Lorsque votre accès aux traitements de fertilité est limité

Les traitements et les technologies de la fertilité offrent aux hommes et aux femmes qui, autrement, ne pourraient pas avoir d’enfants, la possibilité d’avoir une famille. Malheureusement, ces traitements ne sont pas toujours disponibles ou facilement accessibles. Les recherches indiquent que la majorité des couples infertiles ne reçoivent pas ou ne peuvent pas recevoir les traitements de fertilité dont ils ont besoin.

Dans l’enquête nationale sur la croissance des familles des Centers for Disease Control, 11 % des femmes et 9 % des hommes ont déclaré avoir des difficultés à concevoir un enfant. Cette même enquête a révélé que seulement 38 % des femmes actuellement sans enfant et suspectées de problèmes de fertilité ont demandé ou reçu des soins de fertilité. Dans ce groupe de femmes, la plupart n’ont reçu que des tests de fertilité et des conseils, mais pas de traitement.

Aux États-Unis, on estime que seul un couple sur quatre ayant besoin de cette technologie de procréation assistée bénéficie d’un traitement de FIV.

Pourquoi tant de personnes sont-elles incapables de recevoir les traitements dont elles ont besoin ? Si vous avez des difficultés à obtenir un traitement contre l’infertilité, pouvez-vous faire quelque chose pour améliorer votre accès ? Et, si le traitement de la stérilité n’est pas une option pour vous, que pouvez-vous faire pour optimiser vos chances de réussite de la grossesse ?

Vous n’êtes pas seul : Obstacles communs à l’accès aux traitements de la fertilité

Si vous avez des difficultés à obtenir le traitement dont vous avez besoin, vous êtes loin d’être seul. Vous pouvez être confronté à un ou plusieurs obstacles. Voici quelques obstacles possibles aux soins de fertilité :

L’absence de prestations de fertilité dans l’assurance maladie : Cela dépend de l’endroit où vous vivez et de la personne pour laquelle vous travaillez. Au Canada et en Europe, la couverture de la fécondité est imposée par la loi dans de nombreux domaines. Ce n’est pas le cas aux États-Unis. Seuls 11 États ont des lois exigeant la couverture de l’assurance de la fécondité. Sur ces onze États, six seulement exigent une couverture complète.

Aux États-Unis, 75 % des polices d’assurance privées ne couvrent pas adéquatement l’infertilité. Si vous bénéficiez d’une assurance publique, il est extrêmement peu probable que vous ayez une couverture de la stérilité.

L’absence d’assurance maladie: Les personnes qui ont une assurance maladie – même sans couverture de l’infertilité – peuvent au moins bénéficier de soins génésiques de base. Parfois, cela peut suffire pour traiter de simples problèmes de fertilité. Par exemple, votre gynécologue/obstétricien pourrait vous prescrire Clomid si votre ovulation est irrégulière. Vous devrez peut-être payer le prix total des pilules, mais votre rendez-vous chez le médecin et les tests de fertilité très simples seront probablement couverts.

Toutefois, si vous n’avez pas d’assurance maladie, votre capacité à obtenir des soins de fertilité est limitée. Cela est également vrai si vous ne disposez que d’une assurance maladie catastrophique.

Manque de fonds (avec ou sans assurance) : Même si vous disposez d’une excellente assurance maladie, le coût peut toujours se situer entre vous et les traitements dont vous avez besoin. Votre quote-part peut être trop élevée pour votre budget. Il se peut que certaines parties de votre traitement ne soient pas du tout couvertes. C’est particulièrement vrai si vous avez besoin d’une mère porteuse ou d’une donneuse d’ovules pour avoir un enfant.

Lieu: Il se peut qu’il n’y ait pas assez d’endocrinologues de la reproduction dans votre État ou pays. Aux États-Unis, si vous vivez sur la côte Est ou Ouest, vous avez beaucoup plus de chances d’avoir une clinique de fertilité à une distance raisonnable en voiture que si vous vivez dans le Midwest. Il y a 16 États aux États-Unis qui comptent cinq médecins spécialistes de la fertilité ou moins accrédités par la SART (Society of Assisted Reproductive Technologies).

Les soins de fertilité ont tendance à être plus nombreux dans les États qui exigent une couverture d’assurance maladie de fertilité. Vous pouvez vérifier le taux de votre État sur la page de la fiche de suivi de la fécondité de RESOLVE.

A lire  SPM vs. symptômes de grossesse: Comment faire la différence ?

Difficulté à recevoir de bons soins en raison de la partialité des prestataires de soins : Dans un monde idéal, les soins d’un médecin ne devraient pas être entravés par des préjugés personnels. Mais les médecins sont des êtres humains, et leurs convictions personnelles font parfois obstacle à la prestation de soins médicaux.

Parmi les raisons pour lesquelles les médecins ont refusé de soigner un patient ou lui ont fourni des informations inexactes (en lui disant qu’ils ne pouvaient pas recevoir de soins alors qu’ils le pouvaient), on peut citer

  • Les objections religieuses du médecin ou de l’hôpital à la FIV
  • Statut socio-économique (ou statut socio-économique perçu) du patient
  • Patient en surpoids (non pas pour des raisons médicales valables, mais en raison d’un préjugé personnel)
  • État civil (certaines couvertures d’assurance maladie de la fertilité exigent que le patient soit marié)
  • Orientation sexuelle
  • Identité de genre
  • Ethnicité ou race
  • Âge

Ce blocage peut se produire au niveau du médecin de premier recours ou de l’obstétricien/gynécologue, ou il peut se produire plus haut dans la chaîne avec un spécialiste de la fertilité. Les personnes qui rencontrent des préjugés au premier niveau de soins peuvent être moins susceptibles de demander de l’aide à une clinique de fertilité. (Elles peuvent même ne pas savoir qu’elles pourraient le faire si elles le voulaient, selon les informations que le premier médecin leur a communiquées).

La loi protège contre certains de ces préjugés. Toutefois, le fait que la discrimination soit illégale n’empêche pas qu’elle se produise.

Difficulté à obtenir des soins en raison de préjugés et de craintes personnelles: Cet obstacle se produit de l’intérieur même de la personne qui a un problème de fertilité. Beaucoup d’hommes et de femmes savent qu’ils ont du mal à concevoir, mais remettent à plus tard la recherche d’une aide à la fécondité (ou ne cherchent jamais d’aide).

Parmi les raisons possibles pour lesquelles une personne peut ne pas demander d’aide en matière de fertilité, on peut citer la stigmatisation culturelle de la stérilité, la méfiance ou la peur des médecins, l’hypothèse selon laquelle elle ne peut se permettre aucun traitement, l’idéologie religieuse ou la croyance que plus de temps ou de chance suffiront pour surmonter la stérilité.

Ne supposez pas automatiquement que vous ne pouvez pas vous permettre le traitement dont vous avez besoin

Certains couples ne parlent même pas à leur médecin de leurs problèmes de fertilité parce qu’ils pensent qu’ils ne pourront pas se payer un traitement. C’est regrettable, étant donné que la plupart des traitements de fertilité peuvent être peu coûteux.

Consultez d’abord votre médecin. Faites une évaluation de base de votre fertilité. (En supposant que vous ayez une assurance maladie, voir ci-dessous ce qu’il faut faire si vous n’avez pas une bonne assurance).

Ensuite, une fois que votre médecin a fait une évaluation, renseignez-vous sur les traitements recommandés et leur coût. Un très faible pourcentage de patients en fertilité ont besoin d’une FIV.

Renseignez-vous sur les possibilités d’aide financière

Oui, certains traitements de fertilité peuvent être coûteux. Si vous avez besoin d’injectables, d’IUI ou de toute autre technologie de reproduction assistée, les coûts élevés peuvent vous empêcher d’obtenir les traitements dont vous avez besoin.

Cela dit, il y a des options que vous n’avez peut-être pas envisagées. Un peu d’aide financière supplémentaire peut vous faire passer de l’impossible au oui.

Voici quelques options à examiner :

Profitez des services de santé gratuits ou à prix réduit

Disons que vous n’avez pas d’assurance maladie ou que votre assurance maladie est extrêmement rudimentaire. Vous pourrez peut-être obtenir des soins abordables dans un centre de santé gratuit ou à prix réduit.

Vous ne trouverez pas de traitement de FIV ici. Mais des soins génésiques de base devraient être disponibles, y compris des tests de fertilité très simples. Certains de ces centres de santé publics ou à prix réduit peuvent même prescrire des médicaments de fertilité comme le Clomid.

A lire  Est-il préférable d'avoir un accord avec un donateur connu, anonyme ou ouvert ?

Pour trouver un centre de santé fédéral qualifié (FQHC), vous pouvez utiliser l’outil de recherche sur le site web de l’administration des ressources et services de santé (HRSA) :

Une autre possibilité consiste à contacter le bureau local de Centraide ou une clinique locale de Planning familial.

Traiter les maladies sous-jacentes le mieux possible

Lorsque vous pensez aux problèmes de fertilité, vous supposez probablement que le problème provient du système reproductif. Mais ce n’est pas toujours vrai. Parfois, un problème médical sous-jacent (qui n’a pas seulement un impact sur la fertilité) provoque l’infertilité. L’infertilité peut simplement être le premier symptôme que vous remarquez.

Par exemple, l’obésité est une cause courante (évitable) d’infertilité. Les déséquilibres thyroïdiens non traités et le diabète peuvent entraîner des problèmes de fertilité. La maladie coeliaque non diagnostiquée est soupçonnée de provoquer l’infertilité.

C’est une autre raison pour laquelle vous devriez consulter votre médecin si vous avez des difficultés à concevoir un enfant, même si vous ne bénéficiez pas des prestations de fertilité de votre assurance maladie. Vous n’aurez peut-être pas besoin de « traitements de fertilité » pour tomber enceinte.

Demandez à votre médecin spécialiste de la fertilité de réduire les coûts autant que possible

Supposons que vous ayez besoin d’un traitement de fertilité. Parfois, si vous expliquez à la clinique de fertilité votre situation financière, elle peut être en mesure de réduire (quelque peu) les coûts.

Voici quelques moyens possibles de réduire les coûts :

Bien sûr, il y a des risques et des avantages à utiliser moins de surveillance ou à essayer un mini-cycle de FIV au lieu d’un cycle conventionnel. Ces options de réduction des coûts ne sont pas toujours possibles. Discutez de vos options avec votre médecin.

Optimiser la santé globale autant que possible

Un mode de vie plus sain ne vous permettra pas de déboucher vos trompes de Fallope, de guérir une insuffisance ovarienne primaire ou d’inverser l’azoospermie (zéro spermatozoïde). Cependant, les couples confrontés à des problèmes de fertilité « limite » peuvent faire pencher la balance en leur faveur.

Quelques éléments à prendre en compte :

Manger sainement. Des recherches ont montré que le régime alimentaire joue un rôle dans la fertilité. Les aliments sains peuvent parfois être plus chers. Cuisiner sainement peut également prendre du temps, ce que vous n’aurez peut-être pas si vous travaillez de longues heures.

Pour augmenter votre consommation de légumes, achetez des produits de saison et n’oubliez pas que les légumes surgelés sont tout aussi nutritifs que les légumes frais.

N’ayez pas non plus honte de profiter de votre banque alimentaire locale (si vous remplissez les conditions requises). Certaines régions ont mis en place des programmes de production de fruits et légumes pour aider les familles à faibles revenus à intégrer davantage d’aliments frais dans leur alimentation.

Pour gagner du temps en matière de cuisine, consultez le site Internet et la bibliothèque pour obtenir des informations sur la préparation avancée des repas et des recettes « rapides et faciles ». Une mijoteuse peut être un bon investissement. Santé n’est pas forcément synonyme de fantaisie ou de complexité.

Dormir suffisamment, aux bonnes heures. Le sommeil est important pour votre santé et votre fertilité en général. Les personnes travaillant en équipe peuvent également être confrontées à un risque accru de perte de grossesse. Lorsque vous essayez de concevoir un enfant, faites du sommeil une priorité.

Cesser ces mauvaises habitudes de santé. Fumez-vous ? Les boissons alcoolisées font-elles partie de votre vie quotidienne ? Des habitudes malsaines peuvent nuire à votre fertilité.

Prenez le temps de vous détendre. Le stress ne provoque pas la stérilité, mais la stérilité peut être très stressante. Un stress excessif n’est pas bon pour la santé en général. Les thérapies psycho-corporelles peuvent vous aider à mieux faire face.

S’informer sur l’infertilité et entrer en contact avec les autres

Plus vous en savez, plus vous pouvez vous aider. Renseignez-vous sur la stérilité, les options de traitement de la stérilité et les mesures que vous pouvez prendre pour améliorer vos chances de conception (si cela est possible).

A lire  Les avantages et les défis des bébés dos à dos

Cherchez également à obtenir un soutien social pour vos luttes de fertilité. Entrer en contact avec d’autres personnes confrontées à l’infertilité peut vous aider à voir que vous n’êtes pas « brisé » et qu’il n’y a pas de quoi avoir honte. Ce changement d’attitude peut faciliter la recherche d’aide.

Soyez votre propre avocat

Nous partons du principe que notre médecin nous donnera toujours les meilleurs conseils médicaux, sans préjugés personnels. Malheureusement, ce n’est pas toujours la réalité. Être conscient du risque de partialité peut aider. Vous avez plus de chances de le reconnaître et de savoir qu’un autre prestataire de soins peut vous proposer différentes options.

Par exemple, des couples stériles se sont fait dire par leur médecin qu’ils n’avaient « aucune option » pour avoir un bébé, alors qu’en fait la FIV était une option, mais que le médecin avait des objections religieuses à la procédure. Des femmes se sont fait dire qu’elles étaient « trop grosses » pour un traitement de fertilité alors qu’un autre médecin leur aurait proposé un traitement. D’autres se sont fait dire qu’elles n’avaient pas la possibilité de suivre un traitement de fertilité parce que le médecin pensait qu’elles n’avaient pas les moyens de payer les traitements dont elles avaient besoin.

Si vous n’êtes pas satisfait des réponses fournies par votre médecin, ou si quelque chose ne vous semble pas normal, demandez un deuxième avis.

Vous n’avez qu’une seule clinique de fertilité dans votre région ? Certains médecins proposent des consultations par téléphone ou par vidéoconférence. Vous n’aurez peut-être pas besoin de vous déplacer pour savoir si cela vaut la peine d’aller chercher de l’aide ailleurs.

Que faire si vous soupçonnez (ou savez) que la clinique de fertilité locale refuse de vous traiter en raison de votre état civil, de votre orientation sexuelle ou de votre identité de genre ? L’American Society of Reproductive Medicine (ASRM) et l’American College of Obstetrics and Gynecologists (ACOG) encouragent leurs membres à traiter chaque patient de manière égale, indépendamment de son état civil, de son orientation sexuelle ou de son identité de genre. Toutefois, ils ne peuvent pas imposer cette attitude à leurs médecins.

Vous devrez peut-être vous rendre dans une autre ville ou un autre État où une clinique vous proposera un traitement, quels que soient votre état civil, votre orientation sexuelle ou votre identité de genre. Malheureusement, cela ajoute une charge financière supplémentaire.

Une autre option consiste à envisager de consulter un avocat spécialisé dans le droit de la famille ou de la reproduction. La loi est probablement de votre côté, mais pas nécessairement. Certains États disposent de lois qui protègent les patients LGBT contre la discrimination médicale, tandis que d’autres autorisent les médecins à refuser un traitement pour des raisons « religieuses » ou « morales ».

Vous pouvez également contacter Lambda Legal, une organisation à but non lucratif qui défend les droits de la communauté LGBT. Elle propose un « service d’assistance juridique » via son site web, ainsi que des informations pour vous aider à connaître et à comprendre vos droits.

Défendre les autres : Agir pour améliorer l’accès aux soins

Prenez votre frustration et utilisez-la pour aider les autres. Vos efforts de sensibilisation ne feront peut-être pas de différence dans le temps pour la construction de votre famille, mais ils pourraient en faire pour quelqu’un d’autre à l’avenir.

Devenir un défenseur de la fertilité peut être une expérience enrichissante. Si vous souhaitez vous impliquer, contactez RESOLVE : The National Infertility Association. Elle peut vous fournir des informations sur la manière de faire la différence au niveau local et national.

L’infertilité est une maladie, et l’accès aux traitements de fertilité devrait être un droit de l’homme. Grâce à la défense et à la sensibilisation, nous espérons arriver bientôt à un moment où ceux qui ont besoin d’un traitement de la stérilité pourront obtenir les soins dont ils ont besoin, indépendamment de leur lieu de résidence, de leur revenu ou de leur identité.

Bouton retour en haut de la page