L’incident du dirigeable Aurora : Crash d’OVNI, fièvre de Mars ou canular ?

L’exemple le plus célèbre de l’histoire d’un ovni qui s’est écrasé est l’incident de Roswell en 1947. Cet événement est connu pour avoir contribué à l’émergence de la sous-culture moderne des OVNI et de l’idée que la Terre est régulièrement visitée par des êtres intelligents. Un exemple moins connu est celui qui s’est produit 50 ans plus tôt dans une ville du nord du Texas en 1897. Il s’agit de l’incident de l’Aurore. Bien que la plupart des enquêteurs rejettent l’incident du dirigeable Aurora comme un canular, il est toujours célébré par certains amateurs d’OVNI comme un exemple précoce de repérage d’OVNI et d’atterrissage en catastrophe.

L’incident du dirigeable Aurora

Selon le Dallas Morning News, le 19 avril 1897, un dirigeable a été vu aux premières heures du matin dans la petite ville d’Aurora, au Texas. Il avait la forme d’un cigare et ne se déplaçait qu’à une vitesse d’environ 16 km à l’heure. Les observateurs de la ville ont regardé le véhicule dériver lentement à travers la ville jusqu’à ce qu’il survole la propriété du juge J.S. Proctor.

C’est là que la catastrophe s’est produite lorsque le dirigeable est entré en collision avec un moulin à vent, provoquant une explosion. Une fois l’explosion terminée, les habitants de la ville ont examiné l’épave et ont récupéré le pilote. L’histoire devient alors particulièrement étrange.

Le pilote a été décrit comme étant gravement défiguré, mais reconnaissable comme non humain. De plus, le pilote avait des papiers avec lui qui étaient écrits en hiéroglyphes non identifiables. Les témoins ont déclaré que le pilote n’était « pas un habitant de ce monde ».

T.J. Weems, un agent du service local des signaux et une personne décrite comme une « autorité en matière d’astronomie », a suggéré que l’individu pourrait être de la planète Mars. Le lendemain, le pilote a reçu un « enterrement chrétien » et une pierre tombale a été placée au-dessus de la tombe.

Sur la pierre tombale, un dessin grossier du véhicule du pilote a été réalisé. Cette pierre tombale aurait été volée en 1973, il n’y a donc aucune trace de la pierre tombale et aucune information sur l’endroit où le pilote a été enterré. En 2008, les réalisateurs d’un épisode de la série « UFO Hunters » ont trouvé une tombe non marquée qui, selon eux, pourrait être celle du pilote. Cependant, ils n’ont pas été autorisés à exhumer la tombe, de sorte qu’il n’y a aucun moyen de savoir si la tombe non marquée contenait les restes d’un pilote, et encore moins d’un pilote extraterrestre.

Photo de la pierre tombale de l'OVNI extraterrestre Aurora. (Ville d'Aurora)

Photo de la pierre tombale de l’OVNI extraterrestre Aurora. ( Ville d’Aurora )

Plausibilité de l’histoire

Bien que l’incident du dirigeable Aurora ne soit devenu largement connu qu’à la fin des années 60 et au début des années 70, l’événement est considéré comme l’incident original de Roswell par certains au sein de la communauté des OVNI. Le problème de cette conclusion est qu’il y a peu de preuves que l’incident de l’Aurora ait eu lieu, et encore moins qu’il s’agisse d’un vaisseau spatial extraterrestre qui s’est écrasé.

Dans les années 1970, les enquêteurs ont interrogé des personnes qui étaient en vie au moment de l’incident. Ils ont révélé des incohérences notables dans le récit. Un exemple de ces incohérences est que le dirigeable était censé avoir heurté un moulin à vent dans la ferme du juge J.S. Proctor. Or, il n’y avait pas de moulin à vent dans sa ferme au moment où la collision aurait dû se produire.

En outre, il n’y a aucune preuve de l’existence de documents personnels liés à l’événement, tels que des factures pour l’enlèvement des débris, ou de toute trace du corps du pilote placé dans le cimetière de l’Aurora. Il n’existe pas non plus de musées, de sociétés historiques ou de particuliers qui possèdent des exemples de morceaux de débris ou d’écrits qu’ils auraient trouvés sur la personne du pilote et qui contiennent des hiéroglyphes extraterrestres.

De plus, la prétendue autorité en matière d’astronomie, T.J. Weems, n’était pas un officier du service des signaux mais le forgeron de la ville. Ces problèmes jettent un doute sur la validité de l’histoire. La conclusion des journalistes et des historiens qui ont enquêté sur l’événement est que l’incident du dirigeable Aurora était probablement un canular inventé pour créer plus de publicité et de tourisme pour une ville qui se mourait.

A lire  L'escalier hélicoïdal de la chapelle de Loretto et autres miracles

L'incident du dirigeable Aurora était-il un canular inventé pour créer plus de publicité et de tourisme ? (Facebook/Eric Shirey)

L’incident du dirigeable Aurora était-il un canular inventé pour créer plus de publicité et de tourisme ? ( Facebook/Eric Shirey )

Explications alternatives

Les sceptiques disent qu’il s’agit d’un canular, alors que les croyants en l’OVNI sont plus susceptibles de croire que cela s’est produit. Il existe cependant une troisième possibilité. Il se pourrait que l’histoire soit basée sur un événement réel dans lequel un dirigeable avec un pilote humain s’est écrasé près de la ville et le pilote a été tellement défiguré par l’accident qu’ils ne l’ont pas reconnu comme un être humain .

Les dirigeables et les ballons ont une histoire beaucoup plus ancienne que celle des autres aéronefs, comme les avions. Le plus ancien exemple de dirigeable fonctionnel est probablement celui utilisé par Jean Pierre Blanchard pour traverser la Manche en 1784. Il a pu en contrôler le vol grâce à une hélice actionnée à la main. Le premier dirigeable à vapeur a été fabriqué par Henri Gifford en 1852.

Dans les années 1870, des dirigeables propulsés par un moteur à combustion interne avaient déjà été mis au point. Les dirigeables n’étaient pas nouveaux dans la culture occidentale dans les années 1890, mais il est possible que les habitants des régions rurales éloignées des États-Unis, qui décrivaient le nord du Texas à l’époque, ne connaissaient pas la technologie des dirigeables. Il est également possible qu’un dirigeable testé dans la région ait été pris par erreur par des habitants inhabituels comme étant d’origine extra-terrestre.

S. E. Haydon,

S. E. Haydon, « A Windmill Demolishes It », The Dallas Morning News, 19 avril 1897, p. 5. ( Domaine public )

Même si l’incident du dirigeable Aurora était un canular complet, l’avènement des dirigeables aurait certainement influencé le développement de ce récit.

La « fièvre de Mars » et l’incident Aurora

Un autre aspect intéressant de l’histoire qui la relie à la culture plus large de l’époque est le fait que la première supposition de l' »expert en astronomie » du récit était que le pilote venait de la planète Mars. À l’époque, de nombreuses personnes, y compris des personnes plus scientifiques, pensaient que Mars était susceptible d’abriter la vie.

Au XVIIIe siècle, les astronomes avaient confirmé que Mars avait des saisons. Dans les années 1860, cette différence saisonnière dans l’apparence de Mars était attribuée par les astronomes à des différences de végétation. Cette explication s’est bien sûr avérée erronée. Les différences saisonnières visibles sur Mars ont trait aux tempêtes de poussière mondiales et à la sublimation saisonnière des calottes glaciaires martiennes, et non à la végétation.

Une autre découverte qui a suscité l’enthousiasme pour la vie sur Mars a été la découverte faite en 1877 de prétendus « canaux » sur Mars. Cette année-là, l’astronome italien Giovanni Schiaparelli a utilisé un télescope réfracteur alors à la pointe de la technologie pour observer la surface de Mars et voir ce qui semblait être un réseau de rainures ou de « tranchées ».

La langue originale de Schiaparelli ne suggérait rien d’artificiel ni même de spécifique sur ce qu’il a vu sur Mars. Cependant, lorsque son rapport a été traduit en anglais, son mot « canali », qui signifie rainures ou marques, a été traduit par le mot anglais « canal » qui implique non seulement l’eau et la vie mais aussi l’intelligence et la planification.

En 1894, juste trois ans avant le prétendu incident du dirigeable Aurora, l’homme d’affaires américain Percival Lowell a fondé l’observatoire qui porte son nom à Flagstaff, en Arizona, spécialement pour étudier Mars. Percival Lowell était convaincu qu’il y avait une ancienne civilisation mourante sur Mars.

Il a théorisé que les Martiens avaient construit les canaux pour amener l’eau des calottes glaciaires polaires aux basses latitudes arides. Il l’a expliqué dans plusieurs livres qu’il a écrits. Ces idées sur les canaux sur Mars ont été traitées avec scepticisme par la plupart des astronomes professionnels de l’époque.

Impression d'artiste d'une colonie de Mars avec vue en coupe. (Domaine public)

Impression d’artiste d’une colonie de Mars avec vue en coupe. ( Domaine public )

L’idée a finalement été démystifiée dans les années 1960 lorsque les images de Mariner 4, le premier vaisseau spatial interplanétaire à prendre des images détaillées de la surface de Mars, ont montré que la planète était stérile et qu’elle était totalement dépourvue de masses d’eau liquide à la surface, sans parler des canaux. Dans les années 1890, cependant, l’idée de canaux sur Mars était encore populaire dans certains milieux et a probablement eu un impact sur la culture populaire de l’époque. Il n’est donc pas surprenant qu’un pilote défiguré dans une machine volante peu visible soit pris pour un Martien dans une petite ville du Texas en 1897.

A lire  Comment les anciennes connexions de Sigiriya remettent en question l'histoire du monde dogmatique

Contexte plus large de l’incident du dirigeable Aurora

L’incident du dirigeable Aurora a eu lieu, ou du moins a été présumé avoir eu lieu, pendant une période d’optimisme concernant les progrès de la science et de la technologie. À la fin du XIXe siècle, les inventions et les découvertes, telles que les locomotives à vapeur, les dirigeables, les vaccins et l’énergie électrique, avaient donné confiance dans la capacité de l’humanité à utiliser la science et la technologie pour créer un avenir meilleur et faire des choses toujours plus impressionnantes. La vision d’un progrès technologique et scientifique continu a probablement été validée davantage par comparaison avec les découvertes relativement récentes dans les sciences géologiques et biologiques.

Au XIXe siècle, des géologues tels que James Hutton et Charles Lyell avaient montré que les environnements naturels changeaient constamment au fil du temps grâce à des processus géologiques réguliers. Cela a montré que le monde n’avait pas toujours été comme il était – et pourrait être très différent à l’avenir. Charles Darwin a également montré comment les populations d’organismes pouvaient changer au fil du temps pour s’adapter à leur environnement par le biais de la sélection naturelle. Non seulement l’environnement naturel changeait, mais les organismes eux-mêmes pouvaient changer.

Alors que les géologues et les naturalistes trouvaient des preuves de changement et d’évolution dans le monde naturel, les économistes et les philosophes sociaux avaient commencé à examiner comment les sociétés humaines changent au fil du temps. Karl Marx , qui a écrit le Manifeste communiste en 1848, a expliqué l’histoire en termes de conflit de classes continu. Il pensait que, avec le temps, la lutte des classes conduirait à l’émergence d’une société égalitaire sans classes. Marx pensait que la prochaine expression de ce processus serait le renversement du capitalisme, où les propriétaires exploitaient les travailleurs, et son remplacement par le socialisme.

Les idées darwiniennes sur l’évolution biologique et les idées marxistes sur le progrès social et économique ont probablement contribué à l’idée de progrès technologique. Si les organismes pouvaient évoluer biologiquement vers des formes supérieures au fil du temps, et si les sociétés humaines pouvaient devenir plus égalitaires au fil du temps grâce à la lutte des classes, pourquoi les civilisations ne pourraient-elles pas évoluer technologiquement vers des niveaux plus avancés avec le temps ?

L’idée de civilisations extra-terrestres suffisamment avancées technologiquement pour voyager entre les planètes pourrait facilement s’inscrire dans ce cadre. Si la civilisation humaine évoluait vers des niveaux de progrès technologique et social de plus en plus élevés, les extra-terrestres qui habitent le même univers et sont soumis aux mêmes lois de la nature, étaient probablement le résultat des mêmes processus darwiniens et marxistes. Ils étaient simplement un peu plus avancés dans le processus et leur évolution s’était produite sur une autre planète.

L'idée de civilisations extra-terrestres suffisamment avancées technologiquement pour voyager entre les planètes pourrait facilement s'intégrer dans les croyances des gens. (Domaine public)

L’idée de civilisations extra-terrestres suffisamment avancées technologiquement pour voyager entre les planètes pourrait facilement s’intégrer dans les croyances des gens. ( Domaine public )

La fin du XIXe siècle a probablement été la première fois dans l’histoire où l’idée d’êtres voyageant entre les planètes aurait été considérée comme scientifiquement crédible. À la fin du XIXe siècle, les humains avaient déjà construit quelques-unes des premières machines volantes. En outre, des écrivains, comme Jules Verne, et des scientifiques, comme Konstantin Tsiolkovsky, avaient déjà commencé à spéculer sur des scénarios réalistes concernant la façon dont les gens pourraient voyager dans l’espace.

Les machines volantes, ainsi qu’une science-fiction plus réaliste, ont commencé à rendre plus crédible scientifiquement l’idée que les humains et d’autres créatures puissent quitter la surface de la Terre. Ce fait, combiné à l’acceptation généralisée de l’idée de la vie sur d’autres planètes, comme Mars, a créé un environnement intellectuel et culturel dans lequel l’écrasement d’un vaisseau spatial dans une ferme du Texas serait considéré comme plausible et largement cru d’une manière qui n’aurait peut-être pas été possible dans le passé.

A lire  Déchiffrer le mystérieux "scénario inconnu" de la pierre de Newton

Que l’incident de l’Aurora ait été un canular délibéré, basé sur une mauvaise identification d’un ancien dirigeable, ou quelque chose d’entièrement différent, l’histoire s’inscrit dans le récit culturel des années 1890 et a probablement été crue et pas aussi facilement écartée parce qu’elle correspondait au récit. Elle correspondait particulièrement à l’idée qu’il y avait une civilisation avancée sur Mars qui aurait pu avoir les capacités technologiques d’envoyer des voyageurs sur Terre.

L’incident de l’Aurore : Canular, malentendu ou visite extraterrestre ?

L’adéquation de l’histoire avec le récit culturel de l’époque jette un doute sur sa crédibilité. Si quelqu’un du XIXe siècle essayait d’inventer une histoire sur un vaisseau spatial extraterrestre écrasé, elle aurait toutes les caractéristiques que l’on attend. Le vaisseau est décrit comme un dirigeable, qui était le type d’avion le plus courant à l’époque. Le pilote a été identifié comme étant probablement originaire de Mars, alors qu’il était extrêmement populaire de croire qu’une civilisation de construction de canaux existait sur la planète rouge.

Cela s’est également produit dans une région éloignée où les preuves auraient été difficiles à vérifier. S’il ne s’agissait pas d’un canular pur et simple, il est facile de soutenir que les observateurs de l’incident ont mal identifié un dirigeable terrestre. Comme ils ne connaissaient pas les dirigeables, l’étrangeté de la situation aurait pu amener certains à croire qu’un pilote défiguré n’était même pas humain.

D’autre part, il est vrai que s’il s’agissait d’une rencontre réelle avec un vaisseau spatial étranger, ils l’auraient probablement appelé « dirigeable » par familiarité. Ils auraient aussi probablement deviné que le pilote était martien, en se basant sur les perceptions culturelles et les idées scientifiques de l’époque sur la vie extra-terrestre.

En conclusion, les preuves sont ambiguës – trop ambiguës pour être utilisées comme preuves fiables pour une visite extra-terrestre. « Les revendications extraordinaires nécessitent des preuves extraordinaires », comme l’a dit un jour l’astronome Carl Sagan. Cette preuve ne semble pas être suffisamment extraordinaire. Il est possible, cependant, qu’elle ait pu être basée sur un événement réel impliquant l’écrasement d’un dirigeable dans une petite ville, identifié à tort comme une visite extraterrestre.

Image du haut : L’incident du dirigeable Aurora est un exemple supposé d’un atterrissage en catastrophe d’un OVNI au Texas. Source : fergregory /Adobe Stock

Par Caleb Strom

Références

« Airship ». 2018. Encyclopaedia Britannica. Disponible à l’adresse suivante : https://www.britannica.com/technology/airship

« Aurora 1897 ». N.D. Texas UFO Museum and Research Library. Disponible à l’adresse suivante : http://roswellbooks.com/museum/?page_id=89

Arlazorov, Mikhail S. 2019. Konstantin Tsiolkovsky . Encyclopaedia Britannica. Disponible à l’adresse :

https://www.britannica.com/biography/Konstantin-Eduardovich-Tsiolkovsky

Bellis, Mary. 2019. Les inventions les plus importantes du XIXe siècle . ThoughtCo.

Disponible à l’adresse suivante : https://www.thoughtco.com/inventions-nineteenth-century-4144740

Brunson, Emily K. 2020. Vaccin. Encyclopaedia Britannica. Disponible à l’adresse : https://www.britannica.com/science/vaccine

Chambre Henri, et David T. McLellan. 2020. Marxisme. Encyclopaedia Britannica. Disponible à l’adresse suivante : https://www.britannica.com/topic/Marxism

Chayka, Kyle. 2015. Une brève histoire des canaux martiens et de la fièvre de Mars . Mécanique populaire.

Disponible à l’adresse suivante : https://www.popularmechanics.com/space/moon-mars/a17529/a-short-history-of-martian-canals-and-mars-fever/

« Société sans classe ». 2017. Encyclopaedia Britannica. Disponible à l’adresse suivante : https://www.britannica.com/topic/classless-society

Collinet, Michel et H. Kaal. 1961. L’idée de progrès au dix-neuvième siècle .

Desmond, Adrian J. 2020. Charles Darwin . Encyclopaedia Britannica. Disponible à l’adresse suivante : https://www.britannica.com/biography/Charles-Darwin

Diogène. Available at: https://journals.sagepub.com/doi/pdf/10.1177/039219216100903305

Evans, Arthur B. 2020. Jules Verne . Encyclopaedia Britannica. Disponible à l’adresse suivante : https://www.britannica.com/biography/Jules-Verne

« Histoire ». N.D. Observatoire Lowell. Disponible à l’adresse suivante : https://lowell.edu/history/

Petersen, Carolyn Collins. 2019. Percival Lowell : Astronome qui a cherché la vie sur

Mars. ThoughtCo. Disponible à l’adresse suivante : https://www.thoughtco.com/percival-lowell-biography-4174355

Sagan, Carl. N.D. Goodreads. Disponible à l’adresse :

https://www.goodreads.com/quotes/50379-extraordinary-claims-require-extraordinary-evidence

« Le grand accident de l’avion du Texas : Aurora, Texas, 17 avril 1897 ». N.D. strangehistory.org. Disponible à l’adresse suivante : http://www.strangehistory.org/cms/index.php/popular/81-the-great-texas-airship-crash-aurora-texas-april-17-1898-feature

Tung, Paul W.H. 2018. On pensait autrefois que les changements saisonniers de couleur ou de contraste sur mars

indiquent la présence de végétation ou d’eau. Y a-t-il encore des changements saisonniers et si oui, pourquoi ? L’astronomie. Disponible à l’adresse suivante : https://astronomy.com/magazine/ask-astro/2018/01/seasonal-changes-on-mars

« UFO Story ». N.D. Roswell-nm.gov. Disponible à l’adresse suivante : https://roswell-nm.gov/692/UFO-Story

« Uniformitarianisme ». 2020. Encyclopaedia Britannica. Disponible à l’adresse suivante : https://www.britannica.com/science/uniformitarianism

Wallace, Tim. 2017. Première mission vers Mars : La place particulière de Mariner 4 dans l’histoire . Le cosmos.

Disponible à l’adresse suivante : https://cosmosmagazine.com/space/first-mission-to-mars-mariner-4-s-special-place-in-history/

Webster, Donovan. 2017. En 1947, un ballon de haute altitude s’est écrasé à Roswell. Le

Les étrangers ne sont jamais partis . Magazine Smithsonian. Disponible à l’adresse suivante : https://www.smithsonianmag.com/smithsonian-institution/in-1947-high-altitude-balloon-crash-landed-roswell-aliens-never-left-180963917/

.

Bouton retour en haut de la page