Les grands-parents doivent-ils intenter une action en justice pour obtenir la garde d’un petit-enfant ?

C’est triste mais vrai. Il y a des moments où la garde des parents n’est pas dans l’intérêt des enfants. Dans ces moments-là, les grands-parents ont souvent le sentiment que c’est à eux qu’il revient naturellement d’intervenir. Parfois, le système juridique est d’accord, mais le plus souvent, la route pour obtenir la garde des grands-parents est longue et tortueuse. Bien qu’il existe des lois spécifiques sur les visites des grands-parents, une action en justice pour obtenir la garde des grands-parents est simplement considérée comme une action en justice pour obtenir la garde d’un tiers.

Le tribunal n’est pas obligé d’accorder une attention particulière au procès des grands-parents.

Les droits parentaux sont forts

En tant que grand-parent, vous pouvez ne pas être d’accord avec la façon dont vos petits-enfants sont élevés. Les parents ont cependant le droit d’élever leurs enfants comme ils l’entendent, tant qu’ils ne sont pas maltraités ou négligés. Même si les enfants sont élevés dans de très mauvaises conditions de vie, personne n’a le droit de les enlever à leurs parents, à moins que la situation ne corresponde aux critères de la maltraitance ou de la négligence. Un certain nombre d’États précisent même dans leurs lois que l’incapacité financière de s’occuper d’un enfant ne constitue pas un abus.

Qu’est-ce qui constitue un abus ? Les lois varient d’un État à l’autre mais comprennent généralement les éléments suivants :

Dans un certain nombre d’États, l’abus de substances par un parent peut également être considéré comme un abus d’enfant, mais généralement seulement lorsque des critères spécifiques sont remplis. La consommation de drogues par un parent en soi n’est pas considérée comme un abus d’enfant ; cependant, si un enfant reçoit des drogues ou est présent là où les drogues sont fabriquées ou stockées, la définition d’abus peut être remplie. Dans un certain nombre d’États, une femme qui consomme de la drogue pendant sa grossesse peut être considérée comme coupable d’abus envers l’enfant à naître. Quelques États précisent que l’abus de substances qui compromet la capacité des parents à s’occuper d’un enfant constitue un abus. Le Child Welfare Information Gateway, un service du ministère américain de la santé et des services sociaux, dispose d’informations spécifiques sur les lois relatives à la maltraitance des enfants dans chaque État.

Quand les parents renoncent à s’occuper de leurs enfants

La façon la plus courante dont les enfants finissent par être confiés à leurs grands-parents est que les parents les laissent faire. Parfois, cela se produit soudainement. Les parents déposent les enfants et ne reviennent tout simplement pas les chercher. Parfois, il s’agit d’un processus graduel dans lequel les enfants sont laissés de plus en plus longtemps à la garde des grands-parents, jusqu’à ce qu’ils se retrouvent à s’occuper de tous les aspects de l’éducation des enfants. Parfois, les parents, les grands-parents et les enfants vivent ensemble et les parents changent de résidence principale, laissant les enfants derrière eux. Moins souvent, les parents demandent aux grands-parents de prendre en charge les tâches parentales pendant qu’ils traversent des difficultés.

Dans presque tous les cas où un petit-enfant est pris en charge par un grand-parent, les parents partent du principe que la situation est temporaire.

Les grands-parents qui se trouvent dans l’une des situations décrites ci-dessus doivent être conscients des différents types de garde des grands-parents. Dans la plupart des cas, ils auront besoin d’une autorisation légale pour s’occuper correctement de leurs petits-enfants. Au minimum, les grands-parents auront besoin de formulaires qui leur permettront de prendre des décisions médicales et éducatives concernant leurs petits-enfants.

Au fil du temps, les grands-parents devraient réévaluer la situation et décider s’ils veulent essayer d’obtenir un arrangement plus formel. Lorsque les grands-parents finissent par élever leurs petits-enfants, il existe des raisons impérieuses de demander une forme de garde.

Quand les enfants sont emmenés loin

Les grands-parents peuvent également se retrouver avec des petits-enfants lorsque les enfants sont retirés du foyer par les services sociaux ou les forces de l’ordre. Aux États-Unis, une loi fédérale adoptée en 2008 exige que les parents adultes des enfants soient contactés et aient la possibilité de participer aux décisions concernant la prise en charge des enfants.

Cette loi signifie que les grands-parents peuvent avoir la possibilité de s’occuper de leurs petits-enfants, soit par le biais du système de placement familial, soit indépendamment de celui-ci, lorsqu’ils sont retirés du domicile de leurs parents.

Malgré la loi, des difficultés surgissent lorsque les parents sont difficiles à retrouver. C’est un argument puissant pour rester en contact avec les enfants adultes, même dans les circonstances les plus difficiles. Idéalement, les grands-parents devraient également être connus des voisins et des amis de leurs enfants adultes. En outre, les petits-enfants qui sont assez âgés devraient connaître les noms complets et les coordonnées de leurs grands-parents. Si les grands-parents doivent avoir les meilleures chances d’obtenir la garde de leurs enfants, ils doivent être informés immédiatement lorsque leurs petits-enfants sont retirés de leur foyer.

Si les grands-parents réussissent à obtenir la garde temporaire, ils devront se demander s’ils souhaitent essayer de devenir des parents d’accueil officiels pour leurs petits-enfants. Travailler dans le cadre du système de placement familial peut signifier un soutien supplémentaire, notamment financier, qui est souvent très nécessaire. Parfois, les grands-parents doivent suivre une formation ou remplir d’autres conditions pour pouvoir devenir parents d’accueil. Parfois, les organismes sociaux accordent une attention particulière aux grands-parents en raison de la relation particulière qu’ils entretiennent avec leurs petits-enfants.

Poursuivre pour obtenir la garde des enfants

Parfois, les services sociaux ne sont pas impliqués, mais les grands-parents ont des raisons de penser que leurs petits-enfants devraient être soustraits à la garde de leurs parents. Les grands-parents qui souhaitent obtenir la garde de leurs petits-enfants par le biais du système judiciaire se heurtent à des obstacles majeurs. Le premier est la question de la qualité pour agir, c’est-à-dire le droit d’intenter une action en justice en premier lieu. Les grands-parents peuvent avoir qualité pour agir s’ils ont été responsables de la garde de leurs petits-enfants pendant une période prolongée, en particulier si les parents ne s’occupent pas de leurs enfants ou ne leur apportent pas de soutien financier. Les grands-parents peuvent également obtenir la qualité pour agir en prouvant les abus ou l’inaptitude du ou des parents. N’oubliez pas que l’abus doit correspondre à la définition légale et que prouver l’inaptitude des parents implique bien plus que le simple fait de ne pas être d’accord avec la façon dont les petits-enfants sont élevés.

Si les grands-parents franchissent le premier obstacle, ils doivent alors prouver que la garde des grands-parents est dans l’intérêt supérieur de l’enfant. Cela est difficile car l’hypothèse sous-jacente est que les enfants sont mieux servis lorsqu’ils sont élevés par leurs parents, ou au moins lorsqu’ils entretiennent des relations avec leurs parents. Les grands-parents qui semblent aigris ou vindicatifs envers les parents de leurs petits-enfants ont peu de chances de se voir accorder la garde parce que les tribunaux supposeront qu’ils seront hostiles aux relations entre parents et enfants.

Les préférences des enfants peuvent être prises en compte par le tribunal s’ils sont suffisamment âgés pour exprimer une préférence. Si les grands-parents sont plus riches et capables de donner des avantages aux petits-enfants, il pourrait sembler que les grands-parents auraient un avantage au tribunal. En réalité, accorder une considération particulière à une partie en raison de sa situation financière ou sociale violerait le principe de l’égalité de traitement devant la loi.

Les ordonnances de garde peuvent être modifiées

Un autre principe important à retenir pour les grands-parents qui demandent la garde est que les ordonnances de garde peuvent être modifiées.

Donner la garde aux grands-parents ne met pas fin aux droits parentaux. Seule l’adoption le fait. Si la situation des parents change, la garde peut leur être confiée.

Les grands-parents peuvent se demander pourquoi ils devraient demander la garde si les ordonnances peuvent être modifiées. Il y a deux raisons à cela. Premièrement, le fait d’avoir un statut juridique approprié permettra aux grands-parents de prendre les meilleures décisions pour leurs petits-enfants. Deuxièmement, les grands-parents qui ont eu un certain type de garde légale sont dans une position plus forte si les parents récupèrent la garde et décident de couper l’accès des grands-parents à leurs petits-enfants, ce qui arrive beaucoup trop souvent.

En résumé

Les grands-parents qui se voient confier volontairement la garde de leurs petits-enfants par leurs parents peuvent souhaiter officialiser l’accord. Lorsque les petits-enfants sont retirés de leur foyer, les grands-parents doivent en être informés et avoir la possibilité de participer aux décisions relatives à la garde. Les grands-parents qui vont au tribunal pour retirer leurs petits-enfants à leurs parents sont confrontés à une tâche redoutable car on suppose que les enfants doivent être avec leurs parents. La barre pour prouver l’inaptitude d’un parent est assez haute. Même lorsque les grands-parents obtiennent la garde des enfants au tribunal, ils risquent de la perdre, à moins qu’ils n’adoptent leurs petits-enfants.

Bouton retour en haut de la page