Qu’est-ce que le trouble voyeuriste ? Définition et implications

Le voyeurisme est le fait pour une personne de ressentir une excitation sexuelle en regardant un individu sans méfiance qui est nu, se déshabille ou se livre à une activité sexuelle. Cependant, toutes les personnes qui pratiquent le voyeurisme ne souffrent pas de troubles voyeuriques. Pour que le trouble soit diagnostiqué, les fantasmes ou le comportement voyeuriste de l’individu doivent causer de la détresse ou du tort à lui-même ou à autrui.

Key Takeaways : Trouble voyeuriste

  • Le trouble voyeuriste survient lorsqu’une personne qui s’excite sexuellement en espionnant une personne non consentante dans ses moments privés éprouve une détresse ou un dysfonctionnement résultant de son comportement.
  • Le voyeurisme est assez courant et seul un sous-ensemble de personnes intéressées par l’observation des autres dans les moments intimes développera un trouble voyeuriste.
  • Pour recevoir un diagnostic de trouble voyeuriste, la personne doit avoir fantasmé sur le voyeurisme ou s’y livrer pendant au moins six mois, avoir plus de 18 ans et avoir éprouvé une détresse ou une déficience importante dans les domaines social, professionnel ou dans d’autres domaines importants de sa vie.

Définition du trouble voyeuriste, différence avec le voyeurisme

Les voyeurs, souvent appelés « voyeurs », atteignent l’excitation sexuelle en espionnant des personnes inconnues dans des moments privés et intimes, y compris lorsqu’elles sont nues et ont des relations sexuelles. Il est possible que cette pulsion ne se développe jamais au-delà d’un fantasme. En outre, dans de nombreux cas, l’excitation que ressent un voyeur est le résultat de l’observation d’une personne sans méfiance, et non des activités de la personne observée en elle-même.

A lire  Qu'est-ce que la persévérance dans la croyance ? Définition et exemples

En fait, l’intérêt pour l’observation des autres dans des situations sexuelles est assez courant et n’est pas considéré comme anormal. Ce désir commence généralement à l’adolescence ou au début de l’âge adulte. Un intérêt pour le voyeurisme dans l’enfance ou l’adolescence est rarement considéré comme pathologique car la curiosité pour le corps humain et les situations sexuelles est un aspect normal du développement.

Pourtant, certains voyeurs de plus de 18 ans peuvent développer un trouble voyeuriste. Le trouble voyeuriste est considéré comme un trouble paraphilique. Les troubles paraphiles sont un ensemble de conditions dans lesquelles la détresse est causée par des désirs ou des pulsions sexuelles. Les personnes atteintes de troubles voyeuristes peuvent être incapables de contrôler leur envie d’espionner des personnes non consentantes, ce qui entraîne une détresse ou un dysfonctionnement dans des domaines importants de la vie des voyeurs, tels que leurs relations personnelles ou leurs rôles professionnels. On estime qu’environ 12 % des hommes et 4 % des femmes souffrent de troubles du voyeurisme. Toutefois, il est impossible de produire des statistiques totalement exactes car la plupart des personnes atteintes de ces troubles ne cherchent pas à se faire soigner.

Diagnostic du trouble voyeuriste

Un professionnel de la santé mentale diagnostiquera un trouble voyeuriste en se basant sur le fait qu’une personne répond aux critères énoncés dans la cinquième édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5) de l’Association américaine de psychiatrie. Ces critères sont notamment les suivants

  • L’individu ressent une excitation sexuelle intense et répétitive lorsqu’il fantasme ou se livre à l’activité consistant à regarder un individu se déshabiller, se mettre nu ou se livrer à une activité sexuelle sans son consentement dans des lieux où il a une attente raisonnable d’intimité, comme son domicile ou des toilettes.
  • Les fantasmes ou les actes de voyeurisme de l’individu ont entraîné une détresse considérable, comme la culpabilité, la honte ou la solitude, ou ont perturbé un aspect important de la vie de la personne.
  • L’individu a vécu ces fantasmes ou s’est engagé dans ces comportements pendant au moins six mois.
A lire  Définition de la consommation dans le cadre de la sociologie

Il n’est pas clair si le trouble voyeuriste reste constant dans le temps. Les experts estiment que les symptômes qui conduisent à un diagnostic de cette maladie évoluent probablement avec ou sans traitement, les personnes présentant des niveaux et des fréquences variables de détresse, d’impulsivité sexuelle, de dysfonctionnement dans la vie quotidienne et d’espionnage des personnes non consentantes. En conséquence, les experts pensent que le trouble voyeuriste d’un même individu se manifestera différemment selon l’âge.

Les causes des troubles du voyeurisme

Les causes spécifiques du trouble voyeuriste sont inconnues, mais certains facteurs de risque qui accompagnent cette affection ont été identifiés. Selon le DSM-5, il peut s’agir de l’abus de drogues ou d’alcool, d’abus sexuels pendant l’enfance, de dépendance ou de préoccupation sexuelle. La relation entre ces facteurs de risque et le voyeurisme n’est toujours pas claire. Dans certains cas, l’observation involontaire d’un individu à distance dans un moment privé peut déclencher un trouble voyeuriste si le comportement se poursuit au point de devenir pathologique.

Traitement du trouble voyeuriste

Les troubles voyeuristes sont traitables, mais les personnes atteintes de troubles voyeuristes ont tendance à avoir des difficultés à reconnaître qu’elles ont besoin d’aide. Ainsi, le traitement est souvent recommandé en premier lieu par un parent, un proche ou une autorité légale si la personne est prise en flagrant délit de voyeurisme, ce qui est illégal. Le traitement peut comprendre une thérapie par la parole, des groupes de soutien ou des médicaments.

Les thérapeutes travailleront avec une personne souffrant de troubles voyeuristes pour développer le contrôle des impulsions afin qu’elle puisse s’empêcher d’espionner les autres. Les thérapeutes aideront également les patients à trouver des débouchés plus sains pour leurs pulsions sexuelles et à identifier et éviter les endroits qui peuvent déclencher leur désir de faire du voyeurisme.

A lire  Biographie d'Albert Ellis, créateur de la thérapie comportementale émotionnelle rationnelle

L’individu peut également prendre des antidépresseurs, qui peuvent aider à réaligner les substances chimiques dans le cerveau et entraîner une réduction du comportement impulsif. Si ces options thérapeutiques ne fonctionnent pas et que l’état de l’individu est grave, des médicaments anti-androgènes, qui suppriment la libido, seront parfois utilisés pour traiter les troubles du voyeurisme.

Sources

Bouton retour en haut de la page