Les Romains maîtrisaient la nanotechnologie et l’utilisaient pour décorer leurs yeux

Un étrange calice a fait son chemin dans la collection du British Museum dans les années 1950. Il s’agit d’un artefact romain vert jade vieux de 1600 ans appelé la Coupe de Lycurgus. L’image sur le calice est une scène emblématique du roi Lycurgus de Thrace, mais l’élément qui distingue cette coupe est l’effet de la lumière sur elle. Si la coupe est allumée par devant, elle est vert jade, mais lorsqu’elle est allumée par derrière, elle brille rouge sang. A l’époque où les scientifiques étaient déconcertés par cette caractéristique étonnante, ils ne pouvaient pas comprendre comment les Romains y parvenaient – maintenant nous le savons.

La réponse est finalement apparue en 1990. Des chercheurs anglais ont examiné au microscope des fragments de verre brisé et ont découvert que l’artisan romain qui avait fabriqué le calice était un pionnier de la nanotechnologie. De minuscules particules d’argent et d’or ont été ajoutées au verre – des particules si petites qu’elles n’avaient que 50 nanomètres de diamètre. Cela signifie que ces éléments avaient moins d’un millième de la taille d’un grain de sel de table.

Détail de la vitre romaine lorsqu'elle est éclairée par derrière.

Détail de la vitre romaine lorsqu’elle est éclairée par derrière. (Les administrateurs du British Museum/ CC BY NC SA 4.0 )

Vous pouvez vous moquer de l’idée que les Romains avaient prévue pour une telle chose – mais le travail était précis et il n’est pas possible que l’effet se soit produit par accident. Le mélange de particules d’or et d’argent utilisé dans la création du calice montre que les Romains de l’Antiquité avaient maîtrisé un certain contrôle sur les nanoparticules. La lumière fait vibrer les mouchetures de métal dans le verre de manière à changer la couleur du calice en fonction de la vue que l’on a de l’artefact. L’archéologue Ian Freestone, de l’University College de Londres, a salué l’exploit des Romains comme « une prouesse étonnante ».

Une autre partie de la scène sur la Coupe de Lycurgus romaine.

Une autre partie de la scène sur la Coupe de Lycurgus romaine. (Les administrateurs du British Museum/ CC BY NC SA 4.0 )

Bien que les Romains aient utilisé cette technologie comme décoration, la nanotechnologie est aujourd’hui appliquée à d’autres domaines de la vie. Par exemple, elles sont utilisées pour diagnostiquer les maladies et détecter les risques biologiques aux points de contrôle de sécurité. De nos jours, les scientifiques et les ingénieurs ont constaté que les nanotechnologies ont un potentiel inexploité. Un ingénieur de l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign, nommé Gang Logan Liu, a travaillé avec des collègues pour mener une étude sur la réaction des nanoparticules d’or et d’argent avec diverses solutions.

Ils ont rempli une plaque de plastique avec des nanoparticules des deux métaux dans une combinaison similaire à celle que l’on voit dans la Coupe de Lycurgus. Les chercheurs ont ensuite mélangé les particules avec de l’eau, de l’huile, du sucre ou du sel. Leurs résultats ont montré des changements de couleur différents selon les substances mélangées. Plus intéressant encore, ils ont découvert que le prototype qu’ils ont créé était 100 fois plus sensible aux niveaux de sel que les capteurs commerciaux le sont aujourd’hui. Les options sont infinies. Qui sait ? Peut-être qu’un jour ce prototype sera utilisé dans un appareil portable pour détecter des agents pathogènes dans des échantillons de salive ou d’urine. Il pourrait également avoir des applications pour aider les responsables de la sécurité à empêcher les liquides dangereux d’entrer dans les avions.

Une solution contenant différentes quantités de nanoparticules d'or.

Une solution contenant différentes quantités de nanoparticules d’or. (Aleksandar Kondinski/ CC BY SA 4.0 )

Comme vous le voyez, les Romains étaient bien plus avancés dans certains domaines que ce que la plupart des gens leur attribuent. Et l’utilisation des nanotechnologies n’est pas la seule chose pour laquelle ils ont été capables de nous battre. Par exemple, les scientifiques ont découvert que le béton romain vieux de 2 000 ans qui a été mis en place sous les vagues de la Méditerranée est supérieur au béton disponible aujourd’hui. Le béton romain surpasse son homologue moderne en termes de durabilité et il est également plus respectueux de l’environnement. Il semble que l’examen de la technologie antique pourrait être la clé de la prochaine grande découverte !

Image du haut : La coupe Lycurgus. Source : Les administrateurs du British Museum/ CC BY NC SA 4.0

Par April Holloway

.

Bouton retour en haut de la page