Les Romains à Pompéi ont réparé les routes avec du fer fondu

La ville enterrée de Pompéi continue à fournir de nombreux renseignements sur la société, l’économie et la culture romaines. Les cendres et la pierre ponce, qui sont tombées sur Pompéi depuis le Vésuve, ont gelé la ville dans le temps. Une étude récente de son réseau routier a cependant fourni un autre aperçu fascinant. Il semble que les Romains, pleins de ressources, aient réparé les routes avec du minerai en fusion au 1er siècle de notre ère.

Une étude des routes qui traversent le site archéologique a été réalisée par Eric Poehler de l’Université du Massachusetts Amherst, la chercheuse indépendante Juliana van Roggen et Benjamin Crowther de l’Université du Texas à Austin selon l’archéologie. Org . Ils ont découvert que les rues étroites pavées de pierres s’orniéraient et s’embourbaient avec le temps. Il semble que de lourds chariots et charrettes aient creusé de profondes ornières dans les routes, pendant plusieurs années.

Le mauvais état des routes les aurait rendues très difficiles à parcourir et même dangereuses. Un mauvais système de transport aurait été mauvais pour l’économie locale et aurait perturbé la vie quotidienne.

De profondes ornières se sont formées dans les rues pavées de Pompéi lorsque les charrettes ont érodé les pierres :

De profondes ornières se sont formées dans les rues pavées de Pompéi lorsque les charrettes ont érodé les pierres : « A » montre une zone de la rue avec de profondes ornières ; « B » montre une zone avec des réparations ; la section « C » montre une autre section avec de profondes ornières. ( Eric Poehler / Fair Use)

La nouvelle technique de réparation des routes

Les chercheurs ont noté qu’il y avait beaucoup de « gouttelettes, éclaboussures et taches de fer trouvées dans les rues de Pompéi », rapporte l’Archéologie. Org . Ils se sont ensuite concentrés sur la réalisation d’une étude des restes de fer dans les rues de Pompéi.

Selon l’American Journal of Archaeology, ils ont trouvé « 434 cas de fer solide et de tache de fer parmi les pavés ». Il est vite apparu que les Pompéiens avaient utilisé du fer fondu pour réparer les routes de leur ville, avant l’éruption du Vésuve.

C’était une découverte passionnante car personne ne soupçonnait encore que les Romains utilisaient du métal en fusion pour réparer leurs routes pavées. L’enquête menée par les trois experts a prouvé pour la première fois que les Romains utilisaient cette technique ingénieuse de réparation des routes. Les chercheurs pensent que l’utilisation du fer fondu était idéale pour réparer les routes en ornière de l’ancienne Pompéi.

Des restes de fer trouvés dans les rues de Pompéi :

Des restes de fer trouvés dans les rues de Pompéi : « A » montre une gouttelette de fer, « B » une éclaboussure de fer, et « D » une tache de fer. ( Eric Poehler / Fair Use)

Live Science rapporte que « le repavage complet dans la pierre était une entreprise difficile et coûteuse qui pouvait bloquer d’importantes voies de passage dans une ville pendant des mois ». Ensuite, les routes devaient être réparées régulièrement, car le trafic intense sur les routes userait le pavage de la chaussée à quelques années d’intervalle. Les Romains ont donc trouvé une solution intelligente pour résoudre ce problème, qui témoigne de leurs grandes compétences en matière d’ingénierie.

Psssst ici:  Nilomètres : L'invention ingénieuse de l'Egypte ancienne utilisée jusqu'aux temps modernes

Exemple de l’ingéniosité romaine

L’étude a révélé qu’ils chauffaient le fer et le déversaient dans les trous et les ornières de la route. Une fois le minerai en fusion durci, les routes pouvaient même être empruntées par de lourdes charrettes. Les experts ont également trouvé des preuves que des morceaux de poterie et de céramique étaient utilisés comme matériau de remplissage pour combler les trous et les ornières.

Live Science rapporte que « cette méthode de réparation était moins chère et plus rapide que le repavage d’une rue, ont constaté les chercheurs ». Elle aurait également permis de réduire au minimum les perturbations de la circulation causées par la réparation des routes, ce qui était exigé par les citoyens de Pompéi, tout comme cela l’est dans les villes modernes.

L'aspect général d'une telle route métallisée dans une rue existante de Pompéi

L’aspect général d’une telle route métallisée dans une rue existante de Pompéi. (Roede / Domaine public )

Il est assez mystérieux de savoir comment les Romains ont pu appliquer du minerai fondu liquéfié dans les rues. Ils auraient eu besoin « de chauffer le fer ou les scories de fer entre 2 012 et 2 912 degrés Fahrenheit », rapporte Popular Mechanics .

En se basant sur des reconstitutions de fonderies, les experts pensent que les Romains avaient la technologie pour produire la haute température nécessaire. Cependant, cette méthode de réparation des routes laissait souvent des éclaboussures de fer inesthétiques dans les rues, selon les conclusions de l’étude. Les chercheurs ont découvert que les réparations à l’aide de minerai liquéfié étaient effectuées juste avant la destruction de la ville .

Les esclaves publics ont fait le travail

L’Italie romaine était une société qui s’est construite sur l’esclavage au 1er siècle après J.-C. Il semble probable que des esclaves spécialement formés aient été employés pour fondre le minerai de fer et qu’ils aient également été chargés de verser le métal chauffé dans les nids de poule qui se développaient dans les rues. Ils devaient transporter le minerai et le verser dans les pavés de pierre endommagés.

Psssst ici:  Boggling Bannerstones of Ancient Americans : Étaient-ils une fonction de fuite ou plutôt une fantaisie ?

C’était un travail dangereux, mais les esclaves étaient nombreux et remplaçables. Les réparations de la route auraient pu être effectuées par des « esclaves publics », selon Live Science, qui appartenaient à la municipalité de Pompéi.

Les esclaves romains construisaient et réparaient les routes

Les esclaves romains construisaient et effectuaient des réparations sur les routes. ( johnwoodcock )

L’équipe poursuit son étude et procède actuellement à des tests sur le fer afin de déterminer sa provenance.

Cette étude démontre les grandes compétences pratiques des Romains, qui ont été l’un des facteurs qui leur ont permis de conquérir et de maintenir un empire aussi vaste. La prévalence de cette pratique doit être étudiée plus avant. Les recherches montrent également que l’ancienne Pompéi a développé un système de réparation des routes qui était peut-être plus efficace que celui de nombreuses municipalités modernes.

Image du haut : Le passage des charrettes pendant des décennies pourrait provoquer des ornières (comme celle qui est montrée), en particulier dans les zones à forte circulation de Pompéi. Source : Eric Poehler / Fair Use.

Par Ed Whelan

.

Bouton retour en haut de la page