Qu’est-ce qu’un état de flux en psychologie ?

Un individu se trouve dans un état de flux lorsqu’il est profondément immergé dans une activité qui représente un défi mais qui n’est pas en dehors de ses compétences. L’idée de flux a été introduite et étudiée pour la première fois par le psychologue positif Mihaly Csikszentmihalyi. S’engager dans un état de flux aide un individu à apprendre et à développer ses compétences tout en augmentant le plaisir qu’il en retire.

Key Takeaways : État du flux

  • Un état de flux implique une absorption totale et une concentration sur une activité que l’on aime et qui nous passionne, ce qui entraîne une perte de conscience de soi et une distorsion du temps.
  • Le pionnier de la psychologie positive, Mihaly Csikszentmihalyi, a été le premier à décrire et à étudier les états de flux.
  • Le flux est considéré comme une expérience optimale qui peut accroître le bonheur dans la vie et qui poussera également un individu à relever des défis accrus en acquérant de nouvelles compétences.

Origine et caractéristiques du flux

Tout au long de l’histoire, l’expérience d’une absorption profonde dans une activité a été notée par divers individus. De Michel-Ange travaillant pendant des jours entiers sans repos à la Chapelle Sixtine, aux athlètes qui décrivent être « dans la zone », les gens peuvent vivre un état d’immersion au cours de différentes activités.

Dans les années 1960, le psychologue Mihaly Csikszentmihalyi a observé que de nombreux artistes tombaient dans cet état d’esprit unique alors qu’ils étaient engagés dans leur travail de création. Ses recherches sur le sujet ont démontré que les gens peuvent faire l’expérience de la fluidité dans de nombreuses situations différentes, y compris des jeux comme les échecs, des sports comme le surf ou l’escalade, des activités professionnelles comme la chirurgie, ou des activités créatives comme l’écriture, la peinture ou la pratique d’un instrument de musique. Csikszentmihalyi a utilisé le terme « état de flux » pour décrire cette expérience de concentration profonde, car nombre des personnes qu’il a interrogées à ce sujet ont déclaré que l’expérience était comme être « en flux ».

A lire  Qu'est-ce qu'un lapsus freudien ?

L’enquête de Csikszentmihalyi sur les flux a nécessité des entretiens approfondis, mais il a également mis au point une méthode d’échantillonnage par expérience pour étudier le sujet. Cette méthode consistait à donner aux participants à l’étude des bipeurs, des montres ou des téléphones qui leur signalaient à des moments précis de la journée le moment où ils étaient censés remplir un instrument sur ce qu’ils faisaient et ressentaient à ce moment. Cette recherche a démontré que les états de flux étaient similaires dans divers contextes et cultures.

Sur la base de ses travaux, Csikszentmihalyi a précisé plusieurs conditions qui doivent être remplies pour qu’un individu puisse entrer dans un état de flux. Ces conditions sont les suivantes

  • Un ensemble d’objectifs clairs qui exigent des réponses claires
  • Retour d’information immédiat
  • Un équilibre entre la tâche et le niveau de compétence de chacun, afin que le défi ne soit pas trop élevé ou trop faible
  • Se concentrer entièrement sur la tâche
  • Un manque de conscience de soi
  • La distorsion du temps, telle que le temps semble passer plus vite que d’habitude
  • Le sentiment que l’activité est intrinsèquement gratifiante
  • Un sentiment de force et de maîtrise de la tâche

Avantages du flux

L’absorption du flux peut être provoquée par n’importe quelle expérience, qu’il s’agisse de travail ou de jeu, et conduit à une expérience authentique et optimale. Csikszentmihalyi a expliqué : « C’est la pleine participation du flux, plutôt que le bonheur, qui fait l’excellence dans la vie. Lorsque nous sommes dans le flux, nous ne sommes pas heureux, car pour connaître le bonheur, nous devons nous concentrer sur nos états intérieurs, ce qui détournerait l’attention de la tâche à accomplir…. Ce n’est qu’une fois la tâche terminée que nous… regardons en arrière…, alors nous sommes inondés de gratitude pour l’excellence de l’expérience… en rétrospective, nous sommes heureux ».

A lire  Franz Boas, père de l'anthropologie américaine

Le flux est également précieux pour l’apprentissage et le développement des compétences. Les activités de Flow sont considérées comme un défi, mais elles sont réalisables. Avec le temps, cependant, l’activité peut devenir trop facile si elle ne change jamais. Ainsi, M. Csikszentmihalyi a noté l’intérêt d’augmenter les défis, de sorte qu’ils ne dépassent que légèrement les compétences de chacun. Cela permet à l’individu de maintenir l’état de flux tout en lui permettant d’apprendre de nouvelles compétences.

Le cerveau pendant le flux

Certains chercheurs ont commencé à s’intéresser à ce qui se passe dans le cerveau pendant le flux. Ils ont découvert que l’activité du cortex préfrontal est réduite lorsqu’une personne se trouve dans un état de flux. Le cortex préfrontal est la zone du cerveau qui est responsable de fonctions cognitives complexes, notamment la mémoire, la surveillance du temps et la conscience de soi. Pendant l’écoulement, cependant, l’activité du cortex préfrontal est temporairement inhibée, un processus appelé hypofrontalité transitoire. Cela peut conduire à la distorsion temporelle et au manque de conscience de soi que l’on ressent pendant l’écoulement. La diminution de l’activité du cortex préfrontal peut également permettre une communication plus libre entre d’autres zones du cerveau et permettre à l’esprit de devenir plus créatif.

Comment obtenir un flux

Étant donné les nombreux avantages du flux pour améliorer les performances et accroître le bonheur, de nombreuses personnes souhaitent obtenir un flux plus souvent dans leur vie quotidienne. Et il y a certaines choses que l’on peut faire pour cultiver le flux. Par exemple, découvrir quelles activités conduisent à l’expérience du flux et concentrer son attention et ses énergies sur celles-ci peut augmenter les chances d’entrer dans un état de flux. Cela peut varier d’une personne à l’autre. Alors qu’une personne peut entrer dans un état de flux en jardinant, une autre peut le faire en dessinant ou en courant un marathon. L’essentiel est de trouver une activité qui passionne l’individu et qu’il trouve agréable. L’activité doit également avoir un objectif spécifique et un plan clair pour y parvenir, qu’il s’agisse de décider du meilleur endroit pour planter un arbre afin de s’assurer qu’il pousse et prospère ou de terminer un dessin avec succès afin qu’il exprime ce que l’artiste a voulu.

A lire  Qu'est-ce que le modèle de probabilité d'élaboration en psychologie ?

En outre, l’activité doit être suffisamment stimulante pour que l’individu doive étendre son niveau de compétence juste au-delà de ses capacités actuelles. En fin de compte, l’équilibre entre le niveau de compétence et le défi doit être optimal pour obtenir un flux. Si le défi est trop élevé, il peut entraîner de la frustration et de l’anxiété, si le défi est trop faible, il peut conduire à l’ennui, et si le défi ainsi que les compétences de l’individu sont trop faibles, il peut conduire à l’apathie. Des défis et des compétences élevés, cependant, entraîneront une implication profonde dans l’activité et créeront l’état de flux souhaité.

Aujourd’hui, il peut être particulièrement difficile de s’assurer que son environnement est optimisé pour la circulation. Quelle que soit la passion ou le degré de difficulté d’une activité, elle n’aboutira pas à un état de flux si des perturbations continuent à surgir. Par conséquent, il est essentiel que les smartphones et autres distractions soient éteints si l’on veut que l’environnement soit fluide.

Sources

  • Csikszentmihalyi, Mihaly. Finding Flow : The Psychology of Engagement in Everyday Life. Basic Books, 1997.
  • Oppland, Mike. « 8 façons de créer un flux selon Mihaly Csikszentmihalyi. » Positive Psychology, 20 novembre 2019. https://positivepsychology.com/mihaly-csikszentmihalyi-father-of-flow/
  • Snyder, C.R., et Shane J. Lopez. Psychologie positive : Les explorations scientifiques et pratiques des forces humaines. Sage, 2007.
Bouton retour en haut de la page