L’histoire contre la légende : À la recherche d’Énée, le réfugié de Troie

La mythologie romaine désigne Énée comme le fondateur de la grande nation de Rome et l’ancêtre de ses peuples. En fait, son histoire commence bien avant que Rome n’existe. Alors que les Romains revendiquent ce qui devrait être considéré comme un patriarche purement mythologique, y a-t-il un fondement historique à l’homme et à l’épopée en son nom ?

L’Énéide : Les errances d’Énée

Né le 15 octobre 70 avant J.-C., Publius Virgilius Maro ou Virgile, sera considéré comme l’un des plus grands poètes de Rome. Commandé sous Auguste, son œuvre inachevée et la plus belle, l’Énéide, sera publiée et bien accueillie, à titre posthume. Sur son lit de mort, Virgile donna des instructions claires pour détruire toutes les copies de l’épopée. De toute évidence, cela ne s’est pas produit. Virgile mourut le 21 septembre 19 avant J.-C.

Virgile lisant l'Énéide à Auguste, Octavie et Livie.

Virgile lisant l’Énéide à Auguste, Octavie et Livie. ( Domaine public )

Qu’est-ce qui a rendu l’Enéide si spécial ? Il retrace les pérégrinations d’Énée, aux côtés de ses compagnons réfugiés troyens, depuis Troie jusqu’à la colonisation de l’Italie et l’unification de tout le Latium. Énée deviendra le légendaire ancêtre de Romulus et de Rémus et, à son tour, des Romains. Son histoire sera présentée comme une épopée nationale.

L’Iliade fait allusion à Énée et à sa survie dans la guerre de Troie, lorsque le guerrier troyen fut confronté au vengeur Achille après la perte de son ami proche et cher, Patrocle, aux mains d’Hector. On lit dans le livre 20.300-308 de l’Iliade

« Mais viens, conduisons-le hors de la mort, de peur que le fils de Cronos ne se fâche d’une manière ou d’une autre si Achille le tue ; car il est destiné à lui échapper, afin que la race de Dardanus ne périsse pas sans semence et ne soit plus vue – Dardanus que le fils de Cronos aimait par-dessus tout les enfants qui lui naissaient de femmes mortelles. Car maintenant, le fils de Cronos en est venu à haïr la race de Priam ; et maintenant sûrement, le puissant Énée sera roi parmi les Troyens, et les fils de ses fils qui naîtront dans les jours à venir ».

Les traditions d’Énée et de sa migration des Dardanelles se sont répandues dans tout le monde romain. Le premier lien entre Énée, ses voyages et la fondation de la civilisation romaine remonte aux écrits du poète latin Naevius, au IIIe siècle. On pense généralement que les œuvres de Naevius ont grandement inspiré Virgile.

Nous avons également la Tabula Iliaca, un monument romain datant de l’époque d’Auguste et érigé à l’origine à Bovillae, à 12 miles au sud-est de Rome, illustrant des scènes de la chute de Troie.

Tabula Iliaca : relief avec illustrations tirées des poèmes homériques et du cycle épique, premier siècle avant J.-C.

Tabula Iliaca : relief avec des illustrations tirées des poèmes homériques et du cycle épique, premier siècle avant J.-C. ( Domaine public )

Sous la scène représentant Énée et son père Anchise, qui porte les « objets sacrés », et qui part pour Hespériade, une inscription dit « Sac de Troie selon Stesichorus ». Aujourd’hui, les chercheurs modernes restent sceptiques face à cette citation. Faisant partie du cycle de Troie, l’Iliupersis (ou Sac d’Ilium) est une épopée grecque ancienne perdue et ne survit que par fragments. A-t-elle été composée à l’origine par le poète Stesichorus, au sixième siècle avant J.-C. ? Son auteur original reste un mystère et il reste à valider s’il existe ou non un texte poétique faisant allusion à Énée.

Des traditions comme celles-ci, parmi celles qui circulaient à l’époque, auraient produit des légendes variées dans lesquelles Virgile s’est tissé en un récit unique et complet ; bien sûr, avec des libertés artistiques.

Il va sans dire que l’Énéide a également été grandement inspirée par Homère et son Iliade et Odyssée. Par exemple, l’histoire d’amour d’Énée avec Didon présente de nombreux parallèles avec celle d’Ulysse et de Calypso dans l’Odyssée. Les jeux funéraires de Patrocle dans le livre 23 de l’Iliade reflètent les concours organisés par Énée à l’occasion de l’anniversaire de la mort de son père. La descente d’Énée dans le monde souterrain présente de nombreuses similitudes avec celle d’Ulysse et son voyage au royaume d’Hadès.

A lire :  L'empereur romain Néron : Mérite-t-il sa réputation de mauvais garçon ?

Didon et Énée

Dido et Enée ( Domaine public )

Historiquement, les preuves littéraires ne remontent pas aussi loin dans le temps que nous le souhaiterions. Cela nous laisse avec l’archéologie de la Méditerranée pendant ce qui a été considéré comme une période très volatile de notre histoire humaine.

Le mystérieux effondrement de l’âge de bronze

Vers 1200 avant J.-C., le monde de la Méditerranée orientale allait apporter un changement sans précédent. Les grandes civilisations de l’âge du bronze s’effondrent et, dans certains cas, disparaissent complètement de l’histoire. L’âge du fer a marqué un nouveau départ.

L’empire hittite se dissout immédiatement pour donner naissance aux cités-états néo-hittiennes. Les villes cananéennes ont été confrontées à des bouleversements intérieurs lorsque leurs habitants se sont réinstallés sur les hauts plateaux et dans des communautés plus isolées. Les Phéniciens, les Israélites, les Moabites, entre autres, renaissent de leurs cendres. L’Égypte a à peine survécu mais n’a jamais conservé sa gloire d’antan.

En Grèce, cependant, une autre histoire est racontée. L’empire grec mycénien et sa sphère d’influence ont connu une fin abrupte vers 1100 avant J.-C., et en 1050 avant J.-C., presque toutes les traces de la culture mycénienne avaient complètement disparu. L’écriture en écriture linéaire B a cessé. Les centres palatiaux, les villes et les villages ont été abandonnés. Les liens commerciaux vitaux avec le monde extérieur ont disparu. Cette période sombre s’est poursuivie jusqu’à la fin du IXe siècle avant J.-C.

Nos sources principales pour cette période sont les tombes creusées, les épopées homériques, et les travaux et jours d’Hésiode . La cause de ce déclin est encore largement inconnue, bien que les spécialistes l’attribuent aux tremblements de terre, aux famines, à l’instabilité économique et politique, à la piraterie, aux invasions de groupes ethniques étrangers, etc.

Maintenant seulement des ruines - La porte du lion de l'âge de bronze à Mycènes.

Maintenant seulement des ruines – La porte du lion de l’âge de bronze à Mycènes. (Andreas Trepte/ CC BY-SA 2.5 )

L’écrivain classique Thucydide, brosse un tableau où les villes deviennent petites, faibles et pauvres. Il y avait un manque de communication ou de commerce. La piraterie et l’insécurité étaient répandues, ce qui nécessitait le port d’armes. Il y avait des migrations constantes et des troubles entre les peuples. Dans quelle mesure cela reflète-t-il la réalité ?

Y a-t-il jamais eu une guerre de Troie ?

Y a-t-il jamais eu une guerre de Troie ? C’est-à-dire une bataille presque légendaire entre les Grecs et les Troyens. Si nous lisons Homère et le cycle de Troie composé plus tard, la littérature dirait qu’elle a bien eu lieu, mais que dit l’archéologie à ce sujet ?

Murs de Troie, Hisarlik, Turquie.

Murs de Troie, Hisarlik, Turquie. (CherryX / CC BY-SA 3.0 )

Heinrich Schliemann, un riche entrepreneur de profession, a passé ses années de retraite anticipée à découvrir et à fouiller les sites de Troie (aujourd’hui Hisarlik, en Turquie) et de Mycènes (dans la partie nord-est du Péloponnèse, en Grèce) à la fin du XIXe siècle après J.-C., bien qu’il ait utilisé des méthodes peu orthodoxes et désastreuses. Il n’était pas un archéologue de formation.

Schliemann n’était qu’un homme simple et passionné par Homère. En 1868, il se lia d’amitié avec le vice-consul américain de Turquie, Frank Calvert, qui pensait lui-même que la légendaire ville de Troie se trouvait sous les ruines gréco-romaines classiques d’Hisarlik. Calvert en avait l’emplacement et Schliemann l’argent. Les fouilles commencèrent et se poursuivirent pendant des années.

Ce qui a été découvert est une ville complexe, à plusieurs niveaux, qui existait depuis le début de l’âge du bronze et qui a finalement été abandonnée pendant l’âge du fer. Chaque couche a connu une fin, sous une forme ou une autre, que ce soit à la suite d’un tremblement de terre ou d’une guerre, laissant la place à la réinstallation et à de nouvelles constructions.

Le Masque d'Agamemnon est un artefact découvert à Mycènes en 1876 par Heinrich Schliemann. Il a été baptisé

Le Masque d’Agamemnon est un artefact découvert à Mycènes en 1876 par Heinrich Schliemann. Il a été baptisé « Joconde de la préhistoire ». ( CC BY-SA 2.0 )

Au cours des fouilles d’Heinrich Schliemann et des autres fouilles qui ont suivi, l’identification de la Troie d’Homère est devenue problématique. Par exemple, le niveau VI de Troie correspondait aux descriptions d’Homère d’une grande et riche ville aux murs obliques entourant la citadelle, mais le niveau VIh a été détruit par un tremblement de terre ca. 1300 AV. Le niveau VIIa de Troie (1230 – 1190/80 av. J.-C.) ne semblait pas aussi grandiose que celui décrit par Homère, mais est cependant tombé en guerre.

A lire :  La vengeance du pirate Jeanne de Clisson, la lionne de Bretagne

Il a également présenté des preuves d’un éventuel siège dans lequel beaucoup ont dû vivre dans des conditions inconfortables et exiguës pendant un certain temps avant de finalement succomber aux ravisseurs. Il n’est pas clair si les opposants à Troie VIIa étaient des Grecs mycéniens ou un autre groupe de peuples égéens (d’après la découverte de pointes de flèches de style égéen). Les fouilles sur le site se sont poursuivies jusqu’au début du 21e siècle après J.-C. À chaque fouille, le site a révélé plus d’indices, bien qu’il reste encore trop de questions sans réponse. Il fallait chercher ailleurs.

Plan du site archéologique de Troie/Hisarlik.

Plan du site archéologique de Troie/Hisarlik. ( Domaine public )

À l’est de Troie, l’empire hittite régnait sur la plus grande partie de l’Anatolie, centrée à Hattusa, près de l’actuel Boğazkale (anciennement, Boğazköy), en Turquie. Dans les ruines de la puissante citadelle hittite, on a découvert des piles de tablettes cuites. Chacune était écrite en écriture cunéiforme, mais dans ce qui était à l’époque une langue non déchiffrée, jusqu’à ce que des chercheurs au milieu du 20e siècle après J.-C. découvrent que la langue hittite était celle d’un type indo-européen précoce.

Avec son code craqué, ces tablettes réécriraient l’histoire de l’âge du bronze tardif. Dans les textes traduits, on trouve des activités et des négociations entre deux puissances mondiales, les Hittites et les Ahhiyawa.

Tablette mycénienne inscrite en linéaire B provenant de la maison du marchand d'huile, Mycènes. La tablette indique la quantité de laine qui doit être teinte. La figure masculine est représentée au verso.

Tablette mycénienne inscrite en linéaire B provenant de la maison du marchand d’huile, Mycènes. La tablette indique la quantité de laine qui doit être teinte. La figure masculine est représentée au verso. ( CC BY-SA 3.0 )

Au début, l’origine de ces Ahhiyawa a laissé les savants perplexes, mais ils ont vite été identifiés comme les Achéens d’Homère, ou les Grecs mycéniens. Du XVe siècle avant J.-C. jusqu’au XIIe siècle avant J.-C., les Mycéniens ont participé à diverses activités tout au long de la côte de l’Anatolie occidentale, à la fois pour et contre l’empire hittite. Un autre élément de preuve essentiel est la lecture d’un petit royaume vassal au nord-ouest de l’Anatolie, couramment appelé Wilusa.

Wilusa a été immédiatement identifié avec l’Ilios d’Homère, qui était un autre nom pour Troie. Ces tablettes continueront à fournir une série de personnages qui se retrouveront plus tard dans l’épopée homérique, tels que Atreus, Alexandros (autre nom de Paris), et même une possible représentation de Priam.

Nous avons ici des preuves de la présence de Grecs sur le sol anatolien, mais peut-on trouver la guerre de Troie d’Homère ? Malheureusement, non. Du moins, pas encore. La destruction de la couche VIIa de Troie s’inscrit bien dans le cadre temporel d’Homère et, bien qu’elle apporte la preuve que sa fin est le résultat d’une guerre, une fois encore, nous ne pouvons pas placer de manière appropriée le Mycénien comme adversaire. Ce que nous trouvons cependant, c’est de la poterie mycénienne datant de la fin de la couche VIIa.

La procession du cheval de Troie à Troie ( Domaine public ) Bien que cela semble impressionnant, il n’y avait pas de vrai cheval de Troie.

Quant aux tablettes hittites, la plupart de ces textes datent de générations antérieures, ce qui coïncide également avec la couche VI de Troie. Répétant la note précédente, cette couche s’est terminée par un acte de mère nature, c’est-à-dire un tremblement de terre.

Lorsque les chercheurs modernes tentent de reconstituer ce puzzle, ils découvrent une série d’événements distincts qui auraient pu inspirer les conteurs ultérieurs. Certains chercheurs ont même conclu que la guerre n’a pas eu lieu entre les Mycéniens et les Troyens, mais plutôt entre les Mycéniens et les Hittites sur les terres où Troie résidait. Troie était un centre économique, reliant les mondes oriental et occidental. Elle était également une porte d’entrée entre la Méditerranée et la mer Noire. Avoir le contrôle de cette terre aurait apporté une grande richesse économique à ses dirigeants.

Cet ensemble d’activités impliquant les Mycéniens finira par former un récit unique et fluide qui sera chanté par des bardes voyageurs comme Homère. Le rôle du barde était de divertir. Guidé par les muses et prenant des libertés artistiques si nécessaire, le barde tissait la mythologie dans son histoire.

A lire :  Eleanor, comtesse de Desmond : L'héroïne irlandaise "oubliée".

C’est la mythologie qui a organisé les faits historiques, qu’ils proviennent d’époques distinctes. Serons-nous jamais vraiment en mesure d’identifier une guerre de Troie ? Peut-être pas, mais nous avons les pièces nécessaires pour créer collectivement une série d’événements qui inspireraient une telle guerre.

Les peuples de la mer et les migrations vers la mer Tyrrhénienne

Avec l’effondrement de leurs villes et de leurs nations, les gens ont pris la terre et la mer à la recherche d’une nouvelle vie et de nouvelles opportunités. Ce groupe mystérieux était communément appelé les Peuples de la mer, un titre qui leur avait été donné par les anciens Égyptiens. Il s’agissait d’une confédération de migrants qui a joué un rôle influent pendant la période de l’âge de bronze tardif de la Méditerranée orientale.

Les Shardana (parfois appelés les Sherden) étaient un groupe guerrier de peuples de la mer qui ont occupé le Levant à partir du 14ème siècle avant JC et plus tard. Ils sont assez bien documentés par de multiples sources. Bien que leurs origines exactes soient inconnues, on pense qu’ils sont venus de la région générale de la mer Égée. On trouve des preuves de leur occupation au Proche-Orient dès les lettres d’Amarna (EA 81, EA 122 et EA 123) datant du 14e siècle avant J.-C. J.-C. Ils y ont servi dans le cadre d’une garnison égyptienne à Byblos.

Les chercheurs ont pu isoler des similitudes entre les représentations égyptiennes de la Shardana et les statuettes en bronze du XIe au VIe siècle avant J.-C. provenant de l’île de Sardaigne, située à l’ouest du continent italien. En outre, une stèle du 9ème/8ème siècle avant J.-C. provenant de l’ancienne ville sarde de Nora porte les mots Srdn en symboles phéniciens. Les migrants de Shardana ont-ils quitté la Méditerranée orientale pour se réinstaller sur l’île de Sardaigne, et ont-ils fini par prêter leur nom à l’île elle-même ?

Un autre groupe de peuples de la mer, plus obscur, était celui des Shekelesh. Ils ne sont mentionnés qu’en passant dans les textes anciens des Égyptiens et des Ougarits, et ont fait leur apparition dans le delta du Nil vers 1220 avant J.-C. Ils sont probablement originaires de la partie occidentale du continent anatolien, plus précisément des Sagalassos (remarquez les similitudes entre les noms).

On a également émis l’hypothèse qu’ils ont migré vers l’Ouest et se sont installés sur l’île de Sicile, décrite dans des textes ultérieurs comme les Sikels. Tout comme les Shardana, on pense qu’ils ont eux aussi prêté leur nom à l’île.

Les origines d’Enée

Pouvons-nous valider, dans une certaine mesure, les voyages d’un groupe de migrants anatoliens vers l’Ouest, partant de la Méditerranée orientale et s’installant finalement quelque part dans la mer Tyrrhénienne ? Les migrations des Peuples de la mer ont-elles inspiré les histoires ultérieures d’Énée ?

Nous avons certaines pièces de ce puzzle archéologique qui peuvent faire allusion à un tel événement ou à une telle série d’événements. Cependant, il reste encore beaucoup à découvrir et le fort potentiel de nouveaux indices attendant d’être tirés de la terre.

Image du haut : Enée fuyant Troie » (1753) de Pompeo Batoni. Source : Domaine public

Par Petros Koutoupis

Références

Campbell, David A. Greek Lyric III : Stesichorus, Ibycus, Simonides et autres. Cambridge : Harvard UP, 1991. 107. [Print]

Cline, Eric H. The Trojan War : A Very Short Introduction. New York : Oxford UP, 2013. [Print]

D’amato Raffaele et Andrea Salimbeti. Les peuples de la mer de l’âge du bronze en Méditerranée. New York : Osprey P, 2015. [Print]

Homer. L’Iliade.

Macqueen, J.G. Les Hittites : Et leurs contemporains en Asie Mineure. 2e éd. New York : Thames & Hudson, 2003. [Print]

Nagy, Gregory. « Homère est-il historique ? Une interview de l’Odyssée de l’archéologie. » Interview par Jack Meinhardt. Archaeology Odyssey May/Jun. 2004 : 26+. [Print]

Virgile. L’Énéide.

.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!