Qu’est-ce que la désindividualisation ? Définition et exemples

Pourquoi les gens semblent-ils se comporter différemment lorsqu’ils font partie d’une foule ? Selon les psychologues, l’une des raisons est que les gens peuvent connaître un état appelé désindividualisation.

Cet article examine la définition de la désindividualisation, la façon dont elle affecte le comportement et ce qui peut être fait pour la réduire, c’est-à-dire pour individualiser les gens.

Key Takeaways : Désindividualisation

  • Les psychologues utilisent le terme de désindividuation pour désigner un état dans lequel les personnes agissent différemment de ce qu’elles feraient normalement parce qu’elles font partie d’un groupe.
  • Les premiers chercheurs se sont concentrés sur la manière dont la désindividualisation peut amener les gens à se comporter de manière impulsive ou antisociale, tandis que les chercheurs plus récents se sont concentrés sur la manière dont la désindividualisation amène les gens à agir en fonction des normes d’un groupe.
  • Si certains facteurs, tels que l’anonymat et un sens des responsabilités plus faible, peuvent favoriser la désindividuation, une meilleure connaissance de soi peut contribuer à promouvoir l’individuation.

Définition et contexte historique

La désindividualisation est l’idée que, lorsqu’ils sont en groupe, les gens agissent différemment de ce qu’ils feraient en tant qu’individus. En raison de l’anonymat que procurent les groupes, les psychologues ont découvert que les gens peuvent même agir de manière impulsive ou antisociale lorsqu’ils font partie d’une foule.

En 1895, Gustave LeBon a avancé l’idée que le fait de faire partie d’une foule peut changer le comportement des gens. Selon LeBon, lorsque les gens rejoignent une foule, leur comportement n’est plus limité par les contrôles sociaux habituels, et un comportement impulsif, voire violent, peut en résulter.

Le terme de désindividualisation a été utilisé pour la première fois par le psychologue Leon Festinger et ses collègues dans un article de 1952. Festinger suggérait que, dans les groupes désindividualisés, les contrôles internes qui guident généralement le comportement des personnes commencent à se relâcher. De plus, il a suggéré que les gens ont tendance à aimer les groupes désindividualisés, et qu’ils les évaluent plus fortement que les groupes moins désindividualisés.

L’approche de Philip Zimbardo en matière de désindividualisation

Mais qu’est-ce qui provoque exactement la désindividualisation ? Selon le psychologue Philip Zimbardo, plusieurs facteurs peuvent rendre la désindividualisation plus probable :

  • L’anonymat : Lorsque les gens sont anonymes, leur comportement individuel ne peut pas être jugé, ce qui rend les comportements désindividus plus probables.
  • Un sens des responsabilités plus faible : La désindividualisation est plus probable lorsque les gens ont le sentiment que d’autres personnes sont également responsables dans une situation, ou lorsque quelqu’un d’autre (comme un chef de groupe) a pris la responsabilité.
  • Se concentrer sur le présent (par opposition au passé ou à l’avenir).
  • Avoir un niveau élevé d’activation physiologique (c’est-à-dire se sentir en forme).
  • Faire l’expérience de ce que Zimbardo a appelé « la surcharge d’entrées sensorielles » (par exemple, être à un concert ou à une fête avec de la musique à fond).
  • Être dans une nouvelle situation.
  • Être sous l’influence de l’alcool ou de la drogue.
A lire  Une critique de livre de "Grit" par Angela Duckworth - Owlcation

Il est important de noter que tous ces facteurs n’ont pas besoin de se produire pour qu’une personne soit désindividualisée, mais chacun d’entre eux rend la désindividualisation plus probable. Lorsque la désindividualisation se produit, explique Zimbardo, les gens connaissent « des changements dans la perception de soi et des autres, et donc un abaissement du seuil de comportement normalement restreint ». Selon M. Zimbardo, la désindividualisation n’est pas négative en soi : l’absence de contraintes peut amener les gens à exprimer des sentiments positifs (comme l’amour). Cependant, Zimbardo a décrit comment la désindividualisation peut conduire les gens à se comporter de manière violente et antisociale (comme voler et se révolter, par exemple).

Recherche sur la désindividualisation : Un exemple

Si vous êtes allé faire du porte-à-porte, vous avez peut-être vu une maison où il y avait un bol de bonbons et une note : « N’en prenez qu’un seul ». Dans une telle situation, vous vous êtes peut-être demandé : combien de fois les gens suivent-ils réellement les règles et ne prennent qu’un seul bonbon, et qu’est-ce qui pourrait pousser quelqu’un à enfreindre les règles ? Dans un article publié en 1976, le psychologue Edward Diener et ses collègues ont suggéré que la désindividualisation pouvait jouer un rôle dans ce genre de situation.

Le soir d’Halloween, Diener et ses collègues ont demandé à des ménages de la région de Seattle de participer à une étude de désindividualisation. Dans les ménages participants, une femme expérimentatrice devait rencontrer chaque groupe d’enfants. Dans certains cas, l’expérimentateur demandait à chaque enfant son nom et son adresse. Dans la condition de désindividualisation, ces informations n’étaient pas demandées, de sorte que les enfants étaient anonymes pour l’expérimentateur. L’expérimentateur disait alors qu’elle devait quitter la pièce et que chaque enfant ne devait prendre qu’un seul bonbon. Dans certaines versions de l’étude, l’expérimentateur a ajouté qu’un enfant serait tenu responsable si quelqu’un dans le groupe prenait un bonbon supplémentaire.

Les chercheurs ont découvert que les conditions de désindividualisation de Zimbardo étaient liées au fait que les enfants prenaient ou non des bonbons supplémentaires (ou même se servaient de pièces de monnaie dans un bol voisin). Tout d’abord, il y avait une différence selon que les enfants étaient seuls ou en groupe (dans ce cas, les chercheurs n’ont pas manipulé expérimentalement la taille du groupe : ils ont simplement noté si les enfants s’étaient approchés de la maison individuellement ou en groupe). Les enfants qui étaient seuls étaient moins susceptibles de prendre des bonbons supplémentaires que les enfants qui étaient en groupe. En outre, il était important que les enfants soient anonymes ou individuels : les enfants étaient plus susceptibles de prendre des bonbons supplémentaires si l’expérimentateur ne connaissait pas leur nom. Enfin, les chercheurs ont découvert que le fait que quelqu’un soit tenu responsable des actions du groupe avait également un impact sur le comportement des membres du groupe. Lorsqu’un membre du groupe était tenu pour responsable – mais que l’expérimentateur ne connaissait le nom de personne – les enfants étaient plus enclins à prendre des bonbons supplémentaires. Cependant, si l’expérimentateur connaissait le nom de l’enfant qui serait tenu responsable, les enfants étaient moins susceptibles de prendre des bonbons supplémentaires (probablement pour éviter d’attirer des ennuis à leur ami), et, si l’expérimentateur connaissait le nom de tout le monde, prendre des bonbons supplémentaires était encore moins probable.

A lire  Qu'est-ce qu'un schéma en psychologie ? Définition et exemples

Explication de la désindividualisation selon la théorie de l’identité sociale

Une autre approche pour comprendre la désindividualisation vient de la théorie de l’identité sociale. Selon la théorie de l’identité sociale, nous tirons de nos groupes sociaux un sens de qui nous sommes. Les gens se catégorisent facilement comme membres de groupes sociaux ; en fait, les chercheurs en identité sociale ont découvert que même le fait d’être assigné à un groupe arbitraire (créé par les expérimentateurs) suffit pour que les gens agissent de manière à favoriser leur propre groupe.

Dans un article de 1995 sur l’identité sociale, les chercheurs Stephen Reicher, Russell Spears et Tom Postmes suggèrent que le fait de faire partie d’un groupe amène les gens à passer de la catégorisation en tant qu’individus à celle de membres d’un groupe. Lorsque cela se produit, l’appartenance à un groupe a un impact sur le comportement des personnes et celles-ci sont plus susceptibles de se comporter d’une manière qui correspond aux normes du groupe. Les chercheurs suggèrent que cela pourrait être une autre explication de la désindividualisation, qu’ils appellent le modèle d’identité sociale de la désindividualisation (SIDE). Selon cette théorie, lorsque les gens sont désindividualisés, ils n’agissent pas de manière irrationnelle, mais plutôt de manière à tenir compte des normes de ce groupe particulier.

L’une des principales implications de la SIDE est que nous ne pouvons pas vraiment savoir comment quelqu’un se comportera en tant que membre d’un groupe, à moins de savoir quelque chose sur le groupe lui-même. Par exemple, la SIDE et la théorie de Zimbardo feraient des prédictions similaires pour un groupe assistant à une fête de fraternité : toutes deux prédiraient que les fêtards se comporteraient de manière bruyante et turbulente. Cependant, le modèle de la SIDE prédirait que le même groupe de fêtards se comporterait très différemment si une autre identité de groupe devenait prépondérante, par exemple, en passant un test le lendemain matin, l’identité sociale d' »étudiant » prédominerait, et les personnes passant le test deviendraient silencieuses et sérieuses.

A lire  À quelle vitesse les humains peuvent-ils courir ?

Réduction de la désindividualisation

Bien que les psychologues soulignent que la désindividualisation n’est pas nécessairement négative, il existe des cas où les gens peuvent agir de manière irresponsable ou antisociale lorsqu’ils sont désindividualisés. Heureusement, les psychologues ont découvert qu’il existe plusieurs stratégies pour contrer la désindividualisation, qui consistent à accroître le sentiment d’identification et de conscience de soi des personnes.

Comme l’a montré l’étude de Diener sur l’Halloween, les gens sont moins susceptibles de se comporter de manière irresponsable si leur identité est connue. Une façon de réduire la désindividualisation est donc de faire ce que l’expérimentateur de cette étude a fait : faire en sorte que les gens soient identifiables plutôt qu’anonymes. Une autre approche consiste à accroître la conscience de soi. Selon certains chercheurs, les gens manquent de conscience de soi lorsqu’ils sont désindividualisés ; par conséquent, une façon de contrer les effets de la désindividualisation est de rendre les gens plus conscients d’eux-mêmes. En fait, dans certaines études de psychologie sociale, les chercheurs ont induit des sentiments de conscience de soi avec un miroir ; une étude a montré que les participants à une recherche sont en fait moins susceptibles de tricher à un test s’ils peuvent se voir dans un miroir.

Un des principes clés de la psychologie sociale est que nous devons examiner le contexte social des gens afin de comprendre leur comportement – et la désindividualisation fournit un exemple particulièrement frappant de ce phénomène. Cependant, les recherches suggèrent également que la désindividualisation n’est pas une conséquence inévitable du fait d’être entouré par d’autres personnes. En augmentant l’identifiabilité individuelle des personnes ainsi que leur conscience de soi, il est possible d’individualiser les personnes qui font partie d’un groupe.

Sources et lectures complémentaires :

  • Diener, Edward, et al. « Effects of Deindividuation Variables on Stealing Among Halloween Trick-or-Treaters ». Journal of Personality and Social Psychology, vol. 33, no. 2, 1976, pp 178-183. https://psycnet.apa.org/record/1976-20842-001
  • Gilovich, Thomas, Dacher Keltner et Richard E. Nisbett. Psychologie sociale. 1ère édition, W.W. Norton & Company, 2006. https://www.google.com/books/edition/Social_Psychology_Fifth_Edition/8AmBDwAAQBAJ
  • Reicher, Stephen D., Russell Spears et Tom Postmes. « Un modèle d’identité sociale des phénomènes de désindividualisation ». European Review of Social Psychology, vol. 6, no. 1, 1995, pp. 161-198. https://doi.org/10.1080/14792779443000049
  • Vilanova, Felipe, et al. « Deindividuation : Du Bon au modèle d’identité sociale des effets de la désindividuation ». Cogent Psychology vol. 4, no.1, 2017) : 1308104. https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/23311908.2017.1308104
  • Zimbardo, Philip G. « The Human Choice : Individuation, Reason, and Order Versus Deindividuation, Impulse, and Chaos. » Nebraska Symposium on Motivation : 1969, édité par William J. Arnold et David Levine, University of Nebraska Press, 1969, pp. 237-307. https://purl.stanford.edu/gk002bt7757
Bouton retour en haut de la page