Signes et comportements des sociopathes

Contents

Le terme « sociopathe » est souvent utilisé de manière vague dans les médias et la culture pop. Mais bien qu’il soit souvent assimilé aux psychopathes en tant que criminels probables, tous les sociopathes ne sont pas violents, et la sociopathie n’est pas non plus une maladie reconnue par les médecins ou les psychologues.

Dans le passé, la sociopathie était considérée comme une forme de psychopathie ou une affection étroitement liée. Dans la pratique médicale contemporaine, le trouble de la personnalité antisociale est le diagnostic qui correspond le mieux aux caractéristiques associées à la sociopathie.

Points clés à retenir

  • Bien que le terme « sociopathe » soit populaire, la sociopathie n’est pas une véritable condition médicale.
  • Les traits de caractère d’un sociopathe comprennent un manque d’empathie, un mépris des normes sociales du bien et du mal, de l’impulsivité, une prise de risque excessive, des mensonges fréquents et des difficultés à entretenir des relations avec les autres.
  • Les caractéristiques associées à la sociopathie correspondent le mieux à la description du trouble de la personnalité antisociale, qui est une condition médicale diagnostiquable.

Une brève histoire de la sociopathie

Dans les années 1880, le préfixe « socio- » est apparu pour la première fois dans les sciences et la médecine. Le psychiatre et neurologue germano-américain Karl Birnbaum semble avoir inventé le mot « sociopathie » en 1909. Puis, en 1930, le psychologue américain George E. Partridge a popularisé le terme et l’a mis en contraste avec « psychopathie ».

Partridge a décrit un sociopathe comme un individu ayant un comportement antisocial ou défiant les normes sociales. Dans la première édition du Manuel diagnostique et statistique (DSM), publiée en 1952, la condition a été identifiée comme une perturbation de la personnalité sociopathe. Au fil du temps, le nom a continué à changer. Le DSM-5 moderne inclut la sociopathie sous l’étiquette de trouble de la personnalité antisociale.

A lire :  Théorie psychodynamique : Approches et promoteurs

Caractéristiques et comportements

La plupart des individus non sociopathes présentent de temps en temps des traits et des comportements antisociaux. Un diagnostic de trouble de la personnalité antisociale nécessite un comportement continu qui produit un impact négatif constant. Les critères standard du trouble de la personnalité antisociale sont les suivants

  • Un défaut de conformité aux normes sociales ou aux lois.
  • Le mensonge, généralement pour un gain ou un plaisir personnel, mais parfois sans raison apparente.
  • Comportement impulsif et incapacité à planifier à l’avance.
  • Irritabilité, agressivité et mauvaise gestion de la colère.
  • Le mépris de sa propre sécurité ou de celle des autres.
  • L’irresponsabilité, qui se manifeste généralement par des problèmes de maintien de l’emploi et des relations ou de respect des obligations financières.

Pour être diagnostiqué comme ayant un trouble de la personnalité antisociale, un individu doit être âgé d’au moins 18 ans et avoir manifesté ce comportement avant l’âge de 15 ans. Le comportement antisocial ne peut pas se produire uniquement en conjonction avec d’autres troubles (par exemple, la schizophrénie).

Sociopathes contre psychopathes

La différence entre les sociopathes et les psychopathes dépend de la façon dont vous définissez les termes. À l’ère moderne, il existe trois définitions différentes de la sociopathie, que l’on peut comparer à la psychopathie :

  • Certains médecins et scientifiques affirment que le comportement antisocial causé par des facteurs environnementaux et sociaux est de la sociopathie, tandis que le comportement antisocial issu de la génétique ou de la biologie est de la psychopathie.
  • Quelques chercheurs considèrent la sociopathie comme synonyme de psychopathie, ou bien comme une forme moins grave de psychopathie. Dans cette définition de la sociopathie, un sociopathe est simplement un type de psychopathe.
  • Le psychologue criminel canadien Robert Hare décrit un psychopathe comme un individu qui manque de sens moral ou d’empathie, tandis qu’un sociopathe est une personne qui a un sens du bien et du mal différent de celui de la majorité.
A lire :  Biographie d'Albert Ellis, créateur de la thérapie comportementale émotionnelle rationnelle

Quelle est la fréquence des sociopathes ?

Le décryptage de la prévalence de la sociopathie est compliqué par le changement de sa définition. Cependant, quelle que soit la définition utilisée, ce n’est pas une maladie rare.

Une étude américaine de 2008 a identifié 1,2 % de son échantillon comme « potentiellement psychopathe », en corrélation avec l’abus d’alcool, la violence et une intelligence faible. Une étude britannique de 2009 a fait état d’une incidence de 0,6 %, corrélant les traits au sexe masculin, au jeune âge, à la violence, à la consommation de drogue et à d’autres troubles mentaux.

Le trouble de la personnalité antisociale diagnostiqué est plus fréquent dans les programmes de traitement de l’alcoolisme ou de la toxicomanie que dans la population générale. Il se produit plus fréquemment chez les personnes qui étaient hyperactives dans leur enfance. Le trouble de la personnalité antisociale est observé chez 3 à 30 % des patients psychiatriques externes. Une analyse documentaire réalisée en 2002 a révélé que 47 % des prisonniers de sexe masculin et 21 % des prisonnières souffraient de ce trouble.

Traitement potentiel

La sociopathie, le trouble de la personnalité antisociale et la psychopathie ont tendance à ne pas bien répondre au traitement. En fait, certaines études indiquent que le traitement peut aggraver la condition. Selon la Clinique Mayo, il n’existe pas de médicaments approuvés par la Food and Drug Administration américaine pour traiter le trouble de la personnalité antisociale. La psychothérapie est souvent infructueuse car de nombreux sociopathes n’admettent pas qu’ils ont un problème ou ne veulent pas changer. Cependant, si le trouble est identifié tôt (dès l’adolescence), les chances d’obtenir un meilleur résultat à long terme augmentent.

A lire :  Qu'est-ce que la phrénologie ? Définition et principes

Sources

  • Farrington DP, Coid J (2004). « Prévention précoce du comportement antisocial des adultes ». Cambridge University Press. p. 82. Consulté le 8 mai 2018.
  • Hare RD (1er février 1996). « Psychopathie et trouble de la personnalité antisociale » : A Case of Diagnostic Confusion ». Psychiatric Times. UBM Medica. 13 (2). (archivé)
  • Kiehl, Kent A. ; Hoffman, Morris B. (1er janvier 2011). « Le psychopathe criminel : Histoire, neuroscience, traitement et économie ». Jurimétrie. 51 (4) : 355–397.
  • Personnel de la Clinique Mayo (2 avril 2016). « Aperçu – Trouble de la personnalité antisociale ». Clinique Mayo. Récupéré le 8 mai 2018.
  • Personnel de la clinique Mayo (12 avril 2013). « Trouble de la personnalité antisociale » : Traitements et médicaments ». Clinique Mayo. Fondation Mayo pour l’éducation et la recherche médicales. Consulté le 8 mai 2018.
  • Rutter, Steve (2007). The Psychopath : Théorie, recherche et pratique. New Jersey : Lawrence Erlbaum Associates. p. 37.
  • Skeem, J. L. ; Polaschek, D. L. L. ; Patrick, C. J. ; Lilienfeld, S. O. (2011). « Personnalité psychopathe : Bridging the Gap Between Scientific Evidence and Public Policy ». La science psychologique dans l’intérêt public. 12 (3) : 95–162.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!