Les outils de pierre à travers les âges

Le processus de création d’outils lithiques a pris des millions d’années à notre espèce hominine pour se perfectionner. Cependant, nous considérons souvent les outils en pierre comme une technologie primitive simpliste.

La maîtrise des techniques de taille de pierre (l’acte de façonner les outils en pierre) a permis aux humains de créer une pléthore d’engins en pierre allant des armes de chasse aux outils agricoles. Les outils en pierre étaient si essentiels que la pratique s’est poursuivie bien au-delà du néolithique, en particulier dans des endroits comme la Mésoamérique jusqu’à la fin du 17e siècle.

Dès que nos ancêtres hominins ont créé des outils en pierre, nous sommes devenus les artisans de notre destin. Cependant, peut-on dire que l’utilisation d’outils est un trait uniquement humain ? Après tout, les chimpanzés, ainsi que de nombreuses autres espèces animales, utilisent également des outils en pierre pour fouiller, chasser et se soigner. Les primates ont-ils appris cela des humains ou est-ce le contraire ?

De nombreuses autres espèces utilisent des outils. Selon la chercheuse Christina J. Campbell et ses collègues, l’utilisation d’outils chez les singes et les singes a fait l’objet d’une observation approfondie. Parmi les plus intéressants, on trouve les outils utilisés par les chimpanzés.

Les chimpanzés utilisent des pierres et du bois pour casser les noix. Les chimpanzés utilisent des pierres pour creuser des trous afin d’extraire les racines. Les chimpanzés utilisent également des bâtons pour extraire les termites et fabriquent des lances brutes pour chasser d’autres mammifères cachés dans les arbres, comme le mentionnent Campbell et al, « … Pruetz et Bertonali rapportent que les chimpanzés au Sénégal sondent avec des bâtons dans des trous pour capturer des proies vertébrées piégées ».

Chimp utilisant un bâton comme outil pour manger des fourmis. (Mike R / CC BY-SA 3.0)

Chimp utilisant un bâton comme outil pour manger des fourmis. (Mike R / CC BY-SA 3.0 )

Les capacités cognitives des cousins primates ont montré la possibilité que les humains ne soient pas les seuls à bénéficier de l’utilisation d’outils en pierre et en bois. Bien qu’il puisse être alarmant que les primates utilisent des outils en pierre et en bois pour chasser et fouiller, cela reste rudimentaire comparé à l’histoire et à la relation solide que nos ancêtres hominidés ont avec les outils en pierre.

Mode I : Industrie de l’outillage de Oldowan. Australopithèque ou Homo ? – 3,3 millions d’années avant J.-C. à 1,6 million d’années avant J.-C.

Comme l’indique le manuel de Spencer Larson, Our Origins-Discovering Physical Anthropology , les premiers outils en pierre découverts en 1978 par les paléoanthropologues Mary et Louis Leakey dans la gorge d’Olduvai en Afrique de l’Est datent du Pléistocène précoce, soit de 2,6 à 1,6 millions d’années.

Mary et Louis Leaky ont affirmé que ces pierres faisaient partie du complexe d’Oldowan du Paléolithique inférieur. Selon eux, il s’agissait des premiers signes de la culture hominine à avoir jamais existé.

Les outils en pierre découverts consistaient en des hachoirs basiques, des marteaux de pierre et des flocons délibérés, utilisés pour trancher la chair animale. Bien que très basique, c’était le signe d’une cognition hominine apprenant à manipuler les matériaux qui les entourent dans un but pratique.

Outil en pierre connu sous le nom de hachoir d'Oldowan. (Locutus Borg / CC BY-SA 2.5)

Outil en pierre connu sous le nom de hachoir d’Oldowan. (Locutus Borg / CC BY-SA 2.5 )

Compte tenu de la proximité des outils en pierre avec la découverte d’Homo habilis en 1960, en Tanzanie, H. habilis a été crédité d’être le premier utilisateur d’outils.

Pendant très longtemps, les Australopithèques ont été perçus comme n’étant pas assez intelligents pour créer des outils en pierre. Cependant, lorsque la découverte d’outils en pierre vieux de 3,3 millions d’années et de marques de coupe sur des restes d’os d’animaux fossilisés, découverts à Dikika, en Éthiopie, en 2010, a été faite, Shannon McPherron et son équipe ont mentionné que « notre découverte prolonge d’environ 800 000 ans l’ancienneté des outils en pierre et de la consommation d’ongulés assistée par des outils en pierre par les hominidés… ».

De plus, en 2015, Sonia Harmand et son équipe ont fait d’autres découvertes à Lomekwi, au Kenya, datant également de 3,3 millions d’années, soit 700 000 ans avant Oldowan. Avec ces découvertes, il a été prouvé que les Australopithèques étaient effectivement capables de créer des outils lithiques.

Mode II : Outils de l’industrie automobile. L’approche de la vie par la hache de l’Homo erectus – il y a 1,5 million d’années avant J.-C. à 150 000 avant J.-C.

Le terme Acheulean vient du site de Saint Acheul en France où ont été découverts en 1859 différents objets de hache à main. Les outils achéuléens se distinguaient des marteaux et des hachoirs fabriqués à partir d’Australopithecus ou d’H. habilis . Les hominidés ont continué à s’adapter, tout comme leurs outils lithiques.

Psssst ici:  Des pyramides à Stonehenge - les peuples préhistoriques étaient-ils des astronomes ?

La hache à main était l’outil le plus utilisé par le résistant Homo erectus qui s’est répandu en Afrique, en Europe et en Asie, ainsi que dans certaines parties de l’Indonésie il y a environ 1,5 million d’années. Ils ont ensuite mystérieusement disparu des archives fossiles il y a environ 130 000 ans.

Avec la plus grande capacité crânienne de H. erectus, leurs outils et leurs sociétés sociales sont peut-être devenus plus sophistiqués. On croit aussi que H. erectus a peut-être découvert le feu, ce qui lui permet de survivre dans les conditions les plus difficiles. Les outils en pierre utilisés par H. erectus ont fait preuve de précision.

Les outils en pierre étaient plus substantiels, plus grands, et notamment en forme de larmes. Une autre différence notable était l’utilisation de gros éclats provenant du noyau de la hache à main. Ces écailles ont également été retouchées, peut-être pour les racleurs de peaux et les sculpteurs sur os et sur bois.

Avec H. erectus , il y avait aussi Homo ergaster et Homo heidlebergensis , qui étaient également associés à l’industrie achéuléenne du Mode II. L’un des outils les plus célèbres est une hache en quartz rose trouvée avec 30 autres individus dans une fosse de mort vieille de 430 000 ans sur un site à Sim de os Huesos, en Espagne. Le professeur Eudald Carbonell et son équipe, qui ont découvert les outils et les restes, ont cru que c’était « …la première preuve de comportement rituel et de symbolisme dans l’espèce humaine… ».

L’importance d’une telle découverte reflète la progression et l’avancement de la pensée cognitive, qui révèle un progrès socioculturel. Des universitaires et des chercheurs tels que Chris Stringer suggèrent que la pensée abstraite issue des outils de pierre et de la culture pourrait également avoir donné naissance au concept de l’au-delà.

Mode III : Les techniques de Levallois néandertalien et l’industrie de l’outillage moustérien – 100 000 à 40 000 avant J.-C.

Mode III L’industrie de l’outillage moustérien s’est développée entre 100 000 ans et environ 40 000 ans. Lorsque l’on parle de l’industrie de l’outillage en Mode III, deux termes sont utilisés comme synonymes. Le premier est moustérien, qui vient d’un site français révélant deux abris sous roche à Peyzac-le-Moustier situé en Dordogne, France. Ce terme est utilisé pour décrire le placement de l’industrie lithique.

La seconde est la technique de Levallois, qui s’appuie sur les découvertes faites à Levallois-Perret en France au XIXe siècle. Levallois est un terme utilisé pour décrire une méthode spécifique de création d’un outil lithique.

Selon Whittaker, « …les industries moustériennes mettent toutes l’accent sur les outils à écailles, en particulier les grattoirs… ». La sophistication qui a été révélée dans l’outil reste démontrée par les progrès importants que les Néandertaliens ont réalisés. La technique de Levallois, à laquelle les Néandertaliens se sont perfectionnés, s’est révélée plus difficile à produire que les outils achéuléens de leurs prédécesseurs H. erectus.

Les Néandertaliens fabriquaient des outils en pierre en utilisant la technique de Levallois pour fabriquer une pointe acérée. (Archaeodontosaurus / CC BY-SA 3.0)

Les Néandertaliens fabriquaient des outils en pierre en utilisant la technique de Levallois pour fabriquer une pointe acérée. (Archaeodontosaurus / CC BY-SA 3.0 )

Leur procédé consistait à frapper des flocons à partir d’un noyau lithique préparé ressemblant à la carapace d’une tortue. Une fois formée, la plate-forme du noyau modifié était finalement frappée, ce qui entraînait la séparation d’un important flocon lithique en un grand bord en forme de larme.

Cela a révélé que les Néandertaliens avaient besoin d’une immense quantité de planification préalable, de prévoyance et d’intelligence cognitive pour exécuter une telle tâche. Les Néandertaliens ont utilisé cette technique pour produire différents types de racleurs. Les autres outils étaient des haches à main, des couteaux et des fers de lance. En plus de ces outils, les technologies créées par les Néandertaliens ont également intégré l’utilisation de poix pour coller leurs lances aux bâtons de bois, comme l’ont prouvé Paul Kozowyk et ses chercheurs en 2016.

Les outils en pierre ont été perfectionnés, notamment les Néandertaliens qui utilisaient de la poix pour coller leurs lances aux bâtons de bois. (Crédit image : Paul Kozowyk/ Le Sourcier )

Les outils en pierre ont été perfectionnés, notamment les Néandertaliens qui utilisaient de la poix pour coller leurs lances aux bâtons de bois. (Crédit image : Paul Kozowyk/ Le Sourcier )

Bien que les Néandertaliens aient révélé une sophistication et une adaptabilité cognitives sans précédent pour tout autre hominin, il y avait aussi un côté plus sombre. L’une de ces facettes est l’évidence du cannibalisme, tel qu’il a été exploré par Hélène Rougier et ses chercheurs à la Caverne Troisieme de Goyet en 2015. Rougier et son équipe ont examiné les restes du squelette de 99 Néandertaliens dont « …près d’un tiers des spécimens de Néandertaliens portent des marques de coupure… ».

En outre, les grottes de Goyet ont produit de nombreux restes d’os de Neandertal, en particulier des fémurs, qui ont d’abord été traités à partir de carcasses, puis délibérément réorientés pour être utilisés comme outils de retouche pour le raffinement des bords lithiques.

On ignore encore s’il s’agissait d’une pratique rituelle ou d’une nécessité délibérée pour la survie. Quelles qu’en soient les raisons, ces vestiges révèlent encore un aperçu potentiel des capacités cognitives des Néandertaliens et des pratiques mortuaires sociales et culturelles qu’ils ont pu avoir.

Psssst ici:  Wootz Steel : Le mystérieux métal utilisé dans les lames de Damas

L’industrie de l’outil aurignacien en mode IV – il y a 50 000 à 26 000 ans.

De nombreux chercheurs se sont interrogés sur le sort exact des Néandertaliens lors de l’émergence de l’Homo sapiens moderne. La question de savoir s’ils se sont croisés ou s’ils ont été déplacés et tués par le H. sapiens restera un mystère. Cependant, avec l’expansion mondiale de H. sapiens en Afrique, en Asie, en Europe et au Moyen-Orient, une autre percée technologique lithique a été réalisée dans les techniques et les variations d’outils explicitement conçus pour le mode de vie nomade de H. sapiens.

Bien que les grattoirs, les haches et les lames soient toujours fabriqués, la sophistication réside dans l’efficacité du traitement des pierres utilisées. La période à laquelle cette technologie a été placée se situe au Paléolithique supérieur.

L’une des caractéristiques les plus marquantes des outils en pierre aurignacienne était la création de lames lithiques par opposition aux éclats aiguisés provenant de noyaux préparés. Un autre aspect du travail lithique était également le détail et la précision mis en place dans la fabrication d’autres outils à partir d’os et de pointes de bois.

Mode V : L’industrie des outils microlithiques – 35 000 avant J.-C. à 3 000 avant J.-C.

Au fur et à mesure que le temps passait et que H. sapiens commençait à se répandre, la précision concernant la fabrication continue d’autres outils spécifiques commençait à se faire sentir. La production de Microliths, ou outils lithiques mesurant environ un centimètre de long pour les pointes de lance et de flèche plus fines. Il peut s’agir aussi de pointes de flèches et de lames retouchées par manque de ressources ou par souci d’efficacité.

Outils en pierre aurignacienne - Microlithes. (Th. Fink Veringen / CC BY-SA 3.0)

Outils en pierre aurignacienne – Microlithes. (Th. Fink Veringen / CC BY-SA 3.0 )

Les microlithes sont devenus très importants dans toute l’Asie, l’Afrique et l’Europe. Elles faisaient désormais partie d’un système plus complexe de fabrication de lances et de flèches.

Ce qui était à l’origine un flocon travaillé fixé à un arbre a maintenant été rationalisé par des milliers d’années d’innovation. Les microlithes étaient fixées à des arbres en bois en utilisant de l’os, de la résine, des fibres et du brai pour créer une arme plus précise, plus souple et plus durable.

En outre, les armes fabriquées qui consistaient en microlithes servaient désormais à des fins spécifiques plutôt qu’à un outil généralisé. De telles armes ont été la création des harpons, des projectiles légers ressemblant à des javelots, et des flèches de conception différente pour des faunes différentes.

Industrie des outils néolithiques. Le nouvel âge de la pierre – 12 000 à 6 500 ans avant J.-C.

Avec le développement de l’agriculture au Proche-Orient, les changements dans la technologie lithique ont commencé à prendre une autre tournure. Bien qu’il existe encore des preuves de l’utilisation d’outils lithiques pour la chasse, plusieurs modèles d’outils ont été mis au point pour l’agriculture.

Des meules, des manos et des mortiers sont apparus pour traiter les céréales et le blé cultivés. Les techniques se sont également affinées, passant de l’écaillage à des méthodes plus précises d’affûtage et de façonnage des outils lithiques.

Pierres de mouture du néolithique utilisées pour moudre les grains. (José-Manuel Benito Álvarez / CC BY-SA 2.5)

Pierres de mouture du néolithique utilisées pour moudre les grains. (José-Manuel Benito Álvarez / CC BY-SA 2.5 )

Dans les années à venir, la création d’outils en bronze et en fer va bientôt s’imposer dans les domaines de la chasse et de l’agriculture, mais elle ne marquera pas la fin de l’utilisation des outils en pierre. Étant donné la rareté et le coût élevé de la création d’outils en bronze et en métal, les outils en pierre pour la chasse, les armes et les faucilles étaient encore utilisés dans les ménages en raison de leur caractère pratique et accessible.

Cette période a également révélé les débuts de la domestication des animaux. D’autres formes d’outils ont commencé à se développer, notamment la création de poteries et d’autres objets matériels culturels. Cependant, toutes les cultures du monde n’ont pas développé ces outils et ces biens matériels dans le même ordre que celui qui est indiqué dans la liste.

Pourtant, d’autres cultures dans le monde ont continué à perfectionner et à ajuster les outils lithiques, comme on l’a vu en Amérique du Nord avec l’utilisation étendue de la technologie Clovis, ainsi que dans les Amériques plus tard avec les lames prismatiques mésoaméricaines.

L’utilisation des outils dans les Amériques de Clovis aux Aztèques – 10 000 avant J.-C. à 1521 après J.-C.

Bien qu’il existe des preuves de l’existence de groupes pré-Clovis sur le continent américain, l’un des meilleurs exemples de spécification de l’utilisation des outils est la culture Clovis paléoaméricaine et ses outils de chasse à la mégafaune. Le nom Clovis provient de la découverte d’un fer de lance dans la localité de Blackwater près de Clovis, au Nouveau-Mexique, dans les années 1920.

Si les véritables Paléo-hommes qui ont utilisé ces outils restent mystérieux, la prédominance du dessin de la lance de Clovis se retrouve surtout en Amérique. Comme le dit Whittiker, « les pointes Clovis ont été trouvées à côté des os de mammouths dépecés… ils chassaient aussi des bisons, des chevaux, des chameaux, des mastodontes… ».

Psssst ici:  Pigments toxiques : Les couleurs les plus meurtrières de l'histoire

Pointes de projectiles Clovis. (Bill Whittaker / CC BY-SA 3.0)

Pointes de projectiles Clovis. (Bill Whittaker / CC BY-SA 3.0 )

La gamme dans laquelle la technologie Clovis était utilisée allait de 12 500 avant J.-C. à environ 10 000 avant J.-C. Cependant, la technologie Clovis a disparu en même temps que la mégafaune. Cela ne signifie pas nécessairement que le peuple Clovis s’est éteint lui aussi, il a peut-être continué à adapter ses méthodes de chasse et à changer ses outils pour survivre.

Au fur et à mesure des progrès agricoles réalisés dans les Amériques, l’utilisation des outils lithiques s’est également développée. Des réseaux commerciaux complexes se sont également développés. L’une de ces routes commerciales massives, concernant le commerce des lames d’obsidienne, se trouve dans les réseaux commerciaux fluviaux de la mystérieuse Cahokia. Une civilisation qui pourrait avoir contrôlé les routes commerciales fluviales du Canada au Mexique même.

Les techniques méso-américaines de production de lames d’obsidienne étaient parmi les plus élaborées au monde. Leur production de lames prismatiques, de longues lames étroites, contenait un seul long bord tranchant et était utilisée à plusieurs fins.

Fragment de lame prismatique en obsidienne provenant de l'ancien site maya de Chunchucmil, Yucatan. Une lame prismatique est un outil long, étroit, spécialisé dans les éclats de pierre, avec un bord tranchant, comme une petite lame de rasoir. (David R. Hixson / CC BY-SA 2.5)

Fragment de lame prismatique en obsidienne provenant de l’ancien site maya de Chunchucmil, Yucatan. Une lame prismatique est un outil long, étroit, spécialisé dans les éclats de pierre, avec un bord tranchant, comme une petite lame de rasoir. (David R. Hixson / CC BY-SA 2.5 )

D’autres techniques impliquaient la percussion indirecte, qui nécessitait parfois deux artisans pour la préparation, la réduction bipolaire, à laquelle il fallait une pierre d’enclume et une pierre de marteau, ainsi que de nombreuses autres techniques pour continuer à affiner et à créer des outils en pierre.

L’utilisation d’outils en pierre dans les Amériques s’est poursuivie jusqu’au premier contact avec les Espagnols, auxquels les Aztèques ont utilisé des atlantes en obsidienne et des épées en bois garnies de lames d’obsidienne connues sous le nom de Macuahuitl contre eux pendant la période post-classique en 1521. Même après la colonisation, de nombreux groupes méso-américains ont utilisé des outils en pierre pour l’agriculture et les usages domestiques jusque tard dans le XVIIe siècle.

L’histoire des outils en pierre est étroitement liée au développement de la cognition humaine, de la société et de la culture. C’est l’une des nombreuses adaptations que notre espèce a développées pour survivre dans un monde paléolithique impitoyable.

Actuellement, il y a une volonté de poursuivre l’étude des lithiques dans l’espoir d’approfondir la compréhension de la cognition préhistorique. Il est à espérer qu’entre ce qui a été observé avec les chimpanzés utilisant des outils et une longue histoire d’hominidés utilisant des outils, les chercheurs pourront un jour découvrir ce qui a spécifiquement façonné nos anciennes origines.

Image du haut : L’évolution des outils en pierre. Source : Andreï Gonchar / Adobe Stock.

Par B.B. Wagner

Références

Campbell, C., Fuentes, A., Mackinnon, K., Bearder, S. et Stumpf, R. 2011. Primates in Perspective (2 e édition). Oxford University Press. [Online] Disponible à l’adresse suivante : https://www.researchgate.net/publication/262067788_Primates_in_Perspective_2nd_edition

Daley, J. 2017. Des expériences montrent comment les Néandertaliens ont fabriqué la première colle . Smithsonian Magazine. [Online] Disponible à l’adresse suivante : https://www.smithsonianmag.com/smart-news/experiments-show-how-neanderthals-made-first-glue-180964718/

Delpiano, D., et Peresani, M. 2017. Exploration des compétences de Néandertal et de l’économie lithique. L’implication d’une reconstruction de la séquence de réduction des discoïdes par l’analyse virtuelle 3D . Académie des sciences. [Online] Disponible à l’adresse suivante : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S163106831730074X

Fuentes, A. 2011. Anthropologie biologique : Concepts et liens . McGraw Hill Education.

Gillaspy, R. 2017. Homo Habilis Facts : Leçon pour les enfants . [Online] Disponible à l’adresse suivante : https://study.com/academy/lesson/homo-habilis-facts-lesson-for-kids.html

Harmand, S., Lewis, J., Feibel, C., Lepre, C., Prat, S., Arnaud, L., Boës, X., Quinn, R., Brenet, M., Arroyo, A., Taylor, N., Clément, S., Daver, G., Brugal, J-P., Leakey, L., Mortlock, R., Wright, J., Lokorodi, S., Kirwa, C., Kent, D., et Roche, H. 2015. Des outils en pierre vieux de 3,3 millions d’années provenant de Lomekwi 3, Turkana occidental, Kenya. Nature. [Online] Disponible à l’adresse suivante : https://www.researchgate.net/publication/277004244_33-million-year-old_stone_tools_from_Lomekwi_3_West_Turkana_Kenya

Holloway, M. 1996. Mary Leakey : déterrer l’histoire . Scientific American . [Online] Disponible à l’adresse suivante : https://www.scientificamerican.com/article/mary-leakey-unearthing-hi/

Jurmin, R., Kilgore, L., Travathan, W. et Nelson, H. 2003. Introduction à l’anthropologie physique . Wadworth Publishing.

Larsen, C. 2017. Nos origines. Découvrir l’anthropologie physique . Norton & Company.

McPherron, S., Alemseged, Z., Marean, C., Wynn, J., Reed, D., Geraads, D., Bobe, R., et Béarat, H. 2010. Preuve de la consommation de tissus animaux assistée par des outils en pierre avant 3,39 millions d’années à Dikka, en Éthiopie . Nature. [Online] Disponible à l’adresse suivante : https://www.nature.com/articles/nature09248

Rincon, P. 2003. Preuve des premières inhumations humaines . BBC. [Online] Disponible à l’adresse suivante : http://news.bbc.co.uk/2/hi/science/nature/2885663.stm

Rougier, H., Crevecoeur, I., Beauva, C., Posth, C., Flas, D., Wissing, C., Furtwängler, A., Germonpré, M., Gómez-Olivencia, A., Semal, P., Van der Plicht, J., Bocherens, H., et Krause, J. 2016. Le cannibalisme de Neandertal et les os de Neandertal utilisés comme outils en Europe du Nord . Rapports scientifiques. [Online] Disponible à l’adresse suivante : https://www.researchgate.net/publication/304944320_Neandertal_cannibalism_and_Neandertal_bones_used_as_tools_in_Northern_Europe

Whittaker, J. 1994. La taille de silex, la fabrication et la compréhension des outils en pierre. University of Texas Press.

.

Bouton retour en haut de la page