Pour les parents éloignés de leurs enfants adultes

Il est difficile d’obtenir des statistiques précises, mais beaucoup de ceux qui travaillent avec les familles disent avoir constaté une augmentation : Les jeunes adultes sont plus nombreux que jamais à couper les liens avec leurs parents. Pour les grands-parents, cela signifie souvent aussi une perte de contact avec leurs petits-enfants.

La bonne nouvelle, c’est que de nombreux enfants adultes disent qu’ils aimeraient que leurs parents reviennent dans leur vie.

Différences générationnelles

Les causes des conflits avec les enfants adultes peuvent varier considérablement. Parfois, les enfants adultes trouvent des défauts dans la façon dont ils ont été élevés. Ils peuvent ne pas se rendre compte qu’ils ont probablement grandi à une époque où l’autoritarisme était encore une approche acceptable de l’éducation des enfants. Bien que la parentalité ait commencé à devenir plus permissive après la Seconde Guerre mondiale, il a fallu de nombreuses années pour que ce changement se produise, en particulier au cœur de l’Amérique.

Pendant presque tout le XXe siècle, les bons parents ont eu recours au châtiment corporel. En fait, on leur disait que s’ils n’utilisaient pas les châtiments corporels, ils étaient de mauvais parents. Même les chefs religieux encourageaient les châtiments corporels. Ce que certaines personnes considéreraient comme abusif aujourd’hui est passé pour de la bonne vieille méthode parentale il n’y a pas si longtemps.

De même, les enfants adultes ont parfois le sentiment de ne pas avoir été élevés comme ils auraient dû l’être. Dans de nombreuses familles du passé, cependant, l’affection était rarement exprimée verbalement ou physiquement. L’hypothèse sous-jacente était que les parents manifestaient leur amour pour leurs enfants en s’occupant d’eux. Personne ne se souciait beaucoup de la psyché ou de l’estime de soi d’un enfant.

Autres questions

Les enfants adultes gardent parfois des ressentiments à l’égard du mariage brisé de leurs parents, blâmant souvent l’un ou l’autre des partenaires.

Un autre problème courant est que les enfants adultes ont le sentiment que leurs parents ne les reconnaissent pas comme des adultes capables de prendre leurs propres décisions.

Dans d’autres cas, c’est le partenaire de l’enfant qui est le facteur de division, les parents pouvant ne pas l’aimer ou l’approuver. Leur désapprobation oblige l’enfant à choisir entre ses parents et son partenaire.

Ne soyez pas sur la défensive

Les parents peuvent justifier certains de leurs actes passés, mais il est contre-productif de se mettre sur la défensive. Si les parents prouvent que ce qu’ils ont fait était correct ou acceptable, il s’ensuit que les autres parties ont eu tort dans leurs réactions, et prouver qu’une personne a tort ne va probablement pas arranger les choses.

Ce que les enfants adultes disent avoir envie, c’est que leurs parents prennent leurs responsabilités et, dans certains cas, s’excusent. Voici quelques phrases qui devraient fonctionner :

  • Je suis désolé.
  • Je comprends vos sentiments.
  • Je sais que j’ai fait des erreurs.
  • J’aurais pu être plus solidaire (utile, compréhensif, aimant, etc.).

Ne faites pas d’appel émotionnel

Les parents veulent souvent parler de la douleur que l’éloignement leur a causée. Les enfants adultes qui ont pris la mesure, certes extrême, de couper le contact ne seront pas touchés par la douleur de leurs parents. Ils seront probablement particulièrement insensibles au chagrin des grands-parents qui ne voient pas leurs petits-enfants.

Poursuivre la conversation

Il faut parfois plus d’un geste de la part d’un parent pour qu’un enfant accepte de travailler à sa réconciliation, mais ces gestes ne doivent pas être perçus comme du harcèlement. Il suffit d’une simple proposition de se réunir pour une occasion peu stressante, comme un dîner ou une sortie. Si la proposition est rejetée, les parents doivent attendre un certain temps et réessayer.

Si la réconciliation échoue

Si les tentatives de rétablissement de la relation échouent, les grands-parents sont dans une situation très délicate. Perdent-ils tout espoir de voir leurs petits-enfants ?

Parfois, la médiation est une étape suivante efficace. Si la médiation échoue, ou si les autres parties ne sont pas disposées, certains grands-parents envisageront une action en justice, mais il y a beaucoup de choses que les grands-parents doivent savoir avant d’intenter une action en justice pour obtenir un droit de visite. En outre, si les petits-enfants vivent dans une famille intacte, les grands-parents ont peu de chances d’obtenir un droit de visite au tribunal.

Bouton retour en haut de la page