Parler à votre enfant de son handicap

Que votre enfant soit épileptique, dyslexique ou atteint de paralysie cérébrale ou d’un autre handicap, il est important d’en parler. Vous devrez probablement revoir la conversation assez souvent.

À mesure que votre enfant grandit, il est probable qu’il développe de nouvelles questions ou préoccupations concernant son handicap. La façon dont vous aborderez ces conversations influencera grandement la façon dont votre enfant se sent et se sent capable de réaliser son potentiel.

Reconnaissez le handicap de votre enfant

Parfois, les parents évitent les conversations sur le handicap d’un enfant. Ils craignent qu’en abordant le sujet, leur enfant se sente mal ou qu’il pense qu’il ne peut pas réussir.

Mais en fin de compte, ignorer le sujet rend un grand service aux enfants. Un enfant à qui on ne dit pas qu’il est autiste peut ne pas comprendre pourquoi il se débat avec ses relations avec ses pairs. Il peut faire des suppositions erronées sur lui-même et en arriver à croire qu’il est improbable.

De même, un enfant qui ne sait pas qu’on lui a diagnostiqué un trouble de l’apprentissage peut penser qu’il est stupide. Mais apprendre que ses difficultés proviennent d’un trouble d’apprentissage qui le pousse à apprendre un peu différemment de la plupart de ses camarades peut le soulager. Reconnaissez donc le handicap de votre enfant et soyez prêt à en parler à votre enfant.

Lorsque vous êtes prêt à parler ouvertement des besoins spécifiques de votre enfant, il est moins susceptible d’avoir honte ou d’être gêné par son handicap. Il sera également mieux à même d’expliquer son handicap aux autres lorsque vous lui en aurez parlé.

Questions de calendrier

Il existe plusieurs types de handicaps : émotionnels, physiques, intellectuels et sensoriels. Le type de handicap dont souffre votre enfant jouera un rôle important dans la façon dont vous aborderez le sujet.

Le moment où vous et votre enfant avez appris l’existence de son handicap sera également un facteur déterminant dans vos conversations. Si vous avez appris le handicap de votre enfant le jour de sa naissance, vous aurez une expérience bien différente de celle des parents qui apprennent le handicap d’apprentissage d’un enfant à l’âge de 10 ans.

Votre réaction face au handicap de votre enfant influencera la façon dont il se perçoit. Il est donc important d’envoyer un message qui reconnaît les défis auxquels votre enfant est confronté, tout en lui disant qu’il est un enfant capable qui a beaucoup à offrir au monde.

A lire  Comment aider les enfants atteints du syndrome de la Tourette à l'école

Soyez pragmatique dans vos conversations

Mettre trop d’émotion dans vos conversations influencera la façon dont votre enfant se sentira. Exprimer sa tristesse face à ses limites ou son anxiété face à son avenir pourrait également faire ressentir ces émotions à votre enfant.

Présentez les informations sur le handicap de votre enfant de manière factuelle. Parlez de la science qui se cache derrière le handicap de votre enfant, ou reconnaissez que si d’autres enfants peuvent prendre les escaliers, il doit utiliser un ascenseur. Mais n’insérez pas trop d’opinions sur ces points.

Évitez les longues conférences et les discours inspirants. Votre enfant en apprendra davantage sur ses capacités et son potentiel futur en fonction de ce que vous faites, plutôt que de ce que vous dites.

Si vous le traitez comme un enfant capable, il sera plus disposé à se voir ainsi.

Être honnête mais garder l’information appropriée à l’âge de l’information

Lorsque votre enfant pose des questions sur son état ou son pronostic, soyez honnête. Veillez à ce que les informations que vous partagez soient adaptées aux enfants.

Un enfant de 4 ans qui s’interroge sur son état génétique ne comprendra pas la neuroscience qui se cache derrière son handicap et un enfant de 10 ans n’a pas besoin de connaître toutes les dernières recherches médicales qui expliquent pourquoi il prend un certain médicament.

Donnez à votre enfant des réponses simples à ses questions. S’il veut plus d’informations, il posera plus de questions – ou il posera à nouveau la même question d’une manière différente.

En termes simples, vous pouvez utiliser des expressions comme « Vos muscles ont du mal à travailler avec vos os » ou « Ce médicament aide vos poumons à mieux fonctionner ».

Invitez votre enfant à poser des questions

Les questions de votre enfant concernant son handicap évolueront au fil du temps. Lorsqu’il entrera dans la puberté ou lorsqu’il commencera à réfléchir à ses options de carrière, il aura probablement de nouvelles questions.

Votre enfant ne vous posera pas ces questions s’il pense que vous êtes trop contrarié pour y répondre, et il évitera d’aborder le sujet s’il pense que vous minimiserez ses inquiétudes.

A lire  Déficiences développementales courantes chez les enfants

Précisez que vous êtes prêt à répondre aux questions à tout moment et assurez-vous que votre enfant sait qu’il peut aussi poser des questions à d’autres personnes, comme son médecin ou d’autres membres de son équipe de traitement. Aidez votre enfant à identifier des adultes de confiance qui seront prêts à répondre à ses questions.

Parlez de qui aide votre enfant

Plutôt que de vous concentrer sur les aspects négatifs du handicap de votre enfant, parlez de toutes les personnes qui font un gros effort pour l’aider. Discutez de la façon dont les scientifiques font des recherches sur cette maladie et de ce qu’ils espèrent découvrir.

Parlez également de la façon dont ses médecins, thérapeutes, enseignants et entraîneurs s’investissent pour l’aider à atteindre son plus grand potentiel. Rappelez-lui que de nombreuses personnes de son équipe soutiennent ses efforts.

Aidez votre enfant à identifier ce qu’il doit dire aux autres

D’autres enfants à l’école – et peut-être même des adultes dans la communauté – peuvent poser à votre enfant des questions sur son handicap. Bien que votre enfant ne doive aucune explication à personne, l’aider à élaborer un scénario pour répondre aux questions peut l’aider à se sentir plus à l’aise s’il choisit de répondre.

Demandez à votre enfant ce qu’il aimerait que les autres sachent. Un enfant qui peut dire : « J’ai le syndrome de la Tourette. C’est pour ça que j’ai des spasmes parfois », peut être capable d’arrêter une brute dans sa course et de mettre fin aux rumeurs que les autres répandent à son sujet.

Jeu de rôle : elle pourrait répondre de différentes manières à diverses questions ou commentaires. Si elle a du mal à trouver les mots, donnez-lui un scénario simple.

Aidez-la à le pratiquer avec vous et demandez-lui si cela fonctionne pour elle quand elle l’utilise avec d’autres personnes.

Concentrez-vous sur les points forts de votre enfant

Ne laissez pas toutes vos conversations porter sur le handicap de votre enfant. Investissez aussi beaucoup de temps pour parler de ses points forts.

Dites aux gens s’il est bon en maths ou s’il est un artiste talentueux. Précisez que son handicap ne le définit pas.

A lire  Stratégies disciplinaires pour les enfants autistes

Assurez-vous qu’il sache qu’un handicap physique ne doit pas l’empêcher de réussir à l’école et qu’un trouble de l’apprentissage ne signifie pas qu’il ne peut pas exceller dans ses études. Il pourrait simplement avoir besoin d’une aide supplémentaire pour atteindre ses objectifs.

Parlez de toutes les choses pour lesquelles il est doué et rappelez-lui toutes les choses que vous aimez chez lui. Un enfant qui sait reconnaître ses compétences et ses talents a beaucoup plus de chances de se sentir compétent et sûr de lui.

Identifiez les modèles de comportement sains auxquels votre enfant peut se référer

Tous les enfants se sentent parfois découragés et frustrés. Mais pour les enfants handicapés, ces sentiments peuvent devenir omniprésents. Identifier des modèles sains ayant un handicap similaire peut aider votre enfant à se sentir inspiré.

Que vous connaissiez un adulte dans la communauté qui a le même handicap que votre enfant ou qu’il y ait des athlètes, des musiciens ou des entrepreneurs à succès qui ont un handicap similaire, parlez des autres personnes qui persévèrent.

Recherchez un soutien pour vous et votre enfant

Parler à d’autres parents qui comprennent ce que vit votre famille pourrait vous aider à vous sentir plus confiant dans les conversations que vous avez avec votre enfant. Envisagez de rejoindre un groupe de soutien, en personne ou en ligne, où vous pourrez parler à d’autres parents d’enfants souffrant de handicaps similaires.

Demandez conseil aux professionnels qui travaillent avec votre enfant. Le pédiatre, l’orthophoniste, le kinésithérapeute ou le professeur d’éducation spécialisée de votre enfant pourra peut-être vous donner des indications plus précises sur la manière de parler à votre enfant de son handicap.

Il est également important de trouver un soutien pour votre enfant. Qu’il s’agisse d’un camp d’été d’une semaine ou d’un groupe de soutien mensuel pour les enfants souffrant de handicaps similaires, votre enfant appréciera peut-être de faire la connaissance d’autres enfants ayant des expériences communes.

Parlez donc à votre enfant s’il est intéressé à rencontrer d’autres enfants ayant un handicap similaire.

S’il est intéressé, travaillez à faciliter ces interactions. Passer du temps avec d’autres enfants qui ont rencontré des obstacles similaires pourrait être déterminant pour aider votre enfant à atteindre son plus grand potentiel.

Bouton retour en haut de la page