Les monticules de l’île des Pins : Un mystère du Pacifique Sud résolu ?

Une petite île pittoresque du territoire français de la Nouvelle-Calédonie cache un mystère qui continue à défier toute explication rationnelle. Plus de 400 monticules herbeux, d’une hauteur moyenne de deux ou trois mètres, parsèment l’île des Pins. À première vue, ces « tumulus », comme les spécialistes les appellent, ne sont pas remarquables. Mais une poignée de fouilles menées en 1959-60 ont révélé ce qu’ils cachaient, des mystères qui déconcertent encore les archéologues et les historiens, qui les ont qualifiés, en 2015, de « cauchemar archéologique ».

Rien qui ressemble à ces structures n’a été découvert ailleurs, sauf un petit nombre sur l’île principale du pays. Toutes les tentatives faites jusqu’à présent par les archéologues et les historiens pour expliquer pourquoi elles ont été construites, et par qui, ont échoué – de façon spectaculaire – et la théorie actuelle du courant dominant ne fonctionne que si nous ignorons ce que les fouilles ont mis au jour.

Vue d'un tumulus couvert de végétation sur l'île des Pins. (auteur fourni)

Vue d’un tumulus couvert de végétation sur l’île des Pins. (auteur fourni)

Les mystérieux tertres de l’île des Pins

La première énigme est qu’à l’intérieur de chaque monticule arrondi de gravier et de terre de fer se trouve un grand et très lourd cube de béton solide et de haute qualité. Ces blocs ont une hauteur moyenne de 2 à 2,5 mètres. La datation au carbone des coquilles d’escargot fixées à l’extérieur du béton suggère que celui-ci a été fabriqué il y a 10 000 à 12 000 ans, soit plusieurs millénaires avant que le béton ne soit fabriqué partout dans le monde.

La technologie du béton dans le Pacifique Sud était en fait inconnue jusqu’à l’arrivée des Européens il y a tout juste deux siècles. De plus, cette datation est antérieure de plusieurs milliers d’années à l’arrivée de l’homme dans ces îles. Mais ce n’est pas tout.

Un arbre lisse et circulaire d’environ 30 cm de large descend verticalement au centre de chaque bloc de béton. Directement en dessous du puits, sous le sol, se trouve un grand cône ou un objet en fer en forme de sommet, pointant vers le bas sur environ 2 mètres de long. Des anneaux de pépites de fer entourent cet objet ainsi que le noyau lui-même. La fonction de cet objet métallique reste une énigme.

Croquis de fouille de l'intérieur du tumulus. (auteur fourni)

Croquis de fouille de l’intérieur du tumulus. (auteur fourni)

Explications précédentes

La première véritable excavation a eu lieu en 1959, lorsque les habitants de l’île des Pins ont utilisé l’un des tumulus comme source de gravier de fer pour la réparation des routes. Cette activité s’est toutefois arrêtée lorsque les ouvriers ont rencontré de manière inattendue son grand noyau de béton qui s’est avéré immunisé même contre la dynamite.

L’archéologue français Luc Chevalier s’est empressé d’enquêter et a ensuite effectué la première – et la plus complète à ce jour – fouille d’un tumulus. Cette étude a permis de découvrir pour la première fois les mystérieux artefacts à l’intérieur de ces structures et a fourni des échantillons à tester.

Cependant, juste au moment où le grand objet métallique en forme de cône était exposé, les côtés du site menaçaient de s’effondrer et la fouille s’est terminée alors que l’équipe se mettait en sécurité. Perplexe devant ce que la fouille avait révélé, Chevalier a poursuivi ses recherches à Nouméa. Il a ensuite enquêté sur plusieurs tumulus sur le continent, qui avaient également été détruits ou endommagés, mais n’a pas repris les fouilles sur l’île des Pins. En 1963, Chevalier publie ses conclusions et une longue liste de questions non résolues. Son rapport original (en français) peut être consulté en ligne.

A lire  Les civilisations anciennes et les années 60 : L'obsession des astronautes anciens

Mais avant que cela n’ait lieu, des chercheurs et des écrivains avaient commencé à spéculer sur le fait que cet énorme projet de construction sur une île isolée et éloignée pourrait représenter l’œuvre d’une civilisation avancée inconnue depuis longtemps, peut-être en visite depuis le Japon ou l’Asie, ou d’un royaume mythique tel que Mu, la Lémurie ou l’Atlantide. Même une civilisation extraterrestre en visite a été proposée comme une possibilité.

L’une des conclusions les plus perspicaces a été tirée dans un article de 1949 du géologue français Jacques Avias. Sans être plus précis, il propose une série d’arrivées anciennes dans le Pacifique Sud, antérieures aux Mélanésiens, et conclut « …on peut au moins avancer l’hypothèse suivante : une civilisation …antérieure à la civilisation kanake actuelle…cette civilisation avait une industrie néolithique plus avancée que les indigènes ».

Il n’a pas fallu longtemps pour que la pensée conservatrice remplace ces idées exotiques par des possibilités plus acceptables et plus terre-à-terre. La plus durable d’entre elles était que les monticules étaient en fait faits par des oiseaux géants mégapodes depuis longtemps disparus, pour y faire éclore leurs œufs. Il a été suggéré que les oiseaux remontent le sol jusqu’à ce qu’il forme un monticule où les œufs pouvaient être pondus, réchauffés par la végétation en décomposition placée par les oiseaux dans le trou. Au départ, le noyau de béton a été expliqué comme l’action entièrement naturelle de micro-organismes, de minuscules globules de calcite dans le sol liant d’une certaine manière les roches et les débris entre eux.

En haut : la brushturkey australienne sur son tertre. (D. Cowell/CC BY 3.0) En bas : Coupe transversale d'un monticule mégapode typique. (Peter Halasz/CC BY SA 2.5)

En haut : la brushturkey australienne sur son tertre. (D. Cowell/ CC BY 3.0 ) En bas : Coupe transversale d’un monticule mégapode typique. (Peter Halasz/ CC BY SA 2.5 )

Par la suite, un affinement de la théorie a proposé que les mégapodes soient excrétées de manière ordonnée dans le trou situé au sommet du monticule, les excréments devenant l’agent de chauffage des œufs. Avec le temps, les fientes d’oiseaux sont supposées s’être fossilisées et devenir le « ciment » que l’on trouve aujourd’hui. Bien que l’analyse chimique ait établi très tôt que le noyau de béton ne contenait aucun des éléments trouvés dans le guano, de nombreux chercheurs et historiens ont accepté sans critique cette fiction car elle ne remettait pas en cause les dates acceptées pour l’arrivée des hommes dans les îles de Nouvelle-Calédonie.

La théorie aviaire a reçu un coup fatal en mars 2016 avec la publication d’un article d’un groupe dirigé par un paléozoologue basé en Australie, Trevor H. Worthy. Après avoir noté les implications évidentes de l’absence totale de fragments d’obus dans ou près des tumulus, l’article a rapporté que les restes squelettiques des mégapodes ont établi de manière assez concluante que les oiseaux n’étaient, en fait, pas physiquement équipés pour tout type de construction de tertres et surtout pas de tertres à l’échelle de ceux trouvés en Nouvelle-Calédonie.

Dans leur article, Worthy et son équipe ont plutôt fait leur propre proposition pour expliquer les origines des tumulus, suggérant qu’une certaine « interaction entre la végétation et l’érosion » s’est combinée d’une manière ou d’une autre pour éroder le sol et lui donner les formes que nous voyons aujourd’hui. L’idée a été de courte durée.

A lire  Étudier la fin du monde : Les quatre cavaliers de l'apocalypse

En haut : Les restes de la carotte de béton excavée par Chevalier en 1959. En bas : Une vue en regardant son puits central. (auteur fourni)

En haut : Les restes de la carotte de béton excavée par Chevalier en 1959. En bas : Une vue en regardant son puits central. (auteur fourni)

Les créations des gens, pas des oiseaux !

L’année suivante, en 2017, l’archéologue français Louis Lagarde, basé à Nouméa, a publié un article de référence, « Ces mystérieux tertres étaient-ils vraiment pour les oiseaux ? » qui a fait tomber de façon convaincante le dernier rideau sur la théorie des mégapodes. Ce fut bien sûr un énorme pas en avant ; en soutenant que les tumulus étaient faits par des personnes, et non par des oiseaux ou un temps curieux, Lagarde semblait ouvrir la porte à des explications plus sensées. Cela ne s’est pas avéré être le cas.

Malgré ce développement prometteur et l’admission qu’aucun ossement, humain ou autre, n’a jamais été trouvé à l’intérieur de ces tumulus, Lagarde a alors affirmé que les tumulus n’étaient, après tout, que des tumulus funéraires construits par la population locale au cours des quelque 2 000 dernières années. Il a expliqué le manque d’os en proposant qu’au cours des siècles, l’acidité du sol et une certaine « exposition aux éléments » non définie les avaient complètement corrodés.

Le plus étonnant, c’est que malgré son expérience personnelle bien documentée sur le terrain et sa connaissance de première main du contraire, il a poursuivi en affirmant que les tumulus ne contenaient aucun matériel archéologique ! Avec cette seule déclaration, les noyaux de béton, les anneaux de nodules de fer soigneusement placés autour d’eux, les arbres parfaitement circulaires au centre des noyaux et le grand objet métallique en forme de cône situé en dessous ont tous été rejetés.

Questions dépassant le cadre général

Le lecteur a probablement remarqué que toutes les « explications » courantes ont une chose en commun : pour faire valoir leurs arguments, elles ont dû ignorer ce qui se trouve réellement à l’intérieur des tumuli. Cette dernière théorie a dû faire de même. Il est certain que les historiens et les scientifiques futurs se gratteront la tête sur l’état de l’archéologie du 21e siècle, du moins dans le Pacifique Sud.

Et là, en ce qui concerne la pensée consensuelle, la question reste posée. Mais les questions soulevées par l’archéologue français Louis Chevalier après avoir effectué cette première fouille cherchent encore des réponses :

Qui étaient les constructeurs ? D’où venait leur capacité à fabriquer du béton de haute qualité à une époque où cette technologie était inconnue ? Où sont-ils allés ?

Quelle motivation ou quel objectif pourrait pousser les gens à investir autant d’efforts pour ériger plus de 400 de ces structures [each averaging a volume of 500 cubic meters]?

Pourquoi un effort aussi massif n’a-t-il laissé aucune autre trace – pas d’outils, d’os, de charbon, de poterie ou d’autres objets culturels – ni dans le tumulus ni autour de celui-ci ?

Jeunes pins de l'île des Pins (Nouvelle-Calédonie). (bennytrapp /Adobe Stock)

Jeunes pins de l’île des Pins (Nouvelle-Calédonie). ( bennytrapp /Adobe Stock)

Pourquoi n’ont-ils pas utilisé cette capacité à fabriquer du béton pour construire d’autres ouvrages – leurs maisons et autres bâtiments importants, leurs sépultures et leurs lieux sacrés ?

Enfin, pourquoi la capacité de fabriquer un matériau aussi utile que le béton n’a-t-elle pas été exportée vers d’autres îles ? Pourquoi n’a-t-elle pas été transmise à des personnes ultérieures ? En effet, pourquoi cette capacité n’est-elle pas apparue ailleurs dans la région ?

A lire  Le Golden Ratio - Un nombre sacré qui relie le passé au présent

Révéler la séquence de construction

Des réponses complètes à ces questions restent à trouver, mais les enquêtes menées par l’auteur en Nouvelle-Calédonie depuis 2017 ont déjà permis de clarifier certaines choses. Ainsi, une nouvelle analyse chimique du béton à base de corail a été effectuée en Australie. Les dernières technologies disponibles ont confirmé les résultats rapportés dans les études pionnières.

L’examen minutieux du tumulus creusé par Chevalier a révélé des caractéristiques que son équipe avait manquées. Cela a permis d’émettre l’hypothèse d’une séquence de construction minimale, nécessitant au moins 9 étapes distinctes pour produire un seul tumulus et une énorme quantité de béton pour former le noyau. Bien sûr, tout cela a dû être répété des centaines de fois pour créer les structures que nous voyons aujourd’hui.

Les neuf étapes ont nécessité, au minimum, l'érection de chaque tumulus en fonction de ce que les fouilles ont déjà révélé. (auteur fourni)

Les neuf étapes ont nécessité, au minimum, l’érection de chaque tumulus en fonction de ce que les fouilles ont déjà révélé. (auteur fourni)

Des parties du mystère de l’île des Pins sont résolues

Une simple logique d’ingénierie nous dit quel était le but de tous ces efforts – les tumulus ont été construits pour stabiliser – à un degré exceptionnellement élevé – un type de pylône ou de pilier dans leurs fûts, mais nous ne connaissons pas encore le but du pylône lui-même. Que soutenait-il ? Pourquoi devait-il être si rigide ? Et, comme il n’en reste plus aujourd’hui, qu’est-il arrivé aux centaines de pylônes ?

Parmi les autres pièces du puzzle qui se mettent en place, on peut citer le fait que rien jusqu’à présent ne suggère que la construction des tumulus se soit déroulée sur une période prolongée où l’on s’attendrait à voir des améliorations, des improvisations ou le développement de différents styles. Tout laisse à penser qu’il s’agit d’un effort concentré et ponctuel.

Seuls deux des tumuli Paita de l’île principale conservent des traces – des surplus de matière première – du processus de construction et, peut-être, d’une phase d’expérimentation précoce avec des matériaux locaux. Si c’est le cas, nous pouvons supposer que le processus à base de silice a été abandonné au profit des ressources en fer facilement disponibles sur l’île des Pins.

Une nouvelle question intéressante s’est également posée : l’île des Pins est dominée par le « Plateau de fer », ainsi nommé en raison de l’abondance de fer sous forme de graviers et de pépites ; cela pourrait-il avoir un rapport avec la raison pour laquelle les constructeurs de tumulus ont choisi d’y construire ? Est-ce un indice qu’il s’agit d’une technologie de pointe ?

Déterminer tout cela est maintenant le défi à relever. La détermination de la fonction de l’objet métallique en forme de cône situé sous le puits pourrait constituer la piste la plus prometteuse pour les recherches futures. Il est évident que des travaux supplémentaires sont nécessaires pour résoudre le mystère, mais il faudra des personnes capables d’accepter les réalités archéologiques et qui ont l’esprit ouvert, et non pas seulement des gardiens de concepts dépassés.

Image du haut : Les monticules de l’île des Pins sont restés un mystère pendant des années. Source : Daniela Photography /Adobe Stock

Par Warren P. Aston

Pour ceux qui souhaitent obtenir plus de détails, des images, des rapports de fouilles et des références complètes, le document intérimaire de M. Warren P. Aston peut être consulté à ce lien : https://www.academia.edu/43699827/RECOVERING_A_PRIMAL_EVENT_IN_SOUTH_PACIFIC_PREHISTORY_NEW_CALEDONIAS_TUMULI_TOWARD_RESOLUTION

.

Bouton retour en haut de la page