée : On ne peut pas faire grand-chose pour les fibromes pendant la grossesse (et il y a de fortes chances que vous puissiez les laisser tranquilles même après l’accouchement). Mais s’ils vous dérangent, votre médecin peut vous suggérer de prendre de l’acétaminophène (Tylenol).

10. Hémorragie du post-partum

Qu’est-ce que c’est ? Jusqu’à 5 % des femmes souffrent d’une hémorragie post-partum (HPP), c’est-à-dire de saignements excessifs après l’accouchement. En général, l’HPP se produit immédiatement après l’accouchement, mais elle peut aussi survenir plus tard. Les femmes noires non hispaniques sont plus susceptibles de souffrir de complications graves que les femmes de toute autre race.

Les facteurs de risque : Plusieurs conditions contribuent à un risque plus élevé d’hémorragie post-partum. Il s’agit notamment de

  • Preeclampsia
  • Obésité
  • Sang et foie
  • Avoir une césarienne
  • Médicaments pour déclencher le travail ou arrêter les contractions prématurées
  • Déchirure vaginale ou cervicale
  • Travail rapide, ou travail de longue durée

Il existe également un léger risque accru d’HPP si vous avez des fibromes, ce qui peut expliquer pourquoi les femmes noires sont plus susceptibles de souffrir de complications de l’HPP.

Comment se protéger : Bien que la plupart des cas d’HPP se produisent dans l’heure qui suit la naissance d’un bébé, elle peut se produire jusqu’à 12 semaines après l’accouchement. Appelez immédiatement votre médecin si vous présentez l’un de ces symptômes :

  • Trempe de plus d’un tampon en une heure
  • Saignement vaginal rouge vif au-delà du troisième jour après la naissance
  • Des caillots de sang plus gros qu’une prune
  • Vision floue
  • Peau moite
  • Étourdissements
  • Faiblesse
  • Chills
  • Nausées
  • Sentiment d’évanouissement

La façon dont elle est traitée : Il existe des traitements efficaces contre l’HPP, et votre médecin en choisira un en fonction des raisons de votre saignement.

Soyez assurée que, bien que ces complications de grossesse touchent davantage les futures mamans noires que les femmes blanches (et celles d’autres races et ethnies dans certains cas), en vous rendant régulièrement à vos rendez-vous prénataux, en défendant vos intérêts, en posant beaucoup de questions et en restant en aussi bonne santé que possible, vous pouvez réduire vos chances de développer ces conditions pendant la grossesse. Vous pouvez également les gérer correctement si elles surviennent. Vous augmenterez ainsi considérablement vos chances d’avoir une grossesse et un bébé heureux et en bonne santé.

Bouton retour en haut de la page