L’homme de Java et la découverte du « chaînon manquant » dans la théorie de l’évolution

La seconde moitié du XIXe siècle a été une période incroyablement passionnante et controversée pour l’exploration des origines de l’humanité. La théorie de Darwin sur l’origine des espèces par la sélection naturelle, publiée en 1869, a suscité une vive controverse. Elle semblait en contradiction avec le récit chrétien et le débat sur les nouvelles idées de la communauté scientifique atteignait maintenant un point culminant. Ce nouveau défi radical à la ligne créationniste religieuse pourrait-il être juste ?

Avoir une théorie était une chose, mais il appartenait aux scientifiques d’apporter (comme leur méthode) des preuves concluantes. Des preuves physiques seraient nécessaires pour combler les lacunes. Darwin avait trouvé une sacrée pièce de théâtre à partir de ses observations sur les pinsons des Galapagos. Est-ce que ça a marché ? L’une des premières nouvelles preuves qui semblaient donner plus de poids à la théorie est venue sous la forme de l’homme de Java.

La découverte de l’homme de Java

Java Man est le nom donné à un ensemble de fossiles appartenant à un hominin éteint qui ont été découverts sur l’île indonésienne de Java. Les fossiles ont été découverts vers la fin du 19ème siècle et étaient les premiers fossiles connus d’une espèce d’humain archaïque connue sous le nom d’Homo erectus. La découverte de l’hominin de Java a suscité une grande controverse et, pendant un certain temps, on a même cru à un canular. Bien que la découverte n’ait pas été prise au sérieux à cette époque, l’homme de Java a finalement été classé comme Homo erectus et a gagné sa place dans l’histoire de l’évolution humaine.

Psssst ici:  Comment l'ADN fossile ancien révèle les secrets de nos origines humaines

L’histoire de Java Man commence dans les années 1880, lorsqu’un anatomiste et géologue néerlandais du nom d’Eugène Dubois se rendit en Asie du Sud-Est. Élève d’Ernst Haeckel, qui était à son tour un partisan de la théorie de l’évolution de Darwin, Dubois avait pour mission de trouver le « chaînon manquant » entre les humains et les singes. Il a commencé son travail à Sumatra, une autre île indonésienne. Lorsque Dubois a entendu parler de la découverte d’anciens ossements humains près de Wajak, un village javanais non loin de Tulung Agung, dans l’est de Java, il s’est installé sur cette île. Soit dit en passant, les ossements humains découverts ont été identifiés plus tard comme appartenant à un humain moderne, par opposition à un humain ancien, comme on le pensait auparavant.

Les trois principaux fossiles de l'homme de Java découverts en 1891-92 : une calotte, une molaire et un fémur, chacun vu sous deux angles différents. (Domaine public)

Les trois principaux fossiles de l’homme de Java découverts en 1891-92 : une calotte, une molaire et un fémur, chacun vu sous deux angles différents. ( Domaine public )

En tout cas, Dubois est arrivé à Java en 1890, et a commencé son travail en août 1891 le long de la rivière Solo à Trinil. Son « équipe » se compose de deux sergents de l’armée et de 50 travailleurs forçats indiens. En octobre de la même année, une calotte de crâne est découverte et peu de temps après, un fémur, ainsi qu’une dent, sont retrouvés dans la même fosse. En utilisant des graines de moutarde, Dubois a mesuré la capacité crânienne du crâne, et a conclu que le propriétaire de la calotte avait un petit cerveau. Quant au fémur, Dubois a remarqué qu’il avait un aspect moderne, et l’a considéré comme la preuve que son propriétaire avait une posture droite. Au départ, Dubois a nommé sa découverte Anthropithecus erectus (qui signifie « homme-singe en érection »), mais l’a ensuite remplacée par Pithecanthropus erectus (qui se traduit par « homme-singe en érection »).

Psssst ici:  Signification ancienne de l'équinoxe d'automne

Reconstruction d'un crâne de Java Man en 1922. Le crâne et le cerveau de Pithecanthropus, l'homme-singe de Java, tel que restauré par J. H. McGregor à partir des quelques restes. La restauration montre le front bas et en retrait et les crêtes de sourcils proéminentes. (Domaine public)

Reconstruction d’un crâne de Java Man en 1922. Le crâne et le cerveau de Pithecanthropus, l’homme-singe de Java, tel que restauré par J. H. McGregor à partir des quelques restes. La restauration montre le front bas et en retrait et les crêtes de sourcils proéminentes. ( Domaine public )

Un rejet prévisible

Dubois a publié sa découverte en 1894, ce qui a provoqué une tempête de controverses à l’époque. Son affirmation selon laquelle il avait découvert l’insaisissable « chaînon manquant » s’est heurtée à la résistance de la communauté scientifique et du grand public. Cette expérience a rendu Dubois amer, qui a décidé d’enfermer les fossiles dans un coffre pendant les trois décennies suivantes. Ce comportement secret a conduit à la spéculation selon laquelle l’Homme de Java était un canular. Dubois est mort aigri en 1940, car sa découverte n’avait pas été prise aussi sérieusement qu’il l’avait souhaité. Quatre ans plus tard, les restes ont été examinés par Ernst Mayr, un biologiste américain, et l’Homme de Java a été reclassé comme homo erectus .

La localité du Pithecanthropus trouve, sur la rivière Solo, près de Trinil, Java. Les deux carrés blancs indiquent l'endroit où le fémur (à gauche) et la calotte crânienne (à droite) ont été découverts. (Domaine public)

La localité de Pithecanthropus se trouve sur la rivière Solo, près de Trinil, Java. Les deux carrés blancs indiquent l’endroit où le fémur (à gauche) et la calotte crânienne (à droite) ont été découverts. ( Domaine public )

Confirmation de nouvelles découvertes

Par la suite, d’autres fossiles d’homo erectus ont été trouvés à Java, notamment à Sangiran et Modjokerto, ce qui a permis de mieux connaître cette espèce d’hominidés disparue. Selon l’entrée de l’homme de Java dans l’Encyclopaedia Britannica, l’homme de Java avait une capacité crânienne moyenne de 900 cm3, et son crâne est décrit comme « plat de profil avec peu de front ». Sur le sommet de la tête se trouve une crête, qui était attachée à des muscles puissants de la mâchoire. De plus, l’Homme de Java avait « des os crâniens très épais, des arcades sourcilières lourdes, et une mâchoire massive sans menton ». Bien que les dents de l’homme de Java soient similaires à celles de l’homme moderne, elles présentent également des caractéristiques proches de celles des singes, comme « des canines qui se chevauchent partiellement ». Enfin, les fémurs ont montré que l’Homme de Java marchait debout, et on a estimé que cette espèce pouvait atteindre une hauteur de 170 cm.

Psssst ici:  La comète qui a changé la civilisation - et qui pourrait le faire encore

Une reconstruction du crâne de Java Man datant de 1922, basée sur la découverte de Trinil 2. (Domaine public)

Une reconstruction du crâne de Java Man datant de 1922, basée sur la découverte de Trinil 2. ( Domaine public )

Enfin, on peut dire que des spécimens d’homo erectus ont également été découverts en Chine dans les années 20 et 30. Bien que cela ait confirmé la théorie de Dubois selon laquelle l’homme de Java était une espèce de l’homme primitif, le Néerlandais lui-même a refusé de l’accepter, car il considérait les fossiles chinois comme des « Néandertaliens dégénérés ».

Image du haut : Les fossiles originaux de l’Homme de Java, Musée national d’histoire naturelle, Leyde, Pays-Bas. Source de la photo : Wikimedia.

Par Wu Mingren

.

Bouton retour en haut de la page